Alan

5 minutes de lecture

Leur discussion s’étira jusqu’au milieu de la nuit, puis Malo déclara qu’iel devait aller se coucher. Si Amalia gérait ses horaires de travail comme elle l’entendait, ce n’était pas le cas de l’humain⋅e. La porte refermée, le silence tomba sur l’appartement. La sorcière décida de prendre, elle aussi, quelques heures pour se reposer.

Amalia ne parvint pas s’endormir. Les yeux grands ouverts, elle réfléchissait à Malo, son frère et cette communauté en perdition. Délocaliser une centaine d’habitants dans un désert inaccessible à Leuthar… Elle ne savait pas si elle trouvait cette idée délirante ou géniale. Alan ne faisait pas les choses à moitié.

Leur village avait attiré les foudres des Vestes Grises en osant se lever frontalement contre ses attaques, quelques mois après son départ d’Aon. La vie en Bretagne suivait son cours. Les assassins de son homme et sa fille persistaient dans leurs violences systématiques.

Amalia éprouvait quelque chose de grisant, un certain réconfort à l’idée qu’ils défiaient l’Ordre ; mieux, qu’ils défiaient Leuthar.

Mais ils n’étaient pas pour autant sortis de leurs emmerdes.

La sorcière ne réussissait pas à calmer sa colère. Une population entière, réfugiée aux abords de la ville, risquait de mourir à cause de l’avarice des Cités arabes. L’eau de l’enclave devait servir en cas de coup dur. En quoi la situation des Bretons ne correspondait-elle pas à un coup dur ?

Amalia repoussa les draps et s’assit dans son lit, la tête entre ses mains, tendues. Elle devait les aider. Cette fois, après tout, elle n’arrivait pas trop tard. Elle se releva brusquement et passa sur le balcon. Une brise tiède soufflait sur les premières lumières de l’aube. La sorcière s’accouda à la balustrade et perdit son regard dans l’encre de la mer morte. Un fin sourire étira ses lèvres. Cette fois, elle disposait d’un atout de choix.

La jeune femme patienta jusqu’à une heure décente pour rappeler Malo sur son téléphone. Elle déploya un trésor d’arguments et de promesses pour lae convaincre de revenir chez elle. Hors de question, pour Malo, d’accueillir Amalia à son domicile, impossible d’en parler dans un lieu public, impensable d’échanger à propos du village sur le réseau. Malo accepta de repasser… ce qu’iel ne regretta pas lorsqu’Amalia lui exposa son idée.

« L’enclave d’eau, elle est gérée par un mec ou une nana ?

— Un gars, je crois », répondit Malo, perplexe.

Amalia sourit largement et déposa la carte de paiement confrère entre iels deux.

« Parfait. Combien, à ton avis, pour qu’il siphonne un peu d’eau pour vous ?

— Tu veux lui lâcher un pot-de-vin ? »

La sorcière haussa les épaules et adopta un air tout à fait charmant.

« Ça fonctionne dans la Fédération, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas le faire à Dubaï.

— Si le mec se laisse corrompre, je ne vois pas comment lui faire confiance, argua Malo, sceptique.

— S’il accepte la corruption, il a autant à perdre que vous, de son point de vue, à vous balancer. Tout est une question de pognon ou d’argument.

— Je ne pense pas que nos arguments l’intéressent.

— Il ne me restera plus qu’à être convaincante. »

Malo haussa un sourcil, pas certain⋅e d’avoir bien compris ce qu’Amalia sous-entendait. À l’œillade amusée qu’elle lui servit en réponse, elle avait bien l’intention de vendre ses faveurs. Mal à l’aise, iel ajouta :

« Je pensais que tu gardais un écart de sept ans… Il y a peu de chance que le gestionnaire de l’enclave soit un gars de ton âge.

— Pour le plaisir, par envie, oui, je tiens à ma limite d’âge. Pour arriver à mes fins… »

Elle haussa les épaules. Elle avait déjà couché pour du Rakabat. L’envisager pour permettre à une communauté entière de ne pas dépérir lui semblait une cause bien plus noble.

