Brad#49 - Le devoir

2 minutes de lecture

Le bruit retentissait au-delà de l’écurie. Le choc répété du métal contre le métal, tantôt crissement tantôt fracas. Je m’avançais encore, incapable de m'arrêter. Un « outch » retentit et je me précipitais. Elle se relevait déjà. Son poignet était trop raide. Sa jambe droite, un brin trop excentrée. La deuxième attaque la mit à nouveau à terre. Elle releva crânement le menton. J’étais trop loin pour entendre sa répartie. Le colosse qu’elle affrontait rigola en se tenant les côtés.

Gavin était un bon partenaire. Fort comme un bœuf mais bienveillant. Contrairement à ceux qu’elle affronterait bientôt. Voilà, ma petite-fille se transformait en guerrière. Mon cœur se serrait sans que je sache quel sentiment l’emportait : la peur de la perdre, la fierté face à ses talents à l’épée et à sa ténacité ou la pesante certitude des changements qui suivraient inexorablement sa première bataille.

On apprend des postures, des enchainements, des parades. Rien ne prépare aux cris, à l’odeur du sang et des entrailles, à la mort donnée à un autre humain. Son cœur, son âme, seraient meurtris. Elle apprendrait, comme les autres, à jeter un voile sur ses souvenirs importuns. Prendraient-ils également le pouvoir sur ses nuits solitaires avec les années ? Je les voyais encore, leurs visages, tous ces visages à l’agonie. Ceux que j’avais connus ressortaient du flot de sang qui s’abattait parfois sur mes rêves avec des pourquoi, des reproches et de longs hurlements de douleurs. Une vive douleur me força à déplacer mon poids sur la gauche. Ma hanche se rappelait à moi, le souvenir d’une vieille blessure. Qu’importaient les blessures, l’important était de rester debout après les autres.

La maitresse-lame m’aperçut. Nous échangeâmes un lourd regard, chargé de savoir. Elle s’inclina. Son élève était prête. Je reculai et me tournai vers mon ordonnance qui essayer de ne pas trépigner de mon silence. Je l’observais un instant. De qui était-il le neveu déjà ?

« Majesté, le général Arland attend votre réponse depuis hier... » Répéta-t-il, la voix anxieuse.

Pauvre garçon, il avait bien maigri depuis qu’il avait pris son poste. Etre le messager entre le général et la reine n’était assurément pas son objectif quand il avait fait jouer les relations de son duc d’oncle. Chacun de nous devait occuper sa place. Il avait de la chance de rester à l’arrière, d’une certaine manière. J’aurais tant voulu que mon héritière soit en sécurité. Je haussais les épaules devant cette pensée indigne de ma charge comme de la sienne. Régner, c’est affronter les dangers qui menacent son pays.

« Vous pouvez lui confirmer : ma petite-fille sera le porte-étendard de notre bannière. Elle rejoint le premier régiment des Dragoners dès demain. Ainsi débute la guerre. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Lisa.D ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0