Les batisseurs

4 minutes de lecture

Amalia s’acclimata vite à Dubaï. À travers la ville, elle se découvrait une autre façon d’être qu’elle appréciait. À choisir, elle se sentait tout de même plus à l’aise dans un environnement où l’on ne la traitait pas comme un monstre…

Si dépenser le plus d’argent Confrère possible restait un de ses objectifs, interagir avec la communauté locale devint rapidement une de ses priorités. Elle voulait œuvrer pour la collectivité pour mieux s’y intégrer.

Avec son parler fédéral natif, elle trouva un emploi dans la semaine. Les mages-bâtisseurs venaient du monde entier pour travailler à Dubaï. Certains d’entre eux étaient originaires de la Fédération. Amalia effectuait un premier tri parmi ces arrivants ; elle éditait ensuite une note de synthèse à leur propos, pour le cabinet d’architectes avec qui elle collaborait.

Ses deux patrons, un couple de soixantenaires réservés, ne trouvaient rien à redire à son sujet : elle s’immergeait dans la tâche pour un salaire plus bas que la moyenne.

En deux semaines, elle avait pris le rythme soutenu d’un rendez-vous par jour.

Elle rencontrait des enchanteurs passionnés, talentueux et perfectionnistes. Tantôt très abordables, tantôt imbus de leurs personnes, elle s’adaptait à eux facilement.

Un repas suivi d’une heure de synthèse… elle trouvait dans ce rythme un équilibre très agréable entre travail et loisir.

« Est-ce que tu te rends compte que c’est un des métiers les plus valorisés dans toute la Fédération, mage-bâtisseur ? C’est vraiment fou d’en rencontrer autant ! »

Assise dans un café, un cocktail à la main, une cigarette dans l’autre, Amalia profitait des derniers rayons de soleil avec Okoro. Après avoir été un amant, Okoro était devenu un très bon ami. Ils s’entendaient bien.

« Je les comprends… concéda-t-il. Dubaï, c’est une façon tout à fait différente de vivre leur métier.

— J’en ai eu un qui s’est mis à bander en voyant des plans de building exposés au cabinet… »

Okoro commença à pouffer, mais Amalia l’arrêta :

« Arrête, je suis certaine que t’as fait pareil quand t’es arrivé de Johannesburg. »

Né à Paris, Okoro avait suivi sa mère tout gamin à Johannesburg où il avait fait ses études en infomagie dans une prestigieuse école. Il avait beaucoup voyagé par la suite et était tombé amoureux de Dubaï. Il était devenu citoyen des Cités Arabes depuis dix ans. Un parcours atypique qui plaisait à la sorcière. Il avait vécu à plusieurs endroits, il était riche d’expérience. Plus qu’elle.

« T’as pas tout à fait tort », concéda-t-il un peu gêné.

Amalia rit et termina son cocktail. Elle glissa sa carte au-dessus du capteur de paiement, à même la table et, comme d’habitude, régla les deux consommations.

« Je te laisse. J’ai une cliente ce soir.

— N’hésite pas à passer chez moi après, ma porte t’est ouverte. »

Elle lui sourit en réponse, amusée.

« Ça dépendra de l’heure… »

D’ici quelques semaines, elle pourrait passer son permis de transfert local. En attendant, elle profitait de l’agitation toute relative de la ville et rentrait à pied.

Après une douche expresse, Amalia choisit une tenue élégante pour le club où elle se rendait ce soir. Un pantalon de soie blanche, un chemisier noir, des talons… Elle souriait en s’apprêtant.

« Kurt, envoie une voiture chercher Melania Pacher à son hôtel. J’irai au Kaminn à pied.

— C’est fait !

— Merci, Kurt. »

Elle s’évertuait à remercier l’intelligence artificielle, même si cela ne servait à rien. Qui sait ? Peut-être qu’un jour ces robots prendraient le contrôle de la ville… elle apprécierait certainement de bien avoir traité le sien.

Prête, elle se rendit au Kaminn, l’endroit idéal pour impressionner les profils jugés pertinents pour le cabinet. D’abord réticente à l’idée de se retrouver dans le bar mentionné par le breton quelques semaines plus tôt, sa première visite dans le restaurant l’avait conquise. Le patron modifiait l’établissement selon le souhait des clients. L’édifice, un bijou de technomagie, littéralement plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur, bluffait à coup sûr les bâtisseurs et bâtisseuses.

