Chapitre 2 Le tournoi - Partie 1

4 minutes de lecture

 Le lendemain toute la ville était en liesse. Tous les habitants s'étaient réunis sur la grande place, qui flamboyait de mille couleurs. Banderoles et fanions ornaient les murs de la ville et des dizaines de tables avaient été dressées autour d'une piste de danse, sur laquelle les gens bougeaient au son des tambours et des bandonéons. Quelques marchands étrangers avaient rapporté d'exotiques cargaisons, et la bière et les rires coulaient à flot.

 Un terrain d'entraînement avait été construit quelques jours plus tôt et c'était là que se déroulaient les épreuves de qualification. La première épreuve n'en était pas vraiment une. Les inscrits au tournoi ne s'y affrontaient pas, mais ils passaient tour à tour devant un examinateur officiel de la compétition, qui devait juger de leurs capacités à maîtriser leurs pouvoirs.

 Reg'liss attendait son tour dans la file en se creusant la tête à toute vitesse. Il savait qu'il ne pouvait pas couper à cette audition, mais il n'avait aucune idée de ce qu'il allait pouvoir faire. De toute sa vie, il n'avait jamais montré le moindre talent pour la magie. Il s'en était accommodé facilement, car il avait toujours vécu sans, mais cela lui avait toujours attiré les moqueries des autres habitants de l'île. Reg'liss se dit avec amertume qu'il n'y échapperait pas encore une fois ce jour-là.

 Quand enfin vint son tour, le jeune homme se sentait plus anxieux que jamais. Il avait l'impression d'être revenu sur les bancs de l'école. L'homme chargé de juger les candidats l'accueillit avec un sourire fatigué.

– Bonjour mon garçon, quel est ton nom ?

– Je m'appelle Reg'liss, répondit ce dernier en essayant de parler assez distinctement.

– Reg'liss, répéta l'homme en notant dans son registre. Bien, de quel quartier viens-tu ?

– Je n'habite pas en ville, je vis sur les rives du lac.

– Tu es fermier, questionna l'homme presque machinalement.

– Oui.

– Ton pouvoir a un rapport avec la terre ou les plantes ?

– Non, ça n'a rien à voir, enchaîna Reg'liss. Je vis avec mon oncle, c'est tout.

– D'accord, l'encouragea l'homme avec le même sourire las, alors quel est ton pouvoir ?

– Je n'en ai pas, répondit Reg'liss après une hésitation.

– Écoute, tu n'es pas obligé d'avoir un pouvoir impressionnant ou utile au combat, éclaircit le départiteur en joignant ses mains sous son menton. Nous ne sommes pas là pour te juger. Tout ce que je veux savoir, c'est à quel point tu le maîtrises.

– Je vous assure, je ne me moque pas de vous. Je n'ai aucun pouvoir magique.

 L'examinateur retira ses lunettes en demi-lunes et se frotta les yeux en soupirant.

– Je n'ai pas de temps à perdre mon garçon. Il y a des personnes qui attendent derrière toi. Alors soit tu me montres ce que tu sais faire, soit je serai contraint de te recaler.

– Très bien, je vais essayer.

– À la bonne heure, répondit l'examinateur en rechaussant ses lunettes.

 Reg'liss remonta ses manches et joignit ses mains. Il avait souvent vu ses amis se servir de leurs mains comme point d'ancrage à la manifestation de leurs pouvoirs. Il se concentra pour essayer de ressentir une force, un flux d'énergie, comme ses professeurs avaient tenté de le lui enseigner durant des années, mais il ne ressentit rien d'autre qu'une boule au ventre provoquée par une honte grandissante. Ce qui était une évidence pour les autres habitants de l'île demeurait pour lui un mystère insoluble. Là où ses amis ressentaient leurs pouvoirs aussi facilement qu'ils respiraient, Reg'liss ne comprenait pas par quel miracle ils y parvenaient. Il se concentra le plus ardemment qu'il put, mais dut se rendre à l'évidence. Il ne savait même pas ce qu'il essayait de produire. Il écarta ses mains et s'excusa auprès de l'examinateur.

