Chapitre 21 Un voyage éprouvant - Partie 4

8 minutes de lecture

 Enfin, en fin d'après-midi, ils étaient parvenus au littoral nord de l'île. Juste en face flottait l'île d'Incuna. Pourtant un difficulté se présenta à eux. Aucun pont ne reliait les deux îles. Debbi proposa de marcher le long de la falaise pour voir s'il y avait un pont plus loin, mais le temps était clair et on voyait suffisamment loin pour voir à des kilomètres de tous les côtés. Hank prit Sin fo à part pour parler avec elle.

– J'ai un mauvais pressentiment Sin fo.

– Non, tout va bien. Les habitants de Ts'ing Tao ont dû supprimer le pont pour éviter d'être envahis.

– Le pont n'a pas été enlevé Sin fo, il n'y a aucune trace qu'il y en ait eu un un jour.

– Puisqu'il n'y en a pas, je vais en construire un. C'est aussi simple que cela.

 Hank ne voyait pas comment faire entendre raison à sa femme. Il se contenta donc d'un bref signe de tête, et il la suivit vers la falaise. Ils rejoignirent le reste du groupe, et Sin fo leur annonça :

– Ne vous en faites pas, je vais construire un pont.

– Toute seule ? Avec quels outils ? Et combien de temps cela va vous prendre ? Un mois ? Ou deux peut-être, questionna Gorre.

– Quelques minutes, tout au plus. J'ai suffisamment de matière première à disposition pour ériger un pont solide, mais je vais avoir besoin de vous tous.

– Qu'est-ce qu'on doit faire, demanda Ryban.

– Simplement rester là et ne pas vous inquiéter.

– On aurait des raisons de s'inquiéter ?

– Vous n'avez pas encore eu l'occasion de le voir, mais je pratique la magie.

 Plusieurs personnes rirent, tandis que les autres échangeaient des regards interrogateurs.

– Je sais que c'est difficile à croire quand on n'y est pas habitué, mais sur Incuna, c'est très courant. En ce qui me concerne, je commande à la terre et aux minéraux. Cela peut rendre de grands services, mais ce n'est pas gratuit. Un sort de cette envergure demande une très grosse quantité d'énergie, dont je ne dispose pas personnellement.

– Alors nous sommes bloqués ?

– Elle vous a dit qu'elle allait construire un pont, faites-lui un peu confiance, intervint Tabatha.

– En fait, il y a toujours un moyen de contourner les problèmes. En l'occurrence, je peux puiser l'énergie qu'il me manque autour de moi.

– Je ne comprends toujours pas en quoi notre aide est nécessaire.

– D'habitude, je me sers de l'énergie circulant dans les plantes et les animaux alentours. Ici, il n'y en a presque pas. Je vais donc devoir me servir... en vous.

 Tous les habitants de Cosrock la regardèrent comme si elle avait subitement perdu la raison. Selina regroupa ses enfants devant elle et dit d'une voix tremblante à Sin fo :

– Vous ne toucherez pas à un seul de leurs cheveux.

 Sin fo leva les mains pour les calmer.

– N'ayez pas peur, je ne poserai la main sur aucun d'entre vous. Aucun de vous, de nous, insista-t-elle en levant une main puis en la posant sur sa poitrine, ne sera blessé. Vous allez simplement vous sentir très fatigués, comme si vous aviez couru très longtemps.

– N'y a-t-il pas d'autre solution, questionna Wayne en jetant à son tour un regard inquiet vers ses enfants.

– À moins que vous soyez capables de voler ou de sauter jusqu'à plus de deux cent mètres, j'ai bien peur que non. Rassurez-vous, vous ne garderez aucune séquelle.

– Ce n'est donc pas la peine de discuter plus longtemps, conclut Ryban. Faites ce que vous avez à faire pour nous permettre de continuer.

 Après un instant de réflexion, tout le monde acquiesça d'un marmonnement ou d’un signe de tête.

