Chapitre 47

6 minutes de lecture

Mon avocat est comme fou, persuadé que je vais m’en tirer avec une petite peine car Cynthia a quand même fait réagir la salle. Et le dernier jour, il veut la tête de Cynthia et l’appelle à la barre.

- Confirmez-vous que vous avez croisé Maxime plusieurs fois à l’hôpital ?

- Je ne sais pas, je ne m’en rappelle pas.

- Comment expliquez-vous que vos ex petits amis ont tous le même discours « Cynthia m’a détruit » ?

- Je ne sais pas.

- Oh mais si vous le savez Cynthia. Vous aimez les détruire et vous avez tendu un piège machiavélique à Maxime. Vous avez multiplié vos séjours à l’hôpital, vous avez mimé une agression pour l’exciter, vous avez brisé sa vitre pour déposer une chaîne afin de lui donner des idées jusqu’à le pousser à vous enlever !!!

- Ce sont des accusations infondées. Dit-elle calmement

- Vous l’avez amené à vous enlever et une fois qu’il était passé à l’acte, vous avez joué les victimes pour le pousser à bout.

- Il m’a violé, battu et torturé.

- Alors comment se fait-il que vous n’avez jamais tenté de vous enfuir lorsqu’il vous sortait ?

- Il me menaçait de s’en prendre à mes proches, je n’avais pas le choix que d’obéir.

Cynthia est en duel avec mon avocat et mon pantalon est maculé de sperme tellement elle me fait de l’effet avec son regard de garce. Elle n’a plus rien du petit oiseau traumatisé, là elle ne veut pas perdre la partie.

- Vous l’avez manipulé pour qu’il soit exactement comme votre fantasme. Et là vous voulez le mettre derrière les barreaux comme vous avez poussé James à être enfermé dans un institut psychiatrique pour le détruire.

- James me battait, il était violent, personne n’aime être jeté à terre et frappé jusqu’au sang. Personne n’aime être violé. Dit-elle froidement

- Sauf vous.

- Je suis une victime.

- Et votre meilleure amie alors, comment expliquez-vous sa fracture ?

- Elle est tombée, je les amené à l’hôpital.

- Ce n’est pas ce qu’elle dit.

- Elle ment, elle me déteste car Gabriel m’aime alors qu’elle n’est qu’un passe temps pour lui, rien de plus. Dit-elle en regardant Sophie qui se décompose.

- Gabriel vous aime ? Pourtant il vous décrit comme une manipulatrice hors pair.

Cynthia est coincée alors elle joue sa meilleure carte. Son atout charme. Elle le regarde, ne le lâche pas des yeux. Elle passe ses cheveux sur le coté et lui sourit.

- Si je vous disais non Maître, me forceriez vous ? M’enfonceriez-vous votre pénis de force ? Ignoriez-vous mes larmes, mes plaintes ? M’obligeriez-vous à plusieurs orgasmes, jusqu’à m’épuiser ? Fourriez-vous votre main dans mon vagin jusqu’à sentir vos os craquer contre les miens, alors que je vous supplie de ne pas le faire ? Me forceriez-vous à me mettre une sonde urinaire pour bloquer mes urines pendant plusieurs heures jusqu’à amener ma vessie au bord de l’éclatement ? Me donneriez-vous un laxatif pour que je me vide une nuit entière, pour pénétrer mon anus en sang au petit matin ?

Mon avocat est d’un coup muet alors que son regard devient glacial. Si j’en ai jamais eu peur, là elle me fait froid dans le dos.

- Quand une personne dit non, c’est non. J’ai refusé les rapports et on m’y a obligé. Aux yeux de la loi c’est un viol, peu importe que je sois une manipulatrice ou un monstre, j’ai dis non et on m’a violé, torturé, battu pendant des mois. Je suis une victime et Maxime est mon violeur, mon bourreau. Dit-elle en déviant son regard vers moi.

La garce !!! Ses mots sont pour moi, elle sait que ça m’excite de raviver nos souvenirs. Oui je suis son violeur, son agresseur, l’homme qui l’a battu car elle adorait ça. J’en n’ai pas honte, et je lui ferais bien pire si je pouvais, ça c’est une certitude.

- Ca sera tout. Dit mon avocat perturbé.

La délibération est entrain de se faire. Le calme est revenu dans la salle, et j’attends de savoir ce qu’on va faire de ma vie. Cynthia m’ignore alors que Stéphanie s’est mise derrière moi.

- On est là Max, t’es pas tout seul.

- Ouais Max, on est là. dit Brice.

- Sale histoire. Rétorque mon frère.

- Vous inquiétez pas Maxime, avec ce qu’on sait d’elle, votre peine devrait pas être trop dure. Surtout que vous avez passé déjà six mois en prison.

Ca je le sais, je sens encore les douleurs des 6 derniers mois. Quelle garce quand même ! Elle va foutre ma vie en l’air. Je devrais la détester, pourtant chaque fois que je pose mes yeux sur elle, je la revois attachée, suppliante et fragile.

Le juge rentre, mon destin est scellé.

