7.Selenn

Une minute de lecture

Selenn Caril venait d'avoir vingt ans et elle priait depuis plusieurs heures. Le jour? La nuit? Des notions anciennes, oubliées. La prière était sa vie. Auxane lui promettait des plaisirs éternels. Elle souffrait tellement dans son ancienne existence, incapable de trouver sa place dans un monde qu'elle ne comprenait pas. Parfois, en transe, elle s'échappait de son corps et planait dans la cité, ivre de liberté.

Elle venait de s'envoler. Virevoltante, tourbillonnante, à travers les rues. Les visages anonymes défilaient jusqu'à cet homme qui courait. Son père. Elle ne l'avait pas reconnu immédiatement à cause de sa maigreur et de sa saleté. Le temps de se rapprocher, il mourrait et cette femme riait. Puis vint la douleur, intense, telle une lame la coupant en deux. Une sensation endormie. Elle s'éveilla et hurla. La jeune femme vomit sur le sol de marbre et cria à nouveau. La sueur coulait sur son corps nu. 

Le froid. 

La lumière éblouissante, comme si elle ouvrait les yeux pour la première fois.

Elle regarda autour d'elle avec des mouvements de tête vifs et désordonnés. 

Une grande pièce ronde.

Des murs blancs immaculés.

Un plafond haut.

Des hommes, des femmes, nus.

Agenouillés.

Debout. 

Assis.

Enchevêtrés.

Et ce murmure continu comme une plainte qui lui vrillait les tympans. Elle hurla encore et encore. La douleur insoutenable la tenaillait dans tout son être. Sa peau était à vif. Le moindre souffle transformait son épiderme en un brasier brûlant. Elle tenta de se lever plusieurs fois sans y parvenir.

Chaud.

Froid.

Elle grelottait. Elle finit par s'appuyer sur un amas de corps mélangés, leur peau glissait de sueur. Des larmes incontrôlables coulaient sur ses joues. Selenn enjamba l'amoncellement de corps à peine vivants. Elle progressait lentement en titubant. Où était la sortie? 

Du noir sur les murs blancs, une ouverture. Elle tenta d'accélérer ses mouvements mais ses jambes étaient lourdes. Finalement au prix d'efforts intenses,  elle parvint à s'engouffrer dans la nuit de la porte.

Des escaliers. Des torches vacillantes.

Et toujours ces litanies qui se répandaient comme un liquide visqueux. Elle trébucha et se sentit chuter dans les ténèbres. Une longue descente. Une voix. L'obscurité.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Mortellini
Un corps pour deux. Un démon et une nerd. Ils fusionnent. Ça peut sembler cool au premier abord, mais ça implique de mourir. Oui tout de suite ça refroidit un peu.
Malgré un avenir incertain et une mort certaine ils se mettent en quête de l'identité du démon.
Pendant ce temps la révolte gronde. Et un mercenaire vindicatif observe, planifie. Qui est-il? Lui seul le sait. Que vient-il faire ici?
Lisez, vous saurez.


(Cette histoire n'est pas prévue pour être découpée en chapitre, mais c'est plus simple de la découper pour la publier. Je fais beaucoup d'erreur d'inattention quand j'écris et je suis incapable de trouver mes erreurs moi même, d'où une publication ici. J'ouvre rarement mon PC, mes réponses risques de se faire attendre!)
0
0
0
31
Neptune

Les manches étaient trop grandes,
Ou moi, trop petite,
J'étais cette image dégradante,
Cette illusion fantasmagorique,

Je me souviens, j'écoutais du Vivaldi,
En souvenir de mon ami,
La tête levée vers les étoiles,
Je faisais des constellations, une toile,

Je reliais les traits entre eux,
Pour dessiner son visage dans les cieux,
Quelques larmes perlaient de mes pupilles,
Il ne fallait pas que je vacille,

La paume tendue vers l'éternelle candeur,
Je n'étais pas à la hauteur,
Pour braver le dessein de son existence,
Pour combler le vide de son absence.
21
24
17
4
Josselin "Ad Hoc" Soucaille
Bonjour à tous ! Voici une petite nouvelle écrite dans le cadre d'un concours, qui a d'ailleurs décrochée le premier prix (non non je suis pas fier, je vous pas de quoi vous parlez). J'ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce texte, qui appartient au genre du conte, genre que j'affectionne tout particulièrement.

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

Bonne lecture !
2
0
0
9

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0