Chapitre 49 Confrontations - Partie 3

4 minutes de lecture

 Un peu plus tard dans la journée, alors que les soleils avaient amorcé leur descente, Hank traversait la ville à grandes enjambées. Tabatha lui avait demandé d'être prêt à partir le plus tôt possible, aussi s'était-il dépêché d'aller chercher les quelques affaires qu'il lui manquait à l'extérieur de la ville. Ses effets étaient déjà tous prêts et tenaient dans un seul sac, cela ne lui prit donc que quelques instants.

 Hank s'était hâté pour avoir le temps de voir Sin fo avant de prendre la route. Tabatha lui avait conseillé de ne pas le faire, et avait refusé de lui dire où se trouvait Sin fo. Hank allait donc devoir se débrouiller seul. Il espérait néanmoins ne pas devoir fouiller toute la ville. Il n'avait pas très envie de s'aventurer dans le centre-ville, car il ne savait pas quel accueil ses compagnons allaient lui réserver. Mais après avoir traversé plusieurs rues totalement désertes, il dut se rendre à l'évidence. Tout le monde avait dû se regrouper autour de la place centrale pour la nuit.

 Hank prit donc son courage à deux mains et s'avança sur la place. Après seulement quelques pas, il croisa deux personnes du groupe de Jacob. Hank n'était pas à l'aise avec leurs uniformes noirs et leurs masques, aussi posa-t-il prudemment sa main sur le manche de son marteau. Les deux personnes lui lancèrent un regard circonspect, puis le saluèrent d'un signe de tête et passèrent leur chemin. Hank ne savait pas trop ce qu'il devait en penser.

 Quelques mètres plus loin, il tomba sur Wayne et Ryban qui fumaient adossés à un mur. Ils l'accueillirent chaleureusement et lui offrirent une cigarette.

- Non merci, refusa Hank en levant la main gauche. J'ai beaucoup de vices mais pas celui-ci.

- C'est toi qui as raison, reconnut Ryban tout en tirant une bouffée. Je me rends compte avec toutes ces journées de marche que je commence à manquer de souffle. Il faudrait que j'arrête avant qu'il ne soit trop tard.

- Tu seras peut être forcé de t'arrêter bientôt, intervint Wayne. Nous avons presque épuisé notre réserve de tabac, et je ne crois pas que nous aurons le temps d'en chercher avant de quitter cette ville.

- Ce n'est pas plus mal. Ça nous évitera d'avoir à sortir dans le froid à chaque fois.

- Pourquoi vous ne fumez pas à l'intérieur, demanda Hank un peu surpris.

- Moi je voudrais bien, râla Ryban, mais cet idiot insiste pour sortir à chaque fois !

- C'est à cause de ma femme, je te l'ai déjà dit ! Depuis la naissance des enfants, elle refuse que je fume dans la maison.

- Mais je croyais que Selina était restée à Ts'ing tao avec les petits, intervint Hank.

- C'est le cas, répondit Wayne un peu gêné, mais même si je suis seul depuis trois semaines, je ne peux me résoudre à lui résister. Dès que je sors ma blague à tabac, j'entends sa voix dans ma tête me répéter que si je me fiche de ma santé, je pourrais au moins me soucier de celle des personnes qui habitent avec moi.

 Ryban éclata de rire.

- Mon vieux tu es ridicule. Elle te mène vraiment par le bout du nez.

- Ça te va bien de te moquer, s'empourpra Wayne. Aurais-tu oublié ce que c'est qu'être marié ? On ne peut pas toujours faire ce qu'on veut. Il faut parfois faire des concessions pour vivre avec l'autre. Tu n'as qu'à demander à Hank !

- Pourquoi moi ?

- C'est évident non ? Avec Sin fo vous êtes mariés depuis longtemps, et pourtant vous semblez toujours aussi proches.

 Hank crut d'abord que Wayne se moquait de lui, puis il se rendit compte que le sourire que lui adressait son ami était tout ce qu'il y a de plus sincère. Il comprit alors que ni Sin fo ni Tabatha n'avaient ébruité leur histoire. Il ne savait pas pourquoi, mais c'était une aubaine pour lui. Cela signifiait que personne ne l'empêcherait de voir sa femme. Il décida de ne pas s'étendre sur le sujet.

- Tu as raison ce n'est pas facile tous les jours, finit-il par répondre. Il m'arrive de ne pas faire ce que Sin fo attend de moi, et je m'en veux presque toujours après. Aujourd'hui par exemple je l'ai déçue. Je ne rentre pas dans les détails, mais elle ne m'a pas laissé le temps de m'expliquer. Vous savez comment sont les femmes, dit-il avec un clin d’œil. Vous ne sauriez pas où elle est ? Je voudrais lui présenter mes excuses. Même si elle me hérisse parfois le poil, je n'aime pas nous savoir fâchés. J'aime ma femme telle qu'elle est. Après tout, c'est pour ça que je l'ai épousée.

 Les deux hommes acquiescèrent avec un sourire entendu. Ils expliquèrent à Hank qu'ils avaient vu Sin fo rentrer dans une pièce au deuxième étage de l’hôtel de ville.

- Merci pour tout mes amis, dit-il en leur serrant la main. Une dernière chose. Si vous ne pouvez vraiment pas vous passer de tabac, n'oubliez pas que l'un des hembras à le pouvoir de faire pousser les plantes. Il pourra peut être faire quelque chose pour vous.

 Sur cette dernière parole, Hank leur adressa un petit signe de la main et s'éloigna à grands pas.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0