Brad#34 - Humble posture

4 minutes de lecture

Présentation de l’essai de Mme Erine Eytron: « L’être humain dans une humble posture est-il humble ? »

(Extrait du discours inauguratoire)

« Bonsoir mesdames, messieurs,

Avant toute chose, je tiens à remercier le Professeur Hache sans lequel je ne serai pas devant vous aujourd’hui. Il m‘est permis d’évoquer notre passé commun pour éclairer la portée de cet essai dont je ne vous cacherai pas plus longtemps la conclusion : cela dépend de l’homme.

Monsieur, je vois votre sourire narquois. Je n’ai pas dit "ça dépend, ça dépasse". Je ne saurais dire s’il existe un lien entre dimension et humblitude. Certains se la jouent grosse alors qu’ils mériteraient de rester modestes.

Je disais donc, cela dépend de l’homme. Car pour la femme, je vous dirais qu’elle n’est ni plus, ni moins humble, aux toilettes qu’ailleurs. Je fais l’hypothèse que l’obligation d’écarter les jambes devant un inconnu de l’adolescence à la ménopause n’y est pas pour rien.

Les hommes essaient d’être, de représenter, même aux WC. Je me rappelle ce jeune homme très maigre qui me lança un billet de cinquante francs… Pensiez-vous que cet essai était basé sur une petite centaine de personnes comme le marketing le veut ces jours-ci. Que nenni, cet essai est le reflet de dizaines d’années d’observations sur plusieurs milliers de Parisiens.

Reprenons.

Cet homme élégamment vêtu entra dans un cabinet, fit furtivement son affaire et ressortit en ayant omis de remettre dans son pantalon la chemise dont l’étiquette devenait visible. Un homme distrait ou en veine d’argent récente, je ne sais mais il était probablement moins humble ce jour-ci que les précédents.

J’aimerais évoquer pour vous le tournant de ma vie professionnelle :

C’était il y a tous juste cinq ans et trois jours. A dix heures, Monsieur Hache entra dans le vestibule orange et vert, décision malheureuse de la direction du centre commercial, et comme à son habitude me fit un sourire distrait avant de poser cinq euros sur mon comptoir. Ce montant pourrait paraitre excessif. En vérité, il était largement supérieur à celui de mois précédents. Seulement le quinquagénaire échevelé monopoliserait ce jour, comme le reste de cette semaine, les toilettes pendant trente minutes. Il ressortirait le visage crispé, la démarche fuyante, le regard fixé sur ses chaussures.

Durant trois jours, j’hésitais. Le quatrième, je me portais à sa hauteur et lui dit le plus simplement du monde : « Monsieur, vous devriez aller faire des examens. Vos selles m’inquiètent. ».

Il sursauta. Je continuais : « je pense que vous devriez consulter un docteur des intestins avant d’avoir de gros ennuis ».

Oui, cela c’est passé ainsi.

Homme sensible aux intuitions, il vit un confrère le jour même et après quelques examens eu confirmation de mes dires. Il me fit l’honneur de revenir me voir après trois jours d’absences qui m’inquiétèrent fort. Il me regarda attentivement pour la première fois et s’enquit : « Madame, que pensiez-vous donc que j’avais pour me mettre ainsi en garde et qu’est-ce qui vous a mis sur la piste ?»

Je pris le temps de formuler mon propos :

« J’hésitais à dire vrai entre une hémorroïde sur le point de se rompre, au vu de vos légers couinements de douleurs – les sons portent loin dans les toilettes - et des polypes à croissance rapide qui vous aurez poussé à des manœuvres hasardeuses. La présence de traces sombres au fond de l’amphore me fait pencher pour la deuxième. Mais je puis m’être trompée car les polypes ne devraient pas vous occasionner de douleurs.»

« Incroyable » me répondit-il alors. Avant de m’interroger : « D’où tenez-vous cette science ? »

Je lui répondis à peu près ceci : « Voyons monsieur, vous ne pensiez pas que mon attention pouvez voguer vers de verts pâturages dans cet environnement. Ce métier vous rend pragmatique et attentive. L’on travaille à l’oreille. L’on sait quel sera l’état des locaux avant même qu’ils remplissent leurs offices. Question de visage et de démarche.»

Voici ce que fut sa réponse : «Et bien chère madame, vous m’avez peut-être sauvé la vie ! J’ai des polypes effectivement et l’un s’étire sur une hémorroïde à l’inflammation parmi les plus impressionnantes qu’ait vu mon collègue. Sa fragilité était telle que, sans intervention, elle aurait pu céder à n’importe quel moment et entrainer une hémorragie massive. Grâce à vous, elle est cautérisée et le polype retiré. Avez –vous d’autres symptômes pour d’autres maladies ? Je me présente : professeur Hache, je suis chercheur en érotologie.»

Et il me serra a main, un geste rare dans ma profession. Nous partîmes alors dans une de ces discussions qui font et défont une vie. Il hochât la tête souvent et nous en vîmes à concevoir la possibilité de ce séminaire.

Bien sûr, il fallut s’abord que je démontrasse mes connaissances de l’être humain au travers d’un mémoire dans le cadre d’une thèse sociologique. Mon expérience s’avéra tout à fait pertinente pour décrocher ce certificat d’aptitude. Et me voilà aujourd’hui devant vous avec le curriculum vitea le plus improbable pour un séminaire devant de si belles têtes pensantes : Dame pipi, certifiée en postures humaines et système digestif.

L’oratrice se tut un instant et la salle applaudit.

Ce prologue s’achevant, je vous propose de passer à la partie quui vous intéresse : l’étude socio-scientifico-intestinale de cette présentation….

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Lisa.D ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0