Chapitre 2 Le tournoi - Partie 6

8 minutes de lecture

 Enfin, après plusieurs dizaines de minutes d'une pénible attente, il vit une silhouette se dessiner derrière sa porte. Un homme déverrouilla la serrure et s'écarta pour laisser entrer Reg'liss. Celui-ci déglutit difficilement et s'avança d'un pas mal assuré dans l'étroit corridor. Il avait l'impression de pénétrer dans une cage, et cette impression s'accentua lorsque l'homme fit claquer la grille dans son dos et que la pêne résonna froidement.

 De l'autre côté de la piste entrait son adversaire. Tandis qu'ils avançaient tous deux vers le centre pour se saluer et procéder au choix des armes, Reg'liss tenta de ne pas regarder les traces de sang qui tachaient le sol en divers endroits, et préféra fixer son attention sur celui qui, si l'on en croyait les forts applaudissements qui avaient accompagné son entrée, était le favori de ce combat.

 Il fut d'abord rassuré par son humble carrure, avant d'observer plus attentivement son visage. Pour la deuxième fois de la journée, ce sont ses yeux clairs qu'il reconnut en premier. Contrairement à lui qui s'était débarbouillé à la hâte, Sin fo s'était consciencieusement lavée la figure et ne portait plus aucune trace de maquillage. Elle avait relevé ses longs cheveux d'un noir de jais en un chignon tressé qui lui dégageait totalement le visage. Reg'liss put ainsi admirer ses traits légèrement anguleux, son teint clair et ses fines lèvres délicatement rosies. Maintenant qu'elle était débarrassée de son costume de théâtre, il constata qu'elle avait revêtu une tenue de combat parfaitement fonctionnelle. Elle portait une tunique courte en cuir léger et un pantalon cintré en toile, suffisamment près du corps et léger pour lui permettre une grande liberté de mouvement. Ses bottes étaient rehaussées de protège-tibia en cuir, et des pièces de peaux tannées étaient également lacées sur ses épaules et ses poignets.

 Reg'liss, qui ne portait que sa chemise et sa veste habituelle, se sentait légèrement honteux de son manque de préparation. Sin fo le reconnut à son tour et son visage s'illumina. Le jeune homme sentit ses entrailles se contracter mais parvint tant bien que mal à rester serein.

– Qu'est-ce qui te fait sourire, l'interrogea-t-il.

– Je suis rassurée de t'avoir pour adversaire, lui répondit-elle.

 Un peu décontenancé, Reg'liss se sentit plus noué qu'il ne l'avait jamais été. Mais il serra les dents et tenta de conserver une voix monocorde lorsqu'il surenchérit :

– Comme ça tu es sûre de gagner, c'est ça ?

 Elle pencha légèrement la tête et ses sourcils se froncèrent furtivement dans un air mi-désolé mi-amusé, puis elle sourit plus largement avant de lui garantir :

– Non, je suis simplement contente de me trouver face à un ami.

 Le jeune homme esquissa à son tour un sourire gêné, lorsque l'homme qui les avait attendus au centre de l'arène s'adressa à eux. Il avait un visage sévère et était vêtu de la tunique pourpre des officiels du tournoi. Il se chargea de leur rappeler les règles :

– Comme vous le savez, tous les coups sont permis. Vous ne devez toutefois en aucun cas mettre le public en danger, et il est évidemment interdit de tuer votre adversaire, sous peine d'être banni de l'île. À présent, choisissez vos armes.

 Il fit une passe d'un geste nonchalant, usant de son pouvoir, et une table recouverte d'un amoncellement d'armes se matérialisa magiquement à leurs côtés.

 Reg'liss enfila des maniques de cuir et choisit bien sûr de combattre à l'arc. Il savait qu'il ne serait pas capable d'attaquer Sin fo au corps à corps. Mais tandis qu'il fixait son carquois, il la vit opter pour un cimeterre à la lame étincelante et comprit qu'elle n'aurait pas les mêmes scrupules à s'en prendre à lui. Aussi s'empressa-t-il de s'équiper d'une rondache et d'un plastron de cuir afin de se protéger au mieux.

 L'officiel fit disparaître les armes inutilisées et se dirigea vers la sortie. Tout en finissant de fixer son plastron, Reg'liss croisa le regard de Sin fo et y lut une détermination telle qu'il sut immédiatement qu'elle ne le laisserait remporter le combat sous aucun prétexte.

 Ils étaient à présent seuls dans l'arène. Les spectateurs continuaient de hurler à tout va, mais Reg'liss était tellement tendu qu'il ne les entendait même plus et sa tension monta encore d'un cran lorsqu'il pensa que son amie, elle, ne serait pas dérangée par ce genre de sentiments.

 Les deux jeunes gens s'étaient éloignés de quelques pas et attendaient le début du combat sans se quitter des yeux. Sin fo leva son arme devant ses yeux et la fit étinceler à la lumière des soleils. Reg'liss attrapa une flèche dans son carquois, en caressa l'empennage et cala le talon sur la corde de son arc.

 Il connaissait ces gestes par cœur, il les avait tant répétés lorsqu'il allait à la chasse. Mais tirer sur un humain, une amie qui plus est, c'était très différent. Reg'liss respira profondément plusieurs fois, et il se composa une assurance de façade.

 Enfin, la cloche sonna. Sin fo fit un pas vers la droite, et Reg'liss fit de même. La jeune femme fronça les sourcils et fit trois pas vers la gauche, et son ami l'imita à nouveau comme un reflet dans un miroir. Sin fo fit mine de passer à l'attaque en écartant les bras soudainement et en claquant du pied devant elle. Reg'liss sursauta et lâcha sa flèche, ce qui déclencha l'hilarité du public. Il sentit le rouge lui monter aux joues, tandis que Sin fo lui disait en riant :

– Détends-toi, on dirait que tu vas me sauter à la gorge.

