Le caméléon qui ne savait pas se camoufler. Enfin si, mais pas super bien.  [1]

3 minutes de lecture

Il y a moyennement longtemps, au temps où James Brown chantait Sex machine, get up, (get on up) get up, (get on up) stay on the scene, (get on up), like a sex machine, (get on up), et que votre papa dansait sur la table dans son plus beau pantalon à pattes d’éléphant [2], un jeune caméléon avait toutes les peines du monde à se camoufler de manière convenable [3].

Alors que ses congénères s’échinaient à passer le plus inaperçus possible, se faisant passer tantôt pour des feuilles, tantôt pour des vessies ou des lanternes [4], notre petit caméléon affichait ostensiblement, et en toute occasion, soit un rose fuchsia de très mauvais goût, soit un jaune fluo piquant affreusement les yeux [5].

Bien entendu, aucun caméléon ne souhaitait être vu en sa compagnie. La honte étant la première raison, la peur, la seconde. L’excentricité était en effet très mal vue chez les caméléons. Tout d’abord, parce qu’il faut bien le dire, ils étaient plutôt du genre coincés [6], et ensuite parce qu’il y avait de forte chances pour qu’ils se fassent repérer et becqueter par un affreux prédateur.

Rongé par la solitude et les moqueries, le jeune caméléon décida un jour d’assumer pleinement sa différence. Tant pis pour toute cette bande de froussards horriblement ternes et tristes. Qu’ils continuent à se cacher ! Lui, vivrait sa vie telle qu’il l’entendait, paré de ses plus belles couleurs ! [7]

Ainsi, le jeune caméléon exhiba jour après jour son camouflage qui ne camouflait rien du tout [8], s’attirant les foudres et les regards réprobateurs de ses semblables. Très vite, les caméléons réactionnaires organisèrent un conciliabule top secret durant lequel ils décidèrent qu’il était temps d’agir et d’éliminer ce délinquant arboricole bariolé. [9]

Ils mirent leur plan à exécution un mardi matin, vers 5h45 [10]. Avec une bienveillance anormale, ils allèrent trouver le jeune caméléon et lui confièrent que, non loin de là, une jeune lézarde aux couleurs chatoyantes était tombée éperdument amoureuse de lui, mais que, étant bien trop timide pour faire le premier pas, il fallait à tout prix qu’il aille à sa rencontre, s’il ne voulait pas passer à côté de l’amour de sa vie ! [11]

Heureux comme jamais il ne l’avait été, le jeune caméléon, vêtu de sa plus belle peau (bleu électrique avec de rayures jaune et rose) [12] gambada jusqu’au lieu de rendez-vous indiqué par ses congénères, ne soupçonnant pas une seule seconde qu’il s’agissait d’un ignoble piège.

Il ne trouva guère de pimpante poupée, seulement une gueule béante aux crochets acérés. Avant de se faire avaler par le serpent, le jeune caméléon prit pour la première fois de sa vie une magnifique teinte verte imitant à la perfection celle des feuilles. Mais un poil trop tard. [13]

PLUS FAIM. [14]

FIN. [15]

[1] Vous la sentez, ma grosse fatigue ?

[2] Et bien trop moulant au niveau de l’entre-jambe.

[3] Mais qu’est-ce que la convenabilité ? Il existe vraiment ce mot ?

[4] Et c’est pas évident, comme camouflage.

[5] Le pire serait de porter ces deux couleurs EN MÊME TEMPS ! Un peu comme dans les années 90.

[6] Je les aurais pas crus comme ça, les caméléons. Comme quoi, les apparences... enfin en même temps, les gars passent leur temps à se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. C’est bien beau de faire la morale aux autres hein... tsss... ouais...parfaitement... je vois très bien ce que je veux dire.

[7] Allez, libérez-vous ! Promenez-vous tout nu si vous le souhaitez ! (Pour rappel, le port de chaussettes en sandalettes est tout de même passible de la peine de mort dans 123 pays. N’abusez pas).

[8] Coquinou !

[9] C’est rigolo à dire et, en plus, on peut écrire bariolé avec toutes les lettres d’arboricole. Mais pas l’inverse. C’est trop génial. Aimez-moi.

[10] Les caméléons sont matinaux.

[11] Il était vachement crédule, quand même.

[12] De toute façon, fringué comme ça, il l’aurait jamais pécho.

[13] Je suis trop cruelle. J’aime ça.

[14] Le serpent, pas assez rassasié, se rendit perfidement à la fête des caméléons qui célébraient la mort de l’excentrique. Ce fut un carnage.

[15] Fin de l’histoire. Et du jeune caméléon.

Annotations

Vous aimez lire Charlotte Bouillon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0