La sorcière y réservait toujours une salle assez vaste pour accueillir un petit groupe, même si elle avait rarement rendez-vous avec plus d’une personne à la fois. Une attention liée au calme et à la confidentialité de leurs échanges, à laquelle ses employeurs tenaient.

Son arrivée au Kaminn se déroula sans encombre. Stephen, le patron, la reçut avec un grand sourire.

« Madame Elfric, heureux de vous revoir. Comment allez-vous ?

— Très bien. J’attends la mage Melania Pacher.

— C’est entendu. Votre table est prête.

— Merci Stephen. Je prendrai un verre de vin blanc. »

Elle traversa trois salles, toutes décorées d’une couleur différente, et rejoignit la table basse où elle passerait la soirée. Elle s’assit sur le coussin à même le sol et plongea son regard dans le bleu immobile de la mer. Une voix très polie, dans son dos, attira son attention. Elle tourna la tête et découvrit une serveuse qu’elle avait déjà aperçue plusieurs fois, mais qui n’avait jamais été chargée de s’occuper d’elle. La jeune femme aux traits carrés posa le verre devant sa cliente avant de se présenter.

« Bonjour, Madame, je suis Malo, je serai à votre service ce soir. »

Malo. L’écho lointain de la discussion du breton sur la plage lui revint de plein fouet. Le prénom, typiquement celte, ne lui laissait aucun doute : c’était bien la même personne. Quelles étaient les chances qu’elle tombe dessus plus de deux semaines plus tard ? Amalia fronça les sourcils et répéta :

« Malo ?

— Oui, Madame. »

Amalia la dévisagea ; grande, les épaules larges et un beau sourire très professionnel, la femme devait avoir trente-cinq ans, du moins si elle était bien humaine. Très loin de l’idée de la fille apeurée que la sorcière s’était faite après avoir entendu le breton l’engueuler. Cette Malo dépassait le gars sur la plage d’une bonne tête et demie.

« Madame Elfric ? »

La sorcière tourna la tête. Son rendez-vous venait d’arriver. Malo n’était pas sa priorité, elle l’effaça de ses pensées pour la soirée. Amalia se releva et serra la main de la bâtisseuse avec un grand sourire.

« C’est moi. Melania Pacher ? Enchantée. Vous avez fait bon voyage ? »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Leah Nash


