Fin n°2

15 minutes de lecture

Je n’ai pas pu réintégrer mon poste à l’hôpital, alors je passe mon temps chez Stéphanie, elle veut préparer la chambre du petit qui arrive dans quelques jours. Elle supporte mon nouveau moi que je déteste chaque fois que je lui fais du mal. J’ai beau avoir envie de me contrôler, je n’arrive jamais à me contenir et je finis forcément par claquer mon corps contre le sien, jusqu’à me faire jouir. Chaque fois que j’entreprends nos ébats, elle est pétrifiée de peur, ce qui ne fait que m’exciter toujours un peu plus. Je ne pense pas qu’elle prenne du plaisir, même si elle finit toujours par jouir.

- Max, tu penses à faire la fresque du petit.

- Ouais ouais. Dis-je soulé.

Son ventre est bien rond, mais reste sacrément sexy. Je ne sais pas si elle se rend compte de l’effet qu’elle a sur les hommes, mais quand on va dehors, les hommes se retournent sur elle malgré son état. Elle s’habille toujours dans la provocation, et ses mimiques sont très excitantes.

- Faut que je passe chez moi Steph, il me reste un peu de peinture je crois, ça suffira pour finir la chambre.

- J’ai encore des trucs à acheter, stp Max on y va après.

Les boutiques ça me soulent, surtout qu’on a déjà tout ce qu’il faut mais non elle veut encore acheter.

- Vas-y toute seule et moi je vais chercher la peinture chez moi.

Elle fait une bouille de sale gamine boudeuse mais accepte ma proposition. Bien que mon frère ait géré ma maison, ça fait deux ans que je n’y ai pas mis les pieds là bas et je vais devoir faire face à mes souvenirs. Mais mon téléphone sonne et me sort de mes pensées.

- Salut mon pote, comment ça va ? Alors elle couve toujours ? Me demande Brice

- Ouais toujours.

- Ca te tente de venir boire un verre ?

- Je ne peux pas, je dois passer chez moi prendre de la peinture pour la chambre du petit.

- Chez toi ?

- Ouais, je vais y retourner.

- Tu veux que je t’accompagne ?

- Non c’est bon ça va aller t’inquiète.

- T’es sur Max ?

- Oui, faut que j’affronte mes démons tôt ou tard de toute façon.

- Ok, tiens-moi au courant dès que le petit arrive.

- Promis.

Malgré le temps, ma maison reste toujours aussi accueillante, et il n’y a plus aucune trace de mon arrestation. Je descends au sous sol, je passe devant la porte close de la chambre de Cynthia et je me force à ne pas y entrer. Je reste focaliser sur mes barils de peinture, et me dirige vers le coin cave. Je cherche mes barils et au bout d’un moment enfin je les trouve.

Quand je repars, la porte de la chambre de Cynthia est ouverte. Mon cœur se tape une accélération, je dépose doucement mes barils, et discrètement je me dirige vers la chambre.

Quand j’arrive à l’entrée, j’aperçois ma garce assise sur son ancien lit.

- Putain qu’est ce que tu fous là !

- Bonjour Maxime.

Ma fureur parcours mes veines, et son regard provocateur, me pousse au hors contrôle.

- Comment t’es rentrée !

- T’as pas fermé ta porte d’entrée à clé.

Et merde !

- Comment t’as su que j’étais ici, tu me suis !

- Probable.

- Sors d’ici !

La belle brune ricane.

- D’habitude c’est moi qui te demande de me laisser partir.

- Tu trouves ça drôle ! J’ai fais de la taule à cause de toi ! T’as pourrie ma vie !

- Tu n’as pas envie de me rendre la monnaie de ma pièce, Maxime ?

- T’es une grande malade !

- Quoi, deux ans de prison, tu dois avoir envie de te venger, non ?

Elle me fixe sans que j’arrive à tourner les pas. Dans ma tête, les images de notre folie explosent dans ma tête.