- Pour les violences aggravées, l’accusé est reconnu…COUPABLE.

- Pour l’enlèvement, l’accusé est reconnu… COUPABLE.

Mon cœur s’agite, je sais que je vais devoir faire encore de la prison. Ma vie s’effondre à chaque mot.

- Pour le viol, l’accusé est reconnu… NON COUPABLE.

- Pour la séquestration, l’accusé est reconnu… NON COUPABLE.

Alors que mon avocat et mon entourage explose de joie, j’attends ma peine.

- Je condamne donc l’accusé à 5 ans de prison dont 2 ans fermes, sa peine étant déjà en cours, vous aurez donc 18 mois à faire dans une autre prison, votre transfert à lieu immédiatement. Un suivi psychologique sera obligatoire pendant tout le temps de l’incarcération. Comme tout ceci à l’air d’être un jeu sexuel pervers qui a très mal tourné, aucun dommage et intérêt ne seront versés à la plaignante.

Cynthia à l’air enragée mais se contient. Et le juge s’adresse à elle.

- J’espère Mademoiselle ne jamais vous revoir dans mon tribunal, vous êtes une honte dans ses lieux sachez-le ! On a autre chose à faire que de devoir juger des histoires comme la votre. Je ne vous fais pas arrêter car aucune plainte n’est enregistrée contre vous mais je ne veux plus jamais voir votre nom apparaître dans ce genre d’histoire. Je vous conseille vivement de vous faire suivre auprès d’un professionnel psychiatrique, ce que vous faite est très grave. L’audience est levée. Et entre vous et moi, s’il n’y avait que mon jugement, c’est vous que je mettrais en prison.

Le juge vient de briser Cynthia, qui repart furieuse du tribunal, s’éloignant de moi. Est-ce qu’un jour je la reverrai ? Stéphanie me prend dans ses bras et me sort de mes pensées alors qu’on me menotte.

- Je t’aime Max. Je t’attendrais, je te le promets. Sois fort, on est là.

Mon avocat a été très bon, et mon transfert se passe s’en encombre. Je suis dans une prison qui est très respectueuse, et mon histoire a fait parler de moi dans le bon sens. Je n’ai jamais été agressé, et même si je préfère la liberté, je suis plutôt pas mal dans cette prison. J’ai le droit aux visites, elles se font dans une salle où je peux prendre mes proches dans mes bras.

- Max, t’as de la visite. Me dit le gardien.

Les gardiens ici sont très sympas, et quand j’arrive dans la salle, je découvre Stéphanie qui ne perd pas de temps pour m’embrasser.

- Comment vas-tu ? Me demande-t-elle.

- Ca peut aller, j’ai préfèrerai changer les perfusions de patient chiant mais bon.

Stéphanie à l’air triste.

- Tu nous manque Max. Tu me manques.

Stéphanie pose sa tête contre mon torse. Je ne l’ai jamais vu comme ça, elle à l’air si… amoureuse, je n’aurais pas pensé qu’elle puisse vraiment l’être. Je lui caresse doucement les cheveux. Et doucement je sens ses mains me caresser à travers mon pantalon de prisonnier.

- Steph, tu fais quoi là.

- Du bien Max, moi je ne te fais que du bien.

Ses lèvres se posent sur les miennes, et très vite sa langue attrape la mienne, déclenchant chez moi un élan d’excitation. Je la pose sur la table de la salle, lui relevant sa jupe. Nos corps ont l’habitude de se retrouver, mais cette fois ci, je sens que c’est différent. Mes lèvres dans son cou la font gémir, et très vite mon sexe entre en elle. Des mois que je n’ai pas été dans le corps d’une femme, putain que c’est bon ! Stéphanie ondule, et je chasse les quelques flashs que j’ai de Cynthia.

- Fais moi jouir Max.

Son appel est comme désespéré, et je sais exactement comment lui donner ce qu’elle veut. Très vite elle trésaille dans mes bras alors que je me libère en elle. Notre étreinte rapide mais l’une des plus délicieuses qu’on ait pu avoir. Est-ce l’effet du manque ou autre chose ? Je n’en sais rien mais c’est avec tristesse que je la vois repartir mais une fois seul, Cynthia vient me hanter. J’ai parfois l’impression de sentir son parfum, voir sa silhouette, je suis fou.

Annotations

Recommandations

Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2079
1475
1978
1154
Méline Darsck
Deux couples, deux femmes très différentes l'une de l'autre vont pourtant se rapprocher jusqu'à devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.
Mais l'histoire ne serait pas aussi pétillante sans un peu de cris, de larmes, de passions, d'infidélité, de baisers, d'attirance et de séparations.
Mais qui ? Pourquoi ?
Je vous laisse le découvrir au fil des pages.
3659
1665
333
470
Lilie Berthy
Jusqu'où peut-on aller "par amour" ? Quand Cylia fait la connaissance d'Anthony, elle est loin d'imaginer qu'il prendra petit à petit le contrôle total de sa vie...
15
11
10
53

Vous aimez lire Lia 53 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0