Chapitre 29 Le jour d'après - Partie 3

6 minutes de lecture

Hank resta prostré un long moment, le corps secoué de sanglots, puis il entendit quelqu'un entrer dans le salon. Il ne réagit pas, jusqu'à ce qu'il sente une main posée sur son épaule. Hank reconnut la voix de Maxou, qui lui demanda :

- Elle n'est pas là ?

- Non.

- Tabatha aussi a disparu.

Hank leva enfin la tête et vit que le garçon avait lui aussi les yeux rougis.

- Taby est passée ici hier soir. Je l'ai envoyée dehors rejoindre Sin fo.

- Il ne peut rien leur arriver, n'est-ce pas, dit Maxou avec un sourire qui n'avait rien de convaincant.

- Il y avait des milliers de djaevels, et elles étaient seules. Elles se sont trouvées directement sur leur chemin. Elles sont très fortes, mais elles ne sont pas invincibles.

Maxou resta muet, tandis que Hank fut secoué d'un nouveau sanglot. Puis le garçon serra l'épaule de Hank et lui dit :

- Que faisons-nous encore là ? Allons les chercher !

- Pardon ?

- Si tu avais disparu, Sin fo resterait-elle les bras croisés ? Non, elle remuerait ciel et terre pour te retrouver. Peut être même littéralement.

Hank ne put s'empêcher de sourire.

- Tu as raison. Si elle était là, elle me mettrait certainement son pied au cul pour me secouer.

- Quand nous l'aurons retrouvée, je te promets de ne pas lui en parler.

Il tendit sa main à Hank et l'aida à se relever. Ce dernier lui fit une rapide accolade, essuya ses larmes d'un revers de manche et se dirigea vers la porte. Avant de ressortir de chez lui, il passa par sa chambre pour mettre des vêtements plus chauds. Tout en se changeant, il s'excusa auprès de Maxou pour son attitude.

- J'étais tellement énervé que je suis parti sans prendre de nouvelles de personne. Tout le monde va bien dans ta famille ?

- Ellis et ma sœur n'ont rien, comme tu le sais, elles étaient à l'abri à l'étage. Pour ma part, je me suis pris quelques coups, mais les contusions auront disparu dans quelques jours. J'ai eu de la chance.

- Et Archie ?

- Il... s'en sortira.

Hank finit de passer sa tête dans le col d'un pull et se retourna pour regarder Maxou en face. Le garçon avait les sourcils froncés et évitait le regard de Hank.

- Maxou, comment va ton père ?

- Il a... il a été mordu.

- Quoi ?

- À la main, mais nous avons fait ce qu'il fallait.

- Qu'est-ce que tu entends par '' ce qu'il fallait '' ? Vous n'avez quand même pas...

- Je lui ai coupé la main, trancha Maxou.

- Tu as quoi ?

- Je t'en prie, ne m'oblige pas à le répéter, implora Maxou, les yeux pleins de larmes.

Hank n'insista pas. L'image de Maxou mutilant son père s'imposa dans son esprit, et il ne put imaginer dans quel état psychologique se trouvait le garçon.

- Tu as peut être envie d’être auprès de lui ?

- Mon père n'a pas besoin de moi en ce moment. Il y a suffisamment de personnes à ses côtés pour lui prodiguer les soins nécessaires. Dans l'immédiat, tous mes efforts doivent être consacrés à Tabatha.

- Tu as raison, il est plus que temps d'aller les chercher.

Hank fourra une couverture et des vêtements chauds dans un sac et ils se mirent en route.

Après une rapide discussion, ils tombèrent d'accord pour aller directement fouiller les rives du lac. Si Sin fo était revenue en ville, elle serait forcément passée par chez elle. En sortant de chez Hank, ils prirent à droite vers le nord, puis ils tournèrent au coin de la rue afin de rejoindre les rues bordant le lac. Hank ne voulait pas repasser par la place centrale du village dans l'immédiat. L'odeur du bûcher était suffisamment pénible, même dans les quartiers les plus éloignés, et surtout Hank voulait croiser le moins de monde possible. Ils marchèrent donc le long du lac gelé durant quelques minutes, jusqu'à ce qu'ils arrivent au pont à l'entrée de Ts'ing Tao. Là, ils tombèrent sur le corps sans vie d'un hembra. Il était appuyé le long de l'un des poteaux soutenant le pont, et avait le corps à moitié dévoré et le crâne fracassé.

- Ils ont dû se faire surprendre par les djaevels, dit Hank la gorge serrée.

- Pourquoi ses amis ne sont-ils pas venus récupérer sa dépouille ?

- Ils ne sont peut être plus en vie eux-mêmes. Ou bien ils ont cru qu'il était devenu un djaevel. S'il n'avait pas le crâne dans cet état, je ne resterais pas là.

- Nous ne pouvons pas le laisser ici dans cet état. Les charognards risquent d’abîmer sa dépouille.