- Tu ne risques rien Maxime, je ne vais pas de nouveau porter plainte, vu ce que m’a dit le juge.

C’est vrai qu’elle ne serait pas crédible. Je chasse au fur et à mesure mes idées sordides, elle mérite tellement que je m’acharne sur elle, que je lui fasse payer mes années perdues. Ma rage monte et Cynthia ne fait rien pour la calmer, bien au contraire. Mes pensées se bousculent, quand je sens dans ma poche mon téléphone vibrer.

- Ouais Steph

- Max…le bébé, il arrive !

- Quoi !

- J’ai perdu les eaux, faut que tu viennes !

Ma belle brune se dévêtis devant moi alors que je lui fais signe que non. Elle s’approche de moi et me fait reculer jusqu’à toucher le mur. Elle caresse la boursoufflure dans mon pantalon et j’entends Steph’ plaintive.

- Max !!! T’es là ? Me crie Stéphanie au téléphone.

- Ouais je suis là. Je suis là. Dis-je sans lâcher Cynthia des yeux.

- Max !!!!

Cynthia, se recule et va s’allonger sur le lit, elle écarte les jambes et commence à caresser ses lèvres, les écartant pour me laisser entrevoir son orifice. Ses doigts la caresse devant moi, m’hypnotisant totalement. Elle porte ses doigts à la bouche, et les glisses de nouveau en elle. Putain ! Mon sexe demande que ça, et j’ai Stéphanie qui hurle qu’elle a des contractions.

- Lâche ton tel, et viens. Me lance Cynthia en lançant ses chaînes à mes pieds.

- C’est quoi ce bruit Max ! Crie Stéphanie.

- Rien, j’ai fais tomber un truc.

- Putain Max, me laisse pas, j’ai besoin de toi, le bébé arrive !

Cynthia fait bouger ses doigts en elle, et son corps se cabre lorsqu’elle les plonge profondément.

- Va à l’hôpital, je finis ce que je fais et j’arrive.

- Max, non…

Je coupe mon téléphone. Mon souffle est rythmé par les battements de mon cœur, j’entends Cynthia gémir alors que je suis face à la porte.

- Oh Maxime, tu pourrais tellement te soulager, libère toi Max. Viens…

- T’es qu’une garce putain.

- Tu préfères peut-être plus…non pitié Maxime pas ça, me fais pas de mal je t’en supplie arrête !!!

Au début sa voix est moqueuse mais petit à petit elle redevient comme je l’ai connu, apeurée. Je tente de me battre, mais quand elle hurle au secours, mon esprit s’éteint.

Je referme la porte, et tourne la clé.

Quand je me retourne, son regard à changé, elle perd son sourire et la peur prend la place de son arrogance.

- Tu ne sais pas à quel point je peux te faire mal ! Tu vas déguster sale garce !

- Max...déconne pas...non !!! MAX !!!!!!

Je n’entends que sa voix suppliante alors que mon sang ne fait qu’un tour. Lorsque je m’approche d’elle, elle met ses mains devant moi pour me stopper mais c’est trop tard. Ma main frappe violement son visage et elle dégringole du lit. Je sers mon poing alors qu’elle se tient la joue.

- Tu aimes ça que je te cogne, tu vas voir ce que c’est d’être une femme battue Cynthia.

- Arrête !!! Arrête !!!

- T’aime ça hein ! T’en veux plus sale garce !

J’attrape une chaîne et l’abat sur elle. Son corps se meurtrie et je bande si fort que lorsque j’entre en elle, je râle de douleur. Je lui maintiens le cou et serre fort, son visage abîmé devient rouge et elle se met à trembler.

- Max !!! Max !!!

Je ne prête pas attention à mon prénom qu’on appelle, je la baise, change d’orifice alors qu’elle hurle au secours pour m’exciter plus. Je lui fourre sa chatte de ma main et elle se tend d’un coup quand je frappe durement ses profondeurs. Elle pleure en jouissant tout en se débattant. Je ressors d’elle et la frappe encore. J’entends du bruit mais ne vois que Cynthia en larmes.

