Chapitre 30 Le rêve d'une vie - Partie 3

6 minutes de lecture

 Une fois dans la rue, Sin fo prit directement la direction du sud. Les rues étaient à la fois semblables et différentes. Les maisons semblaient beaucoup plus vieilles, certaines avaient dû être détruites puis reconstruites. De nombreuses maisons avaient été transformées en boutiques, mais plusieurs d'entre elles avaient fermé, et leurs devantures étaient condamnées par des planches. Le doute n'était plus permis pour Sin fo. Elle était bel et bien en train de se promener dans le village de son enfance. En arrivant sur la place centrale, elle sut même à quel moment précis elle était revenue.

 Un groupe d'hommes s'affairait à plier la toile des tentes gigantesques dressées au dessus des pistes de danse. Sin fo était revenue à l'époque du tournoi, et c'était la fin des festivités. La jeune femme trouva incroyable d'avoir été ramenée le jour même où elle était partie. C'était pour cela que son père ne s'était pas rendu compte de sa disparition. Sin fo ne savait pas quelle magie l'avait ramenée à cette époque, mais au moins savait-elle où elle était. Tabatha devait être perdue, dans ce village qui ressemblait au sien, mais où elle ne connaissait personne. De plus, rien ne prouvait qu'elle fût dans le village.

 Sin fo quitta la place en hâte, longea les rues et déboucha sur les quais. Elle chercha le pont des yeux quelques instants avant de se rappeler qu'il n'y en avait pas à cette époque. Sans doute les planches n'avaient-elles pas résisté aux siècles passés, et les habitants avaient dû juger inutile de le remplacer. Sin fo balaya les quais du regard et trouva l'homme qu'elle cherchait. Elle descendit sur le ponton de bois et demanda à l'homme assis dans une barque s'il pouvait l'emmener de l'autre côté du lac.

- Bien sûr, je suis là pour ça. Au tarif habituel.

- Je suis désolée, je n'ai pas d'argent, je suis sortie précipitamment de chez moi.

- Ce n'est pas grave ma belle, je vous offre la course pour aujourd'hui.

  Sin fo le remercia et s'installa en souriant.

- Vous devez perdre beaucoup d'argent si vous transportez gratuitement toutes les filles du village.

- Ne vous en faites pas pour moi, répondit l'homme en riant, je m'en sors bien. Je me suis fait un petit pécule ces jours-ci, avec tous les gens qui voulaient aller sur les rives pour assister au tournoi.

  L'homme décrocha les amarres et poussa du pied contre le ponton. Tandis que la barque dérivait, il fouilla dans un grand seau et en sortit quelques morceaux de viande qu'il jeta à l'eau. Tout en gardant un œil sur la viande, il prépara un nœud coulant avec une corde. Lorsque la viande disparut, il plongea les deux mains dans l'eau, puis se dépêcha de fixer l'autre extrémité de la corde à sa barque. Après quelques instants, une tête de cheval à la crinière constituée de joncs émergea des flots et poussa un hennissement.

- Arrête de râler, et fais ton boulot !

  Le kelpy souffla par les naseaux et plongea. Enfin, la barque se mit en route.

- Avec tout le travail qu'on a eu ces derniers jours, je l'avais libéré pour qu'il puisse se balader dans les profondeurs du lac, expliqua le passeur à Sin fo, et j'ai toujours un peu de mal à le rattraper après ça. Vous étiez aux phases finales, n'est-ce pas ? Vous êtes la fille de Hogarth ?

- C'est exact.

- Il paraît que vous avez fait un beau combat.

- Vous n'avez rien remarqué d'anormal pendant le combat ?

- Ah, je suis désolé, je n'y étais pas. Avec mon travail, vous comprenez...

  Le reste de la traversée se fit en silence, et quelques minutes plus tard, le passeur déposa Sin fo sur la rive sud du lac, et repartit vers Ts'ing Tao en promettant de revenir la chercher en fin d'après-midi. Sin fo se dirigea vers l'endroit où elle avait vu Tabatha pour la dernière fois. C'était là qu'elles avaient affronté les djaevels, et elle espérait retrouver des traces de la jeune fille. Bien sûr, elle n'en trouva pas, pas plus que de preuves de son propre passage.

  Elle longea le lac par la rive ouest, et finit par tomber sur l'arène qui avait été construite pour le tournoi. Comme sur la place, des hommes étaient occupés à la démonter, et aucun ne fit attention à elle. En revoyant cette arène, Sin fo s'enfonça dans ses souvenirs. Elle se rappelait la fierté qu'elle avait éprouvée en s'avançant au milieu des cris de la foule, la joie en découvrant qui était son adversaire, la rage qui l'avait animée pour gagner ce combat, et cette étrange attaque magique, ce sort qui avait bouleversé sa vie.

