Âryni

5 minutes de lecture

Le Maître Confrère ne s’inquiéta pas de sa très juste remarque. Il avançait, implacable, vers le petit groupe d’adolescents. Elle le rattrapa et insista :

« Ils ont quoi… douze ans en moyenne ? Ce sont des enfants !

— De toute évidence.

— Me pensez-vous donc si faible ?

— Te penses-tu donc si forte ? »

Amalia ne sut que répondre. Ce que Kentigern lui avait infligé au chalet ne pouvait entrer en ligne de compte à un âge si bas. Elle était persuadée d’être plus puissante que n’importe quel gamin. Malgré tout, le ton de l’homme l’alarma. Existait-il réellement un enfant capable de rivaliser, concentrateur à la main, avec elle ? Malgré sa magie et son instinct ? En dépit de son don ?

L’évidence la frappa quand ils arrivèrent à côté du professeur : elle ne sentait rien. Elle cherchait autour d’elle des sentiments, des pensées auxquelles se raccrocher, mais il n’y avait rien. Seuls quelques très jeunes gens laissaient flotter l’application visible avec laquelle ils suivaient les mouvements lents du mentor qu’ils imitaient les yeux fermés. Il ne pouvait s’agir une chorégraphie : les gestes de l’adulte et ceux de ses élèves souffraient de quelques secondes de délais. Amalia fronça les sourcils, perplexe. Comment communiquaient-ils ?

Puis, d’un même mouvement, toute la classe s’arrêta. Ils adoptèrent une posture droite, les pieds légèrement écartés, dans une position d’attente qu’Amalia imaginât très militaire.

« On fait une pause », déclara le professeur.

Aussitôt, les enfants se relâchèrent et Amalia eut l’impression de les voir reprendre un comportement normal. L’un affichait une expression railleuse en se vantant d’avoir réussi l’examen, un second l’accusait d’avoir triché. D’autre, plus jeunes, s’éloignaient déjà en courant, concentrateur à la main, pour s’amuser à la chasse bleue. Elle esquissa un sourire rassuré, submergée par une vague de nostalgie ravivée par de vieux souvenirs de cours de récréation. Elle aussi avait assidûment pratiqué ce jeu. Gamine, elle aimait par-dessus tout le rôle du Chat et éliminer ses adversaires en bleuissant leur peau.

Kentigern écourta sa plongée en enfance et lui infligea une pique mentale. La douleur soudaine qu’il lui causa lui fit fléchir les genoux et elle manqua de tomber. La souffrance disparue aussi vite qu’elle s’était imposée et la sorcière se redressa prête à s’insurger contre cette nouvelle violence. Elle s’arrêta immédiatement en constatant le sérieux avec lequel il la regardait. Elle comprit le message et choisit de s’y plier.

À côté de lui, le mentor des enfants baissa sa capuche rouge. La peau matte, le regard sombre et les lèvres rieuses, l’homme ne dégageait pas grand-chose hormis cette assurance qui semblait propre à chaque Confrère. Il était beau. La cinquantaine passée, des rides soulignaient son âge et elle fut frappée de constater l’harmonie du visage qu’elle avait en face d’elle.

« Merci, je suis flatté », lui répondit le sorcier dans un sourire.

Kentigern lui jeta un coup d’œil agacé. Amalia tiqua et tint profil bas. L’idée que ces Confrères puissent lire en elle comme dans un mnémotique l’anima d’une vive colère, qu’elle prit soin de ravaler pour ne pas aggraver sa situation. Elle dressa les plus belles défenses mentales qu’elle n’ait jamais montées.

« C’est bien, commenta le sorcier. Rien d’infranchissable, mais mieux que la moyenne des personnes de ton âge.

— À qui ai-je l’honneur ? se contenta de répondre la jeune femme.

— Abd Ar-Rahman, Grand Maître et officiel de rang trois, guérisseur. »

Il lui tendit la main et elle n’hésita pas à la saisir.

« Je suis Amalia Elfric.

— Je me doute. Maître Kentigern me parle de toi depuis quelques mois déjà. »

Il se tourna vers ledit Maître et demanda

« Pas de casse, à Dubaï ?

— On en parlera plus tard. »

L’évocation de la grande Cité Arabe fit pâlir Amalia, mais elle se concentra sur la tenue du guérisseur. La cape, identique à celle de Kentigern, arborait un blason sur son côté gauche, au-dessus du cœur.

« Qui est-ce que tu me conseilles ? », demanda Kentigern.

