27. Punitions.

3 minutes de lecture

La lumière brillante qui s'engouffrait dans la caverne s'adoucit. La nuit s'allongeait tendrement sur le jour. Le calme et le silence étaient revenus. Les lieux semblaient n'avoir jamais connu la violence.

Seul, immobile, Grys se tenait debout au milieu des cadavres. Il ressassait le combat, tentant de trouver une explication à cette débâcle. Toute son équipe occit par une gamine. Elle bougeait tel un animal qui anticipait chaque mouvement. Il se sentait impuissant. Serrant les poings, il expulsa sa frustration dans un cri de rage aussi soudain que bref.

Les échecs s'accumulaient au dessus de lui et commencaient à effriter sa confiance.

Il tentait de récupérer son calme quand les deux mercenaires fuyards se présentèrent, la mine défaite, devant lui.

- Vous êtes au courant que je déteste les déserteurs?

Le plus grand des deux répondit d'une voix mal assurée.

- Désolé Grys mais cette fille était un vrai démon. On n'était pas de taille.

- C'est vrai. Il fit une pause en faisant claquer sa langue sur son palais. C'était un démon. Vous avez voulu sauver votre peau, je peux comprendre les gars. Vraiment.

- Tu vois nous revenons de nous même.

- Oui je vois et c'est ce qu'il fallait faire.

- Je savais que tu comprendrais Grys! Il donna un coup de coude complice à son camarade.

Grys reprit.

- Oui c'est ce qu'il fallait faire, comme ça je n'aurais pas à perdre mon temps pour vous retrouver.

Les deux mercenaires se regardèrent.

Ils étaient déjà condamnés à l'instant ou ils se retournèrent vers Grys. Les deux dissidents tombèrent le ventre ouvert, tentant désespérément de retenir leurs entrailles. Grys trouva la situation presque comique. Cet espèce d'instinct de survie ridicule, retenir ses intestins en espérant quoi? Les remettre et se recoudre après?

Il sourit laissant les mercenaires exhaler leur dernier soupir dans une mare de sang et de tripes.

Le châtiment était nécessaire. Par cela le respect et la crainte demeuraient, de plus régler ses comptes ainsi lui avait fait un bien fou.

Son esprit serait plus détendu.

Grys était dans une impasse. Où était ce Loup?

Il s'assit un rocher bien plat et sorti de son sac une petite pipe déjà pleine. Il l'alluma avec un briquet d'amadou. Le mélange d'herbes concocté par son herboriste lui procurait un bien-être bienvenue. Parfois les idées venaient plus vite.

Cette fois les idées ne vinrent pas mais les ennuis se profilèrent à l'horizon sous la forme d'Alzebal et de Lodith la géante toujours aussi élégante. Leurs silhouettes venaient d'apparaitre à l'entrée de la caverne. Elles marchaient lentement avec arrogance. Grys resta assis quand les deux femmes arrivèrent à sa hauteur.

- Alors mon époux. Encore un échec!

- Ils étaient nombreux et redoutables ma chère et tendre.

- C'était juste une gamine Grys.

Grys sourit.

- Déjà au courant?

- J'ai mes sources.

Son regard brillait de fureur.

- Tu es un incapable. Je te faisais confiance.

- Moi aussi je te faisais confiance ma douce. Au fait quand ton mage de pacotille est revenu, tu lui as demandé quel goût a le sable dans cette grotte?

- Il n'était là qu'en soutien. Il n'aurait même pas du intervenir et il t'a sauvé la vie.

- C'est une façon de voir les choses.

Grys n'avait qu'une envie c'est de lui sauter à la gorge. L'amour, le respect qu'il lui vouait en d'autres temps avaient disparu depuis qu'il savait pour ses mensonges. Il respira plus fort pour se calmer.

- Je ne peux plus te faire confiance mon amour. C'était ta dernière chance. Je t'ai écouté. J'ai accepté ton plan. Mais là c'est trop. Alzebal secouait la tête. Ses cheveux bruns bouclés se balançaient lentement. Il la trouva belle pendant un court instant.

- Qu'est ce que tu vas faire? Me tuer? Grys souriait.

- Oui effectivement.

Grys resta interdit pendant une seconde par la réponse, la bouche ouverte de surprise puis il se mit à rire. Un fou rire. Il en pleurait.

Lodith se mit à rire également. Alzebal aussi. Un rire contagieux.

