Le Monastère

5 minutes de lecture

« Bienvenue au monastère. »

Amalia s’écarta vivement de Kentigern et recula de plusieurs pas, désorientée. Aux décors familiers de son appartement dubaïote succédait une étendue verdoyante. L’odeur d’un sous-bois chassa celle aseptisée de l’air conditionné. La jeune femme, encore en pleures, ne nota qu’en arrière-pensée l’impossibilité grotesque d’un transfert sur une telle distance ; passer du désert saoudien à une forêt boréale, en un battement de cœur, n’était ni plus ni moins inconcevable que de ruines bavaroises aux toits de l’Himalaya. Elle trébucha, tituba, se retint au tronc d’un chêne, puis se figea, muette et sidérée par le spectacle grandiose qu’elle découvrit en relevant la tête.

La large clairière au bord de laquelle ils venaient d’apparaitre s’étirait en pente douce vers l’orée d’un bâtiment d’une envergure tel qu’il dévorait l’horizon. La démesure de l’ouvrage en distillait les lignes jusqu’à brouiller toutes perspectives. Amalia souffla un juron. Ses yeux, écarquillés, en oublièrent de pleurer.

Au centre de la percée, monumentale même à plusieurs centaines de mètres de là, se dressait un immense porche, fermé d’une porte massive. Des volées d’arcades en pierres rouges, blanches et grises se répétaient à l’infinie, dégagées de la végétation aux abords du portail, puis mêlées au bois, enchevêtré d’arbres, de lierres et d’entrelacs de feuillage ; comme intriquées dans une étreinte intime, au point que la sorcière n’aurait su dire ce qui, du végétal ou du minéral, faisait partie de l’édifice ou de la forêt.

Couvre-chef majestueux posé sur les cimes des tuiles, un immense dôme tout de briques, de verre et d’arabesques en dentelle d’acier couronnait ce que Kentigern venait de désigner comme Le Monastère.

Amalia, non sans effort, parvint à en détacher le regard pour porter son attention sur ce que la titanesque devanture ne dévorait pas de l’environnement. Au loin, en contrebas, pourrissaient les ruines écroulées d’une ville, série de tours aux silhouettes de métal éventées, amas de gravats rongés, recouverts, digérés par la mousse et le lierre… Le paysage présentait des variations familières et, s’il n’y avait eu l’invraisemblable structure du Monastère, la jeune femme aurait parié sur l’Europe du Nord, quelque part entre Paris et Stuttgart.

« Bien vus, nous sommes dans ce coin-là. »

Amalia sursauta et remonta ses défenses mentales, agacée. Kentigern se porta à son niveau, contemplant la grandiloquence architecturale du Monastère. Il était chez lui, ici. Sa fierté, sa certitude, son engagement pour la Confrérie se lisait sur chacun de ses traits, sur son visage serein et déterminé.

« Il n’existe pas de tel monument dans cette zone, objecta la jeune femme, la voix enrouée.

— Il n’existe pas de bâtiment accessible au commun des sorciers dans cette zone, en effet. Nous savons très bien faire oublier notre présence. »

Amalia reporta son regard sur le Monastère. Les journaux fédéraux prétendaient que Leuthar usait de pareils charmes pour interdire ses points de chute à ceux qui ne lui prêtaient pas allégeance. Elle avait toujours considéré cela impossible. La quantité de magie pour cacher en permanence un lieu, serait-ce une maison de ville, lui semblait chimérique. Alors un tel édifice…

« Impossible », souffla-t-elle.

Kentigern rit et s’engagea dans la prairie. Amalia l’observa avancer d’un pas égal, sans un regard vers elle, confiant dans le fait qu’elle le suivrait quoiqu’il arrive. Elle aurait pourtant pu se transférer ailleurs et, en plus de fuir Dubaï et les conséquences de son plan foireux, se mettre à l’abri de cet homme.

Elle lui emboîta le pas, incertaine. La clairière, longue de plusieurs centaines de mètres, était quadrillée de sentes imprécises d’herbes couchées. On aurait pu les croire causées par le passage de quelques animaux, si elles n’avaient toutes convergé vers l’immense porche. La porte en bois sombre, dont la finesse des gravures et ferronneries se révélait à mesure qu’Amalia progressait vers elle, attirait irrésistiblement le regard de la sorcière.

