Chapitre 13 Une paix contrariée - Partie 1

5 minutes de lecture

– Hank, je vais avoir besoin de ton aide.

 Sin fo se tenait debout au bord d'une rivière, une canne à pêche rudimentaire à la main. Au bout de la ligne, un poisson se débattait frénétiquement pour se dégager l'hameçon de la gueule. Hank, qui était allongé un peu plus loin dans l'herbe, se redressa en prenant appui sur ses coudes et la regarda d'un air amusé.

– Il faudra quand même qu'un jour tu apprennes à le faire toute seule.

– Je n'y peux rien, cela me dégoûte, grimaça-t-elle en tenant la canne à bout de bras pour être bien sûre que l’animal ne la touche pas en s’agitant.

 Il se leva, marcha jusqu'à elle, et décrocha sa prise avant de la rejeter dans la rivière.

– Pourquoi est-ce que tu pêches si tu n'aimes pas ça ?

– J'essaie de comprendre ce qui te plaît autant.

– Tu es mignonne.

 Il fit un pas vers elle mais elle l'arrêta en pointant son index vers lui.

– Tu ne t'approches pas de moi tant que tu ne t'es pas lavé les mains, je te préviens.

 Il leva les mains en signe de reddition et se contenta d'approcher son visage. Sin fo passa ses bras autour de son cou et l'embrassa. Après de longues secondes, elle se recula un peu et lui dit :

– C'est bien beau tout cela, mais tu viens de laisser filer le dîner.

– Ce n'est pas grave, je m'en charge. Rentre à la maison, je te rejoins.

– Je ne peux pas rester là avec toi, s’étonna-t-elle.

– Si je te montre l'astuce, tu n'auras plus besoin de moi, et qu'est-ce qu'il me restera pour me moquer de toi ?

 Sin fo s'éloigna de lui en le poussant par les épaules.

– Très bien, protège ton grand secret. Je pars devant, ne tarde pas trop.

 Hank attendit qu'elle se soit éloignée, puis il coupa une branche qu'il tailla au bout, et prit deux ou trois vers dans la boîte laissée par Sin fo. Il avança dans la rivière jusqu'à avoir de l'eau à hauteur de mollets, et lâcha un premier ver. Un poisson aux reflets verts jaillit presque immédiatement, mais il était trop petit et Hank le manqua. Il fit tomber un deuxième ver dans l'eau et projeta son harpon au même moment. Il parvint cette fois à attraper un poisson de la taille de son bras.

 Il sortit de l'eau et remonta sur la berge. L'animal était encore agité de spasmes et Hank le frappa contre un tronc pour l'achever. Il ramassa ses affaires et partit retrouver Sin fo. Il remonta le long de la berge, qui descendait en pente douce jusqu'à la rivière. Arrivé en haut, il prit à gauche et marcha dans l'herbe en direction de sa maison. Il passa à travers champs, et en profita pour cueillir quelques fleurs pour Sin fo.

 Il leva les yeux et regarda les montagnes, désormais familières, qui entouraient la vallée. Il repensa à la première fois qu'il les avait vues, cinq ans auparavant. Hank secoua doucement la tête en souriant en repensant au fait que Sin fo et lui avaient tenté de fuir cet endroit. Pendant pratiquement un an, ils avaient exploré le continent à la recherche d'un passage qui leur permettrait de rejoindre Vadkraam. Ils n'avaient rien trouvé, et ils avaient fini par revenir sur la plage sur laquelle ils avaient échoué quelques mois plus tôt.

 Ils savaient qu'à quelques centaines de mètres, au fond de la mer, il existait un accès vers leur monde d'origine. Sin fo avait été prête à tenter cette dernière chance, mais Hank l'en avait empêchée. L'opération était trop hasardeuse. Ils ne savaient pas exactement où plonger, et ils ne pouvaient pas être certains que le passage fonctionnait dans les deux sens.

 Les deux jeunes gens s'étaient donc installés sur la plage, jusqu'à ce qu'un revani vienne les voir sur ordre de Iaevr. Celui-ci les avait invités à vivre à Zivatanerae parmi les revanis. Hank avait bien sûr refusé catégoriquement, jusqu’à ce que le roi lui présente ses excuses en personne pour l’avoir traité si injustement. Iaevr avait reconnu que le jeune homme n’avait jamais représenté la moindre menace pour son peuple, et qu’il n’était sûrement pas le tyran décrit dans la légende. Sin fo avait accepté également, à la condition de ne plus être traitée comme une déesse.

 Ils avaient d'abord vécu au palais, dans l'ancienne chambre de Sin fo, mais Hank tenait trop à son indépendance et avait demandé à s'installer dans un endroit calme et légèrement retiré. Le seigneur Iaevr lui avait alloué une parcelle de terrain occupée par une petite forêt, et dont les revanis ne se servaient pas pour leurs cultures ou leurs troupeaux. Hank avait d'abord passé plusieurs mois à abattre des arbres pour dégager une clairière, puis il avait entrepris la construction de la maison proprement dite. Sin fo lui donna un petit coup de pouce pour les fondations - cela ne lui prit que quelques minutes - puis il avait monté lui-même les murs avec le bois qu'il avait coupé, en s'inspirant de l'architecture revanie. L'entreprise lui avait pris encore de long mois, mais il tenait à la satisfaction d'habiter une maison qu'il aurait construite de ses mains. Moins d'un an et demi après leur retour à Zivatanerae, Sin fo et Hank vivaient ensemble dans leur maison.

 Hank gravit une petite colline et traversa un bosquet, puis il déboucha sur une clairière. Il fut accueilli par une délicieuse odeur flottant dans l'air. Il vit des volutes de fumée s'échapper de la cheminée, et Sin fo apparaître dans l'encadrement de la porte.

– Qu'est-ce que c'est que cette fumée ? Tu as préparé le dîner sans moi ? Et qu'est-ce que je vais faire de ça, moi ?

 Il tira le poisson hors de sa besace en le tenant par la queue.

– J'ai préparé une soupe, il ne manque plus qu'à y mettre un poisson et elle sera succulente. Apparemment j'ai plus confiance en toi que toi en moi.

– Je te demande pardon, dit Hank en remettant sa prise dans son sac.

– Hum ça dépend, répondit Sin fo en faisant la moue.

– De quoi ?

– De comment tu vas me présenter tes excuses.

 Il avança jusqu'à la porte et l'embrassa comme il l'avait fait un peu plus tôt.

– C'est bon tu peux rentrer, tombeur.

 Elle resta, pensive, sur le pas de la porte quelques instants, avant de le suivre en lui intimant :

– Et lave-toi les mains !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0