Chapitre 10 Après la chute - Partie 2

4 minutes de lecture

 Soudain, Hank s'élança vers Reg'liss. Le jeune homme leva son arme pour frapper, mais Hank l'attrapa par le poignet et stoppa son geste. Ils luttèrent au corps à corps quelques instants, chacun essayant de faire plier l'autre, puis Hank tira violemment Reg'liss en avant et lui enfonça son genou dans l'estomac. La rudesse du choc surprit le jeune homme et l'obligea à desserrer son étreinte sur le manche de son épée. Hank tenta de s'en emparer, mais Reg'liss se défendit en le frappant au visage de la main gauche, et la lame tomba dans l'herbe aux pieds des deux hommes. Reg'liss donna rapidement un coup de pied dedans pour l'éloigner, la faisant ainsi glisser dans l'herbe humide jusqu'au bord de la falaise.

 Les deux adversaires échangèrent quelques coups sans parvenir à se départager, puis Hank décocha un violent coup du droit à Reg'liss. Éloigné de quelques pas par la violence de l'impact, ce dernier cria et s'élança en avant, pour s'abattre de tout son poids contre la poitrine de Hank. Reg'liss tirait de la force de sa colère, mais Hank était plus âgé, plus robuste et plus aguerri au combat, et il ne vacilla pas sous le choc. Au contraire, il profita d'avoir Reg'liss à sa portée pour joindre ses poings et les abattre brutalement sur son dos. Le jeune homme s'effondra le souffle coupé dans l'herbe mouillée. Il tenta de se relever, mais son adversaire appuya avec son pied de tout son poids pour le maintenir au sol.

 Hank cracha sur le côté pour se débarrasser du sang qu'il avait en bouche et s'essuya le front d'un revers de manche. La respiration saccadée, il se tâta la commissure des lèvres qui était enflée et poussa un juron. Il ne s'était pas attendu à ce que Reg'liss se défende si âprement. Il devait en finir au plus vite. Pourtant, en le regardant allongé ainsi au sol à sa merci, il ne put se résoudre à lui porter un coup fatal. Cela n'avait rien d'étonnant, il n'avait encore jamais tué personne de ses propres mains. Il tourna la tête et vit la lame de l'épée qui luisait aux soleils quelques mètres plus loin. Il se dit que ça serait plus facile ainsi. Il relâcha Reg'liss et s'éloigna à pas lents.

 Dès qu'il fut libre, Reg'liss essaya de se redresser, mais tout son corps hurlait de douleur. Hank l'avait frappé très durement, et il ne paraissait presque pas touché, alors que Reg'liss l'avait cogné de toutes ses forces. Le jeune homme était clairement désavantagé dans ce combat. Il pensa un instant à prendre la fuite, mais il savait qu'il ne serait pas assez rapide pour échapper à Hank dans son état. De plus, il ne pouvait pas se résoudre à laisser l'assassin de Sin fo s'en tirer.

 Il se rappela alors le tournoi. Son combat contre Sin fo lui semblait remonter à une autre vie. Il se dit que la magie était à nouveau son dernier recours. À sa grande surprise, il sentit une décharge d'énergie lui parcourir le corps. Bien qu'il n'ait jamais eu de pouvoirs, il sut instinctivement de quoi il s'agissait. Une grimace de douleur lui tordant le visage, Reg'liss se redressa sur ses coudes, puis se mit à genoux et resta ainsi un court instant pour reprendre son souffle. Hank lui tournait toujours le dos et ne l'avait pas vu se redresser.

 Luttant pour ignorer les lamentations de ses membres meurtris, Reg'liss se releva et se concentra pour canaliser l'énergie magique qui circulait en lui et produire un sort qui lui permettrait de vaincre son adversaire. En levant la tête, il s'aperçut que Hank avait ramassé son arme et qu'il avait couru jusqu'à n'être plus qu'à deux pas de lui. Pris de panique, il n'eut pas le temps de lancer le sort. Hank lui enfonça son épée dans le ventre. Reg'liss sentit son estomac exploser et le sang lui remonter dans la gorge. Hank lui dit :

– Tu auras été difficile à attraper, mais tu vas rejoindre ta chère Sin fo à présent.

 Reg'liss cracha le sang qui l'empêchait de parler et lui répondit :

– Rien ne me ferait plus plaisir, j'ai tellement de choses à lui dire. Mais toi...

 Il agrippa le bras de Hank et le tira vers lui afin de lui murmurer à l'oreille :

– Toi tu as des excuses à lui présenter alors je t'emmène avec moi !

 Il libéra toute l'énergie qu'il avait accumulée et produisit une explosion qui projeta Hank en arrière et le fit basculer dans le vide. Reg'liss n'eut que le temps de le voir disparaître sous les nuages avant de tomber à genoux, puis de s'effondrer au sol.

 L'odeur de l'herbe mouillée lui emplissait les narines, les lopvents criaient derrière lui et les soleils l'éblouissaient. Il sentit son sang s'écouler par flots entiers de la plaie, en formant une flaque chaude sous son corps. Il ne respirait plus que par à coups. Il était terrifié. Il pensa à Sin fo, au vieux Berg, à son oncle, à son père et à sa mère. Puis petit à petit, la douleur se fit moins lancinante, les cris des lopvents moins stridents et les odeurs moins entêtantes. Des points rouges apparurent devant ses yeux, puis sa vue se voila. Il n'entendait plus, ne voyait plus, ne sentait plus. Il était bien. Simplement bien. Et soudain il n'était plus.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0