7-8

9 minutes de lecture

Chapitre 7

Hadrien et Mathieu ont fait une drôle de tête quand je me suis dirigé avec Sarah vers sa moto. Entre vexés et incrédules. Elle s’est tournée vers eux et a dit qu’on devait parler d’un truc.

- Mais de quoi tu veux parler ?

- Pas ici, c’est pas encore clair, mais je me dis, avec toi, je peux …

Bon, soit, elle doit mettre de l’ordre dans ses idées mais je suis quoi, moi ? Je ne me vois pas trop en âme soeur d’une fille peut-être à problèmes. Je phase déjà un peu, là.

Déjà, le casque, elle a dû me l’attacher, je n’y arrivais même pas. J’étais nerveux, on dira. Mais pourtant, elle a été très calme, presque délicate. Enfin, comme une fille genre Sarah pouvait l’être.

Elle a dit ‘on est go ?’ et j’avais l’impression de parler à Darth Vador … Comme si j’allais oser le … euh … la contrarier. ‘Tu te tiens bien à ma taille’. Oui, bon … il faut une première fois pour tout donc, mes bras sur la taille d’une fille et une ride à moto, je cumule, proche de la saturation mais ai-je le choix ? Je dirais non, elle relèverait sa visière et me foudroierait du regard, je serais quand même mort. Alors bon, vamos !

(…)

J’en reviens juste pas ! Les quinze kilomètres, je ne les ai pas vus passer. C’est pas trop que j’aie souvent fermé les yeux, parce que je les ai parfois ouverts, aussi ! Elle a une conduite très sûre, puis pour ce que j’ai vu, elle respecte les limites de vitesse, puis les priorités de droite, enfin tout, quoi ! Elle s’est arrêtée à l’entrée du village pour me demander ma rue, puis a redémarré pour freiner en douceur devant ma maison.

C’est étrange, j’ai dû ordonner à mes bras de lâcher sa taille parce que … c’était bien. Puis rassurant. Un peu … je sais pas … confortable, quoi. Bizarre, vraiment

Mais très vite, avec le regard de Sarah dans mes yeux, j’ai repris conscience de la réalité. Et du but de tout ça : parler. Oui, mais de quoi ?

- C’était bien … nouveau, mais bien. Tu conduis … waaah !

- Bah, je conduis depuis des années, mon père m’a appris et voilà, quoi.

- Ah, je vois, il voulait un fils, il a fait des trucs de garçon avec toi.

Sa figure s’allonge. C’est le genre de débilités que je sors sans réfléchir, et je m’en veux directement. Je suis trop bête !

- J’ai un frère …

- Ah, ok.

- Mais tu as raison, mon père a préféré …

Et là, c’est un paquet d’idées bizarres qui me tournent en tête, genre son frère est handicapé, ou je sais pas …

- Bon, on se connait pas, je te taperai peut-être encore devant chez toi mais on se verra surement plus après le stage, alors voilà … Je sais, j’ai été négative avec l’idée d’Hadrien de caler des gays dans la pièce, mais j’ai un problème avec ça … Pas avec l’homosexualité, non … Juste l’idée qu’Hadrien en a, parce que c’est abusé. Son trip bizarre genre ‘je t’aime, tu m’aimes, mais personne ne nous aime donc on saute du toit’ ... bon, moi, je ne marche pas trop, mais aussi, c’est jamais qu’un exercice d’écriture, puis il y a pire dans le théâtre, donc bon …

- Oui mais voilà, c’est Hadrien, il est … extrême, on dira et il v…

- C’est ça ! Tu vois, il y a des gens … Hadrien est too much, mais c’est pas méchant, il veut juste défendre un truc qui le dépasse. Limite, n’importe quoi, et c’est là le problème …

- Oui, bon, mais on peut parler de ça aussi, non ? Sauf si ça te gêne pour une raison, bien sûr.

- Non, ça ne me gêne pas vraiment, c’est juste abstrait, tu vois ? Ce qu’Hadrien veut faire passer, ce n’est pas … pas la vraie vie, pas la réalité.

- Tu veux dire, tu …

- Hein ? Non, pas moi, t’es con. Enfin, non, t’es pas con, c’est pas ça. Désolée, vraiment. Mais non, je ne suis pas … Mais mon frère, oui. Et ça se passe pas trop bien avec notre père …

Oh. Mon. Dieu. J’avais tout faux ! D’abord je me suis planté sur Sarah ... Puis aussi en ne pensant pas un instant que quelqu’un proche d’elle …

- Après, ça dépend des familles, aussi. Pour mon frère, c’est dur. Pour d’autres, c’est pire. Ou plus cool, mais peut-être simplement parce qu’ils n’ont peut-être encore rien dit à leurs parents, par … facilité.