- Bordel qu’est ce que tu fous !!! Arrête tu vas la tuer !!! Crie Alex.

- Putain mais c’est quoi ce bordel !!! Tiens-le !!! Hurle Brice.

Alors que les bras de mon frère m’encerclent, Brice arrête Cynthia qui tente de revenir vers moi malgré ses blessures.

- Stop !!! Arrêtez mais putain qu’est ce qui va pas chez vous !!! Crie Brice.

- Emmène-là en haut, faut pas qu’ils se voient !!! Hurle mon frère qui m’amène sous l’eau glacé de la douche.

- Lâche-moi !!! Lâche-moi putain !!!

- Ca va aller Frérot, ça va aller.

Je sens à peine l’eau froide couler sur moi, j’ai qu’une envie c’est de la baiser et la frapper encore et encore.

- Respire, voilà, c’est bien.

Putain c’est froid !!! C’est même glacé !!! Pourquoi j’ai autant de sang dans la douche, est ce qu’elle m’a blessé ?

- Max, regarde-moi, tout va bien.

Les images de ma folie me reviennent et mon corps tremble un peu plus.

- Elle est où ? Elle va bien ?

- Elle est avec Brice, t’en fais pas.

- Je ne voulais pas Alex, je ne voulais pas la revoir mais putain je l’aime tellement.

- Je sais mais vous ne pouvez pas Max, regarde dans quel état tu es.

- Alors autant mourir.

- Arrête, on va t’aider, ok ?

Je fais oui de la tête alors qu’il me passe un peignoir. On monte à la maison, et mon regard se pose sur Cynthia qui est entrain de se faire soigner par Brice. Elle se retourne, et se met à courir vers moi. Nos corps se rejoignent et nos lèvres se dévorent.

- Je t’aime Max.

- Moi aussi.

On s’embrasse encore sous les yeux perplexes d’Alex et Brice. Ce baiser est délicieux, ma langue caresse la sienne, sa salive se mélange à la mienne et j’ai l’impression qu’on ne fait plus qu’un.

- Je n’aurais pas pensé qu’un baiser puisse durer aussi longtemps. Lance mon frère

- Ils vont se faire une entorse à la langue.

- Putain mais ils sont complètement dingue.

- Je crois qu’on va devoir se faire une raison.

- Ils vont s’entretuer.

- On cachera les corps. Réplique Brice

- Putain, mon frère est entouré de taré.

On finit à bout de souffle et je pose mon front contre le sien.

- Max, désolé de t’interrompre avec ta tarée mais Stéphanie est entrain d’accoucher. Me lance Brice

Merde Steph’. Cynthia s’assombrit alors que moi je ne sais pas quoi faire.

- Il va lui falloir des points ? Demande mon frère à Brice

- Ouais, faut qu’elle aille à l’hôpital.

- Ok, alors toi tu l’emmènes si tu veux bien et moi j’emmène Max retrouver Steph’, ça te va ?

- Me laisser seul avec une tarée de manipulatrice qui détruit ce qu’elle approche…ouais bien sur j’adore l’idée.

- T’as la frousse ? Se moque Alex.

- Bah disons, qu’elle fait un peu flipper quoi.

Mon frère regarde Brice qui lève les yeux au ciel.

- Ouais ok on fait ça. Dit Brice.

- Je ne veux pas aller à l’hôpital sans Max. Dit Cynthia.

Mon frère et mon meilleur ami me regarde.

- Max, Steph’ a besoin de toi, elle t’a soutenu, tu ne peux pas lui faire ça.

- Je sais.

Je caresse la joue intacte de Cynthia et l’embrasse de nouveau.

- Suis Brice aux urgences, je viens te rejoindre dès qu’elle a accouché.

Elle me regarde et une larme coule.

- Tu me promets de venir me voir après ? Me demande-t-elle

- Oui je te le promets. Va avec Brice et sois gentille stp.