– C'est un petit peu pour ça qu'on est là, tu ne crois pas, répliqua-t-il en réajustant sa flèche.

– Ce n'est que du spectacle, nous ne nous battons pas pour nos vies.

– En quelque sorte, si. Le vainqueur verra sa vie changer du tout au tout. Je ne peux pas me permettre de perdre.

 Sin fo parut quelque peu surprise par le ton sévère de son ami. Son visage se fit plus grave quand elle répondit :

– Je vois. Je suis désolée Reg'liss, mais moi aussi j'ai un rêve à défendre.

 Reg'liss aurait voulu rester à distance afin de conserver l'avantage, mais Sin fo attaqua la première. Elle leva le bras gauche dans la direction du jeune homme, provoquant ainsi l'apparition d'un immense nuage de poussière qui l'aveugla. Dans un mouvement heureux, il leva les mains vers son visage et parvint ainsi à parer la lame avec son bouclier.

 Sin fo recula d'un pas et fondit sur son adversaire avec la même hargne que précédemment, mais celui-ci esquiva l'attaque et s'enfuit en courant. Reg'liss devait absolument s'éloigner de son amie. Malheureusement, celle-ci se lança à sa poursuite. Le jeune homme tenta de la distancer, mais elle courait plus vite que lui, et elle allait finir par le rattraper. Il devait trouver une solution, et vite.

 Il entendit des clameurs monter de la foule. Il était trop fébrile pour les comprendre, mais il se doutait que le combat qu'il leur offrait ne remplissait pas leurs attentes. Reg'liss changea de direction et se dirigea vers la grille par laquelle il était entré dans l'arène. Sin fo toujours sur ses talons, il ralentit imperceptiblement l'allure. Ils étaient maintenant tout près de l'enceinte, et Sin fo n'était plus qu'à quelques centimètres.

 Soudain, Reg'liss se jeta sur le côté. Sin fo voulut s'arrêter, mais elle dérapa sur une flaque de sang qui poissait le sol et s'affala à plat ventre dans la poussière. Reg'liss se redressa en vitesse et parvint enfin à s'éloigner suffisamment de la jeune femme. Celle-ci était déjà en train de se relever, et Reg'liss savait qu'il devait faire vite. Il banda son arc et tira. Ne voulant pas rater l'occasion, il tira dans la précipitation et visa trop haut, la flèche manquant l'épaule de la jeune femme et venant siffler à quelques centimètres de son oreille.

 Reg'liss se saisit à toute vitesse d'une deuxième flèche, qu'il décocha presque immédiatement. Le trait fila en direction de sa cible, mais il fût stoppé par une barrière de roche qui surgit du sol en une fraction de seconde, protégeant la jeune femme de toute sa hauteur.

 Reg'liss reconnaissait la supériorité de son amie en matière de magie et savait pertinemment qu'il lui était inutile de tenter quoi que ce soit dans ce sens. C'est pourquoi il assaillit Sin fo de flèches, espérant qu'elle ne puisse soutenir son incantation trop longtemps. Mais la fille du chef résistait. Elle avança implacablement vers lui, en marchant doucement, se contentant de lever la main pour faire apparaître une nouvelle colonne à chaque flèche que son ami tirait vers elle.

 Il ne lui resta bientôt plus que deux flèches. Il réfléchit une fraction de seconde et tira en l'air. Comme il l'avait prévu, Sin fo ne put user de son pouvoir et dut se servir de son arme pour repousser la flèche. Il profita de cette seconde d'inattention pour tirer sa dernière flèche, mais Sin fo fit un tour sur elle-même et parvint à briser la flèche d'un coup de lame. Elle regarda Reg'liss et, un sourire au coin des lèvres, lui adressa un mouvement de sourcil facétieux.

 Le jeune homme n'arrivait pas à le croire. Il avait fait tout ce qu'il avait pu, il avait tiré toutes ses flèches, et pas une fois il n'était parvenu à inquiéter Sin fo. Elle était un peu plus jeune que lui, mais il était évident qu'elle avait plus d'expérience que lui pour le combat. Reg'liss savait que son père l’entraînait souvent à manier les armes et son pouvoir, mais il était loin de se douter qu'elle était si douée.

 Sin fo affermit sa prise sur son arme et s'élança dans sa direction.

 À cet instant, alors qu'il n'avait plus de projectiles et qu'il voyait Sin fo courir vers lui, Reg'liss savait qu'il n'avait plus aucune chance. Puis il pensa à son oncle Krabs. Il laissa tomber son arc et défit les sangles de sa rondache, serra les poings, et dans une ultime tentative se concentra pour créer un sort capable de stopper l'attaque.

 Il fit une rapide prière pour implorer les dieux de lui permettre d'utiliser la magie. Il ne voulait pas perdre ce combat. Il devait gagner pour son oncle. Sin fo se rapprochait de plus en plus. Elle n'était plus qu'à quelques mètres. Si Reg'liss devait faire quelque chose, c'était le moment ou jamais.

 Il contracta tous les muscles de son corps, sentit son cœur s'accélérer, tenta de ressentir un changement, une étincelle, une lueur quelque part au fond de lui, mais rien ne se produisit.

 Il était trop tard. Sin fo était sur lui. Son arme tournée vers le ciel, elle s'apprêta à porter son coup. Reg'liss leva les mains devant lui et le temps sembla se figer. Il sentit une douce chaleur fourmiller en lui et tout autour de lui s'obscurcit, s'assombrit jusqu'à disparaître. Le jeune homme se sentit chuter et s'évanouit.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0