Chapitre 51 Faire ses preuves - Partie 3

8 minutes de lecture

- J'espère que tu n'as pas fait une erreur, dit Sin fo. Il y a du vrai dans ce qu'elle disait. Pourquoi n'acceptes-tu pas son aide ?

- Je n'ai pas envie d'avoir quelqu'un constamment sur mon dos. Et puis elle ne m'inspire pas confiance.

- Tu crois qu'elle pourrait te vouloir du mal ?

- Peut être pas, mais elle a l'air instable.

- Pourtant Jacob semblait croire en elle.

- Le même Jacob qui m'a abandonnée à Ts'ing tao sans se retourner, demanda Tabatha avec un rictus.

- Là tu es injuste.

- Désolée, mais j'ai eu un peu de mal à le digérer. Enfin bref, je ne connaissais pas cette fille hier, et tant pis si je l'ai vexée. Je ne lui dois rien. En tout cas pas plus qu'à tous ceux qui ont accepté de me suivre depuis Ts'ing tao, ou à tous ceux que Jacob m'a confiés. D'ailleurs, il va falloir que je sache ce qu'ils veulent faire ceux-là. Mais si je veux les convaincre de nous accompagner, il ne suffira pas de leur parler de Maxou. Il me faut un vrai plan. Tu as trouvé ce que je t'ai demandé ?

- Oui là-bas sur la table, répondit Sin fo en accompagnant ses paroles d'un geste du bras. J'ai dû fouiller presque toutes les pièces de l'étage, mais comme tu le pensais j'ai fini par dénicher des cartes. Malheureusement, elles représentent toutes la région. Je n'ai pas pu trouver de carte complète du royaume.

- Ce qui veut dire qu'on ne peut toujours pas planifier sur le long terme.

- C'était à prévoir. La ville n'est pas très grande, et nous ne sommes jamais que dans un hôtel de ville. Nous trouverions des choses plus utiles dans une bibliothèque.

- Je ne sais pas s'il y en a une dans cette ville. En tout cas, je n'en ai pas vu malgré tous les allez-retours que j'ai faits.

- Tu devrais demander au groupe de Jacob, ils sont là depuis quatre jours.

- Non, tant pis, nous ne pouvons pas perdre plus de temps ici. Je devrais me contenter de ça pour le moment. Si seulement je m'étais montrée plus attentive durant les leçons que j'ai reçues étant enfant, se lamenta Tabatha.

- Tu ne pouvais pas savoir que tu en aurais besoin si tôt.

- Mais ce n'est tout de même pas très glorieux. Je suis la princesse, et je ne connais même pas la topographie de mon propre royaume.

- Je serais bien incapable de t'aider. Ce n'est techniquement que la deuxième fois de ma vie que je quitte Incuna, et la seule fois où j'ai traversé le royaume j'étais trop obnubilée par le fait de retrouver mon île pour m'intéresser à la géographie des autres. Mais tu as des gens qui viennent des quatre coins du royaume là-dehors. Il y en aura bien un ou deux qui pourront te venir en aide.

- Tu as raison, allons leur demander. De toute façon, il faut que je fasse une apparition avant qu'ils se ne disent que je me cache ici.

- C'est un peu ce que je fais, confessa Sin fo.

- Je comprends, répondit Tabatha, mais nous ne pouvons pas repousser notre départ plus longtemps. Si tu préfères rester là pour le moment, je peux revenir te chercher quand tout sera prêt.

- C'est gentil de ta part, mais j'ai promis d'être à tes côtés, et il faudra bien que je sorte de toute façon. Cela me changera peut être les idées.

- Tu penses à Hank ?

- Il tourne en boucle dans ma tête, reconnut Sin fo avec la gorge serrée. Je n'arrête pas de me répéter les dernières paroles qu'il m'ait dites.

- Tu m'en veux de l'avoir éloigné ?

- Non, non, tu as pris la bonne décision. S'il était resté avec nous, il m'aurait présenté ses excuses tous les jours, et j'aurais fini par lui pardonner. Et cela il en est hors de question, clôt Sin fo en essuyant ses larmes.