Elle retrouve le sourire alors que Brice perd son assurance.

- Ouais sois gentille avec moi, tout doux hein. Dit Brice

- Couille molle.

- Je t’emmerde tarée.

Elle prend avec son doigt un peu de sang qui coule de sa blessure et l’enfonce dans sa bouche et j’ai instantanément une érection.

- Relaxe blondinet, c’est Max que je veux.

Bordel, j’adore la voir comme ça. On décolle tous pour l’hôpital. Après un baiser, Cynthia suit Brice pour aller aux urgences, pendant que moi je vais aux urgences maternité. Je demande Stéphanie et on me donne le numéro de sa chambre. Lorsque je rentre, elle est sur un ballon avec juste un t-shirt moulant.

- Oh Max, qu’est ce que t’as foutu !!!

- Je t’expliquerai, comment tu vas ?

- J’ai mal putain et je suis dilatée qu’à 3 !!!

- Pourquoi tu ne prends pas la péridurale ?

- T’as envie d’avoir une aiguille qui te transperce le dos toi ?

Vu comme ça, forcément ça vend pas du rêve.

- Comment je peux t’aider Steph’ ?

- Masse-moi les reins stp.

Je m’assois sur le tabouret et me pose derrière elle. Elle pose la tête dans ses bras sur son lit et je commence à lui masser ses reins.

- Plus jamais tu me feras d’enfant Max, ça je t’en fais la promesse !!!

J’y compte bien. J’ai jamais voulu être père, je n’ai pas été capable d’être un fils ni un homme alors un père encore moins.

- Max !!! Se crispe t’elle sous une contraction.

- Respire, souffle, voilà c’est bien.

Alors que je la soutiens comme je dois le faire, mes pensées vont vers Cynthia. Je l’imagine mal à l’aise nue devant des médecins qui vont l’ausculter et lui poser diverses questions. « Avez-vous été abusée ? » « Savez-vous qui a fait ça ? »

- Max !!! Max !!! Putain Max !!!

- Quoi ?

- T’es où là ?

- Avec toi, ça ne se voit pas ?!

- Jte parle et tu ne me réponds pas. T’as été prendre ma valise ?

- Non.

- Il faut aller chercher ma valise Max. Les affaires du bébé sont dedans.

Voilà une échappatoire parfaite.

- Déstresse, j’y vais. Dis-je

- Tu ne m’embrasses pas ?

Je la regarde et lui souris comme pour m’excuser.

- Max, qu’est ce qui se passe ? Tu me fais peur là.

- Tu vas être une mère parfaite Steph’.

- Quoi ? Max !!! Fais pas ça !!!

- Je suis désolé, je ne peux pas, ce n’est pas ma place ici.

- Tu déconnes là ?

Je passe la porte sans avoir le courage de la voir s’effondrer. Mon frère est posé contre le mur et me regarde. Brice est là aussi, il se lève et vient vers moi.

- Il faudrait aller récupérer la valise chez Steph’, je peux vous confier ça ?

- Attends là, tu n’as pas abandonné Steph’ hein. Me demande Brice.

- Je suis un connard et un fou Brice, elle mérite mieux, non ?

- Mec, elle ne t’a jamais laissé tomber pendant la taule.

- Je sais !!! Et c’est bien pour ça que je ne peux pas lui faire ça. Elle n’a aucun avenir avec moi, pire elle risque sa vie.

Alors que je suis à bout de force, il m’attrape par le col et me cogne contre le mur. Même pas je me défends car il a raison.

- Pourquoi tu lui fais ça !!! Pourquoi Max !!!

- Car je la bat Brice, elle accepte car elle ne veut pas me perdre, elle me quittera jamais si je le fais pas.

- Tu l’as bats alors qu’elle est enceinte ? Me demande Alex

Je vois la déception dans ses yeux alors que Brice se recule de moi.

- Elle est où stp ? Dis-je

- Aux urgences, t’en fais pas, elle a raconté qu’elle s’est faite agressée dehors, tu n’as rien à craindre. Me crache-t-il.