Il n’y eut pas de réponse, mais leurs regards parcouraient ensemble les enfants et adolescents. Amalia fronça les sourcils. Ces deux-là échangeaient, sous son nez, et la gardaient volontairement étrangère à leur dialogue. Elle émit un claquement de langue agacé :

« Vous pourriez avoir la politesse de ne pas parler dans mon dos. Comment faites-vous ça ? »

La télépathie n’existait pas, pas à sa connaissance. Elle n’obtint pour toute réponse qu’un coup d’œil amusé et Abd Ar-Rahman appela une élève :

« Âryni ! »

Une gamine leva la tête, souffla et laissa l’élève avec qui elle parlait. Elle s’avança vers les deux Maîtres en refermant son kimono rouge d’un geste précis. Sur les quelques mètres qui les séparaient, elle redonna une allure impeccable à sa tenue. Amalia ne l’avait pas vue pendant l’entraînement : petite, frêle… Âryni se cachait très certainement derrière ses camarades. L’enfant avait le type de ceux du Gange et l’air prétentieux de ceux qui se savent excellents. Elle se mit en position d’attente, en face de son Maître, sans accorder la moindre attention à Amalia.

« J’aurai le temps de continuer la pause avec Usem ? demanda-t-elle.

— Non, votre combat fait partie du cours. »

Le reste de la classe reprenait en effet sa place. La gravité de la situation arracha un rire nerveux à Amalia. Ils comptaient réellement laisser s’affronter une sorcière adulte et une petite fille.

« Vous vous foutez de moi ? lâcha-t-elle enfin.

— Écarte-toi, répondit Kentigern. Gardez 10 pas entre vous deux pour commencer.

— Dix des miens ou dix des siens ? railla Amalia. Parce que là, ça change la donne.

— Maître Kentigern, n’ayez crainte. Même de l’autre côté de la court, cela ne me posera pas de problème. »

La voix d’Âryni, plus grave que celle d’une fillette, traina juste assez pour que son intonation frôlât l’insulte. Amalia serra la mâchoire et se persuada que l’intégralité de la classe avait ri, entre eux, sans l’inclure. Inadmissible. Elle recula de plusieurs pas et brandit son arme.

« Comment connaît-on le gagnant ?

— C’est celle de vous deux qui tiendra debout à la fin du combat. »

Elle ne sut dire qui de Kentigern ou Abd Ar-Rahman lui répondit. La gamine en face d’elle estima que la bataille avait commencé et chargea le galet d’Iris calé au creux de sa paume d’un sortilège scintillant.

La magie pure que dégageait le concentrateur emplit l’espace et Amalia prit conscience de la puissance de l’enfant. La petite se déplaça en un clin d’œil sous sa garde et envoya un poing dans son estomac. La douleur la plia en deux. Un coup de pied faucha ses jambes et elle s’étala vers l’arrière. Âryni chargea un dernier sort et visa la tête. Amalia perdit connaissance sans avoir pu ne serait-ce que réfléchir à quel enchantement lancer.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
bertrand môgendre
Dans un exercice où qu'on veut améliorer son orthographe,
faisons ce qu'il faut, car le faire plaît.
6
3
1
1
lauratrice
Theldyn Mainight, descendant des plus grands guerriers du Royaume des Trois Vallées, a hérité des talents de soldats et de stratèges de ces ancêtres. Alors qu’il revient vainqueur du combat qui opposait les peuples de la Terre Ebène et l’armée royale, Marcus, le souverain du Royaume le fait demander dans ses appartements pour lui donner une nouvelle quête. Cette fois-ci, il ne s’agira pas d’une énième conquête de village, mais d’une mission périlleuse et secrète. Loin du château et de ses terres, de l’autre côté de la rivière divine, se trouve une étrange et immense dune, qui, selon la légende, serait habitée par un autre roi. Elle avait la particularité d’être éclairée par la douce lueur bleue de la lune quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. Marcus avait toujours formellement interdit à son peuple d’essayer de s’y rendre, prétendant que l’accès y était trop dangereux, et que personne n’en revenait jamais. C’est donc là-bas qu’il voulait que Theldyn exécute sa mission. Le jeune soldat, qui était secrètement amoureux de la nièce du roi s’inquiétait de ne pas revenir de cette quête, mais il ne pouvait déshonorer ses ancêtres. Il accepte donc la demande de son souverain, et part en direction des Dunes de la Lune Bleue. Ce qui l’y attend va à l’encontre de tout ce que le guerrier connait, et il va y découvrir d’innombrables secrets enfouis depuis la nuit des temps…
0
0
0
20
-H.


