Timide Souffrance

Une minute de lecture

Dans le silence, on vit, sans un soupir, on meurt

Facilement on aime, ardument est aimé

Et l’on se tait, laisse son cœur se consumer.

Car la timidité, c’est la vie du malheur.


Que ne suis-je un luron, lui qui sème le rire ?

Que ne suis-je un bouffon, ridicule, admiré ?

Que ne suis-je un larron, méprisé, et chambré ?

Plutôt qu’un isolé, un laissé à pourrir ?


Pas un ami, pas un seul mot, pas un regard.

Mais je n’en cherche pas. De personne. Sauf d’elle.

Je suis par indifférence banni. Toi, belle,

Tu réunis tes gens et tu me laisses à part.


Et de tes beaux yeux ne me laisse qu’un rêve

Un fantasme nouveau à rejoindre mon monde

Univers où les songes voltigent en ronde.

J’y vis toute la nuit, mais le Soleil se lève


Qui efface les ombres, et éclaire le vrai,

Efface mes espoirs, éclaire mes ennuis.

Fourbe Soleil, sournoisement tu tues ma nuit

Tu détruits ma vie, la poignarde de tes rais.


Car ma vie c’est le rêve, et c’est la solitude

Eh oui ! Je le sais, impossible est mon amour,

Mais de me le montrer, Soleil, je t’en veux toujours,

Et préfère mes songes aux affres de l’habitude.

Annotations

Recommandations

Vous aimez lire Richard Clayton ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0