Chapitre 33 La traque - Partie 1

4 minutes de lecture

 Cela faisait à peine plus d'une heure que Sin fo et Hank étaient partis de chez eux, et ils avaient déjà survolé les deux îles au sud de Incuna. Les soleils étaient maintenant tous levés, et il y avait très peu de nuages dans le ciel. Ils avaient donc une vue dégagée, et n'auraient sans doute aucun mal à repérer un groupe aussi important que celui des djaevels. Pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, ils n'avaient pour le moment pas vu trace de leur passage. Ce fut Hank qui s'en inquiéta le premier.

- Comment ont-ils fait pour aller aussi loin en si peu de temps ?

- N'oublie pas qu'ils avaient une journée d'avance sur nous.

- Bien sûr, mais ils sont à pied, on devrait les rattraper très vite.

- Ce sont des djaevels, ils ne se fatiguent pas. Ils ont pu marcher toute la nuit. Et pour les avoir vus à l'œuvre sur Incuna, je peux t'assurer qu'ils sont rapides.

- Et leur chef ? Il est humain, non ? Il a besoin de dormir, comme tout le monde.

- Va savoir. Peut être sa force anormale s'accompagne-t-elle d'une formidable endurance.

- Tout ça n'est pas très bon pour nous, maugréa Hank.

 Il rumina quelques instants avant de continuer :

- Il y a quand même quelque chose qui risque de les ralentir.

- À quoi penses-tu ?

- À Tabatha. Je l'imagine mal les suivre gentiment. Sauf s'ils l'ont attachée. Ou pire...

- Ne dis pas cela, le pria Sin fo.

- Excuse-moi. Si seulement on avait un moyen d'être sûrs qu'elle va bien.

 Sin fo eut soudain une idée. Elle laissa vagabonder son esprit pour tenter de capter celui de Tabatha. Elle ressentit immédiatement la présence de Hank et des deux lopvents dans sa tête, mais c'était tout. Elle ferma donc les yeux et se concentra pour étendre son pouvoir. Après quelques instants, elle fut submergée par des milliers d'esprits qui se révélaient à elle comme autant de point lumineux. Elle voyait tous les oiseaux qui volaient autour d'eux, tous les animaux dans la vallée à leurs pieds, tous les arbres, tous les insectes rampants entre leurs racines. Elle discerna même faiblement dans son dos, comme un écho, les esprits familiers des habitants de Ts'ing Tao.

 Soudain, au milieu de toutes ces lumières, elle perçut comme une tache sombre. C'était comme une bulle, une zone vide. Aucun endroit ne pouvait être à ce point dénué de vie. Convaincue d'avoir trouvé, Sin fo se concentra sur cette tache et tenta de la percer. À mesure que son esprit se fixait sur cette tache, Sin fo se sentit prise d'un malaise indescriptible. Un frisson lui parcourut l'échine, ses cheveux se dressèrent dans sa nuque, et un goût de bile lui emplit la bouche.

 Elle crut tout d'abord qu'il n'y avait rien dans cette zone, puis elle perçut une lumière. Elle avait réussi à capter un esprit, un flux d'énergie. Il ressemblait à celui de Tabatha, mais il était complètement perturbé. Soudain, Sin fo ressentit un violent mal de crâne. Une peur panique la saisit. Elle fut brusquement terrifiée par la tache sombre, qui empestait la malveillance. Sin fo prit sa tête dans ses mains et poussa un cri.

 Hank fit volter son lopvent pour se rapprocher au plus près de Sin fo. Lorsqu'il posa sa main sur le bras de sa femme, celle-ci s'arrêta immédiatement de crier et rejeta sa tête en arrière, comme si elle avait reçu un coup. Hank lui demanda ce qu'elle avait. Elle tremblait de tout son corps, son front était couvert de sueur, et des larmes perlaient à ses yeux. Elle mit quelques instants à pouvoir articuler :

- Je l'ai sentie. Tabatha est bien vivante, mais elle est blessée, ou peut être droguée. Et je l'ai senti lui.

- Lui qui ?

- Le sorcier, celui qui dirige les djaevels. Je sais comment il procède. Il y a de la magie très puissante à l'œuvre. Il les contrôle tous simultanément. Il contrôle très probablement aussi cet homme qui nous a attaqués. Il est dans leurs têtes, et il était dans la mienne. D'ordinaire, les gens ne se rendent pas compte que je capte leurs esprits, mais lui il m'a vue. Je ne sais pas comment, mais il s'est insinué dans mon esprit et il a essayé de me faire du mal. Je l'ai senti comme s'il était juste à côté de moi. Je n'avais jamais ressenti cela. Son pouvoir, son flux d'énergie, il est... malveillant. Cela peut paraître idiot dit comme cela, mais je ne trouve pas d'autres mots.

- Il fallait s'y attendre de la part de quelqu'un qui ranime les morts. Ce qui m'inquiète, c'est qu'il ait pu te faire du mal alors qu'il est à l'autre bout du royaume. C'est peut être trop dangereux pour toi de quitter Incuna...

- Ne dis pas de bêtises. Tu as vu comme moi que nous n'étions pas plus en sécurité sur Incuna que partout ailleurs sur Vadkraam. Et s'il est dans la tête des djaevels comme je le pense, il n'est pas si loin que cela.

- Dire qu'on est à la poursuite de centaines de ces monstres...

- Tant que je ne tente pas d'infiltrer leurs esprits, je ne pense pas que je risque plus que toi.

- Quoi qu'il en soit, tu es sûre que Tabatha est bien là-bas ?

- Certaine. Ils sont droit devant nous, plein sud. Nous les aurons rattrapés dans moins d'une heure.

- Parfait. Il serait temps qu'on mette un plan au point dans ce cas.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0