Chapitre 21 Un voyage éprouvant - Partie 2

7 minutes de lecture

 Sin fo et Hank avançaient en faisant se balancer Nathan entre eux deux. Ils riaient tous les trois, et cela aurait pu ressembler à une simple promenade s'ils n'avaient pas été entourés d'une vingtaine de personnes armées et nerveuses. Tous les habitants de Cosrock regardaient autour d'eux en tournant frénétiquement la tête de droite et de gauche à chaque bruit un peu fort.

 La forêt était pourtant très tranquille, mais elle était agitée par des bruits qu'ils n'avaient plus coutume d'entendre. Le souffle du vent dans les feuilles, les branches qui craquent, les cris d'animaux et les chants d'oiseaux, qui avaient quitté la ville désertée depuis bien longtemps. Après un moment, ils commencèrent à s'habituer à ces bruits qu'ils connaissaient jadis, et ils purent apprécier la beauté du paysage qui les entourait. Les arbres arboraient leurs couleurs d'automne, et cette palette rouge orangée donnait au décor une certaine chaleur, qui contrastait avec la température plus que modérée de ce début de matinée. La rosée matinale s'évaporait sous l'action des rayons de soleil qui filtraient parmi les branches, produisant une légère brume qui donnait un aspect fantomatique aux arbres.

 Aux alentours de midi, alors que le brouillard s'était levé et que les soleils leurs chauffaient les épaules, ils s'arrêtèrent en plein milieu du chemin pour manger. Ils déjeunèrent principalement de fruits et de pain, des denrées fraîches et périssables. Plusieurs personnes avaient ramassé du bois mort, mais Hank jugea préférable de ne pas allumer de feu, la nécessité ne s'en faisant pas sentir. Ils mirent donc les branchages de côté dans la charrette en prévision du soir ou des jours suivants, lorsqu'ils seraient dans des endroits où il ne serait pas facile de trouver du bois. Chacun remplit de nouveau son sac avec quelques aliments pour l'après-midi, et ils repartirent.

 Du fait de la digestion en début d'après-midi, de la pause vers quatre heures, et de leur allure modérée due au fait qu'ils n'étaient pas habitués à de si longues marches, ils ne couvrirent pas une grande distance ce jour-là. Dès que les soleils déclinèrent, ils commencèrent à chercher un abri, mais n'ayant toujours rien trouvé lorsque le premier soleil disparut derrière l'horizon, ils décidèrent de s'arrêter où ils étaient, et de camper là. Jacob alluma un feu de camp au milieu de la route, autour duquel ils s'installèrent tous pour dîner. Ils préparèrent cette fois-ci un repas chaud, et chacun se présenta rapidement, afin que nos quatre héros connaissent tout le monde. Selina et son mari Wayne couchèrent leurs enfants dans la charrette, emmitouflés sous des couvertures au milieu des sacs, puis ils rejoignirent le reste du groupe. Ryban avait trouvé de quoi tracer une carte, et chacun y alla de son commentaire pour l'aider à la rendre la plus précise possible. Un à un, les membres du groupe s'endormirent, bercés par la chaleur et les bruits rassurants du feu de camp. Tabatha et Maxou furent les derniers à se coucher, discutant encore pendant un long moment, jusqu'à ce que le père du garçon, Archibald, lui ordonne de se taire et de dormir.

 Le lendemain, ils furent tous tirés de leur sommeil par Nathan et sa sœur Claire, plus âgée que lui de deux ans, qui s'étaient réveillés tôt et se chamaillaient en poussant des petits cris aigus. Hank se tira de son duvet en grognant, ayant perdu toute sympathie pour le petit Nathan. Il se chargea de faire du café pour tout le monde, ce qui lui permit de rester à côté du feu et de n'être obligé de parler à personne avant que sa mauvaise humeur ne soit passée. L'humeur générale n'était de toute façon pas au bavardage. Habitués aux lits moelleux et aux pièces chauffées, personne n'avait apprécié la nuit à la belle étoile, allongés sur une route de forêt. Le ciel lui-même était morose, et bien que le jour soit levé, les soleils n'étaient pas visibles.

 Une fois que tout le monde eut bu une tasse de café bien noir, suffisamment fort pour les tenir éveillés toute la journée, ils s'habillèrent chaudement et reprirent la route. Hank avait voulu éteindre le feu, mais Trevor, qui avait été chasseur lorsqu'il était plus jeune, avait suggéré une autre idée. Sur ses conseils, sa compagne Susanna avait disposé un morceau de viande sur une pierre plate placée au dessus des flammes, afin qu'il cuise lentement et répande longtemps son fumet. Le but n'était bien sûr pas de gâcher de la nourriture, mais de tenter d'attirer les djaevels qui pourraient se trouver dans la forêt, ou qui les auraient suivi depuis Cosrock. Ils prenaient le risque d'attiser l'appétit de ceux qui se trouvaient sur leur chemin, mais si ça fonctionnait, les djaevels qui étaient derrière eux s'arrêteraient au niveau du feu.

