Chapitre 43 Promenades - Partie 2

5 minutes de lecture

- Bref, renchérit Sin fo, nous sommes restés très proches malgré les années.

- Vous n'avez jamais été plus que des amis, demanda Tabatha.

- Cela a failli se passer comme ça, reconnut Sin fo.

- Hank est-il au courant de cette histoire, la taquina la princesse. Fais attention à ce que tu vas me dire, je pourrais m'en servir contre toi un jour !

- Tu perds ton temps, Hank sait déjà tout. Il a même rencontré Reg'liss. C'était le nom de mon ami.

- Comment est-ce possible ? Je croyais que tu venais du futur.

 Sin fo réalisa soudain qu'elle n'avait jamais vraiment parlé de son passé avec Tabatha. Elle se sentit un peu coupable, car elle avait reproché pendant des années à Hank son propre silence.

- En fait, c'est Reg'liss qui nous a emmenés tous les deux à cette époque.

- Je n'arrive même pas à imaginer comment il a fait. Il devait avoir d'incroyables pouvoirs magiques !

- Pas du tout, répliqua Sin fo en éclatant de rire. En réalité, à part ce jour-là, je ne l'ai jamais vu utiliser la magie.

- Tu lui en as voulu de t'avoir emmenée ici ? C'est pour ça que tu l'as perdu de vue ?

- Pas du tout. Nous ne savions même pas que nous avions changé d'époque. Je ne l'ai réalisé que des années plus tard. Non, nous sommes restés ensemble, et nous avons cherché à rentrer chez nous. Plus les jours passaient, et plus je me rendais compte à quel point je tenais à lui. Je me doutais que ses sentiments avaient aussi évolué, et j'en ai eu la certitude quand nous avons rencontré Hank. Reg'liss était encore un enfant, et il a immédiatement été jaloux de Hank. Il était plus vieux, plus fort, il avait l'air si sûr de lui...

- J'ai compris, tu as craqué sur lui tout de suite, l'interrompit Tabatha.

- Je le reconnais. Comprends-moi, je n'étais pas beaucoup plus vieille que toi à l'époque, et si tu l'avais vu, toi aussi tu...

- Pitié, stop, je ne veux pas penser à Hank comme ça, dit Tabatha en se bouchant les oreilles et en plissant très fort les yeux.

 Sin fo tira sur le bras de son amie et lui donna une claque sur l'épaule.

- D'accord j'ai compris je me tais.

- Non, finis ton histoire, je veux savoir ce qu'il s'est passé.

- Pour faire court, avec Reg'liss nous nous étions attiré des ennuis. Ne me regarde pas comme cela, nous étions innocents ! Bref, Hank l'avait appris et nous a aidés à nous sortir de là.

- C'est là que tu t'es rapprochée de Hank en laissant Reg'liss de côté.

- Arrête de m'interrompre ! Tu crois que j'aurais abandonné mon ami comme cela ?

- Excuse-moi ce n'est pas ce que j'ai voulu dire.

- Je n'ai pas trahi mon ami. Malgré mon attirance pour Hank, je le connaissais à peine, et j'étais très attachée à Reg'liss. En fait à ce moment, j'ai réalisé que j'étais amoureuse de lui. Malheureusement je n'ai pas eu le temps de le lui dire.

- Que s'est-il passé, interrogea Tabatha, qui était de plus en plus captivée par l'histoire de son amie.

- Il y a eu un accident et je suis tombée sous les nuages entre deux îles.

- Sous les nuages ? Mais tu devrais être...

- Morte ? Je sais. J'ai cru que j'allais mourir, mais en réalité il y a un autre monde sous le notre, et des autochtones m'ont recueillie.

 Tabatha s'arrêta au milieu de la rue et retint son amie par le bras.

- Tu ne te moques pas de moi ? Tu veux dire que toutes ces histoires que vous me racontiez avec Hank sur ce que vous faisiez avant qu'on se rencontre, tout était vrai ? Les hommes volants, le palais dans la montagne, toutes ces créatures fantastiques, tout était vrai ?

- Bien sûr, pourquoi t'aurais-je menti, demanda Sin fo réellement surprise.

- Je n'ai pas dit que tu mentais, mais je pensais que ce n'étaient que des histoires. Tu sais, le genre qu'on raconte aux enfants le soir pour les endormir. Mes parents me racontaient souvent les vieilles légendes du royaume le soir devant un feu de cheminée. Et j'adorais vos histoires à tous les deux, parce qu'elles avaient l'air si réelles.

- Elles l'étaient, je peux te le jurer.

 La princesse regarda son amie avec admiration pendant une seconde, puis elle secoua la tête en souriant et dit en reprenant sa marche :

- Tu n'as pas eu une vie très ordinaire.

- Je peux en dire autant à ton sujet.

- C'est vrai que nos vies sont assez semblables. C'est effrayant, dit Tabatha avec un petit rire. Mais je t'ai interrompue. Que s''est-il passé avec Reg'liss ensuite ?

- Je ne l'ai plus jamais revu, répondit tristement Sin fo.

- Mais pourquoi ?

- Comme je te l'ai dit, des habitants de cet autre monde, les revanis, m'ont recueillie. Enfin ils me retenaient presque prisonnière pour être exacte, mais c’est une autre histoire. Après quelques jours, ils m'ont dit qu'ils avaient capturé un jeune homme agressif sur la plage. Connaissant le caractère de Reg'liss j'ai cru que c'était lui, mais c'est Hank qui s'est présenté devant moi le lendemain. Je ne savais plus quoi penser. J'étais très heureuse de le voir bien sûr, mais je me demandais où était Reg'liss. Hank m'a appris qu'après ma chute, ils s'étaient disputés. Reg'liss était persuadé que j'étais morte, et il est parti. Hank est donc venu seul à mon secours.

- Et Reg'liss ? Où est-il allé ?

- Je l'ignore. C'est en partie pour le retrouver que j'ai voulu rejoindre Incuna il y a trois ans. En vain. Je crains qu'il ne soit plus de ce monde...

- Décidément, ma vie ressemble de plus en plus à la tienne. Nous avons toutes les deux perdu notre ami d'enfance.

- Non, moi je l'ai perdu, dit résolument Sin fo. Toi tu sais où il est, et tu le reverras bientôt.

- J'aimerais en être aussi sûre que toi.

- Tu disais que tu aimais mes histoires ? Et bien il m'en reste une à raconter. L'histoire de la belle princesse qui sauva son preux chevalier. Et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que cette histoire se termine bien.

 Tandis que Tabatha adressait à son amie un sourire reconnaissant, elle sentit une douce chaleur sur son front. Le premier des trois soleils venait de poindre à l'horizon, et baignait déjà la moitié du village de sa lumière. Tandis que l'astre montait très vite dans le ciel, Tabatha ferma les yeux en souriant et dit à son amie :

- Tout se passera bien, Alik le Fort vient de bénir notre combat.

- Je ne savais pas que tu attachais de l'importance aux augures.

- Je suis de sang royal, on m'a appris toute ma vie à faire confiance aux dieux. Lorsque ma famille a commencé à régner, ses membres consultaient les augures avant chaque grande bataille et chaque décision importante.

- Si les dieux sont de notre côté, nous ne pouvons pas perdre.

 Les deux jeunes femmes profitèrent de la lumière bienfaitrice des soleils encore quelques instants en silence, puis elles se mirent en marche en même temps. Elles avaient compris toutes les deux sans se le dire que leur instant privilégié était terminé, et qu'il était temps de reprendre leur voyage.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0