Chapitre 14 Fantômes du passé - Partie 3

4 minutes de lecture

 Une fois chez eux, Hank alluma un feu et demanda à Sin fo :

– Tu as déjeuné ?

– Non, je n'ai rien avalé depuis hier soir.

– Moi non plus.

 Il glissa une grille dans le foyer, sur laquelle il disposa des tranches de pain de mie et de viande de mouton. Sin fo quant à elle s'occupa de préparer une infusion de jiko. Lorsqu'elle le servit, elle vit Hank faire une imperceptible grimace. Il ne dit rien, mais Sin fo savait qu'il n’en buvait qu'à contrecœur. Pour lui, rien ne pouvait remplacer un bon café noir le matin. Malheureusement, les revanis ne cultivaient pas de café, et malgré plusieurs excursions dans la jungle, de l'autre côté des montagnes, il n'en n'avait jamais trouvé de plants sauvages. Il s'était donc résigné à boire des infusions, bien que dans sa région natale, comme il l'avait un jour expliqué à Sin fo, c'était une boisson réservée aux femmes. Tout en servant les tranches de mouton, Hank reprit la conversation :

– Je m'excuse encore pour ce que je t'ai dit hier soir.

– Oublions cela, nous sommes deux imbéciles avec des caractères de chien. C'est aussi pour cela que tu m'aimes, et c'est aussi pour cela que je t'aime.

– Tu as raison, n'en parlons plus, approuva Hank en s’installant sur sa chaise.

– Il y a quand même une chose dont il faut que nous parlions. Cette date que tu as gravée... Es-tu bien sûr que nous sommes en 2429 ?

– Écoute Sin fo, ça n'a pas vraiment d'importance.

– Cela en a pour moi, insista la jeune femme en posant une main sur la sienne. Répond s'il te plaît.

– Oui, j'en suis sûr. Mais il peut y avoir une différence de calendrier entre le nord et le sud de Vadkraam, proposa Hank.

 Sin fo balaya cette idée d’un revers de main.

– Non, Vadkraam est étendu, mais c'est un seul royaume. Tous ses habitants partagent la même histoire. J'ai peut-être une idée. Une idée qui expliquerait que personne ne connaisse Ts'ing Tao, que je n'aie jamais entendu parler de créatures telles que les lopvents ou les mangoliers, et que tu n'aies jamais vu de bateaux volants.

 Elle lui raconta alors toute son histoire. Elle lui avait bien sûr déjà raconté beaucoup de choses sur son enfance, mais elle avait fini par ne plus rien dire sur la période précédant leur rencontre, car Hank refusait presque toujours d’écouter tout ce qui concernait Reg’liss. Mais cette fois, Sin fo avait besoin que son mari l’écoute jusqu’au bout. C’est pourquoi elle n’omit cette fois aucun détail. Ts'ing Tao, les aptitudes magiques, son père le chef du village, le tournoi, son combat contre Reg'liss, puis le trou noir, la sensation de chute, l'évanouissement et enfin le réveil dans une région inconnue.

 Hank tiqua un peu à l'évocation de Reg'liss, mais il eut la délicatesse de ne rien dire. Il avait un peu de mal à croire que Reg'liss puisse avoir un tel pouvoir, puis il se souvint de l'attaque magique qu'il lui avait porté sur la falaise.

– Se déplacer par la magie, est-ce que c'est une chose courante ?

– Pas du tout, c'est très rare. J’ai bien connu des gens capables de déplacer des objets sur de courtes distances, mais toujours entre deux points bien définis, se souvint la jeune femme en posant ses deux index sur la table. Et je ne les ai jamais vus utiliser leur pouvoir sur des êtres vivants. De plus se déplacer soi-même peut être très dangereux, car il faut faire attention à ne pas te déplacer à un endroit déjà occupé par une personne ou un objet. Seules quelques personnes dans l'histoire sont connues pour avoir maîtrisé ce don.

– Et tu crois vraiment qu'il est possible de se déplacer dans le temps ?

– Je n'en n'ai jamais entendu parler, mais c'est la seule explication. Si nous avons pu voyager à travers tout le royaume, pourquoi pas aussi à travers les siècles, demanda-t-elle nonchalamment en portant sa tasse à ses lèvres.

– Ça semble irréalisable Sin fo, soupira Hank en se prenant la tête dans les mains.

– Avec la magie, tout est possible, assura Sin fo.

– La magie n'explique pas tout.

– Avant de me connaître, croyais-tu possible qu'une femme fasse s'écrouler un mur sans même le toucher ? Tu sais que j'en suis capable, n'est-ce pas, demanda-t-elle en posant doucement sa tasse sur la table.

 Avant qu'elle ait fini sa phrase, les murs de la maison se mirent à trembler, les meubles craquèrent, et la vaisselle sur la table grelotta.

– C'est bon, c'est bon, arrête ça, cria Hank en agrippant la table pour l’empêcher de bouger. Très bien, disons que tu ne naîtras que dans cinq cent ans. C'est difficile à imaginer, mais admettons. Mais dis-moi alors, qu'est-ce que ça change ?

– Tu n’es pas sérieux, s’étonna Sin fo en écarquillant les yeux. Cela change absolument tout ! Il faut que j'en aie le cœur net.

– Comment ?

– Je dois retourner à Ts'ing Tao. Là je saurais si c'est ma ville telle que je la connais, ou si c'est une époque différente.

– Retourner là-bas ? Comment veux-tu t'y prendre ?

– J'ai un plan.

– On a déjà essayé, souviens-toi. C'est impossible.

– Non, justement, nous n’avions pas essayé, rappela Sin fo.

 Hank fit la moue et se rencogna dans sa chaise. Un silence s'installa entre eux. Sin fo but son thé à petites gorgées. Lorsqu'elle reposa sa tasse, une larme coula sur sa joue.

– Mais tu pleures, s’inquiéta Hank. Que se passe-t-il ?

– Est-ce que... Est-ce que je dois te dire adieu ?

– Pardon ? Tu t'imagines que tu vas me laisser tout seul ici ?

– Tu veux dire que tu...

– Je t'accompagne bien sûr ! À quoi bon vivre paisiblement ici, quand je peux risquer de mourir avec toi ailleurs ?

 La jeune femme lui sauta au cou par dessus la table, et elle resta là plusieurs minutes à l'embrasser dans la nuque, tandis qu'il lui caressait les cheveux.

– Maintenant tu vas m'expliquer en quoi ton plan consiste, on va mettre les choses en ordre, prévenir tout le monde, et on partira dès demain.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0