Chapitre 48 Jour nouveau - Partie 2

5 minutes de lecture

 Sin fo se leva d'un bond et renversa son fauteuil, avant de quitter la pièce en courant et de claquer la porte derrière elle. Hank lâcha un juron et s'élança à sa poursuite. Une fois dans le couloir, il vit qu'elle était déjà au milieu de l'escalier. Il cria son nom, et toutes les personnes présentes dans le hall se retournèrent, mais Sin fo ne lui répondit pas. Il traversa le couloir, dévala l'escalier et sauta les quatre dernières marches au moment où Sin fo atteignait la porte. Il l'appela à nouveau et cette fois elle lui répondit :

- Laisse moi tranquille.

 Il rejoignit la porte en quelques pas et sortit dans la rue à la suite de sa femme. Il souffrait encore de ses blessures, mais il ne pouvait pas laisser Sin fo s'éloigner sans lui donner d'explication.

- Sin fo attend moi !

- Laisse moi tranquille, répéta-t-elle.

- Je veux t'expliquer.

 Alors qu'il allait la rattraper, elle fit apparaître un petit mur de pierre pour lui barrer la route. Poursuivant sur sa lancée, Hank sauta par dessus le muret. Quelques mètres plus loin, Sin fo fit apparaître un mur plus haut, que Hank fut forcé de contourner. Il accéléra ensuite pour rattraper son retard, mais avant qu'il puisse lui saisir le bras pour la retenir, Sin fo se retourna et hurla :

- Laisse moi tranquille !

 Trois énormes pics de pierre jaillirent du sol aux pieds de Sin fo et Hank se serait empalé dessus s'il n'avait pas ralenti. Le plus petit d'entre eux était pointé sur l'abdomen de Hank, le second sur sa poitrine et le dernier sur son visage. Les arrêtes tranchantes n'étaient qu'à quelques centimètres de Hank. Sin fo lui lança un regard implacable.

- Qui es-tu réellement, lui demanda-t-elle. Je ne sais même pas quel est ton vrai nom.

- Bien sûr que tu le sais ! Je m'appelle Hank.

- Vraiment ? Alors qui sont Merry et Will ?

- Merry est un des noms que j'utilisais quand je vivais sur les routes et que je volais ce dont j'avais besoin.

- Ah oui, cette belle fable que tu m'avais raconté. Et moi j'ai été assez naïve pour te croire.

- Je t'en prie Sin fo, je te jure que je te dis la vérité. Mon vrai prénom est Hank, mais j'étais devenu trop connu, alors j'ai changé de région et de nom, et je suis devenu Merry. Mais après quelques mois, je m'étais encore attiré des ennuis avec les autorités, et surtout avec Bruggar qui en a fait une affaire personnelle.

- Si ce que tu me dit est vrai, alors pourquoi Halbarad est-il persuadé que tu étais un soldat ? Je t'en prie dis-moi qu'il se trompe, le supplia-t-elle avec des larmes plein les yeux.

 Pendant une seconde, Hank se dit qu'il avait encore une chance d'éviter le pire. Tout ce que Sin fo voulait entendre, c'était que son mari l'aimait et avait toujours été honnête avec elle. Il aurait suffi d'un simple petit mensonge de plus. Mais Hank vit dans son regard que s'il faisait cela, il perdrait sa confiance à jamais.

- Je suis désolé, je ne peux pas faire ça, finit-il par répondre. Je t'ai raconté qu'un homme m'avait remis dans le droit chemin. Cet homme était un soldat du nom de Will. Je le considérais comme mon père, et à sa mort j'ai pris son nom et je suis devenu soldat, comme lui. Je croyais vraiment travailler pour le bien des habitants. Jusqu'au jour où vous vous êtes évadés de cette prison.

- Tu nous as suivis bien sur. Et moi qui croyais que tu voulais nous aider à fuir. Comment ai-je pu être aussi stupide ?

- C'est vrai que je t'ai menti au début, mais quand j'ai appris à te connaître, je voulais vraiment t'aider. Jamais je ne t'aurais livrée à mes supérieurs.

- Et Reg'liss, demanda soudain Sin fo.

 Hank sentit sa gorge se serrer. Il savait que cet instant allait arriver, mais il n'avait aucune envie de l'affronter. Devant son silence, Sin fo haussa la voix et insista :

- Qu'en est-il de Reg'liss ? Lui aussi a eu droit à un traitement de faveur ?

- Je...

- Dis-moi ce que tu as fait de lui, hurla Sin fo.

- Je l'ai tué, avoua finalement Hank.

 Il ne baissa pas la tête en le disant et regarda Sin fo droit dans les yeux. Il n'était pas fier de ce qu'il avait fait, mais il voulait affronter la colère de Sin fo sans lui inspirer de pitié. En la regardant au fond des yeux, il vit que quelque chose venait de se briser en elle, et des larmes coulèrent sur ses joues. Puis son visage se crispa et sa peine se mua en haine.

 Elle leva la main droite et les pics s'agrandirent lentement. Hank recula instinctivement, et Sin fo fit surgir un mur de pierre derrière lui pour le retenir. Acculé, Hank ne chercha pas à se débattre. Il s'adossa au mur, les bras le long du corps, et attendit. Les deux premiers pics pressèrent sur son ventre et sa poitrine, et le troisième lui comprima la joue. Il regardait Sin fo droit dans les yeux, et la jeune femme soutint son regard sans ciller, jusqu'au moment où il sentit la pierre lui percer la peau et le sang couler le long de son cou.

 Là, le visage inflexible de Sin fo se détendit et elle éclata en sanglots. Elle laissa retomber son bras et les pics arrêtèrent leur progression. Hank s'extirpa de ses entraves et fit un pas vers Sin fo, qui recula et pointa son index vers lui.

- Ne vas pas croire que je t'ai pardonné. Si je ne tue pas, c'est uniquement parce que je ne suis pas comme toi. Mais je ne veux plus jamais te voir de ma vie.

 Avant que Hank ne puisse la retenir, Sin fo fit volte face et s'enfuit à toutes jambes à travers la ville. Au même moment, Tabatha surgit de derrière le mur de pierre en courant et s'arrêta essoufflée aux côtés de Hank. Elle plaça ses mains en porte voix et appela Sin fo, mais la jeune femme ne se retourna pas et disparut au coin d'une rue.

- Pourquoi est-ce qu'elle ne m'a pas répondu, demanda Tabatha. Et pourquoi est-ce que vous êtes partis si vite tous les deux, et sans rien dire ?

 Tabatha se tourna vers Hank, et son regard alla de la gorge de son ami aux pointes de pierre.

- Mais qu'est-ce qui s'est passé entre vous, demanda-t-elle d'une voix terrifiée.

 Hank ouvrit la bouche en silence plusieurs fois de suite, mais ne parvenait pas à trouver ses mots.

- Sin fo a découvert qui j'étais avant de la rencontrer, finit-il par dire, et cet homme ne la méritait pas. S'il te plaît rattrape-la et reste avec elle. Elle va avoir besoin d'une amie, et je ne veux pas qu'elle fasse une bêtise.

- Je ne comprends pas...

- Sin fo te racontera tout. Je t'en prie fais vite, il ne faut pas qu'elle reste seule.

 Après avoir lancé un dernier regard inquiet à Hank, qui se composa un sourire qui ne la dupa pas du tout, Tabatha se lança sur les traces de son amie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0