Le port d’Odet

6 minutes de lecture

Les vagues s’écrasaient contre les digues du port d’Odet, la mer était agitée. Ciel et eau se diluaient dans la nuit d’encre. La pluie, battue par le vent, frappait le toit des Communs au rythme des rafales. Amalia et Wilma n’avaient à marcher qu’une centaine de mètres pour atteindre le bâtiment, pourtant elles étaient détrempées.

La sorcière aurait pu les protéger d’un sortilège, mais l’usage de sa magie, même dans des proportions aussi basiques, serait passé pour ostentatoire. Elle les avait transférées au bout de la jetée, là où personne ne les verrait apparaître.

Odet, la plus grosse agglomération de la pointe Bretonne, faisait face à l’Atlantique. L’enchevêtrement de maisons, de hangars et de docks endurait stoïquement la furie des éléments. Le grain de ce soir-là n’avait rien d’exceptionnel. Les vieilles pierres, récupérées sur les ruines de plus de deux siècles, résistaient et résisteraient longtemps aux assauts de l’océan. L’usure rongeait les constructions, mais les tailleurs et maçons n’étaient pas rares dans la Congrégation Atlantique.

Les deux femmes remontèrent rapidement la digue, emmitouflées dans leurs manteaux. Wilma portait une parka très simple, à l’opposé de l’élégant vêtement bleu d’Amalia, mais, en cette année de 1896 ApM, ou 2346 ap.JC, la mode s’inclinait face à la praticité. L’épais pardessus humain remplissait parfaitement sa fonction : il gardait Wilma au chaud et au sec.

« Toi, j’te jure… grogna la jeune femme.

— Rho, ça va. Je n’avais qu’une heure de retard… » répliqua Amalia avec une parfaite mauvaise foi.

La sorcière marchait doucement. Déplacer Wilma avec elle n’aurait pas dû lui poser problème, mais, à cause de son manque de ponctualité, elles n’avaient pas eu le temps de se rendre au point de transfert le plus proche, à environ une heure de marche d’Aon. Sur la côte, le réseau fédéral s’avérait plus que sporadique. Amalia les avait déplacées en autonome, ce qui lui demandait énormément de magie : elle devait fournir au sortilège de transfert toute l’énergie qu’il ne pouvait pas puiser en Wilma.

Elle avait beaucoup trop tiré dans ses réserves, mais Wilma n’avait ressenti aucune gêne, comme d’habitude. La sorcière préférait prendre sur elle l’inconfort d’un voyage mal géré plutôt que de le faire subir à son amie.

À l’approche des communs, Amalia baissa les yeux sur sa main et son concentrateur, un bracelet relié à deux bagues par de fines chaînettes d’Iris. L’artefact lui permettait de rassembler sa magie pour amplifier ses sortilèges. Tous les sorciers en possédaient au moins un, mais, par convention sociale, ils les gardaient généralement invisibles. Amalia devait maintenir un charme particulier pour garder le sien apparent. Une façon d’afficher sa puissance et de fanfaronner qui avait toujours agacé sa famille.

Ce soir-là, dans son état de fatigue, il n’aurait pas été raisonnable de fournir un effort supplémentaire pour une question d’esthétique. Le bijou disparu lorsqu’elle relâcha son attention.

« Ça va aller ? Tu as forcé, non ? constata immédiatement Wilma.

— Non, c’est bon. Je ne veux pas afficher mon arme, c’est tout », mentit Amalia.

À l’entrée des Communs, elles montrèrent patte blanche en sortant leurs papiers. Le passeport fédéral d’Amalia fit tiquer la femme qui gardait la porte.

« C’est Johan qui lui a demandé de venir, précisa Wilma.

— Je vais me renseigner, répondit l’autre, dubitative. Tu peux rentrer, mais elle, elle reste là.

— J’attends ici. »

Johan, le Yasard qui les avait toutes les deux invitées, se montra et les fit entrer. Il salua chaleureusement les deux femmes. Natif d’Aon, l’homme connaissait très bien Wilma et avait sympathisé avec Amalia. Ils avaient passé un certain nombre de soirées, tous les quatre, à refaire le monde au comptoir de l’épicerie de Cédric. Il était devenu Yasard récemment et la Congrégation l’avait affecté au Nord, près des Glaces, pour sa première année d’exercice. Il se porta garant pour Amalia. Elle venait d’Aon, elle ne causerait pas de problème.

Les deux amies traversèrent les Communs. Les bâtiments abritaient plusieurs structures utilisées pour la vie citoyenne, économique et sociale du village. L’épicerie était fermée, à cette heure-ci, mais Amalia ne put s’empêcher d’observer la vitrine, de noter les prix et les équivalents en troc demandés pour les denrées courantes. Rien d’alarmant, Cédric pratiquait les bonnes fourchettes.

Wilma la tira doucement par la manche et elles entrèrent dans le bar. Le brouhaha festif et convivial qui y régnait se tut brutalement à l’apparition de l’enchanteresse. Amalia reconnut plusieurs hommes et femmes avec qui elle s’était déjà querellée. Elle évita soigneusement leurs tables et elles allèrent s’asseoir plus loin, à l’abri des regards. Les discussions reprirent peu à peu, mais l’hostilité dirigée contre la sorcière ne s’estompa pas. Elle la ressentait avec une violence qui lui tordait l’estomac. On lui proposa une bière, elle la refusa.