Absorbée par son cheminement entre les mottes éparses, bercée par une douce odeur de fleurs des champs exaltée par la fraîcheur matinale, la jeune femme fut soudain prise d’un vertige terrible. Le goût aigre de la culpabilité remonta dans sa gorge et explosa d’amertume dans sa bouche, drainant avec lui un torrent salé qui déborda de ses yeux et noya son visage. Tout avait basculé si vite. Alan arrêté, par sa faute. Le village condamné, par sa faute. Et Malo… Amalia se figea brusquement. Qu’est ce que je suis en train de foutre, Merlin ? Fuir, au lieu d’assumer ses actes, et, encore, laisser derrière elle tous ceux qu’elle aimait.

Une rage brûlante, entièrement dirigée contre elle même, lui perça le ventre. Était-ce donc à cela qu’elle voulait ressembler ? Une pauvre âme, incapable de se montrer digne dès que le vent tournait, une lâche tout juste bonne à prendre les pires décisions possibles ? D’un geste sec, Amalia chassa les larmes de son visage, carra les épaules et jeta un regard noir à Kentigern. Il avait atteint le seuil du Monastère et l’observait de son air le plus calme et bienveillant.

La jeune femme se remit en mouvement, parcourant à grandes enjambées les quelques dizaines de mètres restants jusqu’à la porte. Un perron de quelques marches rendait l’ensemble encore plus impressionnant. Amalia, avec à peine un coup d’œil pour le confrère, tordit le cou vers l’arrière pour détailler l’ouvrage de bois sombre, décoré de motifs d’une ahurissante finesse.

Si elle entrait là, elle acceptait définitivement de tirer un trait sur Dubaï. Impossible.

Kentigern, sans prévenir, lui infligea une légère pression mentaliste. La jeune femme sursauta et porta une main contre son front en serrant les dents. Se faire gifler n’aurait pas eu un effet différent.

« Tu vas entrer en territoire Confrère, précisa sèchement Kentigern, sans lui laisser le temps de s’insurger. Garde tes pensées pour toi, personne ne te fera de cadeau, moi y compris. »

Amalia haussa très haut ses deux sourcils, stupéfaite d’encore s’étonner des pratiques peu recommandables de la Confrérie. Elle ravala une insulte.

« Et vous usez souvent de punitions mentales pour inculquer vos leçons ? articula-t-elle d’une voix glaciale.

— Oui.

— Vous êtes tarés, je me barre.

— Maintenant que tu es là, jette au moins un coup d’œil. »

Sans doute mue par quelque sortilège, la porte du Monastère s’ouvrit d’elle-même. Ses gonds coulissèrent sans un bruit, le bois laissa apparaître l’intérieur de l’édifice qui, de son souffle ensorceleur, chassa la révolte de la sorcière. Amalia resta figée plusieurs secondes, émerveillée, avant de franchir le seuil et, sans en avoir conscience, de pénétrer dans l’enceinte Confrère.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
bertrand môgendre
Dans un exercice où qu'on veut améliorer son orthographe,
faisons ce qu'il faut, car le faire plaît.
6
3
1
1
lauratrice
Theldyn Mainight, descendant des plus grands guerriers du Royaume des Trois Vallées, a hérité des talents de soldats et de stratèges de ces ancêtres. Alors qu’il revient vainqueur du combat qui opposait les peuples de la Terre Ebène et l’armée royale, Marcus, le souverain du Royaume le fait demander dans ses appartements pour lui donner une nouvelle quête. Cette fois-ci, il ne s’agira pas d’une énième conquête de village, mais d’une mission périlleuse et secrète. Loin du château et de ses terres, de l’autre côté de la rivière divine, se trouve une étrange et immense dune, qui, selon la légende, serait habitée par un autre roi. Elle avait la particularité d’être éclairée par la douce lueur bleue de la lune quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. Marcus avait toujours formellement interdit à son peuple d’essayer de s’y rendre, prétendant que l’accès y était trop dangereux, et que personne n’en revenait jamais. C’est donc là-bas qu’il voulait que Theldyn exécute sa mission. Le jeune soldat, qui était secrètement amoureux de la nièce du roi s’inquiétait de ne pas revenir de cette quête, mais il ne pouvait déshonorer ses ancêtres. Il accepte donc la demande de son souverain, et part en direction des Dunes de la Lune Bleue. Ce qui l’y attend va à l’encontre de tout ce que le guerrier connait, et il va y découvrir d’innombrables secrets enfouis depuis la nuit des temps…
0
0
0
20
-H.


