Chapitre 48 Jour nouveau - Partie 4

7 minutes de lecture

 Tabatha descendit par les barreaux tandis que Sin fo élargissait l'ouverture dans le mur pour la laisser passer. En posant pied à terre, la jeune fille demanda :

- Puisque tu es sortie, pourquoi est-ce qu'on irait pas plutôt se promener toutes les deux ?

- J'ai assez couru pour aujourd'hui. Tout ce que je veux, c'est me poser dans un endroit au calme pour réfléchir. Mais dis-moi plutôt, où as-tu appris à grimper comme cela ?

- J'ai un peu observé comment faisaient les hembras, répondit Tabatha en haussant les épaules, mais pour l'essentiel c'est Hank qui m'a appris.

  Sin fo se rembrunit et retourna à l'abri des murs de pierre.

- Bien sûr j'aurais dû m'en douter. Tu ne devrais pas prendre exemple sur Hank.

- Pourquoi pas ? Il n'est pas parfait, mais il a beaucoup de qualités. Et même s'il a parfois un fichu caractère, c'est un bon meneur d'hommes. Il sait se faire apprécier.

- Ça c'est sûr, il sait charmer, répondit Sin fo avec un rictus. Mais personne ne le connaît vraiment. Pas même moi, conclut-elle avec des larmes dans les yeux.

- Pourquoi dis-tu cela ? Tu le connais mieux que quiconque. Après tout vous êtes mariés depuis des années.

- Mariés… Cela ne veut rien dire. Ce n'est qu'un mot, rien de plus.

- Qu'est-ce qui s'est passé entre vous ?

- Rien. Je ne veux pas en parler.

- Ne me prends pas pour une idiote s'il te plaît. Je ne t'ai jamais vue te comporter de la sorte. Je me rends bien compte que quelque chose ne va pas. Et j'ai vu Hank avant de te retrouver. Tu l'as blessé Sin fo. Ce n'est pas rien.

- Crois-moi, il l'a mérité, et même plus que cela.

- Mais qu'est-ce qu'il a bien pu te faire pour te mettre dans une telle colère ?

- Je ne suis pas en colère.

- Sin fo, j'ai vu les pics de pierre.

- Cela ne te regarde pas.

- Au contraire, je veux tout savoir.

- Tu as peur que je recommence ? Que je m'en prenne à quelqu'un d'autre ? Rassure-toi princesse, je contrôle.

 Tabatha s'accroupit devant Sin fo qui s'était assise par terre contre la paroi de pierre, lui prit les mains et la força à la regarder dans les yeux pour lui dire :

- Sin fo je ne m'inquiète pas pour les autres, je m'inquiète pour toi. Tu es mon amie, et je vois bien que tu es bouleversée. Alors nous ne sortirons pas d'ici avant que tu m'aies dit ce qui s'est passé entre vous.

 Sin fo hésita un instant, puis céda devant le regard déterminé de Tabatha.

- Très bien. Tu as sûrement compris tout à l'heure que les gens de Castelroi connaissaient Hank sous un autre nom. Hank n'est pas l'homme qu'il voulait nous faire croire.

- Oui il m'a dit quelque chose comme ça quand je l'ai vu. Ça veut dire que Hank est un faux nom ? Si ce n'est que ça…

- Il a tué un homme, l'interrompit Sin fo.

  La jeune fille resta bouche bée devant une telle révélation. Sin fo en profita pour continuer :

- Tout ce que je croyais savoir à son sujet était faux. Son passé, les raisons de notre rencontre, et sûrement aussi son nom. Je ne connais même pas le nom de l'homme que j'ai épousé, dit Sin fo avec un petit rire triste.

 Tabatha caressa la main de son amie pour la réconforter et tenta de trouver une explication à ce qu'elle venait d'entendre.

- Ça ne peut pas être aussi grave que ça. Cet homme là-bas, Halbarad, avait l'air de dire que Hank était soldat quand il l'a connu. L'homme qu'il a tué était sûrement un criminel, et Hank n'a fait que se défendre.

- C'était mon ami, Tabatha. Mon ami Reg'liss. Je t'ai parlé de lui. Il n'avait jamais rien fait pour mériter cela.

- Alors il devait s'agir d'un accident.

- Nous avons passé plus d'une semaine tous les trois sans qu'il ne se passe rien, et dès que nous avons été séparés, il a…

 La gorge de Sin fo se serra et elle ne put finir sa phrase. Après un instant, elle reprit :

- Tu ne crois pas que la coïncidence est un peu trop grosse ?

- Ça ne prouve rien, modéra Tabatha. Tu n'étais pas là, tu ne sais pas comment ça s'est passé. Est-ce que tu en as parlé avec Hank au moins ?

- Non, j'ai perdu la raison dès qu'il m'a avoué ce qu'il avait fait.

- Peut être que vous devriez…

- C'est absolument hors de question, dit Sin fo en retirant ses mains et en se reculant un peu plus. Je ne veux plus le voir.

- Je l'ai vu après que tu l'aies quitté. Il avait l'air anéanti.

- Je n'ai pas vu la moindre trace de regrets dans ses yeux, et même s'il y en avait, cela ne changerait rien.