Gens du voyage – Papa.
Note : N’ayant pas d’inspiration en ce moment, j’ai demandé à plusieurs personnes de mon entourage de me donner chacune une phrase, et un groupe nominal. A partir de ça, je vais écrire des histoires dont le titre sera le groupe nominal de chacun. A chaque écrit, je devrais placer la phrase donnée. Le groupe nominal et la phrase pouvant n’avoir aucun lien, l’histoire doit, elle, avoir un sens.
Je continu avec mon Papa.
Groupe nominal – Titre : Gens du voyage.
Phrase : Tu es belle.
Gens du voyage :
Je lis tranquillement un livre quand un poids viens s’affaler brutalement sur mes épaules.
« Eh les enfants, allez-y doucement. Je sais que je ne suis pas en sucre mais quand même ! 
- Papa ! Avec Mathis on se posait une question !
- Dites-moi, c’est quoi votre question ?
- Comment vous vous êtes rencontrés avec Maman ? »
Aaaaah, c’est une très belle histoire ça ! Et si ça peut les tenir en place cinq minutes, je ne dis pas non.
« Vous voulez que je vous raconte ?
- Ouiiiiii !
- Très bien, asseyez-vous. »
Et je commence mon récit comme n’importe quel narrateur : Tout commence à l’époque où j’étais adolescent. Je devais avoir environ 16 ans, et maman en avait 15.
« Wah c’était il y a longtemps ! »
Allez hop, prend ça le vieux ! Non mais je vous prie, je ne suis pas si vieux que ça en plus. Je me contente de sourire à Maelle. Ce n’est pas méchant venant d’une enfant, c’est sincère. Je ne sais pas si c’est mieux d’ailleurs ahah. Enfin bon, passons. Je me promenais en ville avec des amis, et on est passés devant un grand terrain vague, où il y avait tous pleins de camping-car et de caravanes. Ce terrain vague se situait juste à côté d’une zone commerciale, donc je passais souvent là en voiture. Et que ce soit en voiture ou à pied avec des amis, je voyais très souvent une jeune fille dehors, en train de lire, de jouer avec d’autres ados, ou entrain de dormir sur un transat.
« C’est maman !
- Mais dis donc, tu veux spoiler mon histoire ou quoi ? »
On rigole et je continue : Je la trouvais très jolie, et elle portait beaucoup de robes, ça lui allait très bien. C’est vrai qu’elle me plaisait, mais moi j’étais timide, je n’osais pas aller la voir, alors j’ai attendu très longtemps avant de me lancer.
« Combien de temps ?
- Oh, je ne sais pas. Environs un ou deux mois.
- D’accord. »
C’est Papy qui m’a encouragé à y aller. Un jour j’étais à table et je pensais à elle. Papy a vu que j’étais pensif et il m’a demandé si je pensais à une fille. J’ai rougi en lui disant que oui, mais que je n’arrivais pas à lui parler car j’avais peur qu’elle ne m’aime pas. Alors il m’a dit que si je ne tentais pas, je ne saurais jamais si c’était réciproque.
« C’est quoi réciproque ?
- Hum, c’est quand toi tu éprouves quelque chose envers quelqu’un, et que l’autre éprouve la même chose envers toi.
- Et éprouver quelque chose c’est quand on ressent des trucs pour quelqu’un.
- Oui voilà c’est ça ! »
Alors le lendemain j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé sur ce terrain vague pour la voir. Les gens du terrain vague, ce sont des gens du voyage. Ils bougeaient beaucoup. Et moi je suis un sédentaire, c’est-à-dire que je ne voyage pas tout le temps, le long de l’année j’ai une maison fixe dans laquelle je reste. Et quand je suis allé la voir, les gens me regardaient bizarrement car ils n’ont pas l’habitude que des sédentaires viennent les voir. Je me suis approché de Maman, sous le regard de son père pas très rassuré.
« Et tu lui as dit quoi ?
- Je lui ai dit : Tu es belle.
- C’est tout ? Après vous êtes ensemble ?
- Noooon ! Ça ne se fait pas comme ça ahah. Mais ça lui a fait beaucoup plaisir, et on a discuté. Ensuite on s’est revus presque tous les jours, et elle est venue dans mon lycée. Puis un jour on s’est mis ensemble, et on a eu deux enfants, des petits monstres !
- Eh ! C’est même pas vrai on est pas des monstres !
- Ah bon ? Je croyais moi ! »
Mathis réplique en disant qu’ils sont très sages, ce que je ne peux pas contester, c’est vrai. Mais ils ont beaucoup d’énergie, infatigables ces gosses j’vous jure ! Alors, la morale de l’histoire ?
« C’est qu’il faut pas avoir peur d’aller dire à Maman qu’on l’aime !
- Ahah, oui voilà. »
Et ils sont partis en courant voir leur mère pour leur dire qu’ils l’aimaient.

Pour Papa.
0
0
0
3

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0