Chapitre 14

7 minutes de lecture

Elle a fini par s’endormir, et moi aussi. Le bruit de ses chaînes me sort de mon sommeil. J’aime dormir près d’elle, l’odeur de sa peau au naturel est délicieuse et me donne envie de lui faire l’amour avec mon érection matinale mais je ne veux pas la brusquer alors je décide d’opter pour un plaisir solitaire. Je sais qu’elle est réveillée et qu’elle m’entends gémir. Ça m’excite de la savoir à coté, devinant ce que je fais près d’elle. J’imagine 10 000 scènes futures, des scènes obscènes qu’un film porno ne tournerai même pas, cette fille va vivre mes fantasmes les plus pervers je m’en fais la promesse.

- Bonjour Cynthia. Bien dormi ?

Elle tourne la tête et ne me répond pas. Je sais qu’elle est furieuse car elle a joui alors qu’elle a tout fait pour se retenir, mais mes coups de rein ont eu raison d’elle. Elle n’a pas envie de me parler, je préfère monter préparer notre petit déjeuner et lui laisser du temps pour se remettre de notre première fois.

- Tiens ma belle.

- J’ai pas faim !

- Faut que tu manges un peu, c’est important le petit déjeuner.

Elle ne me répond pas et repousse son plateau. Si elle croit que je vais la supplier, elle rêve. Ce matin je vais donc prendre mon petit déjeuner tout seul, la regardant me détester ou plutôt se détester car elle s’en veut. Elle a perdu pied, elle a crié mon prénom en jouissant, se retenant comme elle pouvait. Elle a horreur de perdre, pourtant je domine la partie depuis le début et compte bien la remporter. En attendant, je tente de retrouver nos échanges cordiaux car j’adore parler avec elle.

- Ça fait longtemps que tu es avec ton copain ?

- Va te faire foutre !

- Ça va, je te pose juste une question mais peut-être que tu préfères des échanges plus…physique ?

- 2 ans.

- Il t’apporte le petit dej’ au lit lui aussi ?

Je connais la réponse, ce n’est pas le genre, non lui il lui fait l’amour puis se barre comme un connard. Je crois qu’ils n’ont jamais dormi ensemble d’ailleurs. Il ne la mérite pas ce gars.

- Non.

- Il est pas super attentionné je crois, je me trompe ?

- Il est super ! Il ne me viole pas lui !

- Super ? Tu plaisantes là ! Ce mec est un connard Cynthia !

- T’es qui toi pour le juger ! Tu crois que tu es mieux que lui !

Elle est en colère, non elle est hors d’elle. Alors je décide d’avancer mon pion et je sais que ça va être un coup terrible pour elle.

- Moi Cynthia, je ne te tromperai jamais.

- Qu…quoi ? Elle a se regard d’étonnement quand je parle et qu’elle a compris mais qu’elle veut me faire répéter pour être sur de ce que je viens de dire.

- C’est ça Cynthia de suivre quelqu’un, tu découvres les proches et leur vie intime.

- Je ne vois pas de quoi tu parles !

- Ton mec se tape ta meilleure amie et ça depuis au moins 7 mois !

- N’importe quoi ! Il ferait jamais ça ! Il m’aime !

Elle est outrée par ma confidence, me traitant de menteur. J’ouvre mon tiroir et lui tends quelques photos. Je savais que ces photos joueraient en ma faveur. Échec ma belle. Mais au fur et à mesure qu’elle les regarde, elle fond en larmes. Je ne pensais pas que de la voir pleurer à cause de quelqu’un d’autre me ferait autant de peine. Je m’assois près d’elle, pour la réconforter.

- Comment t’as eu ça ! Tu l’as suivi lui aussi ? Me demande t’elle.

- Je t’ai suivi toi au début, mais quand j’ai vu que ton copain était celui qui venait voir ta meilleure amie à l’hôpital, j’ai vite compris que ce n’était pas son copain mais le tien. C’est pour ça que je l’ai suivi jusqu'à le voir avec elle. Je suis navré de te le dire mais quand je dis qu’il est loin d’être super bah au moins tu sais pourquoi.

Son monde s’effondre, mais moi je suis là.

- Laisse-moi Maxime, je veux être seule.

Je la laisse seule et va faire ma séance de sport puis je reviens pour prendre ma douche avec elle. Je l’emmène donc à la salle de bain, elle me suit sans résistance. Nous voilà tout les deux dans la douche, comme d’habitude je teste l’eau et je garde ses chaînes dans mes mains.

- Savonne-moi Cynthia.

Elle hésite puis mets un peu de savon dans sa main et tristement me nettoie. Je l’attache au mur, pendant que je me lave les cheveux puis la reprend dans mes mains. Elle à l’air d’être très triste et je me sens démuni face à elle.

- Dis-moi comment je peux faire pour que tu ne souffres plus Cynthia.

- Libère-moi.

Ses grands yeux larmoyants me lancent des épines dans le cœur, j’aime pas la voir comme ça, je déteste qu’elle souffre. Ses mains s’arrêtent au niveau de mon nombril.

- Continue Cynthia.

Elle fait signe que non, et mes mains l’aident à prendre le chemin de mon sexe. Elle ferme les yeux, tourne la tête et pourtant ses mains continuent à me laver. Je l’emmène au niveau de mes fesses et tout en continuant de la guider avec ses chaînes lui fait me laver le dos.

