Le héron qui voulait devenir une rock star.

2 minutes de lecture

Il y a fort longtemps, avant-hier soir vers 19h38 [1], un héron voulait devenir une star de la chanson. Il était ultra-fan d'un groupe de hard-rock psychédéliquo-expérimenthe-à-l'eau [2] et composé uniquement de flamants roses [3]. Son rêve le plus cher était d'intégrer le groupe en tant que chanteur.

Pour réaliser son rêve, il lui fallait à tout prix faire ses preuves. L'ambitieux héron se mit alors à chanter à tue-tête, nuit et jour, sa seule et unique chanson [4]. Hélas, l'oiseau chantait comme une casserole.

Bientôt, tout le monde en eu assez d'entendre le héron scander sans discontinuer et bien trop fort : "je ne suis pas un héron" [5]. Cependant, malgré un nombre conséquent de réclamations et de plaintes pour tapages diurne et nocturne [6], rien n'y fit et l'oiseau-casserole continua de torturer les oreilles de ses concitoyens [7].

Le groupe de flamants roses, ayant eut vent de l'affaire, décida tout de même d'aller écouter le héron [8]. Bien entendu, ce qu'ils entendirent leur fit froid dans le dos et leurs jolies plumes roses virèrent instantanément au gris.

Le héron fut heureux comme jamais il ne l'avait été ! Chanter devant ses idoles, quel honneur ! Bien sûr, sa joie fut de courte durée lorsque les flamants roses lui dirent qu'il chantait horriblement mal et que de toute façon, n'étant pas assez rose, il ne pourrait jamais intégrer le groupe [9].

Meurtri et vexé, le héron s'isola et fomenta une vengeance des plus diaboliques [10]. Son plan consistait en fait à simplement saboter le prochain concert des flamants roses [11]. Mais avant cela, il devait leur montrer que lui aussi pouvait être aussi rose qu'eux, et plus encore.

L'oiseau s'infiltra illégalement dans une réserve de crevettes roses dans le but de toutes les dévorer afin de sublimer son plumage [12]. Mais le héron avait également un sens de l'orientation déplorable et se trompa de bassin. Lorsqu'il plongea dans l'eau, ce ne fut pas de délicieuses petites crevettes roses que trouva l'oiseau mais une joyeuse bande de piranhas affamés.

Les poissons furent moyennement repus et le concert des flamants roses fut mémorable.

PLUS FAIM. [13]

FIN. [14]

[1] L'auteure fait d'incroyables efforts pour se renouveler.

[2] Si vous trouvez que je vais trop loin dans les jeux de mots, ne dites rien. Si vous êtes fan d'Eddy Mitchell, chantez.

[3] Le groupe s'appelle les Pink Floyd.

[4] Comme Patrick Hernandez.

[5] Extrait de la chanson : "Je ne suis pas un héron, faut pas croire ce que disent les journaux, je ne suis pas un héron, un héroooon-on-on-oooooooon".

[6] Le maire, une autruche, avait une politique très laxiste et fit semblant de rien n'entendre en s'enfonçant la tête dans le sol.

[7] Si vous avez déjà écouté Jul, vous compatirez.

[8] Ils sont sympas, quand même, ces Pink Floyd.

[9] Oubliez ce que j'ai dit dans la note précédente.

[10] Oui, encore, et alors ?

[11] Ses capacités en vengeance étaient égales à ses capacités en chant.

[12] Et il y avait autant de boulot côté plumage que côté ramage.

[13] Le héron tenta de chanter sa chanson une dernière fois mais les piranhas commencèrent leur festin par le bec.

[14] Fin de l'histoire. Et du héron. Héron héron petit patapon.

Annotations

Vous aimez lire Charlotte Bouillon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0