Un rire qui permit à Grys de mettre les voiles. Lodith ne réagit que trop tardivement. Grys sauta dans le portail non sans avoir lancé un coutelas vers les deux femmes. Il toucha la géante à la cuisse. Il rata Alzebal. Il n'eut le temps d'entendre le cri de colère des deux femmes.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

MoonLight


Un immense sentiment de soulagement envahit Alice quand elle débrancha son radio-réveil. C'était fini. Plus de patron, plus de collègues, plus de rapports à finir en urgence, plus rien. La liberté. Elle souriait intérieurement en imaginant la tête qu'ils allaient faire au bureau en apprenant la nouvelle : elle n'irait plus travailler, plus jamais. Sa décision avait été longuement réfléchie. Cela faisait des années qu'elle y pensait, mais elle s'était décidée l'été précédent, pendant ses vacances dans le Sud, en contemplant le bleu turquoise de la piscine de l'hôtel. Elles étaient si bien ces vacances qu'elles ne pouvaient pas s'arrêter, ce n'était pas possible. Ce seraient des vacances pour toujours, point final. Et tant pis si ça allait être dur, s'il allait falloir se priver. Après tant d'années à trimer pour un patron si peu reconnaissant, elle avait décidé de mettre un terme à cette vie privée de sens.
- Chérie, chérie, réveille-toi, tu es en retard, il est presque 7h30 !
- Non je ne suis pas en retard.
- Comment ça ? Tu comptes te préparer à la vitesse de la lumière ?
- Non. Je ne compte pas me préparer du tout.
- Tu vas aller au travail en pyjama ?
- Non, je ne vais pas aller au travail.
- C'est quoi cette histoire ? Tu es malade ?
- Non, je te remercie, je vais bien. J'ai décidé de ne plus aller travailler, c'est tout.
- Tu es folle ! Bon, en rediscute ce soir OK, il faut que j'y aille là.
- OK à ce soir.
Alice regardait ses mains. Elles tremblaient. La peur sans doute. La peur de l'inconnu, de ce saut dans le vide qu'elle avait pourtant longtemps prémédité. Qu'allait-elle devenir ? Qu'allaient-ils tous devenir ? Eric, les enfants ? Qu'allaient dire ses parents, ses amis, même ses collègues ? Qu'elle était devenue folle ? Oui, ça sûrement. Merde, c'était de la folie un truc pareil !
1
0
1
2
Défi
Nuange

C'est la saison des pluies.
Le sol est boueux. Les chevaux peinent à avancer. Nous avons perdu deux hommes.
Ce n'est pas grand chose me diras-tu. Deux hommes sur cinq-cents… Et pourtant c'est déjà trop pour moi… L’un se nommait Brychann, l’autre Hywel. Tous deux avaient une vie. Je les entendais parler de leur famille le soir, tu sais ? Hywel était tout juste marié, Brychann narrait les bêtises de ses trois marmots… À présent ils sont morts, d’une fièvre idiote, enterrés en territoire inconnu…
Je ne peux le supporter… Mais, “Gwenhwyfar, ce sont les lois de la guerre” me diras-tu. Idiot. Tu te doutais que je ne voulais pas ça. Cette pression, cette ambiance c'est trop pour ma personne.
Nous n’en sommes rendus qu’à la moitié du chemin… Je me demande si nous atteindrons le Nord avant que ne fleurissent les premières bourgeons… J’essaye d’aider les hommes du mieux que je le peux. Souvent, je parcours les plaines et les vallées sous ma forme de chouette. Cela nous a évité trois embuscades… Des morts en moins. Des soldats en plus.
Arlan, tu dois nous rejoindre. Nous avons besoin de toi. J’ai besoin de toi. Cesse de me répéter que la pauvre mage que je suis sera utile ici. À six-cent trente-deux ans tu as le double de mon âge, l’armée a besoin d’une personne bien plus expérimentée qu'une gamine. Tu bénéficies de toute ma confiance tu le sais, mais n’en abuse pas. Mon ami, comme moi tu as connu le génocide des Métamorphes et des Elementaires, tu as assisté à leur massacre, femmes, hommes, enfants tous y sont passés. Le sang coulait à flot, formant une mare aussi impressionnante que l'étang du Palais d’Ambre aujourd'hui en ruine. Il ne reste désormais que quelques survivants qui se comptent sur une seule main, marqués par le crime abominable commis il y a des siècles de cela. Aujourd'hui l’ennemi revient, plus fort que jamais, il se prépare dans les Montagnes d’Onyx. Il est décidé. Cette fois-ci nulle âme ne sera épargnée. Nous nous devons de protéger notre monde.
Mais Arlan, j’ai peur. Peur de revoir le sang degouliner. Comment oses-tu m’infliger cette lourde tâche que de guider les troupes du pays jusqu’aux montagnes et de les défendre contre l’ennemi, si danger advenait ? J’ai peur Arlan… Peur d’échouer… Peur du poids que je porte sur les épaules… Tous les soldats m’observent comme si je détenais la science incarnée, le commandant m’interroge, me réclame mon avis pour ses stratégies de guerre… Et si par ma faute tous périssaient ?
Je t’en prie… Viens…
Gwenhwyfar
4
5
0
2
pierre françois

l'Etre du rêveur :
l'inspiration onirique ;
Ne servir à rien...
2
4
0
0

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0