Chapitre 42 Leadership - Partie 2

4 minutes de lecture

  Après cette petite pause, ils reprirent leurs investigations. Ils fouillèrent cinq maisons en une heure et ne rencontrèrent pas de problèmes majeurs. Après un premier combat éprouvant, la peur et l'appréhension avaient disparu et ils avaient retrouvé leurs vieux réflexes. En agissant tous les trois, ils étaient plus efficaces et prenaient moins de risques. Sin fo et Hank attaquaient les djaevels tous les deux en se couvrant mutuellement, et Tabatha se chargeait d'achever les créatures que ses amis avaient renversées ou blessées mais pas tuées. En quelques instants, tout était terminé.

 À la sixième maison, ils tombèrent sur un autre groupe, et ils manquèrent de s'entre-tuer sous l'effet de surprise. Sin fo dut user de son pouvoir pour repousser les armes de ses compagnons et ainsi éviter que quelqu'un soit blessé. Hank se renseigna sur l'état de santé et l'avancée de l'autre groupe. Personne n'avait été blessé, et ils avaient nettoyé presque une dizaine de maisons très rapidement. Le mérite en revenait en grande partie à l'hembra du groupe, même si tout le monde avait fait sa part.

  L'hembra demanda à Hank ce qu'ils devaient faire ensuite, et Hank se tourna vers Tabatha. La jeune fille réfléchit un instant et leur dit :

- Si vous avez terminé le secteur qu'on vous a attribué, allez au centre du village et attendez-nous. Si vous croisez d'autres personnes en chemin, aidez-les à finir, puis emmenez-les avec vous. On se retrouve tous là-bas dans une heure.

  Comme personne ne bougeait, Hank fut obligé d'intervenir.

- Faites ce qu'elle a dit. Allez, les pressa-t-il en claquant des mains.

  Le deuxième groupe les quitta en silence, et dès qu'ils furent seuls, Tabatha soupira :

- Je te l'avais dit, ils ne m'écouteront pas. Je ne suis qu'une gamine comme les autres pour eux.

- Ça va prendre du temps bien sûr, mais ils finiront par t'écouter. Ils se rendront compte que tu sais ce que tu fais.

- Tu parles ! Je les ai envoyés là-bas pour me donner le temps de réfléchir à ce que je vais faire ensuite.

  Hank éclata de rire.

- Bravo, c'est bien pensé. Tu t'y es prise comme un chef.

- Que ferais-tu maintenant ?

- Je ne sais pas, répondit-il en se grattant le menton. Qu'est-ce que tu en penses Sin fo ?

  La jeune femme regarda son mari en souriant. Malgré son caractère lunatique et son ton parfois bourru et cassant, il pouvait être un diplomate hors pair. Il arrivait à obtenir ce qu'il voulait tout en prenant en compte les plaintes de sa femme. C'était d'ailleurs comme cela qu'il avait réussi à la séduire.

  Bien sûr, la première fois qu'elle l'avait vu, elle avait d'abord été attirée par sa carrure d'athlète et ses yeux qui l'avaient dévisagée comme s'il voulait lire dans son esprit. Mais par la suite, lorsqu'ils s'étaient retrouvés seuls sur Zivatanerae, elle avait pu apprécier son esprit affûté et sa conversation. Hank avait surtout un charme indéniable auquel elle ne pouvait pas résister. Il lui suffisait de sourire pour que Sin fo oublie instantanément qu'elle lui en voulait. Même sans cela, il trouvait toujours le compliment qui ferait mouche pour l’envoûter.

  À cet instant, il savait que sa femme aimait prendre des décisions et ne pas être mise à l'écart, alors même s'il avait déjà probablement élaboré un plan pour la suite, il prenait la peine de lui demander son avis. Sin fo savait pertinemment que son mari était un beau parleur, mais il le faisait avec un tel brio qu'elle ne pouvait que le laisser faire. Surtout, il lui donnait toujours l'impression d'être exceptionnelle, et elle savait qu'il ne le ferait jamais avec une autre femme. C'est pourquoi Sin fo savait qu'elle pourrait affronter toutes les épreuves de la vie tant que son mari serait à ses côtés.

- Moi si j'étais à ta place, finit par dire Sin fo en s'adressant à Tabatha, je me dépêcherais de trouver un abri pour la nuit. Les soleils ont commencé à décliner, et il fera bientôt nuit noire.

- À quoi bon chercher un abri ? Nous n'avons qu'à camper comme d'habitude.

- Cela pourrait être plus simple, mais je crois que ce serait bon pour le moral de nos compagnons de dormir avec un toit au dessus de leurs têtes.

- Je me moque du confort de ces idiots. Nous ne sommes pas là pour nous installer, et nous n'avons pas de temps à perdre.

- Raison de plus pour suivre l'idée de Sin fo, intervint Hank. Si nous dormons à la belle étoile, nous allons passer une éternité à sortir toutes nos affaires et établir les tours de gardes. Si on se sépare pour occuper les maisons, chaque groupe s'occupera de sa propre sécurité.

- Je ne sais pas, soupira Tabatha. Je ne sais pas ce qui est le mieux. Et si on disait que je commencerais à prendre les décisions demain, proposa la jeune fille avec un sourire très appuyé.

- Ne fais pas l'enfant, lui répondit Hank en lui ébouriffant les cheveux.

  La princesse s'écarta en poussant un cri et se plaignit :

- Je t'ai déjà dit de ne pas faire ça ! En plus tes mains sont répugnantes !

- Tu vois que tu sais donner des ordres.

- Sin fo, tu as épousé un idiot. Tu es sûre de vouloir faire des enfants avec lui ?

- Oui, il est beau et bien bâti, grâce à lui mes enfants seront forts, plaisanta Sin fo.

- Comme toujours, ton soutien est inégalable ma chérie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0