« Appelle ton frère, on aura son avis.

— Allons le voir, allons au village, ça sera plus sûr. »

Amalia hésita. Le breton, sur la plage, lui avait laissé une mauvaise impression. Elle en gardait l’image d’un gars violent, méfiant. Malo la rassura et lui certifia que, dans une situation normale, son petit frère était un homme tout à fait charmant, plein d’une joie de vivre tenace. Iel lui dressa le portrait d’une personne responsable, passionnée et hyperactive.

« Je te promets qu’il se tiendra bien. Si ce n’est pas le cas, je me chargerai de lui rappeler le sens de l’hospitalité. »

Iels laissèrent l’appartement d’Amalia pour prendre la route vers le village.

L’épreuve fut une vraie torture. Sur la piste à peine carrossable, les sursauts de la voiture manquèrent plus d’une fois de la faire rendre son léger petit déjeuner. Iels s’arrêtent à plusieurs reprises, pour qu’Amalia puisse marcher un peu. L’air brûlant du désert et sa chaleur écrasante valaient toujours mieux que l’insupportable roulis du 4x4.

Sans ses nausées, la jeune femme aurait sans doute apprécié la beauté austère du paysage. Le sable fin glissait sous les roues du véhicule et s’éloignait en filets d’or fluides. Pas de vent pour disséminer les grains derrière eux, pas plus que pour donner vie aux rares plantes sèches qu’iels croisaient. Pourtant, leurs traces s’effaçaient rapidement sous l’écroulement des paillettes de quartz. Au loin, on devinait une montagne, obstacle naturel à la montée des eaux provoquée par la le barrage entre le Golf Persique et la mer Arabique.

Malo arrêta le véhicule au milieu de nulle part et, contrairement aux précédentes haltes, en descendit.

« C’est à une centaine de mètres, on va terminer à pied, proposa-t-iel. Pour ne pas attirer l’attention. »

Amalia, livide, lui adressa un pauvre sourire, reconnaissante. Iels grimpèrent à la crête d’une dune, et la sorcière découvrit un village fait de vieilles pierres, à demi ensevelie sous le sable. Les habitants ne s’intéressèrent pas à iels, trop occupés à construire des murs autour des maisons pour les protéger du vent, à réparer les bâtiments, à balayer les espaces communs. Une tension palpable couvait sur le hameau. Les enfants jouaient en silence sur la place et les adultes parlaient tout bas des prochains travaux.

Ils avaient quitté leur région, leur congrégation, leur vie pour s’installer dans ces ruines. Ils avaient perdu tout confort, ils devaient s’adapter à un climat plus austère encore que celui de la pointe bretonne et ils n’étaient toujours pas en sécurité. Amalia tituba et s’appuya sur Malo. Leur sentiment d’urgence, de peur et d’amertume, lancinant, lui dévorait les entrailles.

« Malo ! s’exclama quelqu’un en sortant d’une des maisons de parpaing effrité

— Alan ! J’ai amené…

— Recule ! »

Alan marcha vers eux, menaçant. Il sortit une arme à feu de sa veste et la pointa vers la sorcière. Amalia rit, faiblement. Cela faisait longtemps que les mages avaient développé des sortilèges pour s’en protéger. De si loin, s’il tirait, la balle serait stoppée par un bouclier, un charme dormant, directement intégré à son concentrateur. Son hilarité énerva un peu plus le jeune homme. Toujours la même colère, la même inquiétude. Elle vacilla et se rattrapa à un mur qui s’effrita sous ses doigts. Elle lutta pour conserver son équilibre.

« Alan ! » cria Malo qui, en quelques enjambées, avait rejoint son frère

Sa voix vrillait d’une rage plus forte encore, d’une indignation profonde. Iel lui colla une baffe et tout s’arrêta autour d’eux.

