Chapitre 10 Après la chute - Partie 1

5 minutes de lecture

 Reg'liss continuait de hurler le nom de son amie, mais seuls les lopvents lui répondaient de leurs glapissements. Hank était remonté sur la mère et tenait le petit par les rênes. Après quelques instants, il interpella Reg'liss :

– Arrête ça ne sert plus à rien.

– Je veux que Sin fo sache que nous sommes toujours là !

– Ça ne sert à rien, répéta Hank. Elle a disparu.

– Non, elle ne peut pas... Je sais qu'elle est toujours là. Sin fo !! cria-t-il à nouveau.

 Hank secoua la tête et jura entre ses dents. Ils ne pouvaient pas rester ici indéfiniment. Ils étaient toujours au dessus des nuages, et les lopvents commençaient à fatiguer. Celui de Sin fo s'était calmé mais il était toujours parcouru de tremblements. Il s'était néanmoins laissé faire sans problèmes lorsque Hank l'avait saisi par la bride.

 Le jeune homme tourna la tête en direction de Reg'liss. Celui-ci avait les yeux toujours braqués en contrebas et répétait inlassablement le nom de Sin fo. Hank siffla et éperonna sa monture. Le lopvent de Reg'liss leva la tête et poussa un petit glapissement en voyant sa mère s'éloigner. Sans attendre un ordre de son cavalier, l'animal suivit son instinct qui lui disait de ne pas quitter sa mère. Reg'liss tenta de le retenir, en vain, et après avoir appelé encore plusieurs fois son amie, il finit par se résigner et se taire.

 Après quelques minutes de vol, les trois lopvents se posèrent sur l'île la plus proche, à quelques mètres seulement de la falaise. Reg'liss sauta de sa selle à peine posé et courut vers le lopvent de Hank. Il saisit son compagnon par la veste et l'obligea à descendre de sa monture.

– Pourquoi as-tu fait ça, s'énerva-t-il. Il faut retourner la chercher !

– Qu'est-ce que tu racontes, répondit Hank en se dégageant. Tu sais que c'est impossible.

– On doit faire quelque chose. Ces créatures volent, dit Reg'liss en désignant les lopvents. Il suffit de monter dessus et de voler sous les nuages.

– Tu réalises ce que tu dis ? Sous les nuages ? Il n'y a rien de vivant sous les nuages, tout le monde le sait ! C’est le royaume des morts. C'est fini, elle a disparu. Pour toujours.

 À ces mots, Reg'liss tomba à genoux et se ramassa sur lui-même avant d'éclater en sanglots. Hank s'approcha de lui et posa une main sur son épaule.

– Il n'y avait rien à faire.

– On aurait dû l'aider, dit Reg'liss en essuyant ses larmes. On aurait dû la rattraper. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire à son père quand je le verrai ? Il ne me pardonnera jamais.

– Je suis sûr qu'il ne dira rien, répondit Hank en serrant un peu plus fort l'épaule de Reg'liss.

 Lui aussi laissa couler quelques larmes, mais s'essuya les yeux d'un revers de manche avant que Reg'liss ne le voie.

– C'est vrai, ce n'est pas de ma faute.

– Non, ce n'est pas ce que je voulais dire, répondit doucement Hank en approchant sa main de la nuque de Reg'liss. Il ne te dira rien parce que tu ne retourneras jamais dans ton village.

– Quoi ?

 Soudain, Hank serra ses deux mains autour du cou de Reg'liss et tenta de l'étouffer. Après un moment de surprise, le jeune homme finit par réagir et envoya son coude dans l'estomac de Hank. Celui-ci eut le souffle coupé et relâcha son étreinte sur Reg'liss, qui en profita pour se relever et s'éloigner de quelques pas.

– Tu es malade, qu'est-ce qui te prend, demanda-t-il en se massant le cou.

 Hank se redressa à son tour, une main posée sur l'estomac. Il se tourna vers Reg'liss et lui expliqua calmement :

– Tout est de ta faute, c'est toi qui as tout gâché.

– Qu'est-ce que tu dis ?