Je ne dis rien et file aux urgences, laissant Brice et Alex derrière moi. Ce qui compte maintenant c’est Cynthia, juste Cynthia. Je la demande et on m’indique une salle d’auscultation où elle est assise au bord de la table.

- Max !!!

- Je suis là ma belle, je suis là.

- Ca y est alors ?

- Non pas encore mais ma place est avec toi.

Elle me sourit et grimace en voulant tendre ses bras.

- Comment tu vas ?

- J’ai 3 points de suture là. Dit-elle en montrant sa pommette que j’ai ouverte.

Son visage est bleu sur ce même coté jusque dans son cou et sa lèvre est ouverte. J’embrasse l’autre coté que je n’ai pas abîmé et je la sens frissonner de douleur quand je pose mes mains sur ses flans.

- J’ai 2 cotes cassées et mon bassin était déplacé.

- Ok, tu te sens comment ?

- Maintenant que t’es là bien mieux.

La porte s’ouvre et je vois un médecin que je ne connais pas. Alléluia.

- Vous êtes le conjoint ?

- Oui, dites moi comment elle va ?

Il m’invite à sortir pour me parler.

- Elle a été sauvagement agressée mais semble vouloir rentrer alors qu’on souhaiterai la garder sous surveillance et lui faire des examens complémentaires.

- Pourquoi ?

- Nous pensons qu’ils l’ont violé. Elle refuse l’examen gynécologique. Nous lui avons fais une prise de sang mais on aurait voulu voir si elle était blessée car elle semble saigner.

- Je suis infirmier, laissez là rentrer avec moi, je vais tenter de la décider.

- D’accord.

Je rentre dans la pièce et redonne les vêtements de Cynthia.

- On rentre ? Dis-je

- Ouais.

- Je veux aller chez nous Max.

- On va chez toi.

- Pourquoi !!!

- Tape pas de crise où je te laisse ici !

Elle ne dit rien et me suis jusqu’à chez elle.

- Déshabille-toi.

- Max…

- Obéis.

Elle me regarde et se déshabille. Elle a un bandage serré autour de ses cotes, un bleu énorme est au niveau des hanches, et un peu partout sur son corps, des ecchymoses se développent. Je laisse mes doigts glisser contre sa poitrine tout en la regardant.

- Tu veux quoi Cynthia ?

- Toi.

- Ecoute-moi bien, d’accord ?

Elle fait oui de la tête.

- Je te donne une semaine pour tout régler et venir vivre avec moi. Tu prendras la valise rouge et seulement elle alors choisit bien tes affaires. Tu laisses tes meubles, ta maison et ton boulot.

- D’accord.

- Dans une semaine, je te veux derrière le cinéma à 23h00 avec juste un manteau sur toi et des chaussures, si t’es pas là à 23h00, je retournerais voir Stéphanie et m’excuserai de mon comportement. Tu sais ce qu’il se passera, elle me pardonnera et je ferais d’elle ma femme.

Elle déglutit.

- Et la mère de tes enfants. Dit-elle en laissant couler une larme que j’efface.

- Y aura que celui qu’elle vient d’avoir sans que je ne l’ai choisis mais je ne veux pas d’enfants Cynthia, je ferais ça seulement pour t’oublier. Je partirai loin d’ici, là où tu ne pourras plus m’avoir.

- Je ne veux pas te perdre Max.

- Alors accepte mes conditions. Je ne te ferais jamais d’enfants, je te battrais, te violerais, t’enfermerais, t’attacherais et te torturerais jusqu’à probablement une morte lente et douloureuse. Je ne veux pas de réponse maintenant, je veux que tu réfléchisses bien et dans une semaine, tu m’attendras peu importe le temps que je mettrais à venir. T’as compris ?

- Oui. Et tu fais quoi de ton ex ?

- Je ne la verrais plus et n’aurais que toi Cynthia, toi et moi et seulement toi et moi.

- Même bourré ?

