24. Embuscade.

3 minutes de lecture


Embusqué de plusieurs heures, Grys s'impatientait. Il détestait attendre. Le portail de Triestre restait désespérément inactif.

Le mercenaire ruminait les derniers événements. Il s'était beaucoup trompé ces derniers temps. Son flair paraissait moins affûté. Il était peut-être temps de passer la main ou de la reprendre. Il sourit.

Tout passait par Loup. Sa capture ou sa mort ferait baisser la garde de sa dulcinée et il pourrait lui faire payer ses tromperies. Grys fit un inventaire des forces en présence. Dix mercenaires prêts à en découdre. La moitié choisit par ses soins, l'autre par Alzebal. Autant dire qu'il n'avait confiance qu'en une partie. 

Grys leva la tête. Il sentait un changement. Une lumière vive jaillit du portail de Trieste. Les mercenaires se préparèrent à bondir sur Loup. La longue attente décuplait l'excitation du combat qui allait être âpre et sans pitié. Grys resta caché derrière un gros rocher. 

Le rayonnement diminua d'intensité et une silhouette se détacha dans le cercle de pierre.

Une jeune femme se tenait debout au centre du portail.

Elle regarda autour d'elle le visage stupéfait.

Personne ne réagissait.

Grys secoua la tête de dépit.  

- Qui es tu petite fille? Lança un mercenaire en souriant.

La jeune femme ne répondit pas et tendit le majeur en guise de réponse. Des rires retentirent dans la caverne.

- Faites vous plaisir! Cria Grys. Après s'être brièvement levé, il resta assis derrière son rocher, la tête entre ses mains.

Aussitôt une flèche quitta l'arc du sbire le plus éloigné et fila vers l'insolente. Cette dernière se mit en mouvement avec une célérité étonnante. Elle saisit la flèche au vol et la renvoya aussitôt à son expéditeur. Sans avoir pu esquisser le moindre geste de défense, le projectile traversa la gorge de l'infortuné.  Ce dernier tenta de prononcer quelques mots mais un flot de sang les étouffa, il s'écrasa lourdement sur le sable.

Les mercenaires se regardèrent, interloqués. 

La jeune fille les regarda tous, un par un, pendant une poignée de secondes avec un regard de défi puis elle se mit en mouvement. Le bal commença.

La jeune femme glissa sur le sol sableux et percuta du poing l'entrejambe du mercenaire le plus proche. Au son de l'impact, ce dernier avait sans doute perdu au moins une de ses boules de virilité. Il hurla en se tenant ce qui restait de ses attributs et tomba à genoux.

Les mouvements de la jeune fille étaient imprévisibles. La désarroi se lisait dans les yeux des sbires pourtant aguerris.

Déjà deux de moins.

Plus que huit. 

La gorge tranchée d'un geste vif, un colosse s'effondra.

Sept.

Une femme succomba, sa trachée arrachée à main nue. 

Six.

Eventré avec sa propre épée, un guerrier hirsute hurla.

Cinq.

Sans avoir le temps de crier, un sbire tatoué trépassa la nuque brisée.

Les quatre derniers mercenaires reculèrent et courageusement s'enfuirent.

Grys sortit alors de sa planque.

- Putain mais qui es tu?

"Je m'appelle Iria"

La voix de la jeune femme résonna dans son esprit mais ses lèvres ne bougeaient pas. Une télépathe. Elle lisait dans les esprits comme dans un grimoire ouvert. Grys comprenait maintenant, la diablesse anticipait toutes les attaques.

"Il faut que je fasse le vide."

" Je t'entends petit homme. Tu vas mourir aussi."

Grys ancra ses pieds dans le sol prêt à recevoir les attaques d'Iria.

" Ne pas penser."

" Ne pas penser."

Iria lança son attaque mais sa course fut interrompue brutalement.

Elle tenta de crier mais aucun son ne sortit de sa bouche.

La seule chose qui sortit d'elle, c'était la pointe effilée d'une lame noire qui transperçait son épaule. La douleur et la surprise se confondit sur son visage.

Du néant, derrière elle, un mage noir avait surgi et l'avait saisi par la taille.

- C'est bien la première fois que je suis heureux de voir un traitre noir, ricana Grys.

