24. Embuscade.

3 minutes de lecture


Embusqué de plusieurs heures, Grys s'impatientait. Il détestait attendre. Le portail de Triestre restait désespérément inactif.

Le mercenaire ruminait les derniers événements. Il s'était beaucoup trompé ces derniers temps. Son flair paraissait moins affûté. Il était peut-être temps de passer la main ou de la reprendre. Il sourit.

Tout passait par Loup. Sa capture ou sa mort ferait baisser la garde de sa dulcinée et il pourrait lui faire payer ses tromperies. Grys fit un inventaire des forces en présence. Dix mercenaires prêts à en découdre. La moitié choisit par ses soins, l'autre par Alzebal. Autant dire qu'il n'avait confiance qu'en une partie. 

Grys leva la tête. Il sentait un changement. Une lumière vive jaillit du portail de Trieste. Les mercenaires se préparèrent à bondir sur Loup. La longue attente décuplait l'excitation du combat qui allait être âpre et sans pitié. Grys resta caché derrière un gros rocher. 

Le rayonnement diminua d'intensité et une silhouette se détacha dans le cercle de pierre.

Une jeune femme se tenait debout au centre du portail.

Elle regarda autour d'elle le visage stupéfait.

Personne ne réagissait.

Grys secoua la tête de dépit.  

- Qui es tu petite fille? Lança un mercenaire en souriant.

La jeune femme ne répondit pas et tendit le majeur en guise de réponse. Des rires retentirent dans la caverne.

- Faites vous plaisir! Cria Grys. Après s'être brièvement levé, il resta assis derrière son rocher, la tête entre ses mains.

Aussitôt une flèche quitta l'arc du sbire le plus éloigné et fila vers l'insolente. Cette dernière se mit en mouvement avec une célérité étonnante. Elle saisit la flèche au vol et la renvoya aussitôt à son expéditeur. Sans avoir pu esquisser le moindre geste de défense, le projectile traversa la gorge de l'infortuné.  Ce dernier tenta de prononcer quelques mots mais un flot de sang les étouffa, il s'écrasa lourdement sur le sable.

Les mercenaires se regardèrent, interloqués. 

La jeune fille les regarda tous, un par un, pendant une poignée de secondes avec un regard de défi puis elle se mit en mouvement. Le bal commença.

La jeune femme glissa sur le sol sableux et percuta du poing l'entrejambe du mercenaire le plus proche. Au son de l'impact, ce dernier avait sans doute perdu au moins une de ses boules de virilité. Il hurla en se tenant ce qui restait de ses attributs et tomba à genoux.

Les mouvements de la jeune fille étaient imprévisibles. La désarroi se lisait dans les yeux des sbires pourtant aguerris.

Déjà deux de moins.

Plus que huit. 

La gorge tranchée d'un geste vif, un colosse s'effondra.

Sept.

Une femme succomba, sa trachée arrachée à main nue. 

Six.

Eventré avec sa propre épée, un guerrier hirsute hurla.

Cinq.

Sans avoir le temps de crier, un sbire tatoué trépassa la nuque brisée.

Les quatre derniers mercenaires reculèrent et courageusement s'enfuirent.

Grys sortit alors de sa planque.

- Putain mais qui es tu?

"Je m'appelle Iria"

La voix de la jeune femme résonna dans son esprit mais ses lèvres ne bougeaient pas. Une télépathe. Elle lisait dans les esprits comme dans un grimoire ouvert. Grys comprenait maintenant, la diablesse anticipait toutes les attaques.

"Il faut que je fasse le vide."

" Je t'entends petit homme. Tu vas mourir aussi."

Grys ancra ses pieds dans le sol prêt à recevoir les attaques d'Iria.

" Ne pas penser."

" Ne pas penser."

Iria lança son attaque mais sa course fut interrompue brutalement.

Elle tenta de crier mais aucun son ne sortit de sa bouche.

La seule chose qui sortit d'elle, c'était la pointe effilée d'une lame noire qui transperçait son épaule. La douleur et la surprise se confondit sur son visage.

Du néant, derrière elle, un mage noir avait surgi et l'avait saisi par la taille.

- C'est bien la première fois que je suis heureux de voir un traitre noir, ricana Grys.

Le mage tourna sa lame dans la plaie. Les yeux d'Iria reflétèrent la souffrance. Son tortionnaire retira alors sa dague d'un coup sec et leva le bras, prêt à asséner le coup fatal. Ce fut le moment choisit par la jeune femme pour lancer son coude vers le visage de son agresseur. La violence du coup terrassa le mage qui s'effondra sur le sol. Iria se jeta aussitôt sur le cercle de pierre et disparut dans un flash lumineux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Marie
1er janvier 1914, les phrases de "bonne année" sont dites avec ferveur. Personne ne s'imagine que 8 mois après la guerre éclatera.
4
6
7
2
Défi
PoetZii

Milky Way.

Mon cher, j'écris ici, sur une idée émise.
Il me tarde de vivre en totale franchise.
Le ciel étoilé crie de ne jamais s'enfuir !
Karaoké d'un songe ou volonté fauchée ? 
Ypérite épuisé, il me faut voyager.

Wagon bien isolé, d'un avenir dérive.
Abattement d'ailes, coup de tête au passif.
Yponomeute passe et puis je récidive.

Mon cher, j'écris ici, pour te faire plaisir.
Il me reste peut-être une chance à saisir.
Le ciel étoilé crie de sans cesse rêver !
Kimono du verbe ou à trépassé l'espoir ?
Yersiniose vive, il ne me faut point de gloire.

Whisky peu vivifiant, matinée intensive.
A coeur ouvert, un choix, rester là m'est nocif.
Yo-yo de symptômes m'éloignant par missives.

Mon cher, j'écris ici, un rêve décimé.
Il me dispense, vrai, de dûment l'oublier. 
Le ciel étoilé crie de maintenir son cap !
Kaizen établi ou le seul fruit des études ?
Yeuze inaltérable, le cran en altitude.

Wassingue nettoyant mes maux en défensive.
A mon âge on souhaite éviter le récif.
Yéti, mon grand ami, la musique intuitive...
©Zii
Tous droits réservés
24 Janvier 2016


1
4
3
1
ombe khaled
Une poésie réponse à un sujet sur les poèmes engagés...
FREE PALESTINE
4
14
1
1

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0