5-6

9 minutes de lecture

Chapitre 5

Sarah avait oublié le deuxième casque, c’est pas plus mal, alors je suis reparti avec Mathieu, en bus. Il n’est pas plus bavard que moi mais après cinq minutes, il a rompu le silence de sa voix discrète.

- On n’a pas avancé des masses aujourd’hui …

- Hmmm ? Non, c’est vrai. C’est peut-être de ma faute, j’ai bazardé toutes les idées d’Hadrien sans rien proposer à la place, mais bon, aussi, il est bizarre, parfois, non ?

- Il est marrant mais oui, je suis d’accord, il faut le calmer parfois, quand il part en total nawak … On est un drôle de groupe, non ? Je veux dire … Madame Tibbet, elle est quand même étrange, elle a formé les groupes et puis nous, c’était un peu le reste du reste, quoi.

- Ouais, son truc de groupes par affinités, je me dis, on était les éléments inclassables.

J’ai à peine remarqué son petit sourire triste avant qu’il murmure …

- Ça ne me change pas trop de toujours, ça.

- Que veux-tu dire ?

- Non, rien.

Pourquoi a-t-il dit un truc pareil ?

- Non mais je voudrais savoir. On est en groupe pour le texte, mais on peut parler d’autres trucs aussi, non ?

- Oh … c’est juste ce que tu as dit, là … inclassable … parfois, c’est une impression … puis parfois plus qu’une impression, tu vois ?

Si je vois ? L’impression de ne pas partager grand-chose avec les autres, de ne pas avoir les mêmes goûts – et je ne parle pas de mon attirance pour les garçons, sur laquelle je devrai bien finir par mettre un nom … - ou celle, bien que ça n’aurait pas forcément beaucoup facilité le truc à part en Grèce antique ou dans la Rome décadente, de n’être pas né à la bonne époque ? C’est un peu l’histoire de ma vie, quoi. Alors lui aussi ? En même temps, pourquoi ça ne m’étonne pas, finalement ?

- Oui, je vois.

- Ah ! Oui, bon, pas toujours facile, hein.

- C’est rien de le dire … Au final, Madame Tibbet aurait eu un bon jugement, tu penses ?

- Peut-être … Regarde Hadrien, t’en penses quoi ?

- Ben, déjà, il est pas mal … barré.

Woops ! Je m’étais presque trahi.

- Oui, je me dis ça aussi, mais il est marrant au final. Puis Sarah, je ne sais pas …

- Je la voyais plus dans un stage de krav maga qu’ici, perso. C’est ça que tu veux dire ?

- Juste ! Puis ça semblait l’embêter d’avoir des personnages gay.

- Il y a peut-être un truc à creuser là, mais elle fait un peu peur, non ?

- Pas faux … Oh, je descends ici, à demain Jérémie !

- Salut Mathieu

J’ai réalisé qu’il est vraiment gentil, lui. Puis aussi qu’après l’apocalypse zombie, s’il ne reste que nous de vivants, on va faire des drôles de couples, Hadrien et moi, puis Matthieu et Faith … je veux dire Sarah.

Sauf qu’Hadrien, je ne le cadre toujours pas trop … Déjà, rien ne dit qu’il est même un tout petit peu homo. Mais bon, c’est quand même lui qui a proposé que deux personnages soient gay, alors quoi ? Je ne peux pas vraiment le lui demander clairement. Enfin si, je pourrais, mais je ne ferais jamais ça, s’il ne l’est pas, je vais me taper la honte. Après, je ne pense pas vraiment avoir l’air trop gay moi-même, s’il l’est et s’il pense que je ne le suis pas, je rate peut-être bêtement ma chance … Pfff ! Es muy complicado.

Evidemment, je peux toujours le stalker discrètement. Bon, j’avoue, j’ai déjà un peu commencé hier. J’avais entendu son nom mais de loin, puis il y avait pas mal de bruit, puis c’est un nom flamand à rallonge, du genre qui ne s’écrit jamais comme on le comprend, puis je n’avais même pas percuté que l’empereur romain, c’est Hadrien avec un ‘h’, c’était mal barré … Je vais relancer une recherche sur le Book of Faces …

Mon mot de passe … Mes Amis … et là, sur le côté, la section ‘Connaissez-vous’ avec cinq nouveaux profils proposés, dont quatre sont des amis d’amis et un cinquième avec qui je n’ai pas de contacts communs. Je commence à comprendre les algorithmes de fonctionnement de FB pour la suggestion d’amis, ça veut dire qu’il y a une certaine probabilité sinon une probabilité certaine qu’il ait consulté mon profil.