- Tu sais que je suis là si tu as besoin d'en parler.

- Merci. Je t'ai suffisamment ennuyée avec cela hier soir. Maintenant tout ce que je veux c'est quitter cette ville et aller de l'avant.

- Bien. Allons voir qui est prêt à nous suivre.

  Quelques minutes plus tard, Tabatha était redescendue au premier étage et attendait dans le couloir. Elle avait demandé à Sin fo de rassembler les deux groupes dans le hall afin qu’elle puisse s’adresser à tout le monde. Elle écoutait les conversations qui montaient depuis le rez-de-chaussée, et la plupart consistaient à se demander ce qu’elle allait annoncer. Quand il y eut trop de bruit pour l’empêcher de comprendre ce qu’elle entendait, elle se décida à bouger.

  Elle souffla pour évacuer le stress et s’engagea sur le palier. Les voix se turent petit à petit à mesure qu’elle avançait, et quand elle parvint au centre du palier, là où les deux escaliers se rejoignaient, le silence était total. Elle posa ses mains sur la rambarde et se pencha légèrement pour voir tout le monde. Le groupe de Jacob était plus important que celui de Ts’ing tao, si bien qu’elle avait près de cent cinquante paires d’yeux braqués sur elle. Tabatha avait souvent été au centre de l’attention quand elle était enfant, à la cour, mais elle n’avait jamais eu besoin de s’exprimer devant autant de monde.

- Bonjour à tous, finit-elle par dire. Je sais que Jacob vous a déjà parlé hier soir, mais je tiens quand même à mettre les choses au clair moi-même. Oui, ce que vous avez entendu est vrai : je suis la princesse Tabatha, et je suis en route pour reprendre mon royaume.

  Quelques murmures parcoururent l’assemblée, aussitôt réprimés par des injonctions au silence. Tout le monde attendait de savoir la suite.

- Vous avez tous fait confiance à Jacob et vous l’avez suivi jusqu’ici. Avant de partir pour la mission que je lui ai confiée, Jacob a placé cette confiance en moi. Je ne vais pas vous mentir, vous compter tous parmi nous serait une aubaine pour notre combat. Mais je ne veux forcer personne. Jacob vous a promis un endroit où vous pourrez vivre en paix et en sécurité. Cette sécurité a été un peu ébranlée, mais cet endroit existe toujours, et ceux qui le souhaitent pourront bien sûr s’y rendre. Je suis désolée de vous presser, mais je n’ai pas de temps à perdre, alors je dois savoir tout de suite qui préfère se rendre à Ts'ing tao comme convenu.

  Quelques mains se levèrent, en particulier celles de femmes entourées d’enfants, mais Tabatha eut l’agréable surprise de constater que la majorité des personnes présentes avaient décidé de la suivre.

- Bien, pour ceux qui souhaitent partir, nous vous fournirons une carte pour trouver l’île d’Incuna, à moins qu’un habitant de Ts'ing tao se porte volontaire pour vous escorter, dit-elle en réfléchissant à voix haute. Pour tous les autres, je tiens d’abord à vous remercier pour votre engagement et votre confiance. Il y a ensuite quelques points que je tiens à éclaircir. Premièrement, je sais que je suis jeune, mais je suis la princesse et par conséquent c’est moi qui prends les décisions. Cependant j’ai bien conscience que mon âge trahit un certain manque d’expérience, je serais donc toujours à l’écoute de vos conseils ou de vos reproches. Tout ce que j’attends de vous c’est de me témoigner du respect. Deuxièmement, j’insiste bien sur cette notion de respect. Elle est valable pour moi, mais aussi pour chacun de vous. Nous venons tous d’endroits différents, nous ne connaissons pas tous depuis longtemps, et certains d’entre nous ne viennent même pas de ce royaume, dit-elle en tournant son regard vers les hembras. Mais nous avons tous le même objectif. Alors je vous en prie pas de disputes, pas d’insultes, pas de combats. Je sais par expérience que nos nerfs vont être mis à rude épreuve, mais contenez-vous et gérez vos problèmes comme des gens civilisés. Si je suis forcée d’intervenir, je serais intransigeante. Et troisièmement… Troisièmement... Pour être honnête avec vous je n’ai pas vraiment réfléchi à un troisième point, avoua Tabatha avec un sourire gêné.