– C'est de ta faute si Sin fo est tombée.

– Quoi ? Ce n'est pas moi qui ai sauté sur son lopvent ! C'est plutôt toi qui as précipité sa chute !

– J'essayais de la sauver au contraire, hurla Hank.

– Écoute, ça ne sert à rien de s'accuser mutuellement, essaya de tempérer Reg'liss. C'était un accident. Un terrible et tragique accident, répéta-t-il la gorge serrée. Seul cette saloperie de lopvent est responsable, mais ce n'est qu'un animal.

– Ne blâme pas le lopvent, tout est de ta faute. C'est toi qui aurais dû être sur son dos.

– Je... Je sais. Mais c'est Sin fo qui a insisté pour qu'on échange.

– Si tu n'avais pas fait le gamin capricieux, elle serait encore en vie, cria Hank en s'avançant d'un pas vers Reg'liss.

 Ce dernier vacilla comme s'il avait reçu un coup au visage.

– C'est... C'est vraiment horrible ce que tu me dis. Tu crois que je ne me sens pas assez coupable comme ça ?

 Le bras tremblant, Hank comprima son front de sa paume ouverte et se passa la main dans les cheveux pour réfréner ses éclats de voix.

– Je vais te dire les choses plus clairement : c'est toi qui aurais dû être sur cet animal, c'est toi qui aurais dû mourir. C'est ce qui était prévu.

– Comment ça prévu ?

– Pourquoi crois-tu que le lopvent s'est emporté comme ça ? J'ai coupé la sangle ce matin, et je lui ai donné un fruit parce que le sucre leur fait perdre la tête.

– Tu l'as... Mais pourquoi ? Pourquoi voulais-tu tuer Sin fo, demanda Reg'liss incrédule.

 Hank leva les yeux au ciel et hocha lentement la tête.

– Mais tu ne comprends vraiment rien. C'est toi que je veux tuer.

 Voyant qu’il était sérieux, Reg'liss tira son épée du fourreau et la pointa vers lui.

– N'approche pas de moi ! Je n'hésiterais pas à te faire du mal.

– C'est trop tard Reg'liss. Tu ne peux plus t'en tirer.

– Pourquoi ? Pourquoi nous as-tu trahis, questionna le jeune homme la voix tremblante. Qu'est-ce que je t'ai fait ?

– À moi rien. Enfin pas encore, ajouta Hank avec une imperceptible grimace. Mais tu es un criminel, il est normal que tu paies.

– Je croyais que tu voulais nous aider.

– Tu as cru tellement de choses ! Tu pensais vraiment qu'une grande ville comme Castelroi allait décréter l'état de siège pour deux gamins comme vous ? Personne ne vous cherchait là. Personne à part moi ! Je vous ai poursuivis depuis la prison et pas une minute vous ne vous êtes méfiés de moi.

– Alors depuis le début tu voulais nous trahir. Tout ce temps passé avec nous, tout n'était que mensonge, cracha Reg'liss en battant l’air de son épée.

– Non, pas tout. J'avais fini par m'attacher à vous. J'ai commencé à douter de ma mission. Et j'ai eu cette vision. J'ai vu à quel point tu étais dangereux.

– Une vision ? C'est pour ça que tu as tué Sin fo ?

– C'est toi qui l'as tuée, hurla Hank.

 Le jeune homme avait les yeux exorbités et de la sueur perlait sur son front. Reg'liss était terrifié par son regard de dément.

– J'avais décidé de l'épargner. Nous aurions pu rester ensemble après que tu sois tombé, murmura presque Hank en baissant les yeux. Je l'aurais convaincue qu'il s'agissait d'un accident.

 Il releva lentement le regard sur Reg'liss et continua :

– Mais il a fallu que tu gâches tout. C'est de ta faute si Sin fo est morte.

– Je t'interdis de prononcer encore son nom, s'emporta Reg'liss en levant un peu plus haut sa lame. Tu l'as suffisamment sali.

– Il est trop tard pour faire le bravache, ricana Hank. Je vais en finir avec toi Reg'liss. Comme j'aurais dû le faire depuis le début !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0