- Nous reviendrons le chercher plus tard pour lui donner une sépulture décente. Il n'y a pas d'animaux sauvages en ville, et les oiseaux n'y toucheront pas.

- Comment peux-tu en être si sûr ?

- Fais-moi confiance, je sais comment ils fonctionnent. Ne traînons pas ici plus longtemps.

Maxou s'engagea en premier sur le pont. Hank ne dit rien, mais le cadavre l'inquiétait. Il n'y avait autour de lui aucun corps de djaevels, ce qui signifiait probablement que l'hembra avait été surpris et n'avait pas eu le temps de se défendre. L'attaque avait donc dû être rapide et violente. Hank redoutait de plus en plus de savoir dans quel état il allait retrouver Sin fo. Il continua néanmoins d'avancer. Après seulement quelques mètres, la brume qui flottait au dessus du lac les enveloppa complètement. Hank avait du mal à distinguer Maxou, qui marchait pourtant juste devant, et en se retournant, il se rendit compte qu'il ne voyait déjà plus la ville. Les voix des habitants de Ts'ing Tao se faisaient plus ténues à chaque instant, et Hank n'entendit bientôt plus que le clapotis de l'eau et le grincement des planches sous ses pieds. Instinctivement, il chuchota en s'adressant à Maxou :

- Ne pars pas trop loin devant, on ne sait pas ce qui nous attend de l'autre côté.

Ils mirent plusieurs minutes à traverser, dans un silence pesant. Ils étaient coupés du monde, dans un décor fantomatique où rien ne pouvait les distraire de leurs appréhensions. La prudence préconisée par Hank s'avéra inutile, car rien ni personne ne les attendait de l'autre côté du pont. Ils firent quelques pas sur la terre ferme, quand soudain, Maxou poussa un juron. Hank se précipita, pour le retrouver à plat ventre sur le sol.

- Qu'est-ce qui s'est passé ?

- J'ai buté dans quelque chose.

Le garçon se redressa en époussetant la neige collée sur ses vêtements. Il s'accroupit ensuite pour dégager la neige autour de ses pieds. Il découvrit ainsi un cube de pierre d'une vingtaine de centimètres.

- Que font ces pierres au milieu du chemin ?

Hank se pencha pour observer ce qui avait fait chuter Maxou. Son visage s'illumina.

- Ce ne sont pas des pierres ordinaires. C'est Sin fo qui les a fait surgir, j'en mettrai ma main à couper.

- Ce caillou, demanda Maxou avec une moue sceptique.

- Je connais bien ma femme, je reconnais son œuvre.

- Je veux bien te croire, mais pourquoi aurait-elle créé ce petit caillou ?

Tandis qu'il disait cela, le brouillard se levait peu à peu. Une masse sombre apparut devant eux, et après quelques instants, ils se rendirent compte qu'il s'agissait d'une colonne de pierre d'au moins quatre mètres de haut.

- Tu parlais de petit caillou, demanda Hank avec un sourire.

La brume se dissipa complètement, révélant des dizaines de piliers de toutes les tailles. Tout autour, gisaient sur le sol enneigé des dizaines de corps de djaevels, qui avaient dû se prendre les colonnes de plein fouet lorsque celles-ci avaient surgi du sol. Les piliers formaient un arc de cercle de près de trente mètres d'envergure autour du pont, et partaient également en ligne droite jusqu'à l'orée du bois.

- Il semblerait que Sin fo ait livré une bataille épique ici, dit Maxou avec une note d'admiration dans la voix.

- Malheureusement, on sait qu'elle ne l'a pas remportée.

Maxou observa prudemment le corps de quelques djaevels et constata :

- Ils ne portent aucune blessure infligée par une lame. Tabatha n'était peut être pas ici finalement.

- Tabatha n'avait pas d'arme en partant de chez moi, et elle n'avait aucune raison de s'en procurer une pour aller voir Sin fo. Je sais que tu essaies de te convaincre qu'elle était en sécurité, mais je crois qu'elle était bel et bien là. Elle n'a simplement rien pu faire pour aider Sin fo.

- Très bien, alors puisque nous savons qu'elles n'ont pas gagné cette bataille, elles ont forcément pris la fuite. Où commençons-nous les recherches ? La forêt ?

- Non, c'est par là que les djaevels sont arrivés, c'était bien trop dangereux. Je pencherais plutôt pour les rives du lac, voire la montagne.

- Tu crois qu'elles auraient été si loin au nord ?

- La carrière au pied de la montagne peut offrir de nombreuses cachettes.

Ils se séparèrent et convinrent de se rejoindre à la pointe nord du lac. Hank longea le lac par la rive ouest, et Maxou par la rive est. Ils se rejoignirent près de trois heures plus tard. Ils avaient regardé partout, mais Sin fo et Tabatha restaient introuvables.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0