 Tandis qu'ils avançaient, Sin fo étudia la carte dessinée par Ryban. L'île sur laquelle ils se trouvaient était d'une superficie moyenne. Si tout se déroulait sans problème, ils devraient en voir le bout dans la journée du lendemain, le surlendemain au plus tard. La forêt recouvrait la majeure partie de l'île, mis à part Cosrock construite à l'extrémité sud. De là, la route traversait l'île de part en part, et débouchait au nord de l'île sur un pont qui ralliait l'île suivante.

 En fait, toutes les îles de la région étaient jadis liées par des relations commerciales, et la route avait été tracée de concert pour relier toutes les principales villes entre elles. Ainsi, s'ils suivaient cette route, ils traverseraient la région du sud au nord, et visiteraient même plusieurs villes sur leur passage, ce qui leur assurerait peut-être du ravitaillement. D'après ce que tout le monde lui avait dit, l'île suivante n'était pas habitée, car il ne s'agissait que d'une longue étendue de prairies et de marais, qui servait jadis de pâturage pour les troupeaux des îles voisines. Sin fo n'aimait pas trop l'idée de cette contrée désertique, mais Jon Dikon et Farrokh Mercury, qui remplaçaient ce jour-là Ryban et Gorre Taylor pour tirer la charrette, lui assurèrent que la route était sure, et qu'elle avait toujours été très bien entretenue, ou du moins l'était-elle encore jusqu'à deux ans auparavant.

 La suite se compliquait, car l'alignement des îles les obligeait à suivre une direction nord-est, ce qui rallongerait évidemment leur voyage. Sin fo ne repéra sur la carte qu'un nom qu'elle connaissait, celui de l'île située tout au nord. Si ses souvenirs étaient exacts, de là ils auraient encore deux îles à traverser avant d'arriver à Ts'ing Tao. Elle étudia la carte attentivement et estima qu'ils avaient au moins trois semaines de marche devant eux. Sin fo attendit le repas du midi pour parler de ses calculs à tout le monde. Elle leur expliqua que le voyage allait être long, pénible, et probablement dangereux. Riordan, une jeune femme brune et potelée, prit la parole pour lui répondre :

– On savait depuis le début que ce serait difficile. Ce n'est pas la peine de nous le rappeler tous les jours.

 Son fiancé, Fergal, acquiesça et renchérit :

– Et puis quel choix avons-nous ? Rebrousser chemin et retraverser toute la forêt, seuls ? Quitte à tout prendre, j'aime autant rester avec vous. Si nous rencontrons des djaevels, vous saurez quoi faire.

 Un murmure d'approbation parcourut l'assemblée. Debbi Peterson, une femme d'une quarantaine d'années et proche de Indesit la rassura :

– Nous avons tous confiance en vous, jeune femme. Cessez donc de vous inquiétez pour nous, nous saurons très bien prendre soin de nos fesses par nous mêmes.

 Le voyage se déroula sans histoires notables. Ils traversèrent la forêt en trois jours au total, et ne rencontrèrent aucun djaevel. Ceux-ci étaient probablement tous rassemblés à Cosrock, là où il y avait des victimes potentielles.

 L'île suivante ne leur offrit que la rencontre d'un troupeau de mangoliers redevenus sauvages. Archibald et Wayne tentèrent d'en attraper un pour l'atteler à la charrette, mais bien qu'ils aient choisi le plus petit du troupeau, ils ne récoltèrent que des bleus et des écorchures. Cela amusa beaucoup Tabatha et Maxou, mais ce dernier s'arrêta de rire en voyant les regards que lançait son père à la jeune Ellis Bextor, qui s'était occupée avec Deborah Harry de soigner leurs blessures.

 Après cinq jours de marche ponctués de souffles courts, de crampes, de caprices d’enfants et d’ampoules aux pieds, la petite troupe avait fini par trouver son rythme. Ils avançaient bon train, couvrant une longue distance en quelques heures, les taches étaient équitablement réparties, chacun s'occupant de ce pour quoi il était le plus doué. Il n'y avait aucune dissension dans le groupe, et l'humeur était au beau fixe.

 La traversée de la première ville refroidit un peu leur ardeur. Sin fo, Tabatha, Jacob et Hank n'en furent pas surpris, mais la ville était déserte. Les habitants de Cosrock furent tous mal à l'aise dans cette ambiance spectrale et ce silence de mort. Ils fouillèrent quelques maisons, et après avoir constaté rapidement qu'il n'y avait rien à récupérer, ils quittèrent la ville au plus vite. L'après-midi était déjà bien entamé, mais personne ne voulut passer la nuit en ville. Ils préférèrent dormir à la belle étoile, loin de tout ce qui aurait pu leur rappeler l'existence des djaevels.

 Le choc ne fut pas aussi rude lorsqu'ils arrivèrent dans la seconde ville, une semaine plus tard. La surprise avait disparu, et bien que personne ne fut véritablement à l'aise, l’envie de passer quelques heures dans un endroit chaud et sec fut plus forte que la peur. Ils dormirent cette nuit-là dans l'hôtel de ville, le seul bâtiment de la ville qui était assez grand pour offrir une chambre à chacun.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0