Chapitre 44 Affrontement en forêt - Partie 1

5 minutes de lecture

 La créature bondit sur Hank la gueule grande ouverte. Réagissant d'instinct, le jeune homme se ramassa sur lui-même, et se retrouva ainsi sous le ventre velu de la créature, qui vint percuter le tronc de plein fouet. Malheureusement pour Hank, cela ne suffit pas à l'assommer.

 Tout en grognant, la bête tenta de reculer pour pouvoir saisir Hank avec sa gueule. Sans réfléchir, le jeune homme s'élança en avant et enroula son écharpe autour de la gueule de l'animal. Il fit deux tours et serra aussi fort qu'il le put. Il était à l'abri des dents, mais la créature avait d'autres armes. Elle se débattit et donna plusieurs coups de griffes sur le ventre découvert du jeune homme, lui arrachant au passage un cri de douleur.

 Hank tira la tête de l'animal vers sa droite pour le faire trébucher, et en profita pour rouler sur le côté et ainsi se dégager de sous son ventre. Tout en gardant l'œil sur la créature, il chercha son sac à tâtons de la main gauche. Sa seule main droite n'était pas assez forte pour serrer efficacement son écharpe, et l'animal parvint à libérer sa gueule. Il s'apprêta à mordre Hank, mais le jeune homme trouva un couteau au même moment et le lui enfonça prestement dans l'arcade, tuant l'animal sur le coup. Ce dernier s'effondra comme une masse et Hank s'en éloigna rapidement en se laissant retomber contre le tronc de l'arbre.

 Il regarda pendant un instant le flot de sang qui dégoulinait sur les poils de la créature. Il la poussa du pied pour être sûr de ce qu'il avait sous les yeux. C'était bien un loup, au pelage brun-gris, et qui dépassait les deux mètres de long. Il n'en avait jamais vu un si grand, et encore moins combattu.

 Cependant, il n'avait pas le temps de se reposer. D'autres cris s'élevèrent sur le chemin, et Hank devait aller aider ses amis. Il prit appui sur les hautes racines pour se relever, et la douleur lui tira un gémissement. Il écarta les pans de sa veste pour découvrir qu'il avait été griffé jusqu'au sang. Il ramassa son écharpe, la passa autour de sa taille et fit un nœud rudimentaire pour comprimer la plaie. Il referma ensuite sa veste pour maintenir le tout tant bien que mal. Il n'avait pas le temps de faire mieux pour l'instant.

 Il extirpa le couteau du crâne du cadavre et prit son marteau dans son sac. Il se rendit aussi vite que possible là d'où venaient les cris. La scène était terrifiante. De partout, des loups bondissaient des fourrés et attaquaient les habitants de Ts'ing Tao. Quelques-uns tenaient les bêtes en respect avec leurs armes, mais la plupart étaient désarmés et presque sans défense. Les loups grognaient et claquaient des mâchoires, et les empêchaient de rejoindre la charrue où se trouvaient toutes leurs affaires.

 Il vit Tabatha donner des ordres et Sin fo courir dans tous les sens pour protéger un maximum de personnes. Hank se rappela que sa femme lui avait dit la veille de les laisser se débrouiller par elles-mêmes, et il se résolut à aider ses autres compagnons. Il vit qu'un des loups avait acculé deux femmes contre un arbre. Il courut vers lui et abattit son marteau sur son arrière-train. L'animal glapit de douleur tandis que ses os se brisaient, et Hank lui planta son couteau sous la gorge avant qu'il ait pu riposter.

 Il ordonna d'un signe de main aux deux femmes de le suivre et de rester derrière lui. Un autre loup s'approcha, mais Hank fit un moulinet avec son marteau, et l'animal se contenta de gronder en marchant à reculons. Il amena les deux femmes vers un groupe armé et repartit aider quelqu'un d'autre. Il essayait de faire fuir les loups plutôt que de les affronter, car chaque mouvement lui coûtait une vague de douleur au ventre. Les créatures s'en rendirent compte et trois d'entre elles se regroupèrent pour l'encercler.

 Hank tournait sur lui-même et tenait sa lame en avant, tout en faisant tournoyer son marteau. Les loups hésitaient encore à l'attaquer, mais se rapprochaient de plus en plus. Hank jeta un regard désespéré autour de lui. Tabatha lui tournait le dos et Sin fo était bien trop loin pour l'aider. Soudain un des loups bondit sur lui. Hank parvint à le frapper au côté avec son marteau et à l'envoyer au sol, mais une deuxième bête se jeta sur lui et le plaqua au sol avant qu'il ait pu réagir. L'animal ouvrit grand la gueule mais Hank plaqua son bras sous sa gorge pour l'empêcher d'atteindre son visage. Il sentait le souffle de la créature ainsi que sa bave qui coulait dans son cou.

 Puis il vit le loup être violemment tiré en arrière. Un jeune hembra s'était jeté sur son dos et avait passé son bras sous sa gorge. Hank se dépêcha de s'éloigner pour se mettre à l'abri. Il cria à l'hembra de le rejoindre, mais ce dernier n'en resta pas là. Il poussa un long cri de rage et serra jusqu'à briser la nuque de son adversaire. Alors qu'il laissait retomber la dépouille, le troisième loup lui sauta dessus et il ne l'évita que de justesse.

 Tandis que l'animal se retournait vivement et découvrait ses babines, l'hembra se ramassa sur lui-même, jambes fléchies et mains au sol, dans une attitude sauvage. Les poils sur ses bras s'étaient hérissés et ses oreilles étaient rabattues en arrière. Le visage crispé, il lâcha un grognement tel que Hank n'en avait jamais entendu, comme pour provoquer le loup. Celui-ci ne se laissa pas impressionner. Les deux adversaires bondirent en même temps et se heurtèrent violemment sous les yeux de Hank.

 Le loup mordait et griffait, tandis que l'hembra se contorsionnait pour lui échapper, et lui assenait des coups de poing et de pieds. Après de longues secondes d'un combat acharné, l'hembra saisit le loup par les poils du dos et le souleva à bout de bras, avant de l'écraser au sol tête la première. Le choc fut rude et la bête ne s'en releva pas. L'hembra lâcha un cri de victoire et se tourna vers d'autres loups, qu'il menaça en crachant, tel un chat. Les bêtes couinèrent, oreilles baissées, et se détournèrent, la queue entre les jambes, pour fuir à travers les bosquets.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0