Une question de profit

4 minutes de lecture

Amalia résista à l’idée d’outrepasser leur marché toute la matinée du lendemain. Malo frappa à la porte de l’appartement aux alentours de midi et exigea une bière et une clope avant de parler.

Cinq minutes après l’arrivée de l’humain⋅e, iels étaient déjà confortablement installé⋅e⋅s dans un fauteuil, une mousse à la main, un paquet de fines cigarettes entre elles deux.

« Il n’est même pas 13h, fit remarquer Amalia. Tu as fait vite !

— Je n’avais pas envie de prendre le risque que tu partes en mode rentre-dedans sans réfléchir. »

Amalia ne releva pas. Ses réactions, bien qu’en général extrêmes, lui semblaient toujours raisonnées et parfaitement sensées, mais elle se savait d’une mauvaise fois légendaire à ce sujet. Autant ne pas s’attarder là dessus.

« Donc ? insista-t-elle.

— De ce que j’ai pu voir, le gars est clean. »

Iel sortit une feuille de notes et lue en diagonale :

« Il vient d’une famille modeste de Dubaï et a gravi les échelons rapidement. Il est célibataire depuis six ans. Je ne lui ai pas trouvé d’enfant. Son ex-femme et lui se sont séparés d’un commun accord, le divorce a été prononcé sans…

— Donc ce n’est pas risqué, on est d’accord, coupa Amalia.

— En tout cas, tu n’as pas à te méfier d’une épouse ou d’un époux.

— Ça me suffit.

— Tu ne veux pas plus de détails ? »

La sorcière haussa les épaules. Non, elle n’en avait pas besoin. Malo insista tout de même pour la renseigner sur sa religion, son engagement auprès des Cités Arabes et lui dressa la liste des derniers contrats de l’homme, mais Amalia ne l’écoutait que d’une oreille.

Iels terminèrent leur verre et leur cigarette, puis Amalia prit la route du Burj Khalifa. Elle comptait interroger Karl sur sa propre famille. Si elle voulait donner le change lors du repas de ce soir, elle devait s’informer des actualités politiques et industrielles des Hohenhoff.

Gabir se chargea de contacter Akio Liu, sans poser de questions. Le majordome confirma dans l’heure l’acceptation de l’invitation. Amalia, enchantée par le rôle qu’elle devait jouer, prit très au sérieux la préparation de son personnage. Elle serait cette aristocrate typique, celle qui, en se préoccupant d’une situation désespérée, s’achetait une conscience. Elle serait l’une de ces sorcières qu’elle méprisait.

Quand elle estima en avoir appris suffisamment sur les dernières affaires de sa famille, Amalia commença à s’apprêter.

Elle opta pour une superbe robe sur laquelle elle avait craqué dès son arrivée à Dubaï, quand elle s’était mise en tête de se constituer un bagage vestimentaire de luxe pour les cinquante années à venir. La longue tunique noire se fendait sur sa jambe gauche jusqu’au milieu de sa cuisse. Une fine dentelle partait de ses épaules et cerclait sa poitrine pour dégringoler sur ses hanches et se rejoindre dans son dos. On devinait sa peau claire à travers le jour brodé de la soie. Un simple sort de maintien permettrait de descendre le tissu sur ses bras et laissait nu sa gorge.

Elle se détailla dans le miroir, surprise. Elle avait oublié combien elle aimait ça. Se sentir belle n’était pas nouveau. Elle aimait qui elle était, ce à quoi elle ressemblait et n’avait aucun scrupule à l’affirmer. Elle aimait prendre soin d’elle. Elle aimait choisir ses tenues pour se mettre en valeur. Pourtant, depuis plusieurs années, elle ne se permettait plus ce genre de toilette. À Aon, elle se contentait d’habits simples et classiques, de préférence sans magie, aussi ses derniers souvenirs de pareilles parures dataient de son adolescence. Depuis, elle avait mûri. Ses courbes s’étaient affirmées, consolidées. La femme qu’elle avait en face d’elle portait à merveille ce type de vêtement.