Facilité, comme elle dit ça, et en me fixant en plus ! Ce n’est justement pas facile de garder le secret sur un truc aussi lourd. Je sais, ça ! Je dois … Je dois dévier la conversation.

- Pour revenir à Hadrien, je ne pense pas qu’il ait voulu être homophobe, tu sais, ça l’amuse, c’est tout.

- Hadrien ? Mais tu ne comprends rien, toi ! Je ne parle pas d’Hadrien, là. Ni de mon frère, d’ailleurs.

Ni de … donc … de moi ? Pourquoi n’y a-t-il pas de stages de vacances sur le thème de ‘je-garde-un-visage-impassible-quand-on-a-capté-que-je-suis-gay’ ? C’est le truc qui pourrait servir à des mecs comme moi.

- Tu … veux dire quoi, là ?

- Rien. Rien de spécial, vraiment. Juste qu’il y a des garçons qui phasent sur d’autres garçons … des bruns … mais il y a des blonds aussi … Puis il y a les garçons qui ne voient pas ce qu’il y a devant leurs yeux..

Son frère est blond ? Puis gay. Et elle sous-entend que je … Elle a compris que je ... Et elle veut me caser avec …

Mais la porte de la maison s’ouvre sur papa.

- Salut bonhomme … Mademoiselle … J’avais entendu un moteur s’arrêter et …

- Salut papa, voici Sarah, elle est au stage avec nous, elle m’a ramené ici.

- Eh bien bonsoir Sarah, voulez-vous entrer ?

- Non merci, monsieur, je repars. Euh … Jérémie, tu réfléchiras à ce que je viens de te dire ?

A propos de quoi, déjà ? J’ai la tête pleine de trous, là.

- Brun, blond, tout ça, souffle-t-elle.

C’est pas plus clair mais bon, pas grave, on dira. Elle enfile son casque, démarre sa moto et repart.

Je passe devant mon père avec une grimace embarrassée et je file dans ma chambre où je m’écrase sur mon lit. Je me refais vite la conv’ avec Sarah, un peu étrange, faut dire … Puis mon regard se pose sur mon Eastpak.

Je l’attrape, en retire mon ordi et je trouve une feuille au fond, pliée en seize …

**********

Chapitre 8

C’est juste pas moi de faire des origamis avec les feuilles, déjà s’il y a un coin corné, je l’aplatis pour la rendre nickel, alors ça …

Je déplie la page sur un texte court.

Salut Jérémie,

Juste pour te dire que cette semaine est une des plus belles que j’aie connu. Puis les rencontres par hasard, c’est parfois très bien. Après, bon, je pensais qu’on pourrait prolonger ça ensuite, mais ce n’est peut-être pas ton truc, on dirait. On ne se verra plus, c’est pas grave, je suppose, puis je peux comprendre, pas de problème.

Alors je voulais seulement te dire, j’ai été heureux de faire ça avec vous. Et avec toi.

C’est limite une lettre anonyme, l’écriture est étrange, tremblante, irrégulière, comme un droitier qui écrit de la main gauche, pour ne pas être reconnu … Et puis il y a un genre cryptogramme, trois barres bizarres, deux trucs verticaux et un horizontal …

Un H, c’est un H !

Hadrien … Un message d’Hadrien … J’en demandais pas tant, mais oui en fait, j’espérais un truc, un signe, mais là, c’est … réel, quoi ! Je l’encadrerais bien …

Marrant, il a l’air tellement sûr de lui, tout le temps, et là, c’est presque timide, l’écriture de chat, pas trop assurée, c’est … je sais pas … mignon.

Je réalise que j’ai froncé les sourcils en grave pour déchiffrer le message, mais je devrais sourire, là … Après, je ne lui demande pas d’écrire, juste de parler, puis même pas ça, non, il peut faire un autre truc muet avec sa bouche, ses lèvres …

C’est clair ! Sous son apparence de macho cynique limite sarcastique, c’est un sensible … Et là je me dis que je m’en étais toujours un peu douté, il est trop dans le cliché, c’est juste abusé.

J’ai replié la feuille et je l’ai glissée dans une petite poche de mon Eastpak, celle où personne de même un peu curieux n’ira chercher, parce que ça, c’est rien qu’à moi !

Apparemment, j’ai eu un petit sourire pendant tout le repas. Un sourire idiot, a insisté Caro, que j’ai fixée dans les yeux en l’agrandissant encore, mais sans dire un mot, ça l’énerve chaque fois. Comme si j’allais expliquer pourquoi, aussi …

J’ai repris les épisodes d’Attack On Titan où je les avais abandonnés parce que j’étais trop bad, juste comme dans TWD, on s’attache à un perso, il meurt juste après. L’épisode 13 en plus … j’aurais dû m’y attendre, ça sentait le malheur, mais quand Jean retrouve Marco à moitié bouffé, mon cœur a raté un battement. Puis j’ai un peu souri quand même en me disant que c’est le genre de héros romantique qu’Hadrien adorerait jouer, rien que pour la fin dramatique.