  Soudain, une main se posa sur son épaule. Elle se retourna, et sentit la surprise lui nouer l'estomac pour la troisième fois de la journée.

- Reg'liss ! Je suis si heureuse de te revoir !

- Moi aussi je suis très content, répondit le jeune homme en rougissant.

- Je ne pensais vraiment pas te retrouver ici, continua Sin fo en lui sautant au cou. Comment est-ce possible ?

- Tout simplement, je me promenais, et mes pas m'ont mené ici.

- Si tu savais comme tu m'as manqué, je t'ai cherché partout.

- Vraiment ? J'ai voulu venir te voir, mais ton père m'en a empêché.

- Je ne parle pas de cela. Oh, après toutes ces années...

  Sin fo serra encore un peu plus son étreinte. Elle sentit que Reg'liss essayait de s'en défaire, et sa voix trahissait sa gêne quand il lui répondit :

- De quoi est-ce que tu parles ? On s'est vus il y a quelques jours.

  Sin fo recula et regarda le visage du jeune homme.

- Tu n'as pas changé. Pas du tout. Bien sûr, c'est comme pour moi. Mais où étais-tu passé tout ce temps ?

- Je suis resté en ville avec Lui Jen quelques temps, et je suis rentré chez mon oncle hier.

- Non, je veux dire, depuis que... Que nous sommes partis ?

  Reg'liss la regarda en fronçant les sourcils. Sin fo sentit que quelque chose n'allait pas.

- Tu te souviens du sort que tu m'as lancé, n'est-ce pas ?

- Bien sûr, et je suis désolé, s’empressa-t-il d’ajouter. Je ne voulais pas te blesser.

- Je vais bien. Mais tu te souviens de ce qu'il s'est passé ensuite ?

- J'ai aidé l'officiel à te porter à l'infirmerie, puis ton père t'a ramenée chez vous.

- Non, cela ne s'est pas passé ainsi. Rappelle-toi, le sort nous a touchés tous les deux. Le réveil dans la forêt, le vieux Berg, Castelroi, les lopvents, tu n'as pas pu oublier tout cela.

  Sin fo vit au regard perdu du jeune homme qu'il ne comprenait pas du tout de quoi elle parlait.

- Tu ne t'en souviens pas. Ces quelques semaines que nous avons passées ensemble, puis toutes ces années loin du village... Tu ne t'en souviens pas.

- Je suis désolé, je ne vois pas ce que tu veux dire. On n'a jamais voyagé tous les deux. Je n'ai même jamais quitté l'île, dit Reg’liss en écartant les bras.

  Sin fo sentit à nouveau monter des larmes, mais elle s'essuya le visage avant qu'elles ne coulent.

- C'est impossible. Comment as-tu pu oublier tout cela ?

- Sin fo, calme-toi je t'en prie.

- Non ! Je t'ai cherché, j'ai crains pour ta vie, toutes ces années...

- Arrête avec ça, tu me fais peur ! Tu parles d'années, mais on s'est vus il y a quatre jours !

- Je deviens folle. Je pensais que toi au moins tu me comprendrais. Je deviens folle.

  Sin fo bouscula Reg'liss et s'enfuit à toutes jambes. Elle entendit Reg'liss l'appeler, mais elle ne se retourna pas. Elle voulait retourner en ville, chercher quelqu'un qui croirait en son histoire. Elle courut jusqu'à l'endroit où le passeur l'avait déposée, mais se souvint qu'il ne serait pas de retour avant plusieurs heures.

 Sin fo décida de se débrouiller par elle-même. Elle s'agenouilla, posa ses paumes au sol et concentra son esprit sur le fond du lac. L'eau bouillonna quelques instants sous l'afflux d'énergie, puis une colonne de pierre émergea. Sin fo sentit très vite que quelque chose n'allait pas, mais elle maintint son incantation. Elle tenta de faire remonter plus de roche, afin de se créer un pont jusqu'à Ts'ing Tao, mais elle dût rapidement s'interrompre, car la sort lui draina toutes ses forces en quelques instants. Malgré cela, la passerelle qu'elle avait créée n'excédait pas une dizaines de mètres de long.

 Sin fo resta agenouillée, essoufflée, en regardant ses mains sans comprendre. Pourquoi ne pouvait-elle pas déplacer plus de matière ? Elle leva le regard vers l'île de Ts'ing Tao. C'était elle qui l'avait fait surgir des tréfonds du lac. Elle ferma les yeux et se concentra pour capter les énergies autour d'elle. Elle ne ressentait rien. Sin fo comprit que sa maîtrise de son pouvoir était revenue au niveau de son adolescence. Tous les souvenirs, toutes les preuves de son passé, disparaissaient les uns après les autres.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0