Le débat commença au bout d’une vingtaine de minutes. La large et chaleureuse pièce était dotée d’une petite estrade qui accueillait conteurs, chanteurs, musiciens et comiques presque tous les soirs. Les cinq Yasards y étaient installés, alignés sur de simples chaises. Johan était le plus grand de tous. En vérité, il était plus grand que bien des humains et sorciers. Du haut de ses un mètre quatre-vingt-dix-huit, il toisait souvent ses interlocuteurs de plusieurs dizaines de centimètres. Dalia était là, elle aussi. Elle venait d’Ebro, au sud des Pyrénées. C’était bien trop loin pour que les citoyens d’Odet sachent à quel port de l’Atlantique elle était rattachée. Les trois autres Yasards venaient de l’Estuaire de la Gironde, la plus grosse agglomération de toute l’Europe de l’Ouest. De nombreux humains tirés au sort pour assurer le rôle d’intendant politique étaient nés sur les terres de l’ancienne Aquitaine.

Les Yasards informaient l’assemblée des derniers événements notables survenus dans la congrégation. Ils initiaient les discussions, portaient certaines précisions à l’appréciation de la salle et modéraient les débats.

Dans un mois, le port d’Odet accueillerait une délégation de la Congrégation d’Égée. Leurs homologues méditerranéens marchaient depuis plusieurs semaines et, aux dernières nouvelles, le voyage se passait bien. Ils s’étaient arrêtés au port de Massalia où ils séjournaient quelques jours.

Leur venue était très attendue, ils amenaient avec eux le prototype d’une nouvelle génération de robots capables d’aider aux chantiers. Ce genre d’échange prenait des années à s’organiser et représentait un grand événement. Les invités seraient hébergés aux Communs et on discutait des tâches à accomplir pour que leurs hôtes ne manquent de rien. Les rôles se répartissaient naturellement entre les habitants.

N’importe quel citoyen avait le droit de demander la parole, soit pour commenter ce qui venait d’être dit dans le bon ou le mauvais sens, soit pour poser des questions, exiger des précisions. De nombreux enfants, éparpillés dans la salle, écoutaient avec attention les échanges. Ils ne pouvaient pas participer activement à la politique avant l’âge de seize ans, mais ils étaient emmenés très jeunes à ces réunions. L’engagement civique, cela s’apprenait.

Amalia avait toujours admiré la façon dont les humains tenaient à faire prendre conscience tôt à leur progéniture qu’ils devaient prendre part au vivre ensemble. Quoi que martelât l’Ordre, l’humanité avait compris ses erreurs et s’employait à transmettre ces leçons si durement acquises aux générations futures.

Lorsque les Yasards abordèrent enfin le sujet qui motivait la présence d’Amalia, la sorcière carra les épaules et prit une longue inspiration.

Un accord entre la Congrégation et la Fédération était en cours de négociation et l’un des points les plus discutés du document concernait le réseau de transfert. Les fédés souhaitaient augmenter la densité de leur maillage afin de rallier plus facilement la Bretagne.

Amalia se leva pour demander la parole et sentit à nouveau toute l’hostilité des Bretons à son encontre. Elle resta de marbre et attrapa l’antique micro, relié à un vieil ampli par un câble tellement rafistolé que l’on en voyait plus la couleur d’origine. La jeune femme ferma les yeux un court instant et se lança.

« Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Amalia Elfric. Ce que vous avez entendu de vos camarades est juste. Je suis une sorcière. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
bertrand môgendre
Dans un exercice où qu'on veut améliorer son orthographe,
faisons ce qu'il faut, car le faire plaît.
6
3
1
1
lauratrice
Theldyn Mainight, descendant des plus grands guerriers du Royaume des Trois Vallées, a hérité des talents de soldats et de stratèges de ces ancêtres. Alors qu’il revient vainqueur du combat qui opposait les peuples de la Terre Ebène et l’armée royale, Marcus, le souverain du Royaume le fait demander dans ses appartements pour lui donner une nouvelle quête. Cette fois-ci, il ne s’agira pas d’une énième conquête de village, mais d’une mission périlleuse et secrète. Loin du château et de ses terres, de l’autre côté de la rivière divine, se trouve une étrange et immense dune, qui, selon la légende, serait habitée par un autre roi. Elle avait la particularité d’être éclairée par la douce lueur bleue de la lune quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. Marcus avait toujours formellement interdit à son peuple d’essayer de s’y rendre, prétendant que l’accès y était trop dangereux, et que personne n’en revenait jamais. C’est donc là-bas qu’il voulait que Theldyn exécute sa mission. Le jeune soldat, qui était secrètement amoureux de la nièce du roi s’inquiétait de ne pas revenir de cette quête, mais il ne pouvait déshonorer ses ancêtres. Il accepte donc la demande de son souverain, et part en direction des Dunes de la Lune Bleue. Ce qui l’y attend va à l’encontre de tout ce que le guerrier connait, et il va y découvrir d’innombrables secrets enfouis depuis la nuit des temps…
0
0
0
20
-H.


