Chapitre 39 Tourments - Partie 1

3 minutes de lecture

 Tabatha ouvrit doucement les yeux. Elle sentit le froid matinal lui mordre les oreilles et elle vit que de la buée s'échappait de ses lèvres entrouvertes. Les bûches dans la cheminée étaient consumées depuis longtemps, et les quelques braises rougeoyantes qui subsistaient n'étaient pas suffisantes pour réchauffer toute la pièce. La jeune fille envisagea une seconde de rester dans son lit, mais elle savait qu'elle ne pourrait pas se rendormir si elle avait trop froid.

  Elle écarta donc la couverture, poussa un petit cri en posant ses pieds nus sur le plancher gelé, et se dépêcha d'aller jusqu'à la cheminée en courant sur la pointe des pieds. Elle attrapa trois bûches qu'elle jeta dans l'âtre et enfourna de petits fagots de brindilles pour aider le feu à démarrer. Elle souffla sur les braises jusqu'à obtenir de minuscules flammèches. Elle attendit qu'elles grandissent en se dandinant d'un pied sur l'autre.

- Alleeeez, s'impatienta Tabatha.

  Elle souffla à nouveau sur les braises de toutes ses forces, et enfin les flammes s'élevèrent assez haut pour venir lécher les bûches. Avec un petit rire victorieux, elle se précipita vers sa chambre, se jeta sur son lit, et rabattit la couverture jusqu'à ses oreilles. Quelqu'un lâcha un grognement à ses côtés et lui demanda :

- Mais qu'est-ce que tu fais ? Tu cherches à m'étouffer ?

  Tabatha rabattit un pan de la couverture pour découvrir le visage de Maxou. Aussitôt, le visage de la jeune fille se fendit d'un sourire. Elle était toujours heureuse de se réveiller aux côtés de Maxou. Il avait ce matin-là un visage tout chiffonné, et sa tignasse bouclée était toute emmêlée. Lorsqu'il faisait ce genre de grimaces, il ressemblait encore énormément à un enfant. Il écarta la couverture pour respirer, dévoilant son torse nu, ainsi que sa taille, et Tabatha pensa qu'il n'était finalement plus si loin d'être adulte.

- Que regardes-tu comme ça, lui demanda le jeune homme.

- Toi. Je te trouve vraiment adorable le matin.

- Elles craquent toutes devant ce sourire, plaisanta Maxou.

 Piquée au vif, Tabatha lui écrasa son oreiller sur le visage.

- Ne t'emballe pas, je n'ai parlé que du matin.

  Elle lui tourna le dos, remonta la couverture sur ses épaules et afficha une moue boudeuse. Maxou se glissa à ses côtés, souleva ses cheveux dorés, et déposa un baiser sur sa nuque. Tabatha se laissa faire, mais conserva sa mine résolue.

- Excuse-moi, j'avais oublié que tu n'aimes pas que je parle d'autres filles. Je n'étais pas très bien réveillé, et je dis des bêtises quand je somnole. Mais ce n'est pas une excuse, continua le jeune homme devant le refus de Tabatha de lui répondre. Même quand tu es fatiguée, toi tu ne me parles jamais d'autres garçons.

- C'est parce que je n'ai pas connu d'autres garçons que toi. Les autres ne m'intéressaient pas.

- Les autres filles ne m'intéressent pas non plus, se défendit Maxou.

 Il déposa un nouveau baiser dans le cou de Tabatha, qui cette fois tourna la tête pour lui présenter plus facilement sa nuque. Il continua donc à l'embrasser tout en égrenant des compliments :

- Pourquoi en voudrais-je une autre ? Tu es si belle. Tu sens si bon. Tes cheveux sont si soyeux.

 Tabatha se laissait volontiers charmer par toutes ces belles paroles. Maxou avait toujours su comment lui parler. Bien qu'elle ait mûri, une petite part d'elle était encore orgueilleuse et aimait être flattée. La jeune fille se tourna légèrement pour recevoir les baisers de Maxou sur les lèvres. Ils s'embrassèrent un moment avant que le jeune homme reprenne sa déclaration.

- Tu es drôle et pleine de vie. Tu es à la fois si forte et si fragile. J'adore t'entendre jurer comme un charretier et avoir quelques secondes plus tard des paroles si tendres pour moi. Et surtout, ta peau est si fine et si douce.

 En disant cela, il avait fait glisser ses mains depuis la nuque de Tabatha jusqu'à ses hanches. La jeune fille sursauta et s'écarta instinctivement.

- Tu as les mains glacées, dit-elle en riant.

 Un sourire malicieux sur le visage, Maxou plaqua à nouveau ses mains sur sa peau et commença à la chatouiller. Tabatha se tortilla dans tous les sens en gloussant et en tentant de le repousser, mais elle finit par capituler et par sauter hors du lit pour lui échapper. Tabatha avait mal au ventre tant elle avait ri. Tout en essuyant ses yeux du plat de la main, elle dit à Maxou :

- Tu prends des risques en t'attaquant à moi, tu ne sais pas qui je suis.

- Excuse-moi, je ne savais pas que j'avais affaire à une princesse, se défendit Maxou.

 À ces mots, la jeune fille se raidit.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0