– Ça fait quatre fois que je supervise le tournoi, et je n'avais encore jamais vu ça, s'impatienta celui-ci.

– Je vous en prie, supplia presque Reg'liss en posant ses mains sur la table. Ne m'empêchez pas de continuer.

 L'homme secoua rapidement la tête en signe de dénégation.

– Tu n'as aucun pouvoir. Les règles du tournoi sont claires...

– Vous l'avez dit vous-même, le coupa Reg'liss. Je n'ai pas besoin d'avoir un pouvoir utile. L'homme devant moi se servait de ses dons comme d'une boussole. Je suis capable de m'orienter sans ça. Un type tout à l'heure a fait apparaître du feu entre ses mains. Je peux faire la même chose avec un briquet. Je connais quelqu'un qui est capable de trouver de l'eau. À quoi ça sert quand on vit dans une ville construite sur un lac, questionna le jeune homme en haussant légèrement le ton. Je me suis toujours débrouillé sans magie, je n'en ai pas besoin.

 Le départiteur, sourcils froncés, sembla chercher un nouvel argument.

– Ce ne serait pas juste pour les autres concurrents.

– Je ne vous demande pas de traitement de faveur, seulement de me laisser continuer.

 L'homme se pencha en avant et fixa Reg'liss par dessus ses lunettes en lui disant à voix basse :

– Si tu parviens jusqu'aux phases finales, tu te feras laminer.

– Je prends le risque, répliqua le jeune homme en frappant du poing sur la table. J'ai besoin de remporter le tournoi.

 L'examinateur hésita un instant devant sa mine résolue, puis il se redressa en soupirant.

– Très bien, je t'inscris sur la liste. Présente-toi à l'épreuve de force dans une heure.

 Un large sourire fendit le visage de Reg'liss, qui attrapa la main de son bienfaiteur et la secoua vigoureusement.

– Merci, merci du fond du cœur.

– C'est ta détermination qui m'a convaincu. C'est souvent ce qui fait la différence entre les vainqueurs et les perdants. Si tu entres dans l'arène, je miserai une pièce sur toi, conclut le vieil homme avec un clin d’œil.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Madisaurene

Parfois emporté par le courant sans rien pouvoir y faire, tantôt bercé, tantôt balloté par ce flox bien trop puissant. Nous empruntons sans cesse le même chemin aux décors changeant, uniquement mû par la quête du bonheur, fyant tout ce qui nous ferait souffrir. C'est quand elle pris la décision de descendre, et ce pour la dernière fois, ces escaliers qu'elle avait tant aimé monter, quand elle sentis son coeur se briser qu'elle compris. La tristesse s'écoulait tel de l'eau dans une passoire qui finirait par se reboucher, plus légère, enfin apte à aceuillir le bonheur tant rêvé.
1
2
3
0
leotypique

Je m'appelle Léo.
J'ai 10ans.
J'habite dans une petite ville très chaleureuse.
Mais dans ma vie.
Je reçois quelques critiques qui ne sont pas importantes pour moi.
Les gens pensent qu'il me touche dans le cœur mais il me rate toujours !
De plus je connais ces personnes.
Je l'ai vois tout le temps.
Mais depuis tout petit j'ai toujours été différent des autres.
Quand j'étais petit j'écouté du Britney Spears ou du Shy'm et les autres écoutez du Maître Gims ou des autres trucs de rap.
Ou alors c'était aussi pour mon style.

2
0
16
1
AlphoneX

L'ennui m'amie me mit à ton âme soumis
Et la nuit se défit quand ton ris me sourit
Lors ce fut à l'entour des atours de tes jours
Qu'en séjour me lia l'anneau pur en ta cour

Quel anneau diras-tu aurait pu t'enlier
Sans que garde n'aie pris de te le dédier
Mais il n'est que souci d'en ta grâce rester
À temps que soit le dit si tu fus j'ai été

Tel passé qui persiste à devenir cet hui
Qui prévoit devers lui son horizon enfui
Si amante je n'ai douce sour me possède

À quel autre vouloir sourcerais - je mon aide
Afin que mon désir ne soit que tes caprices
Lesquels plus m'éjouissent que feintes d'actrice.
4
2
0
0

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0