Elle enfila une paire d’escarpins au talon bas et détailla ses cheveux. Courts, comme à l’habitude, ils contrastaient avec l’élégance de la tenue, ils la rajeunissaient. Peut-être les laisserait-elle pousser, à l’occasion.

Elle se maquilla, choisit un châle rouge à poser sur ses épaules et patienta, une cigarette entre les lèvres, le regard perdu sur Dubaï. Elle ne doutait pas de sa capacité à faire plier l’homme, mais elle ne pouvait s’empêcher d’appréhender la suite. L’argent suffirait-il ou aurait-elle à coucher avec lui ?

Gabir frappa à la porte et Amalia souffla sa fumée. Il était temps de jouer la femme hors de portée. Elle écrasa sa clope dans le vide et rendit au restaurant.

Le directeur de l’enclave, Akio Liu, l’attendait sur une petite table à l’écart des autres clients. Un sortilège de discrétion les entourait, précaution élémentaire assurée par l’hôtel pour garantir une parfaite confidentialité a ses hôtes. Ils pourraient parler de leurs affaires tranquillement.

« Madame Hohenhoff ?

— C’est bien moi. Monsieur Liu. »

Elle serra la main qu’il lui avait tendue en se levant à son approche et s’assit avec un mouvement gracieux.

« Je suis vraiment heureuse que vous ayez répondu à mon invitation.

— Une invitation par la famille Hohenhoff ne se refuse pas, voyons.

— Un homme occupé comme vous aurait eu de bonnes raisons de refuser. J’espère ne pas vous faire perdre d’argent ce soir.

— Je suis certain de pouvoir tirer meilleur profit en votre compagnie que de la réception mondaine à laquelle j’étais convié. »

Ils échangèrent un regard entendu, on leur apporta un vin pétillant à méthode champenoise – un alcool aussi rare que cher – et ils s’adonnèrent aux banalités classiques d’une introduction de repas aristocrate. Ce fut, pour Amalia, le début d’une longue soirée particulièrement inintéressante, ponctuée de considération économique dont elle n’avait que faire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Leah Nash