Alors que les dernières minutes de ma très longue vie s’écoulent, je repense à au jour où ma liberté me fut rendue. À celle qui s’est soulevée contre sa propre espèce pour me sauver.
Des centaines d’années auparavant, le monde dans lequel je vis était des plus cruel envers mon espèce. Il faut dire que les humains font tout pour contrôler ce qui leur fait peur, et nous leur faisions extrêmement peur. C'est à cause de cette peur et de cette cruauté que je vécu le début de ma vie en captivité, et la plus grande partie de celle-ci à me défendre dans leurs arènes. Comme les gladiateurs combattaient des lions il y a des siècles, les hommes combattaient des dragons. Nés en captivité ou capturés, nous étions forcés de nous battre pour le plaisir des humains, ou de périr sous leurs coups. Nous qui étions autrefois gigantesque et fort, étions devenu de la taille d’un cheval et beaucoup plus faible. J'étais l’un des plus fort (si on peut appeler cela de la force), ce qui fit de moi le dragon le plus prisé, et tous les gladiateurs voulaient être celui qui mettrait fin à ma misérable vie. Les ailes parfois brisées ou fendues, nos cornes lacérées, nos corps meurtris par les coups d’épées et de lances étaient les quelques preuves du traitement ignoble que nous accordaient les humains. Nous vivions sous l’arène, dans des pièces étroites et noires à en devenir fou. Certain sont mort de folie, au milieu des cris et coups en tapant dans les murs. Nous avions à peine de quoi manger : quelques morceaux de viande plus ou moins frais selon notre popularité parmi les spectateurs. Nos nuits étaient faites de cauchemars, de douleurs, de lamentations et d’odeur infecte de sang, signe que la mort approchait. Les journées, elles, étaient pires : l’attente du combat, se dire qu’il s’agissait peut-être du dernier. Mais rien de comparé aux cris de joie des spectateurs à chaque coup reçu, au peuple qui criait “MORT” au gladiateur au-dessus de sa victime à bout de force, attendant le choix de ses supporteurs. Voilà la vie que menait les créatures autrefois nobles, fières et fortes. En tout cas, jusqu'à ce que notre héroïne n’apparaisse.
Vibia était son nom. Elle était la fille d’un lanista. Elevée dans le monde des gladiateurs, elle ne s’était pourtant pas habituée à la violence et l'atrocité des combats. Elle était d’une nature gentille et juste, tout l’inverse de son père.
Un jour où je sentais que ma fin était proche, Vibia s’était introduite dans nos quartiers sous l’arène. Ce n’était pas la première fois qu’elle venait nous rendre visite. Elle nous regardait un par un avec un visage grave et triste. Mes pauvres petits, dit-elle.
Elle s’approcha de ma prison. Arkos. Tu es donc là. Je crois avoir entendu que c’est toi qui combats dans le dernier affrontement aujourd’hui...
Oui, c’était bien moi. J'étais étonné qu’elle sache mon nom, peut-être m'avait-elle reconnu ?
Sa visite était plus qu’agréable. Elle était bien la seule à ne pas crier, ou taper sur la porte pour nous stresser, ni à rentrer, arme au poing pour nous affaiblir d’autant plus avant d’aller mourir. Sa petit voix douce et chaude me procurait une sensation que je ne pouvais décrire, ne la connaissant pas jusque-là. Si seulement elle savait que sa présence même suffisait à me donner espoir de vivre encore une journée, de gagner. Elle était la seule humaine digne de son espèce. La seule éprouvant de la sympathie, la seule qui soit raisonnable et juste dans cette ville. La seule que je n’ai jamais respecté de ma vie.
Elle partit, et j’entrais dans l’arène. Le sang de mes congénères sur le sol, mêlé à des morceaux de leur peaux me mirent hors de moi. Je regardais autour : les spectateurs, toujours aussi nombreux me regardaient en criant le nom de mon adversaire “COSSIUS”. Le combat commença. Cossius était un redoutable adversaire. Armé d’un large bouclier et d’une masse, chacun des coups qu’il portait et m’atteignait me mettais à sang. Un coup sur la tête et je me trouvais au sol. Alors que tout semblait perdu, je fus rejoins par d’autres dragons. Jamais cela n’était arrivé, cela ne se pouvait ! Les spectateurs se mirent à crier et à partir en courant. Le filet au-dessus de l’arène qui nous empêchait de voler à l’extérieur tombât sur nos têtes. Les cordes qui le tenant avaient été coupées. Vibia arriva et nous délivra. C’était elle qui avait ouvert toutes les portes aux autres dragons, et elle nous délivrait, épée à la main, vêtu d’une légère armure de cuir marron. Je me souviendrai toute ma vie de ce moment. Le moment où, avec elle sur le dos je m’envolais enfin pour la première fois vers la liberté, entouré de ceux qui avaient souffert les pires atrocités en même temps que moi.
2
2
4
3
Défi
Anneh Cerola

Tirant à vue
En intervalles réguliers
Petites touches saccadées
Tu vrilles mes pensées
D'ondes sonores
Qui s'immiscent
Incolores

Voilà que l'éclair survient
Se rapproche de moi
Plus proche encore
Illusion ou réalité ?
Ma peau se hérisse
D'anxiété

Pause bienvenue
L'impression que tu t'en vas
Mais le leurre est rusé
À nouveau tu reviens
Faire battre mon coeur
Au rythme de ta chaleur

Faces encapuchonnées
Sourires rapaces
Ta veste de cuir figée
Souligne ton regard vermeil
Enfonce un pieu
Dans mon âme en sommeil

Martèle
Martèle
Martèle
Puis la fin
5
8
0
0
Charlie Jdan
Dans la rue, on croise des gens,
Leur vie, leurs pensées, on passe à côté,
Sans s'en soucier.
5
5
0
2

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0