 Sin fo vit que son amie allait répliquer, et elle se doutait de ce qu'elle allait dire, aussi s'empressa-t-elle de continuer :

- Je sais que je t'ai conseillé tout à l'heure d'oublier ce qui était passé, de pardonner à Halbarad. Mais j'avais tort. Je comprends maintenant ce que tu as dû ressentir. Je n'avais pas le droit de te faire la morale. C'est toi qui avais raison, le temps n'y change rien.

- Non, non, c'est toi qui avais raison, la corrigea Tabatha. Ce qui est fait est fait, et nous ne pouvons rien y changer. Tout ce que nous pouvons faire, c'est apprendre à vivre avec. Ce que Hank a fait, c'est affreux. Je n'arrive même pas à l'imaginer. Tout simplement parce que Hank est un des hommes les plus bons que je connaisse. Peut être même le meilleur. Depuis que je le connais, il a toujours été à mes côtés. Combien de fois a-t-il risqué sa vie pour nous ? Hank t'aime plus que tout Sin fo et…

- Ça suffit, tais-toi, la supplia presque Sin fo. Je sais tout cela, d'accord ? C'est justement pour cela que je souffre autant. Je m'étais faite depuis longtemps à l'idée que Reg'liss n'était plus de ce monde. Mais de savoir que c'est Hank qui…

 La voix de Sin fo se brisa et elle laissa échapper un sanglot. Elle pleura quelques instants en silence, avant d'essuyer son visage et de reprendre :

- Je l'aimais, de toutes mes forces moi aussi. Et je l'aime encore. Mais il m'a trahie. Il m'a menti pendant plus de huit ans. Tous les jours. Il m'a menti sur son identité. Il m'a menti sur la raison de notre rencontre. Il voulait me mettre en prison ! Il m'a fait croire que mon meilleur ami m'avait abandonnée. Quel genre d'homme peut infliger cela à la femme qu'il aime ? Je ne croyais pas que l'homme que j'avais épousé en était capable. Je me suis réveillée tous les jours aux côtés d'un inconnu. Et je ne veux pas vivre avec cet homme là.

- Ça veut dire qu'on déteste Hank maintenant, ou juste que tu ne nous accompagneras plus quand on ira à l'auberge ensemble ?

 Sin fo rit malgré elle.

- Tu es bête.

- Je suis désolée, je suis nulle pour consoler les gens. D'habitude ce sont les autres qui doivent me consoler moi.

- Ne t'en fais pas. Tu étais là pour moi, c'est le principal. Et tu as réussi à me faire sourire alors que je vis le pire jour de ma vie, ce n'est pas donné à tout le monde. Tu sais, tu as vraiment quelque chose de spécial.

- Si seulement on pouvait se débarrasser des djaevels en leur faisant de grands sourires.

- Et pourquoi pas ?

- Je ne veux pas te vexer, mais leur façon d'utiliser leurs dents me paraît plus efficace.

- Bien sûr pas littéralement, mais ta personnalité a quelque chose de… Lumineux. Je ne trouve pas de meilleur terme. Lorsqu'on est entourés de djaevels, j'ai beaucoup de mal à distinguer les esprits des êtres vivants. Je ne vois qu'une grande entité sombre. Mais ton esprit à toi m'apparaît très clairement. Il brille comme un petit soleil au cœur des ténèbres. Je pense que c'est de là que tu tiens ta bonne humeur et ton optimisme.

- En réalité je m'inquiète beaucoup, mais mon père m'a appris à me montrer forte en toutes circonstances, et ma mère m'a dit un jour qu'un sourire me ferait souvent plus de bien que des larmes.

- Princesse, tu es en théorie la personne la plus riche du royaume, mais je pense que ces conseils sont le plus bel héritage que tes parents t'aient laissé. C'est sûrement grâce à cela que tu as pu résister aussi longtemps à l'emprise du maître des djaevels la dernière fois, et c'est peut être grâce à cela que tu pourras le vaincre. On dirait que tu es toute désignée pour affronter le sorcier.

- Teon.

- Pardon ?

- Nous connaissons son nom maintenant. Ça ne sert à rien de lui donner plus d'importance.

- Tu as raison.

- Quoi qu'il en soit, je ne pourrais pas gagner cette guerre toute seule. Heureusement, notre petite troupe vient de doubler ses effectifs. Enfin, si j'arrive à les convaincre de me suivre. On retourne en ville ?

- Pars devant, je te rejoindrais.

- Sin fo, je ne veux pas te laisser seule ici.

- Je ne suis plus en colère, rassure-toi. Mon pouvoir est sous contrôle.

- Tu sais que ce n'est pas ce qui m'inquiète.

- Je ne veux pas tomber sur Hank sur le chemin du retour.

- Bon, voilà ce que je te propose, dit Tabatha après un instant de réflexion. Je m'occupe de Hank, et dans une heure tu me retrouves dans le hall de l’hôtel de ville. Ne penses même pas à me faire faux bond, ou je viendrais te chercher, et je ne serais pas seule cette fois. N'oublies pas que je diriges une puissante armée, plaisanta la jeune fille en fronçant les sourcils de façon grotesque.

- Lorsque tu dis « T'occuper de Hank », tu veux dire…

- Avec l'aide de Jacob, je peux m'assurer que tu n'aies plus jamais à le voir. Si c'est bien ce que tu souhaites.

 Sin fo réfléchit quelques secondes en silence, puis elle leva un regard résolu sur son amie et lui dit d'une voix ferme :

- Oui c'est ce que je veux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0