Les larmes du crocodile.

2 minutes de lecture

Il y a fort longtemps, le week-end-end dernier, un crocodile était fort triste puisque sa fiancée, une tortue-alligator [1], l’avait quitté pour un serpent à sornettes [2]. Le crocodile avait bien essayé de mettre en garde sa fiancée, de lui faire comprendre qu’elle serait malheureuse avec ce serpent siffloteur si sournois [3]. Mais la tortue-alligator n’avait rien voulu entendre et avait envoyé le malheureux crocodile se faire « tailler en sac à main » [4].

Depuis, le crocodile ne cessait de pleurer toutes les larmes de son corps. Et, comble de malheur pour lui, tout le monde se moquait bien de sa peine [5] ! Car, c’est bien connu, les larmes des crocodiles ne sont jamais sincères. [6]

Pourtant, son chagrin était authentique. L’indifférence de ses amis venant s’ajouter à sa peine de cœur, le crocodile décida qu’il était temps d’en finir. À quoi bon vivre dans un monde sans amour ni compassion ? [7]

Toutefois, avant de quitter ce monde, le crocodile décida de se venger [8].

Il attendit que tout le monde soit réuni pour l’anniversaire [9] du serpent à sornettes (qui disait fêter ses 110 ans, alors que tout le monde sait qu’aucun serpent ne peut vivre aussi longtemps [10]) pour mettre son plan à exécution.

Le crocodile avait décidé de déclencher un grand feu qui aurait décimé toute l’assemblée [11]. Mais, n’étant, hélas, pas très habile de ses pattes, ce fut lui qui prit feu [12].

Le crocodile, en flammes, se mit à courir comme un fou et alla finalement mourir au milieu des joyeux fêtards.

Les convives, ravis du spectacle [13], (et dont le serpent à sornettes s’attribua tout le mérite) se partagèrent le corps sans vie du crocodile grillé à point [14]. Ce fut un véritable festin et un anniversaire assurément très réussi.

PLUS FAIM [15]

FIN [16]

[1] Car l’amour, c’est aussi accepter les différences de l’autre.

[2] Ah la p*** ! Elle aime les bad-boys.

[3] Je suis géniale.

[4] Et en plus, elle est vulgaire. Quelle p*** !

[5] Owww le pauvre petit crocro !

[6] Légende urbaine.

[7] Vous avez quatre heures.

[8] La vengeance est un plat qui se mange.

[9] Ceci est une fiction.

[10] Ce serpent raconte des sornettes.

[11] Ne lui en voulons pas trop.

[12] Tel est pris qui croyait prendre feu.

[13] Les animaux sont cruels.

[14] Faute de réussir sa vengeance, il aura au moins réussi sa cuisson.

[15] Il paraît que le crocodile avait un goût de poulet.

[16] Fin de l’histoire. Et du crocodile

Annotations

Vous aimez lire Charlotte Bouillon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0