« Est-ce que tu va m’écouter, crétin ? tonna-t-iel. J’ai promis que tout se passerait bien ! »

Les villageois, interdits, observèrent avec étonnement leur Yasard plier sous le soufflet. Incrédulité, méfiance, agacement, colère… Amalia s’effondra et perdit connaissance.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Isabelle K.
Petite histoire amoureuse de la littérature française ou comment lire autrement pour écrire autrement.

Réédition d'une ancienne œuvre, pour le fun et peut-être l'élan de l'achever.
Bonne lecture.
13
10
55
28
LightW
Andrew, orphelin à l'orphelinat Saint-James, s'inquiète de son futur. Tiraillé, méprisé, torturé, il vit une vie des plus horribles. Pourtant, lorsqu'un songe survient dans son esprit, il sait que rien ne sera plus comme avant. Il fait la rencontre des Travailleurs de Lumière qui surveillent le monde en autarcie, et découvre peu à peu qui ils sont. Et s'il était celui qui pouvait tout changer ? Et si une menace obscure était en train d'envahir le monde ?
2
7
4
14
Défi
Eric Kobran

"Mes enfants, je vous quitte ce soir. Je ne vous apprends rien car si vous êtes à mon chevet, c'est bien pour me dire adieu. Ou au revoir.
Adieu ou au revoir. En voilà un drôle de choix. Le premier vous donne l'assurance de me laisser partir au paradis, auprès d'un être suprême, notre créateur bienveillant et miséricordieux. Le deuxième est une promesse d'heureuses retrouvailles, dans une autre réalité, ce qui au passage serait pour moi un paradis plus appréciable encore.
A bien y réfléchir, dans les deux cas, vous me souhaiteriez une joyeuse existence après mon trépas. Vous avez donc la Foi.
Je vous vois froncer les sourcils. Cela ne devrait pas me surprendre. Votre mère et moi vous avons éduqué dans une laïcité républicaine et humaniste. Et aussi dans le respect des deux religions dans laquelle nos parents nous ont élevé, comme nous l'avions promis au prêtre qui nous a marié.
Mais ne confondez pas les religions et la foi. Cette dernière n'exige ni les ors d'un palais, ni le faste d'un clergé, ni les rituels séculaires et symboliques, ni l'obéissance aveugle à des préceptes hors du temps.
Car chaque fois que vous levez les yeux au ciel en soupirant pour que quelque chose se passe bien, chaque fois que vous vous demandez ce que vous faites sur Terre, chaque fois que vous vous émerveillez devant les couleurs extraordinaires d'une forêt en automne ou d'un papillon, vous faites un acte de Foi. Dans ces moments là, votre esprit se porte au-delà de la réalité que vos yeux ne font qu'observer.
Vous pouvez être le plus grand scientifique de tous les temps, le philosophe le plus éclairé de l'Histoire, la personne la plus terre à terre qui soit ; dans un grand moment de désespoir, vous aurez toujours un regard vers le ciel, adressant une supplique muette et sans destinataire particulier. Une prière.
Cette Foi nous aide pour surmonter ce qu'on ne comprend pas, ce qu'on ne maitrise pas. Paradoxalement, c'est toujours la Mort qui reste la plus grande énigme de notre vie.
Au fil des années, je me suis forgé ma propre idée de l'existence et de la manière de profiter de la période séparant son début et sa fin, à partir de mon expérience, de mes lectures, de mes voyages. Chaque rencontre a enrichi ma foi personnelle jusqu'à arriver à une réponse complètement irrationnelle, totalement imaginaire et tout à fait satisfaisante.
Ce soir, je meurs donc. Et j'emporte avec moi cette réponse. Car elle ne vous servirait à rien. Nous n'avons pas eu les mêmes expériences ni les mêmes rencontres. Nous n'avons pas eu les mêmes problèmes à résoudre, ni les mêmes drames à surmonter.
Sachez juste que je meurs heureux. Et c'est ce que j'ai toujours voulu.
...
Finalement, cette réponse, je viens de vous la donner."

7
10
2
2

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0