Le mage tourna sa lame dans la plaie. Les yeux d'Iria reflétèrent la souffrance. Son tortionnaire retira alors sa dague d'un coup sec et leva le bras, prêt à asséner le coup fatal. Ce fut le moment choisit par la jeune femme pour lancer son coude vers le visage de son agresseur. La violence du coup terrassa le mage qui s'effondra sur le sol. Iria se jeta aussitôt sur le cercle de pierre et disparut dans un flash lumineux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

MoonLight


Un immense sentiment de soulagement envahit Alice quand elle débrancha son radio-réveil. C'était fini. Plus de patron, plus de collègues, plus de rapports à finir en urgence, plus rien. La liberté. Elle souriait intérieurement en imaginant la tête qu'ils allaient faire au bureau en apprenant la nouvelle : elle n'irait plus travailler, plus jamais. Sa décision avait été longuement réfléchie. Cela faisait des années qu'elle y pensait, mais elle s'était décidée l'été précédent, pendant ses vacances dans le Sud, en contemplant le bleu turquoise de la piscine de l'hôtel. Elles étaient si bien ces vacances qu'elles ne pouvaient pas s'arrêter, ce n'était pas possible. Ce seraient des vacances pour toujours, point final. Et tant pis si ça allait être dur, s'il allait falloir se priver. Après tant d'années à trimer pour un patron si peu reconnaissant, elle avait décidé de mettre un terme à cette vie privée de sens.
- Chérie, chérie, réveille-toi, tu es en retard, il est presque 7h30 !
- Non je ne suis pas en retard.
- Comment ça ? Tu comptes te préparer à la vitesse de la lumière ?
- Non. Je ne compte pas me préparer du tout.
- Tu vas aller au travail en pyjama ?
- Non, je ne vais pas aller au travail.
- C'est quoi cette histoire ? Tu es malade ?
- Non, je te remercie, je vais bien. J'ai décidé de ne plus aller travailler, c'est tout.
- Tu es folle ! Bon, en rediscute ce soir OK, il faut que j'y aille là.
- OK à ce soir.
Alice regardait ses mains. Elles tremblaient. La peur sans doute. La peur de l'inconnu, de ce saut dans le vide qu'elle avait pourtant longtemps prémédité. Qu'allait-elle devenir ? Qu'allaient-ils tous devenir ? Eric, les enfants ? Qu'allaient dire ses parents, ses amis, même ses collègues ? Qu'elle était devenue folle ? Oui, ça sûrement. Merde, c'était de la folie un truc pareil !
1
0
1
2
Défi
Nuange

C'est la saison des pluies.
Le sol est boueux. Les chevaux peinent à avancer. Nous avons perdu deux hommes.
Ce n'est pas grand chose me diras-tu. Deux hommes sur cinq-cents… Et pourtant c'est déjà trop pour moi… L’un se nommait Brychann, l’autre Hywel. Tous deux avaient une vie. Je les entendais parler de leur famille le soir, tu sais ? Hywel était tout juste marié, Brychann narrait les bêtises de ses trois marmots… À présent ils sont morts, d’une fièvre idiote, enterrés en territoire inconnu…
Je ne peux le supporter… Mais, “Gwenhwyfar, ce sont les lois de la guerre” me diras-tu. Idiot. Tu te doutais que je ne voulais pas ça. Cette pression, cette ambiance c'est trop pour ma personne.
Nous n’en sommes rendus qu’à la moitié du chemin… Je me demande si nous atteindrons le Nord avant que ne fleurissent les premières bourgeons… J’essaye d’aider les hommes du mieux que je le peux. Souvent, je parcours les plaines et les vallées sous ma forme de chouette. Cela nous a évité trois embuscades… Des morts en moins. Des soldats en plus.
Arlan, tu dois nous rejoindre. Nous avons besoin de toi. J’ai besoin de toi. Cesse de me répéter que la pauvre mage que je suis sera utile ici. À six-cent trente-deux ans tu as le double de mon âge, l’armée a besoin d’une personne bien plus expérimentée qu'une gamine. Tu bénéficies de toute ma confiance tu le sais, mais n’en abuse pas. Mon ami, comme moi tu as connu le génocide des Métamorphes et des Elementaires, tu as assisté à leur massacre, femmes, hommes, enfants tous y sont passés. Le sang coulait à flot, formant une mare aussi impressionnante que l'étang du Palais d’Ambre aujourd'hui en ruine. Il ne reste désormais que quelques survivants qui se comptent sur une seule main, marqués par le crime abominable commis il y a des siècles de cela. Aujourd'hui l’ennemi revient, plus fort que jamais, il se prépare dans les Montagnes d’Onyx. Il est décidé. Cette fois-ci nulle âme ne sera épargnée. Nous nous devons de protéger notre monde.
Mais Arlan, j’ai peur. Peur de revoir le sang degouliner. Comment oses-tu m’infliger cette lourde tâche que de guider les troupes du pays jusqu’aux montagnes et de les défendre contre l’ennemi, si danger advenait ? J’ai peur Arlan… Peur d’échouer… Peur du poids que je porte sur les épaules… Tous les soldats m’observent comme si je détenais la science incarnée, le commandant m’interroge, me réclame mon avis pour ses stratégies de guerre… Et si par ma faute tous périssaient ?
Je t’en prie… Viens…
Gwenhwyfar
4
5
0
2
pierre françois

l'Etre du rêveur :
l'inspiration onirique ;
Ne servir à rien...
2
4
0
0

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0