Alors que les dernières minutes de ma très longue vie s’écoulent, je repense à au jour où ma liberté me fut rendue. À celle qui s’est soulevée contre sa propre espèce pour me sauver.
Des centaines d’années auparavant, le monde dans lequel je vis était des plus cruel envers mon espèce. Il faut dire que les humains font tout pour contrôler ce qui leur fait peur, et nous leur faisions extrêmement peur. C'est à cause de cette peur et de cette cruauté que je vécu le début de ma vie en captivité, et la plus grande partie de celle-ci à me défendre dans leurs arènes. Comme les gladiateurs combattaient des lions il y a des siècles, les hommes combattaient des dragons. Nés en captivité ou capturés, nous étions forcés de nous battre pour le plaisir des humains, ou de périr sous leurs coups. Nous qui étions autrefois gigantesque et fort, étions devenu de la taille d’un cheval et beaucoup plus faible. J'étais l’un des plus fort (si on peut appeler cela de la force), ce qui fit de moi le dragon le plus prisé, et tous les gladiateurs voulaient être celui qui mettrait fin à ma misérable vie. Les ailes parfois brisées ou fendues, nos cornes lacérées, nos corps meurtris par les coups d’épées et de lances étaient les quelques preuves du traitement ignoble que nous accordaient les humains. Nous vivions sous l’arène, dans des pièces étroites et noires à en devenir fou. Certain sont mort de folie, au milieu des cris et coups en tapant dans les murs. Nous avions à peine de quoi manger : quelques morceaux de viande plus ou moins frais selon notre popularité parmi les spectateurs. Nos nuits étaient faites de cauchemars, de douleurs, de lamentations et d’odeur infecte de sang, signe que la mort approchait. Les journées, elles, étaient pires : l’attente du combat, se dire qu’il s’agissait peut-être du dernier. Mais rien de comparé aux cris de joie des spectateurs à chaque coup reçu, au peuple qui criait “MORT” au gladiateur au-dessus de sa victime à bout de force, attendant le choix de ses supporteurs. Voilà la vie que menait les créatures autrefois nobles, fières et fortes. En tout cas, jusqu'à ce que notre héroïne n’apparaisse.
Vibia était son nom. Elle était la fille d’un lanista. Elevée dans le monde des gladiateurs, elle ne s’était pourtant pas habituée à la violence et l'atrocité des combats. Elle était d’une nature gentille et juste, tout l’inverse de son père.
Un jour où je sentais que ma fin était proche, Vibia s’était introduite dans nos quartiers sous l’arène. Ce n’était pas la première fois qu’elle venait nous rendre visite. Elle nous regardait un par un avec un visage grave et triste. Mes pauvres petits, dit-elle.
Elle s’approcha de ma prison. Arkos. Tu es donc là. Je crois avoir entendu que c’est toi qui combats dans le dernier affrontement aujourd’hui...
Oui, c’était bien moi. J'étais étonné qu’elle sache mon nom, peut-être m'avait-elle reconnu ?
Sa visite était plus qu’agréable. Elle était bien la seule à ne pas crier, ou taper sur la porte pour nous stresser, ni à rentrer, arme au poing pour nous affaiblir d’autant plus avant d’aller mourir. Sa petit voix douce et chaude me procurait une sensation que je ne pouvais décrire, ne la connaissant pas jusque-là. Si seulement elle savait que sa présence même suffisait à me donner espoir de vivre encore une journée, de gagner. Elle était la seule humaine digne de son espèce. La seule éprouvant de la sympathie, la seule qui soit raisonnable et juste dans cette ville. La seule que je n’ai jamais respecté de ma vie.
Elle partit, et j’entrais dans l’arène. Le sang de mes congénères sur le sol, mêlé à des morceaux de leur peaux me mirent hors de moi. Je regardais autour : les spectateurs, toujours aussi nombreux me regardaient en criant le nom de mon adversaire “COSSIUS”. Le combat commença. Cossius était un redoutable adversaire. Armé d’un large bouclier et d’une masse, chacun des coups qu’il portait et m’atteignait me mettais à sang. Un coup sur la tête et je me trouvais au sol. Alors que tout semblait perdu, je fus rejoins par d’autres dragons. Jamais cela n’était arrivé, cela ne se pouvait ! Les spectateurs se mirent à crier et à partir en courant. Le filet au-dessus de l’arène qui nous empêchait de voler à l’extérieur tombât sur nos têtes. Les cordes qui le tenant avaient été coupées. Vibia arriva et nous délivra. C’était elle qui avait ouvert toutes les portes aux autres dragons, et elle nous délivrait, épée à la main, vêtu d’une légère armure de cuir marron. Je me souviendrai toute ma vie de ce moment. Le moment où, avec elle sur le dos je m’envolais enfin pour la première fois vers la liberté, entouré de ceux qui avaient souffert les pires atrocités en même temps que moi.
2
2
4
3
Défi
Anneh Cerola

Tirant à vue
En intervalles réguliers
Petites touches saccadées
Tu vrilles mes pensées
D'ondes sonores
Qui s'immiscent
Incolores

Voilà que l'éclair survient
Se rapproche de moi
Plus proche encore
Illusion ou réalité ?
Ma peau se hérisse
D'anxiété

Pause bienvenue
L'impression que tu t'en vas
Mais le leurre est rusé
À nouveau tu reviens
Faire battre mon coeur
Au rythme de ta chaleur

Faces encapuchonnées
Sourires rapaces
Ta veste de cuir figée
Souligne ton regard vermeil
Enfonce un pieu
Dans mon âme en sommeil

Martèle
Martèle
Martèle
Puis la fin
5
8
0
0
Charlie Jdan
Dans la rue, on croise des gens,
Leur vie, leurs pensées, on passe à côté,
Sans s'en soucier.
5
5
0
2

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0