L’avatar, c’est un lama, et je souris un peu en me disant que comme moi il y a un an, il s’est fait attraper à un de ces pièges débiles et qu’il doit afficher cette moche bestiole pendant une semaine. Puis le nom ne me dit rien du tout, Mat Deutsch, si c’est un jeu de mot, je ne le comprends pas. Je clique par curiosité en me disant que je lui apparaîtrai en suggestion d’ami mais que si mon scénario est correct, ça ne changera rien, le fait qu’il ait visité mon profil m’y met déjà.

Sous la photo du lama, le cadre avec sa commune, Ans, puis les écoles qu’il a fréquentées … un peu bizarre, il y a trois établissements rien que pour les secondaires, ça fait beaucoup. Puis tous autour de Liège, donc ce n’est pas à cause de déménagements.

En-dessous, le cadre des photos et même en 100x100 pixels, je reconnais ce blondinet …

Le petit Mathieu ! Mais comment il est arrivé sur mon FB, lui ? Il ne peut pas connaître mon nom de famille … sauf s’il a fait ce que je ne suis pas arrivé à faire pour Hadrien, c’est-à-dire accéder à la liste des participants dans les papiers de Madame Tibbet.

C’est juste du harcèlement, ça, c’est dégueu ! Enfin, non, pas plus que ce que j’avais envisagé avec Hadrien, en fait …

Bon, ben, j’y suis, autant visiter un peu. Ses mentions j’aime, Edmund White, jamais lu … Scissor Sisters, ils chantent quoi, déjà ? Puis c’est qui Troye Sivan ? … la BD De Cape et De Crocs, un groupe Urbex, les scouts de Liège-Rive Gauche. Sage, ce petit !

Puis ses photos, et là, il n’y a pas grand-chose, juste cinq accessibles de lui entre dix et dix-sept ans, où il est chaque fois seul.

On dirait … ben oui, mon propre profil. En encore plus sérieux, comme quoi c’est possible.

J’ai checké les références que je ne connaissais pas et … c’est troublant.

J’ai réalisé en m’endormant que j’avais clôturé ma session FB sans chercher Hadrien, et ça aussi, c’est bizarre.

**********

Chapitre 6

- Ah ! Voilà enfin sa majesté, dis-je à Hadrien qui arrive avec dix minutes de retard.

- Salut, glisse Mathieu dans un souffle.

- Salut à vous, gladiateurs-z-et-gladiateuse … Enfin non, ave !

- Ave Hadri … Anus, glisse Sarah sans desserrer les dents.

- Qu’on la jette aux lions ! Pour crime de lèse-majesté impériale. Bon, qui a bossé un peu sur le texte ?

- Désolé, pas moi, dis-je. ‘Je suis allé chez un pote puis bon, tard … puis j’ai dû aller promener … euh …’

- Ton chien, murmure le petit Mathieu

Comment il sait ça, lui ? Aaah oui, il y a une photo de ma toutoute sur mon FB … Mais il s’est trahi !

- Tout à fait, monsieur Deutsch, lui réponds-je.

Là, il m’a regardé avec de grands yeux, en se demandant comment je connais son nom puis il semble comprendre que je l’ai trouvé comme lui l’avait fait pour moi. Et il parait embêté, c’est rien de le dire … Il rougit presque, puis son regard descend sur ses chaussures.

- Tu trouves qu’il ressemble à Lorant Deutsch ? La taille, peut-être …

- Non, Hadrien, laisse tomber, c’est pas ça.

Et il laisse tomber. Clairement, notre empereur n’en a rien à faire, et je commence à me dire que si on ne parle pas de lui, il n’a rien à faire de grand-chose. Il serait égoïste, en plus ? Mais bon, limite je comprends un peu, c’est le mec trop mignon et qui le sait, pas con, puis il fait plein de bruit et bouge sans arrêt, habitué à ce que les regards se posent sur lui, mais ça aussi, c’est logique …

Je dois trouver un moyen de continuer à le coller après le stage, mais quoi ?

- J’ai lu vos textes, c’est bon, c’est très bon mais je vous rappelle l’importance d’établir un schéma d’écriture et de s’y tenir … Pour certains, je ne vois toujours pas trop où vous voulez en venir. Je ne vous demande pas de réécrire Mort d’un Commis Voyageur, vous n’avez plus que deux jours donc il serait temps de prévoir la conclusion.

Madame Tibbet … Ah oui, c’est vrai, la pièce … Je phasais sur Hadrien, j’avais un peu zappé, il faut dire. Après, je ne suis pas là pour mater le beau brun en face pendant six heures, non plus. Pas que ça m’ennuierait, en fait, je pourrais y passer le reste de ma vie. Puis pas qu’à le regarder, non plus …

Mais bon, on a avancé dans le texte et … Sérieux, je n’oserais pas vous donner même un extrait, c’est trop nul, vous voyez ? Et puis non, pas sûr que vous voyiez vraiment. Bon, vous imaginez une histoire trop neuneu, deux garçons qui tombent lovelovelove, le best de l’un, la FAP de l’autre, c’est déjà cliché. Ajoutez de l’homophobie en mode abusé, on s’arrête juste avant le bûcher sur la grand place vu que ce serait vraiment too much … Et un paquet de dialogues trop débiles en mode amour-pour-toujours pour les zamoureux, puis amitié-pour-l’éternité avec les deux autres.

