Chapitre 39

5 minutes de lecture

J’ai repris le chemin de l’hôpital, après 5 jours auprès de Cynthia, je ne pouvais pas m’absenter plus mais putain elle m’a aspiré la bite ce matin, j’en ai encore mal. Sale garce. Je repense à son visage bleui par ce qu’elle provoque. Bordel faut que j’arrête mais ça l’excite tellement que je n’ai pas réussi à me retenir, ma main l’a frappé si violement qu’elle s’est retrouvée par terre. Je me suis jeté sur elle et lui ai pris sa jolie bouche. Elle m’a sucé fort, j’ai jouis mais elle a continué jusqu’à ce que je rebande et j’ai encore jouis et elle a continué…j’ai plus de bite.

- Ohhh Maxime, alors tu vas mieux ? Me crie Brice en avançant vers moi.

- Ouais merci, alors quoi de neuf ici ? Dis-je de bonne humeur.

- On a une petite nouvelle, elle est mignonne, viens je te la présente.

Brice m’embarque dans la salle de repos, ou je découvre une fille timide, qui n’ose à peine me regarder. Mouais pas très intéressant alors que Brice à l’air à fond.

- Salut, moi c’est Maxime. Dis-je

- Euh salut, moi c’est Juliette.

Je ne sais pas si c’est parce qu’elle est nouvelle, mais j’ai l’impression qu’elle a oublié de grandir la petite. Mon dieu qu’elle a l’air ennuyeuse.

- Salut, moi c’est Stéphanie. Dit Steph’ en s’approchant de moi alors qu’elle vient de m’entendre.

- T’as sucé un clown dis donc aujourd’hui !

- C’est toi que je veux sucer.

- Pour ça faudrait encore que j’en ai envie et ce n’est pas le cas.

Mon ton est sec et Stéphanie part vexée. Elle arrêtera de faire chier comme ça. Brice me regarde et sans rien dire commence surement à comprendre.

- T’as l’air étrangement en forme toi. Me dit-il

- Et toi t’as l’air d’avoir envie de te taper la nouvelle.

- Elle est bandante.

- Elle est vierge, j’en suis sur. Je ne vois pas ce que tu lui trouves.

- Tu plaisantes, moi je dis que c’est une grosse cochonne. Faut que je la baise.

- Et bien bon courage car à mon avis elle n’est pas prête à voir le loup.

Mes pensées sont de nouveaux axées sur Cynthia, bien que je sois loin d’elle, je ne la lâche pas. J’ai ses clés avec moi, qu’elle m’a laissé chaque jour sur la table, je sais qu’elle m’attendra chez elle ce soir, mais je resterai observateur.

- Eh mec, tu m’écoutes ?

- Non.

- Putain t’as quoi ?

- Je suis amoureux Brice.

Il me regarde alors que j’ai surement un sourire à la con, alors je lui explique et ses yeux s’écarquillent.

- Oh merde, putain mais c’est quoi cette fille Max ?

- Ma femme.

- Ecoute mec, je suis ton pote mais là c’est trop bizarre ce que tu me racontes, pourquoi elle serait revenue sans raison ?

- Elle m’aime.

Il frotte son visage en soupirant.

- Je ne sais pas quoi te dire mais je la sens pas votre histoire.

- On s’aime à la folie Brice.

- A la folie je ne vais pas te dire le contraire c’est sur. Bon au moins tu n’as pas été l’enlever une seconde fois.

Je sens bien qu’il est inquiet pour moi mais je réussis à le rassurer. Je me sens quand même mieux maintenant que mon meilleur ami est au courant.

Désormais chaque soir, après le travail, je file chez Cynthia la regarder. Mais ce soir, je suis là à sa sortie, juste en face, elle ne peut pas me louper. Et comme prévu, son regard se fixe sur le mien. Sans un sourire, je m’échappe vers la ruelle déserte et j’attends.

Très vite j’entends des pas, et sans me voir elle me passe devant. Je la saisie et la pousse contre le mur, la main sur sa bouche déjà essoufflée je la regarde. Je lui relève sa jupe, et lui arrache sa culotte que je place dans sa bouche pour la faire taire.

Ses courbes sont cachées par ses vêtements mais je sens le galbe de ses fesses, elle tente de se débattre mais j’ai de plus en plus d’expérience dans le maintien au calme de ma belle.

Je place mon sexe entre ses cuisses, je ne suis pas encore décidé de là ou je veux aller, alors je visite chaque orifice, forçant leur entrée et poussant ma belle à m’accepter. Comme je suis bien des deux cotés j’alterne rapidement et ses jambes se mettent à trembler en même temps que je me vide dans ses fesses. Comme je sais qu’elle aime quand on la joue tragique, je la balance par terre, lui donnant un coup de pied dans son bas ventre puis je repars, là laissant seule dans la ruelle à terre.

- Sale garce.

Je rentre chez moi, et j’aperçois un colis devant ma porte, le facteur n’a pas été très pro de me laisser un colis comme ça, et je sais même pas de quoi il s’agit car j’ai rien commandé. Je dépose le carton sur ma table et l’ouvre. A l‘intérieur des chaînes qui ressemblent étrangement aux miennes, avec des attaches cadenassées mais aucune clé. Je regarde le porte clé de Cynthia et observe la clé inconnue qui en effet pourrait convenir. Je tente de l’insérer et la clé ouvre les attaches.

- Ah mais quelle perverse !

Elle a du penser que j’avais jeté toutes les preuves de son kidnapping, et pourtant non tout est resté en l’état donc je vais pouvoir refaire sa chambre, lui changer les draps et lui mettre un bouquet de fleur dans son vase.

Sa chambre est prête et quand l’aiguille s’enfonce en elle, Cynthia tombe dans mes bras comme la première fois. Elle se réveille dans sa chambre, nue, attachée et bâillonnée. Je lui injecte son contraceptif et vais m’assoir dans mon fauteuil. Y a comme un air de déjà vue.

- Max détache-moi !!!

- Oh non ma belle, on s’est bien amusé chez toi mais ta place est ici.

Je lui écarte ses cuisses, et je commence à gouter à ses lèvres qui coulent d’excitation. Je la lape, l’aspire, la tète et elle s’agite. Je lui enfonce mon doigt dans son anus refermé et son bassin se lève contre ma bouche. Je la dévore, glissant ma langue aussi loin que possible. Elle se débat et pourtant, elle laisse ruisseler son humidité.

- LAISSE-MOI !!! Maxime pas ça, je t’en supplie pas ça !!!

Ca y est on recommence…enfin !

Annotations

Recommandations

Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2079
1475
1978
1154
Méline Darsck
Deux couples, deux femmes très différentes l'une de l'autre vont pourtant se rapprocher jusqu'à devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.
Mais l'histoire ne serait pas aussi pétillante sans un peu de cris, de larmes, de passions, d'infidélité, de baisers, d'attirance et de séparations.
Mais qui ? Pourquoi ?
Je vous laisse le découvrir au fil des pages.
3659
1665
333
470
Lilie Berthy
Jusqu'où peut-on aller "par amour" ? Quand Cylia fait la connaissance d'Anthony, elle est loin d'imaginer qu'il prendra petit à petit le contrôle total de sa vie...
15
11
10
53

Vous aimez lire Lia 53 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0