– Très bien, je vais commencer, annonça Sin fo avec un sourire. Suivez-moi.

 Ils s'approchèrent du bord de la falaise, et à deux mètres du vide, elle leur fit signe de s'arrêter.

– Qu'est-ce qu'on doit faire, répéta Ryban.

– Ne vous éloignez pas, et tâchez de faire le moins de bruit possible, s'il vous plaît. Je vais avoir besoin de toute ma concentration.

 Sin fo s'agenouilla et posa ses deux paumes sur le sol. Elle resta ainsi sans bouger, le visage à nouveau sérieux, les yeux clos, pendant un long moment, si long que les habitants de Cosrock commencèrent à chuchoter entre eux pour se demander ce qu'elle attendait. Hank leur fit signe de se taire et d'attendre, et que tout était normal. En réalité, il essayait de s'en convaincre lui-même. Il avait souvent assisté aux prouesses magiques de Sin fo, mais il ne l'avait jamais vue aussi absorbée par ce qu'elle faisait. Il n'était pas tranquille, car ça signifiait sûrement que le sort qu'elle devait accomplir était plus dangereux que ceux dont elle avait l'habitude.

 Enfin, elle rouvrit les yeux. Au même moment, la terre se mit à trembler. Ellis laissa échapper un cri de surprise, mais Archibald lui plaqua une main sur la bouche pour la faire taire. Le sol tremblait de plus en plus fort, et soudain la falaise se déforma dans un long craquement. Des pierres s'arrachaient aux parois de la falaise et roulaient les unes sur les autres pour venir s'agglomérer devant Sin fo. Tous les habitants de Cosrock étaient bouche bée. Dans un premier temps, Hank s'amusa de voir leurs visages marqués par la surprise, mais lui aussi assista à quelque chose qu'il n'avait jamais vu. Sur l'île d'Incuna, à plusieurs centaines de mètres d'eux, la roche s'était également mise à bouger. Hank ne savait pas qu'il était possible d'utiliser la magie à une telle distance. Il regarda Sin fo, et vit immédiatement que quelque chose n'allait pas. La jeune femme était livide et une veine palpitait sur son front. Ignorant les directives de sa femme, il l'interrogea :

– Sin fo, est-ce que tout va bien ?

– Ne t'en fais pas, je contrôle. Fais-moi confiance, lui répondit-elle les dents serrées.

 Hank savait qu'il ne servait à rien de discuter avec Sin fo. Il se contenta donc de rester à ses côtés et de prier les dieux pour qu'il ne lui arrive rien. Tandis que les deux pics rocheux continuaient de s'avancer lentement l'un vers l'autre, Hank s'aperçut que sa vision se troublait et que ses jambes lui semblaient de plus en plus lourdes. Un rapide coup d'œil en arrière lui confirma que tout le monde était dans la même situation. Tout le monde sauf Sin fo, qui avait pour sa part retrouvé des couleurs. Hank en déduisit que c'était elle qui était à l'origine de leur état. En quelques gestes, il conseilla aux autres de s'asseoir.

 Bientôt, plusieurs personnes perdirent connaissance et s'écroulèrent dans l'herbe. Hank luttait pour rester conscient, afin de pouvoir veiller sur Sin fo. Il serrait ses poings avec force, s'enfonçant les ongles dans la paume des mains, mais malgré la douleur, il sentait ses paupières tomber et ses forces le quitter petit à petit, inexorablement. Il s'assit dans l'herbe à son tour, et après quelques instants, juste avant de tourner de l'œil, il entendit un énorme bruit qui résonna dans les entrailles de la terre.

 Il se réveilla quelques minutes plus tard. Il était encore très faible, mais le flux d'énergie s'échappant de son corps s'était stoppé. Il avait encore le cerveau embrumé, mais il vit Sin fo devant lui, assise dans l'herbe. Il voulut se lever, mais ses membres lourds comme du plomb l'en empêchèrent. Sin fo tourna la tête au même moment, et en voyant qu'il n'était plus évanoui, elle se leva et le rejoignit. Elle s'accroupit à ses côtés et lui sourit. En la voyant de plus près, Hank n'eut quand à lui pas envie de sourire.