- Je ne compte plus me bourrer la gueule par contre je vais devoir m’acharner un peu plus sur toi pour compenser.

Elle va pour me répondre et je la gifle sur le coté intact.

- Je ne veux pas entendre ta réponse maintenant je t’ai dis !!! Maintenant allonge-toi, je vais regarder l’état de tes orifices.

Elle dit rien et s’allonge en écartant ses cuisses maculées de sang. Je sors mon sexe et plonge en elle, son corps se tend sous la douleur de mes coups de rein.

- Réfléchis bien, ton calvaire peut se terminer ce soir où continuer toute ta vie.

Je la laisse au petit matin alors qu’elle dort, épuisée par notre nuit qui sera peut être la dernière.

------------------------------------------------------------------------------------------

Stéphanie,

Quand tu recevras cette lettre, tu sauras que tu devras vivre sans moi.

J’ai décidé de ne pas continuer à te faire du mal ma belle pour aller rejoindre celle qui m’a rendu comme ça. Je suis dangereux Steph’, c’est pour ça que je ne peux pas être auprès de toi et du bébé. Quelle sorte de père je serais alors que j’ai pris goût à sa folie. Tu mérites tellement mieux. Elle, elle ne méritait que moi.

Tu vas sans doute me détester, me haïr même mais je veux pour toi ce qu’il y a de mieux et moi je suis le pire que tu puisses avoir. Trouve-toi un mec stable et équilibré pour te donner tout ce dont tu as besoin.

Steph’, je ne sais pas si je t’ai aimé un jour, je sais juste que te faire plus de mal m’est insupportable à imaginer.

Comprend bien que si j’avais du revenir auprès de toi, tu aurais fini morte sous mes coups car je ne sais plus vivre sans en donner. C’est pour te protéger que je mets fin à nous et que je pars rejoindre celle qui m’a transformé en monstre.

Je te demande pardon pour le mal que je t’ai fais et que je te fais encore mais je te promets que c’est bien la dernière fois. Ne laisse plus jamais un homme te faire du mal, ce n’est pas normal Steph’ de lever la main sur toi, tu as accepté par amour ma violence mais tu ne dois jamais accepter ça. T’es une belle personne, nous laisse pas te salir ni t’abimer. N’essaye jamais de reprendre contact avec moi, je suis dangereux.

Prends soin de toi et de notre fils et sois heureuse.

Libère toi de moi Steph’.

Maxime


FIN du Tome 1

------------------------------------------------------------------------------------------

Et oui voilà vous l'aurez compris, avec cette fin ci, il y aura un tome 2. On y retrouvera Max et Cynthia bien sur mais aussi Steph', Brice, Lena, Alex, Céline, Sophie, Gabriel et les parents de Max. Et bien entendu des bébés... Alors comment va se construire la vie de couple de Max et Cynthia, jusqu'où iront-ils...finiront-ils par se ranger ou au contraire devenir encore plus fou...Pour le savoir, il faudra supporter encore un peu leur folie et la mienne. 


De la violence, du sexe mais aussi de l'angoisse, de l'intrigue, de l'emotion à gogo...un peu moins de torture mais des pratiques des plus dérangeantes mais surtout....surtout de l'amour. 


Annotations

Recommandations

Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2079
1475
1978
1154
Méline Darsck
Deux couples, deux femmes très différentes l'une de l'autre vont pourtant se rapprocher jusqu'à devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.
Mais l'histoire ne serait pas aussi pétillante sans un peu de cris, de larmes, de passions, d'infidélité, de baisers, d'attirance et de séparations.
Mais qui ? Pourquoi ?
Je vous laisse le découvrir au fil des pages.
3659
1665
333
470
Lilie Berthy
Jusqu'où peut-on aller "par amour" ? Quand Cylia fait la connaissance d'Anthony, elle est loin d'imaginer qu'il prendra petit à petit le contrôle total de sa vie...
15
11
10
53

Vous aimez lire Lia 53 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0