Le résultat pue. Vraiment. C’est juste bon qu’on ait abandonné le papier pour le taper en Word sur le laptop du petit Mathieu sinon, c’était plus de l’A4 mais du PQ … J’adore !

Si ! Je suis sincère. Parce que bon, jamais, nulle part je ne participerais à la représentation du truc, c’est juste trop embarrassant. Mais c’est marrant comme exercice … euh … intellectuel. Sauf que ça n’a rien d’intello, c’est clair.

J’ai fini par me dire que l’idée de maman de m’inscrire à ce stage n’était pas si mauvaise que ça. J’ai rencontré the love of my life, puis à partir de lundi on sera libres de s’aimer, puis bon, on restera en contact avec Sarah et Mathieu qui seront nos témoins de mariage et ensuite les parrain-marraine de nos enfants adoptés et ce sera bien.

Enfin, ce serait un peu bien si Hadrien faisait un minimum attention à moi mais c’est pas trop le cas, là …

On a un peu travaillé sur les dialogues des best, et ça leur plaisait. Sarah et Mathieu sont finalement des gros romantiques, donc suffit de glisser des lignes où on force le côté brave pote fidèle et c’est bon, ça leur va. Après, pour les deux mecs en mode love-love, on charge ! Ça devient vraiment ridicule de non-sens abusé mais on dirait que tout le monde veut pousser le truc au max … A croire qu’ils n’ont pas plus envie que moi que notre truc soit retenu.

- Tu veux relire la scène ? demande Mathieu.

- Euuuh … ouaip ! Alors … ‘Mon cœur, la vie est trop dure, je ne supporte plus la cruauté des gens’ … ‘Mon amour, nous pouvons les affronter, nous aimer’ … ‘C’est trop dur, nos parents nous détestent, nos anciens amis nous haïssent’ … ‘Je sais, il n’y a que ton amour qui me fasse tenir’ … ‘Tu as raison, peut-être que dans un autre monde’ … ‘Oui, un autre monde où nous pourrions nous aimer‘ …

Non, mais … nooon ! Sérieux, je vous épargne le reste, c’est vraiment mauvais, mauvais, mauvais.

Et ils sourient, tous les trois, genre heureux. Je le crois pas ! En même temps, on est partis sur l’idée du suicide des deux gogols donc Hadrien est content. Le petit Mathieu, il est tout gentil tout tendre donc les histoires d’amour, même tragiques, ça doit lui plaire. Sarah … c’est plus bizarre … C’est Tank Girl, Lara Croft et Lisbeth Salander morphées ensemble mais pourtant, vu son sourire, elle est dans le truc cucul. Et je ne la comprends pas trop, alors je me penche vers elle et je glisse …

- Tu aimes bien ?

- C’est juste un truc décalé … sur un sujet … Bon, je veux pas t’embêter mais … on pourrait en parler ? Genre, après. J’ai pris un deuxième casque, je te ramènerai chez toi.

- Ah ! Euh, ben oui, si tu veux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Magda Smuelovicius
Anya compte parmi les influenceuses les plus populaires du YouTube francophone. Belle, charismatique, suivie par plus d'un millions d'abonnés, sa vie semble parfaite. Et pourtant, du jour au lendemain plus rien, disparue. La jeune fille souhaite-elle retrouver l'anonymat ? Est-ce l'œuvre d'une rivale ou d'un hater ? Inquiète, Romy, sa meilleure amie se lance à sa recherche. Mais la vérité est-elle toujours bonne à déterrer ?


"La youtubeuse disparue" est une petite histoire de transition, sans aucune prétention.
147
249
410
130
MAZARIA
Saga post apocalyptique s'étendant sur 300 ans... Pourvu que je ne mette pas aussi longtemps pour l'écrire!!!

"L'Histoire de nos ancêtres, fragments, pages, miettes, moments retrouvés dans les décombres, images d'autres temps sorties de l'oubli."
232
299
210
262
petitglouton
Suite à une agression, Elodie est défigurée à vie. La moitié de son visage est décharné, d'un couleur vert laiteux. Elle va apprendre à de reconstruire aux travers de ses flirts et amours, et un peu grâce à l'aide d'un psychologue peu orthodoxe et d'un professeur de close-combat.
530
115
265
520

Vous aimez lire lelivredejeremie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0