– Bordel, qu'est-ce que c'est que ça ?

 Il passa sa main sur le visage de sa femme et essuya un filet de sang qui s'écoulait de son nez.

– Comment est-ce que..?

 Sin fo fut surprise de voir ce sang. Elle tâta sa lèvre supérieure et regarda ses deux doigts tachés de sang d'un air effrayé. Puis elle sourit à nouveau avant de s'essuyer le visage avec sa manche.

– Je me sens très bien ne t'en fais pas. Je n'avais même rien senti.

– Tu saignes, c'est grave.

– Je saigne tous les mois mon chéri.

– Je ne plaisante pas, la rembarra Hank.

– Tu n’as aucun humour au réveil ! Le flux magique était probablement trop fort pour moi, mais c'est terminé maintenant, alors c'est bon, je ne risque plus rien. Mais toi, peux-tu te lever ? Tu n'es pas blessé ?

– Je ne crois pas, je suis juste éreinté, comme tu l'avais dit. Je n'entends pas les autres, est-ce que tout le monde va bien ?

– Je vais m'en assurer, ne bouge pas de là.

– J'en serais bien incapable de toute façon.

 Sin fo fit un tour rapide et revint après quelques minutes.

– Ils respirent tous normalement. Laissons-les se réveiller par eux-mêmes.

 Un à un, tous les membres du groupe sortirent de leur sommeil et se levèrent péniblement, le corps endolori et les jambes flageolantes. Certains regardèrent Sin fo avec des yeux noirs, mais personne ne lui fit la moindre remarque, car ils restèrent tous sans voix en découvrant le pont qu'elle avait construit. Large d'au moins quatre mètres, il s'élançait au dessus du vide jusqu'à Incuna. Il était si épais qu'il semblait avoir été là depuis toujours. Dès qu'ils eurent tous recouvré suffisamment de forces pour marcher, Sin fo attrapa son sac et s'engagea sur le pont sans hésiter.

 Ils ne mirent que dix minutes à traverser, mais lorsqu'ils mirent les pieds sur Incuna, le jour commençait déjà à décliner. Sin fo voulut accélérer l'allure, mais tout le monde était fatigué, et après avoir parcouru quelques centaines de mètres en forêt, ils s'arrêtèrent près d'un étang et installèrent leur camp. Tous, à l'exception de Sin fo, s'endormirent rapidement. La jeune femme passa plusieurs heures à se retourner sous ses couvertures sans trouver le sommeil. Néanmoins, elle fut la première levée le lendemain matin. À peine les soleils avaient-ils dépassé la ligne d'horizon que le petit groupe était déjà en marche. Le ciel était bas et le temps était à la brume. Malgré cela, et malgré sa fatigue, Sin fo était fébrile et menait ses compagnons à travers les arbres sans regarder en arrière. Comme on n'y voyait pas à plus de deux mètres, Tabatha demanda à Sin fo si elle était sûre du chemin.

– Je connais cette île comme ma poche. Dans quelques temps, nous verrons Ts'ing Tao.

 Moins d'une heure plus tard, elle fit signe à tout le monde de s'arrêter. Elle fit encore quelques pas, disparut dans la brume, et en revint avec une tige de roseau dans la main.

– Nous avons trouvé le lac ! En plus, le brouillard se lève. Dans quelques minutes, nous aurons Ts'ing Tao devant les yeux.

 Hank prit la main de Sin fo, et Tabatha et Jacob les rejoignirent. Les habitants de Cosrock se groupèrent autour d'eux, et tous regardèrent en direction du lac en attendant que la brume se dissipe. Après quelques minutes, Jacob dit dans un souffle :

– Par tous les dieux...

 Hank sentit Sin fo défaillir à ses côtés.

– Non... C'est impossible !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0