Je prends à mon tour un peu de savon pour lui laver les cheveux, elle a un cou magnifique, et je lui maintiens la tête en arrière en la tenant doucement par les cheveux pour lui embrasser son cou.

- J’aime ta peau Cynthia. J’aime ton corps. J’aime te faire jouir. Jte promets de te donner tout ce que je peux te donner.

- La liberté aussi ?

- Mais t’es libre mon amour, tu t’en rends pas encore compte mais ça viendra je te le promets.

Mes mains n’ont aucunes hésitations, elles la parcourent et la proximité devient de plus en plus excitante pour moi.

- S'il te plaît pas ça, pas encore. S'il te plaît Maxime.

Ses larmes me fond craquer et je ne vais pas plus loin. Je finis par allumer l’eau, et nous nous rinçons. Mais lorsque je me frotte les cheveux, elle me balance un grand coup de genoux entre les jambes, et je tombe de douleur dans la douche. Je réussis à rattraper ses chaînes de justesse et avec l’humidité, elle tombe sur le carrelage.

- Laisse-moi tranquille ! Laisse-moi partir ! Enfoiré ! LAISSE-MOI !!!!

Je rampe jusqu'à elle alors qu’elle se débat comme un animal sauvage, elle m’a vraiment fait mal. Je m’y attendais pas !!! Sale garce !!!

- Laisse-moi !!! laisse- moi !!!

Je ne voulais pas lui faire de mal mais ça fait quand même plusieurs fois qu’elle n’hésite pas à le faire, elle. Je l’attrape par les jambes pour la ramener vers moi. Elle glisse sur le sol de la salle de bain en essayant de s’agripper mais je finis par l’immobiliser. Ses cheveux mouillés lui donnent quelques années de moins, et elle a les yeux rougis par ses larmes de crocodiles. Salope !

- Arrête Maxime ! Laisse- moi ! S'il te plaît me fais pas de mal.

Je suis juste au dessus d’elle, et elle se débat. Quand je m’enfonce en elle, sa respiration se coupe nette, elle n’a pas pensé que je pourrais être si direct alors que j’ai tenté d’être tendre jusque là. Je la prends durement pour lui faire comprendre que son attitude m’excite plus qu’elle me calme, pour qu’elle sache aussi qu’on ne triche pas avec moi.

- T’es qu’un salaud ! Une pourriture !

- Tu me pousse à l’être, à croire que t’aimes ça !

J’y met de la force, de la brutalité, je ne lui fais pas l’amour là, je la baise, la punis de m’avoir autant excité en me faisant si mal, de m’avoir manipuler avec sa fausse tristesse. Je jouis sans la faire jouir et me retire aussi vite que je l’ai pénétrée. Je lui balance une serviette pour qu’elle se sèche et l’aide à se relever.

- Brosse-toi les dents.

J’adore la voir se brosser les dents, un jour je m’aventurerai de l’autre coté, d’ailleurs est ce qu’elle aime ça? A t’elle ce genre de sexualité habituellement ? D’après ce que j’ai vu c’est plutôt du sexe basique voir ennuyant mais avant son connard, comment baisait-elle.

- Tu aimes la sodomie Cynthia ?

Ma question la laisse sans voix, faut dire que la brosse à dents dans la bouche n’aide pas à la discussion. Je la laisse finir et lui repose ma question.

- Ça ne te regarde pas !

- Tout me regarde Cynthia ! Alors ?

Je reste devant elle, attendant ma réponse mais elle reste muette.

- Je te demande ça pour que lorsque je te sodomiserai, je sache si je peux y aller fort ou pas. Tu ferais mieux de me donner cette info si tu veux que je m’adapte à ton vécu. Mais après tu aimes peut être te faire déchirer le cul dans ce cas ne me dis rien.

- J’en sais rien ! T’es content ! Lâche-moi maintenant !

Ohhhh mais voilà une réponse des plus intéressantes. Une vierge du cul, j’adore l’idée que personne ne soit venu en elle de ce coté là et d’être le premier. Mes partenaires généralement pratiquaient ou je leur faisaient aimer ça. Cynthia adorera ça je m’y engage.

- T’as jamais eu envie de tester ? Dis-je

- Non !

- On testera, jte promet d’être doux au début mais tu verras c’est quand on y va fort que c’est meilleur.

- Jamais de la vie !!!

Elle a ce regard intense de colère qui me rend dingue, je suis fou de cette fille ou je suis fou tout court mais la folie fait partie de notre relation et j’adore ce que je vis avec elle. Même si c’est pas de tout repos car elle a quand même un foutu caractère, d’ailleurs il va falloir qu’elle assume les conséquences de ses actes.

Annotations

Recommandations

Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2072
1469
1977
1152
Méline Darsck
Deux couples, deux femmes très différentes l'une de l'autre vont pourtant se rapprocher jusqu'à devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.
Mais l'histoire ne serait pas aussi pétillante sans un peu de cris, de larmes, de passions, d'infidélité, de baisers, d'attirance et de séparations.
Mais qui ? Pourquoi ?
Je vous laisse le découvrir au fil des pages.
3622
1663
333
470
Lilie Berthy
Jusqu'où peut-on aller "par amour" ? Quand Cylia fait la connaissance d'Anthony, elle est loin d'imaginer qu'il prendra petit à petit le contrôle total de sa vie...
15
11
10
53

Vous aimez lire Lia 53 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0