Gens du voyage – Papa.
Note : N’ayant pas d’inspiration en ce moment, j’ai demandé à plusieurs personnes de mon entourage de me donner chacune une phrase, et un groupe nominal. A partir de ça, je vais écrire des histoires dont le titre sera le groupe nominal de chacun. A chaque écrit, je devrais placer la phrase donnée. Le groupe nominal et la phrase pouvant n’avoir aucun lien, l’histoire doit, elle, avoir un sens.
Je continu avec mon Papa.
Groupe nominal – Titre : Gens du voyage.
Phrase : Tu es belle.
Gens du voyage :
Je lis tranquillement un livre quand un poids viens s’affaler brutalement sur mes épaules.
« Eh les enfants, allez-y doucement. Je sais que je ne suis pas en sucre mais quand même ! 
- Papa ! Avec Mathis on se posait une question !
- Dites-moi, c’est quoi votre question ?
- Comment vous vous êtes rencontrés avec Maman ? »
Aaaaah, c’est une très belle histoire ça ! Et si ça peut les tenir en place cinq minutes, je ne dis pas non.
« Vous voulez que je vous raconte ?
- Ouiiiiii !
- Très bien, asseyez-vous. »
Et je commence mon récit comme n’importe quel narrateur : Tout commence à l’époque où j’étais adolescent. Je devais avoir environ 16 ans, et maman en avait 15.
« Wah c’était il y a longtemps ! »
Allez hop, prend ça le vieux ! Non mais je vous prie, je ne suis pas si vieux que ça en plus. Je me contente de sourire à Maelle. Ce n’est pas méchant venant d’une enfant, c’est sincère. Je ne sais pas si c’est mieux d’ailleurs ahah. Enfin bon, passons. Je me promenais en ville avec des amis, et on est passés devant un grand terrain vague, où il y avait tous pleins de camping-car et de caravanes. Ce terrain vague se situait juste à côté d’une zone commerciale, donc je passais souvent là en voiture. Et que ce soit en voiture ou à pied avec des amis, je voyais très souvent une jeune fille dehors, en train de lire, de jouer avec d’autres ados, ou entrain de dormir sur un transat.
« C’est maman !
- Mais dis donc, tu veux spoiler mon histoire ou quoi ? »
On rigole et je continue : Je la trouvais très jolie, et elle portait beaucoup de robes, ça lui allait très bien. C’est vrai qu’elle me plaisait, mais moi j’étais timide, je n’osais pas aller la voir, alors j’ai attendu très longtemps avant de me lancer.
« Combien de temps ?
- Oh, je ne sais pas. Environs un ou deux mois.
- D’accord. »
C’est Papy qui m’a encouragé à y aller. Un jour j’étais à table et je pensais à elle. Papy a vu que j’étais pensif et il m’a demandé si je pensais à une fille. J’ai rougi en lui disant que oui, mais que je n’arrivais pas à lui parler car j’avais peur qu’elle ne m’aime pas. Alors il m’a dit que si je ne tentais pas, je ne saurais jamais si c’était réciproque.
« C’est quoi réciproque ?
- Hum, c’est quand toi tu éprouves quelque chose envers quelqu’un, et que l’autre éprouve la même chose envers toi.
- Et éprouver quelque chose c’est quand on ressent des trucs pour quelqu’un.
- Oui voilà c’est ça ! »
Alors le lendemain j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé sur ce terrain vague pour la voir. Les gens du terrain vague, ce sont des gens du voyage. Ils bougeaient beaucoup. Et moi je suis un sédentaire, c’est-à-dire que je ne voyage pas tout le temps, le long de l’année j’ai une maison fixe dans laquelle je reste. Et quand je suis allé la voir, les gens me regardaient bizarrement car ils n’ont pas l’habitude que des sédentaires viennent les voir. Je me suis approché de Maman, sous le regard de son père pas très rassuré.
« Et tu lui as dit quoi ?
- Je lui ai dit : Tu es belle.
- C’est tout ? Après vous êtes ensemble ?
- Noooon ! Ça ne se fait pas comme ça ahah. Mais ça lui a fait beaucoup plaisir, et on a discuté. Ensuite on s’est revus presque tous les jours, et elle est venue dans mon lycée. Puis un jour on s’est mis ensemble, et on a eu deux enfants, des petits monstres !
- Eh ! C’est même pas vrai on est pas des monstres !
- Ah bon ? Je croyais moi ! »
Mathis réplique en disant qu’ils sont très sages, ce que je ne peux pas contester, c’est vrai. Mais ils ont beaucoup d’énergie, infatigables ces gosses j’vous jure ! Alors, la morale de l’histoire ?
« C’est qu’il faut pas avoir peur d’aller dire à Maman qu’on l’aime !
- Ahah, oui voilà. »
Et ils sont partis en courant voir leur mère pour leur dire qu’ils l’aimaient.

Pour Papa.
0
0
0
3

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0