Gens du voyage – Papa.
Note : N’ayant pas d’inspiration en ce moment, j’ai demandé à plusieurs personnes de mon entourage de me donner chacune une phrase, et un groupe nominal. A partir de ça, je vais écrire des histoires dont le titre sera le groupe nominal de chacun. A chaque écrit, je devrais placer la phrase donnée. Le groupe nominal et la phrase pouvant n’avoir aucun lien, l’histoire doit, elle, avoir un sens.
Je continu avec mon Papa.
Groupe nominal – Titre : Gens du voyage.
Phrase : Tu es belle.
Gens du voyage :
Je lis tranquillement un livre quand un poids viens s’affaler brutalement sur mes épaules.
« Eh les enfants, allez-y doucement. Je sais que je ne suis pas en sucre mais quand même ! 
- Papa ! Avec Mathis on se posait une question !
- Dites-moi, c’est quoi votre question ?
- Comment vous vous êtes rencontrés avec Maman ? »
Aaaaah, c’est une très belle histoire ça ! Et si ça peut les tenir en place cinq minutes, je ne dis pas non.
« Vous voulez que je vous raconte ?
- Ouiiiiii !
- Très bien, asseyez-vous. »
Et je commence mon récit comme n’importe quel narrateur : Tout commence à l’époque où j’étais adolescent. Je devais avoir environ 16 ans, et maman en avait 15.
« Wah c’était il y a longtemps ! »
Allez hop, prend ça le vieux ! Non mais je vous prie, je ne suis pas si vieux que ça en plus. Je me contente de sourire à Maelle. Ce n’est pas méchant venant d’une enfant, c’est sincère. Je ne sais pas si c’est mieux d’ailleurs ahah. Enfin bon, passons. Je me promenais en ville avec des amis, et on est passés devant un grand terrain vague, où il y avait tous pleins de camping-car et de caravanes. Ce terrain vague se situait juste à côté d’une zone commerciale, donc je passais souvent là en voiture. Et que ce soit en voiture ou à pied avec des amis, je voyais très souvent une jeune fille dehors, en train de lire, de jouer avec d’autres ados, ou entrain de dormir sur un transat.
« C’est maman !
- Mais dis donc, tu veux spoiler mon histoire ou quoi ? »
On rigole et je continue : Je la trouvais très jolie, et elle portait beaucoup de robes, ça lui allait très bien. C’est vrai qu’elle me plaisait, mais moi j’étais timide, je n’osais pas aller la voir, alors j’ai attendu très longtemps avant de me lancer.
« Combien de temps ?
- Oh, je ne sais pas. Environs un ou deux mois.
- D’accord. »
C’est Papy qui m’a encouragé à y aller. Un jour j’étais à table et je pensais à elle. Papy a vu que j’étais pensif et il m’a demandé si je pensais à une fille. J’ai rougi en lui disant que oui, mais que je n’arrivais pas à lui parler car j’avais peur qu’elle ne m’aime pas. Alors il m’a dit que si je ne tentais pas, je ne saurais jamais si c’était réciproque.
« C’est quoi réciproque ?
- Hum, c’est quand toi tu éprouves quelque chose envers quelqu’un, et que l’autre éprouve la même chose envers toi.
- Et éprouver quelque chose c’est quand on ressent des trucs pour quelqu’un.
- Oui voilà c’est ça ! »
Alors le lendemain j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé sur ce terrain vague pour la voir. Les gens du terrain vague, ce sont des gens du voyage. Ils bougeaient beaucoup. Et moi je suis un sédentaire, c’est-à-dire que je ne voyage pas tout le temps, le long de l’année j’ai une maison fixe dans laquelle je reste. Et quand je suis allé la voir, les gens me regardaient bizarrement car ils n’ont pas l’habitude que des sédentaires viennent les voir. Je me suis approché de Maman, sous le regard de son père pas très rassuré.
« Et tu lui as dit quoi ?
- Je lui ai dit : Tu es belle.
- C’est tout ? Après vous êtes ensemble ?
- Noooon ! Ça ne se fait pas comme ça ahah. Mais ça lui a fait beaucoup plaisir, et on a discuté. Ensuite on s’est revus presque tous les jours, et elle est venue dans mon lycée. Puis un jour on s’est mis ensemble, et on a eu deux enfants, des petits monstres !
- Eh ! C’est même pas vrai on est pas des monstres !
- Ah bon ? Je croyais moi ! »
Mathis réplique en disant qu’ils sont très sages, ce que je ne peux pas contester, c’est vrai. Mais ils ont beaucoup d’énergie, infatigables ces gosses j’vous jure ! Alors, la morale de l’histoire ?
« C’est qu’il faut pas avoir peur d’aller dire à Maman qu’on l’aime !
- Ahah, oui voilà. »
Et ils sont partis en courant voir leur mère pour leur dire qu’ils l’aimaient.

Pour Papa.
0
0
0
3

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0