  De nombreux rires s’élevèrent de l’assemblée. Un peu plus à l’aise, elle continua sur un ton plus détendu :

- Bon, pour résumer, tant que vous ferez ce que je vous demande, tout se passera bien. Vous verrez que je suis sympathique et je ne suis pas excessivement exigeante. Sin fo si tu oses me contredire devant tout ce monde, nous aurons une discussion en privé, s’empressa-t-elle d’ajouter, provoquant ainsi une nouvelle salve de rires. Plus sérieusement, je ne vous apprends rien en vous disant que ce que nous faisons est dangereux, alors soyez prudents. Ne relâchez jamais votre vigilance. Cette guerre ne sera véritablement gagnée que si nous rentrons tous à la maison.

  L’assistance applaudit cette dernière remarque, et la princesse en profita pour s’éclipser. Elle remercia rapidement les gens d’un signe de la main et descendit quelques marches, avant d’interpeller Sin fo par-dessus la rambarde :

- Sin fo, monte avec Ryban et Axi'om s’il te plaît.

  La jeune femme et les deux hommes rejoignirent la princesse dans la pièce à la cheminée quelques minutes plus tard.

- Merci d’être venus aussi vite, dit Tabatha en leur serrant la main. J’ai une petite mission à vous confier. Toi d’abord Ryban. Tu te souviens de ce dont nous avons parlé hier ? Et bien j’ai encore plus besoin de toi aujourd’hui. Notre groupe vient presque de tripler et je ne connais pratiquement personne. Va voir les gens, discute avec eux, et dresse-moi une petite liste de noms, d’âges, et de compétences.

  Ryban acquiesça d’un signe de tête, et Tabatha se tourna vers le jeune hembra.

- Quand à vous Axi'om, je voudrais que vous alliez parler avec tous les gens de Ts'ing tao, et que vous leur demandiez si l’un d’entre eux souhaite y retourner pour accompagner les femmes et les enfants qui ne nous suivront pas. Faites-leur bien comprendre qu’il n’y a pas de honte à avoir changé d’avis, et que je ne leur en voudrais pas de rebrousser chemin. S’il n’y a personne, est-ce que je peux compter sur vous pour dresser une carte détaillée permettant aux autres de rejoindre notre village ?

- Je m’occupe de ça. Peut être que vous devriez écrire un mot pour ceux restés au village, afin qu’ils ne posent pas de problème aux nouveaux arrivants.

- C’est une bonne idée, répondit Tabatha en pointant son index vers lui. En fait, demandez à tout le monde s’ils veulent transmettre un petit mot au village. Je pense par exemple à des gens comme Wayne, qui a laissé sa femme et ses enfants.

- Est-ce que vous pensez qu’il faut les avertir pour ceux qu’on a perdus, demanda Ryban gravement.

- Je ne sais pas, répondit Tabatha. Est-ce qu’il faut les inquiéter encore plus ? Ça ne changera pas ce qui est arrivé. Qu’est-ce que tu en penses, demanda-t-elle en se tournant vers Sin fo.

- Tu as raison cela ne changera pas les choses, reconnut la jeune femme, mais rappelle-toi pourquoi j’en veux autant à Hank. Il savait et il ne m’a rien dit. Les gens au village ont le droit de savoir.

- D’accord, je leur expliquerais dans mon mot, mais sans entrer dans les détails.

- Je te donnerais les noms des victimes, dit Ryban.

- Inutile, répondit la princesse d’une voix morne, je ne suis pas prête de les oublier.

 Sin fo posa sa main sur l’épaule de son amie, Ryban lui lança un regard désolé en pinçant ses lèvres, et Axi'om hocha gravement la tête.

- Axi'om pouvez-vous vous charger de ça au plus vite, demanda Tabatha avant de laisser la culpabilité la gagner. Et faites passer le mot, nous partons dans une heure.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0