Je me suis glissé un peu triste dans mon lit et j’ai commencé mon rituel pour m’endormir, c’est genre, je suis couché à côté d’un garçon, on est juste timides, puis nos mains se touchent, je me tourne vers lui, lui vers moi, sa main se pose sur mon épaule puis passe le long de mon bras en me donnant des frissons … Puis son autre main pose un doigt sur mes lèvres, et la première continue sur mon bassin puis glisse entre mes jambes … Son sourire, puis c’est doux et lent aussi, et je me perds dans ses yeux … Sauf que là, c’est pas un petit mec anonyme d’une vidéo sur cutetwinks.org, c’est … Hadrien !

Le matin, je ne me souviens pas de mon rêve, mais je n’ai pas beaucoup de mal à me persuader qu’Hadrien était dedans, c’est tellement évident, puis … euuuh … visible. Un peu sensible, aussi. Bon, c’est vrai, le bâton du matin, c’est fréquent genre quotidien, mais là, je sais pour qui c’était … Juste le temps de me calmer avant de me lever et retrouver la famille pour le petit déj’ rituel en pyjama, ils trouveraient bizarre que je vienne déjà tout habillé …

- Je te dépose au stage ou ta petite copine en moto vient te chercher ?

- Gnagnagnaaa ! Déjà c’est pas ma petite copine, juste une fille sympa. Puis non merci, papa, je prends le bus, c’est bon, t’inquiète.

Le truc un peu marrant avec des remarques pareilles, c’est la tête de mes sœurs. Amélie fait de grands yeux, puis se reconcentre sur son bol de céréales, finalement ça n’a aucun intérêt pour elle. Caro, par contre, elle plisse les yeux en me fixant … Et je me demande un moment ce qui la perturbe le plus, m’imaginer avec une fille ou sur une moto.

Je suis arrivé au local en avance, pour coincer Hadrien, mais monsieur n’est pas le plus pressé … Quand il arrive enfin, quasiment le dernier, je vais à sa rencontre

- Hey ! Ça va ? Je voulais te dire, ce que tu as écrit, c’est beau, vraiment, j’ai aimé.

- Ecrit ? T’as aimé quoi ?

- Sur les rencontres par hasard, tu vois ?

- Euh … nan, je vois pas. Les personnages ne se rencontrent pas, ils se connaissent déjà au début, je te rappelle.

- Non, le truc sur l’atelier d’écriture, puis après …

- Mais de quoi tu parles, mec ?

Il fait l’idiot ? Ou alors … c’est moi qui suis idiot. Il ne voit pas du tout quoi, c’est hyper embarrassant. Le truc bien avec Hadrien, c’est que ce qui ne l’intéresse pas ne reste pas dans son esprit trop longtemps, et j’en suis déjà sorti, là !

En soupirant, je me retourne sur le petit Mathieu … surtout son regard un peu triste, et je bloque dessus jusqu’à ce qu’il le dirige sur le bout de ses chaussures, avec toute la tristesse du monde sur le visage …

J’avais tout faux ! L’initiale au bas du mot, ce n’était pas un H …

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Magda Smuelovicius
Anya compte parmi les influenceuses les plus populaires du YouTube francophone. Belle, charismatique, suivie par plus d'un millions d'abonnés, sa vie semble parfaite. Et pourtant, du jour au lendemain plus rien, disparue. La jeune fille souhaite-elle retrouver l'anonymat ? Est-ce l'œuvre d'une rivale ou d'un hater ? Inquiète, Romy, sa meilleure amie se lance à sa recherche. Mais la vérité est-elle toujours bonne à déterrer ?


"La youtubeuse disparue" est une petite histoire de transition, sans aucune prétention.
147
249
410
130
MAZARIA
Saga post apocalyptique s'étendant sur 300 ans... Pourvu que je ne mette pas aussi longtemps pour l'écrire!!!

"L'Histoire de nos ancêtres, fragments, pages, miettes, moments retrouvés dans les décombres, images d'autres temps sorties de l'oubli."
232
299
210
262
petitglouton
Suite à une agression, Elodie est défigurée à vie. La moitié de son visage est décharné, d'un couleur vert laiteux. Elle va apprendre à de reconstruire aux travers de ses flirts et amours, et un peu grâce à l'aide d'un psychologue peu orthodoxe et d'un professeur de close-combat.
530
115
265
520

Vous aimez lire lelivredejeremie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0