Chapitre 42 Leadership - Partie 4

4 minutes de lecture

  Ces derniers acquiescèrent et la suivirent à l'écart du groupe, dans une petite ruelle adjacente à la place. Ils pénétrèrent dans une maison et Tabatha referma la porte derrière eux. Alors que Sin fo et Hank échangeaient un regard interrogateur, Tabatha s'adossa à la porte et se laissa glisser au sol, la tête entre les mains. Sin fo s'accroupit immédiatement à ses côtés et lui posa une main sur l'épaule pour lui demander :

- Taby, ma chérie, cela ne va pas ? Es-tu blessée ? Réponds-moi je t'en prie.

 La jeune fille leva lentement la tête et Sin fo put voir ses yeux rougis et humides.

- Pourquoi pleures-tu, s'étonna Sin fo.

- Comment faites-vous ? Comment faites-vous pour supporter tout cela ?

- De quoi parles-tu ?

- Je n'ai pris que des mauvaises décisions. Ils sont déjà épuisés et je les fait travailler encore plus. Ils ne se réveilleront jamais à l'heure demain, et nous allons prendre du retard inutilement.

- Calme-toi, la rassura Sin fo. Tu as pris de très bonnes décisions. Je n'aurais pas fait mieux, je t'assure.

- Alors pourquoi n'ont-ils pas arrêté de me contrer ?

- Parce que ce ne sont pas des soldats et qu'ils ne sont pas habitués à suivre des ordres en silence.

- Ils me détestent tous déjà, se lamenta Tabatha.

- Ils ne te détestent pas ma chérie. Ils ont peur de toi.

- Tu n'as pas besoin qu'ils t'apprécient, ajouta Hank. Il faut simplement qu'ils te respectent. Si tu es sûre de toi et que tu ne flanches pas, ils te respecteront et te suivront.

- Mais si je les mets en danger ? J'ai peur de les faire tuer.

- Ils connaissent les risques, lui rappela Sin fo.

- Et si quelque chose tourne mal, on est là pour gérer les problèmes. Tu t'en es sortie comme une chef aujourd'hui, affirma Hank avec un sourire chaleureux. Continue comme ça et tout se passera bien.

- Mais si je n'étais pas à la hauteur ?

- Taby, tu es forte, tu es intelligente, et tu as vu ton père régner pendant des années. Personne ne s'en sortira mieux que toi.

- Oui, mais si les djaevels...

- Tout se passera bien, l'interrompit Sin fo.

- Oui mais si...

- Tout se passera bien, répéta Hank en lui serrant l'épaule.

 La princesse regarda ses amis tour à tour et soupira.

- C'est impossible de discuter avec vous, vous êtes trop bornés.

- Content d'avoir pu t'aider gamine, lui répondit Hank en lui tendant la main pour l'aider à se relever.

- Je t'ai déjà dit que je n'étais plus une enfant, se plaignit Tabatha.

- Les adultes ne se cachent pas pour pleurer, remarqua Hank.

 Sin fo lui donna une tape sur l'épaule en fronçant les sourcils.

- Je suis désolé si tu me trouves dur, mais si elle ne veut pas que je la traite comme une enfant, elle ne doit plus se comporter comme tel.

- Il a raison, reconnut Tabatha. Je croyais être une adulte, mais je dois encore grandir.

- Tu es déjà très mature. Lorsque j'avais ton âge, je n'avais pas la moitié de tes responsabilités.

- C'est l'époque qui veut ça, dit Hank en haussant les épaules.

- Non, ce n'est pas une fatalité, répondit Tabatha fermement. C'est un homme qui est la cause de tout cela, et je jure de le faire payer. Bon, dit-elle en posant ses poings sur ses hanches, nous ferions bien d'aller aider un peu les autres si nous ne voulons pas nous retrouver avec une mutinerie sur les bras.

 Nos trois héros se séparèrent. Tabatha et Sin fo rejoignirent le groupe fouillant les maisons, tandis que Hank alla aider l'autre groupe à transporter les corps des djaevels. Il y en avait beaucoup, mais les habitants de Ts'ing Tao avaient trouvé une charrue, ce qui facilita le transport. Une équipe sortait les corps des habitations et une autre les ramassait dans les rues et les emmenait à l'extérieur de la ville, où quatre personnes s'occupaient de les brûler et de veiller à ce que les flammes ne s'étendent pas aux bâtiments voisins.

 Tandis que ses compagnons se mettaient à deux pour transporter les cadavres, Hank les portait à bout de bras et les calait sur ses épaules. Il ne ménageait pas ses efforts, et n'avait pas peur de se salir, car il était déjà couvert de choses répugnantes. Quand tous les corps furent transportés, il retrouva Sin fo dans une maison toute proche.

 Il se déshabilla entièrement et se lava aussi consciencieusement qu'il le put, tandis que sa femme cherchait dans l'attirail qu'elle avait récupéré des vêtements qui pourraient lui convenir. Comme le partage avait déjà été fait, il restait très peu de vêtements d'homme, et Hank dut retrousser plusieurs fois les manches de sa chemise pour être à l'aise. Comme il n'y avait aucune tenue propice au combat, il conserva sa vieille veste de cuir épais ainsi que ses maniques, et il se débarrassa du reste de ses affaires en les jetant au feu.

 Ils s'installèrent ensuite dans une maison du centre ville pour la nuit, et Tabatha dormit dans une chambre à côté. Le reste de la troupe se partagea les habitations pour la nuit. Certains, sans doute un peu impressionnés par l'aspect lugubre du village vide ou par les stigmates des combats avec les djaevels, préférèrent rester groupés dans la même maison, quitte à s'entasser dans une seule pièce.

 Mais la plupart étaient trop heureux de retrouver un peu de l'intimité qu'ils n'avaient pas eu depuis qu'ils étaient partis de chez eux, si bien que presque toutes les maisons du village furent occupées cette nuit-là. Ils s'enivraient tous de cette victoire qu'ils avaient remportée sans dommages, mais Sin fo et Hank, et plus encore Tabatha, n'oubliaient pas que ce n'était qu'une première étape, et qu'au bout du voyage, Maxou ne pourrait pas les attendre indéfiniment.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0