Négligence Accident ou Prévoyance

2 minutes de lecture

S’allumant une cigarette sur son nouveau paquet fraîchement acheté, elle regarde le ciel.

L’odeur âcre la gêne un peu.

Enfin, la journée est terminée, c’est déjà ça. Épuisée d’avoir fait les boutiques et surtout, monté les marches du Sacré-Cœur, et visité Notre-Dame, elle tourne les talons et monte en voiture.

Par la fenêtre de voiture ouverte, elle jette son mégot.

Au sol, un arbre a perdu sa feuille.

Aucun enfant ne l’a ramassé, pour en faire un bouquet à offrir à la maîtresse. Alors la feuille prend feu. Un petit feu, à peine une étincelle, juste la crémation d’un végétal, et puis plus rien.

Il a faim. Non, mieux, il a la dalle.

Comme dirait l’autre « je mangerai un cheval en salade ».

Et puis, c’est lundi.

Le week-end a été bien court, il est quoi, 15 h… S’il s’éclipsait, est-ce que quelqu’un s’en rendrait compte ?

Pas forcément, ça se tente.

Alors d’un pas rapide, la mine sérieuse, les sourcils froncés, il quitte ces 850 années de vie, en échange d’un sandwich jambon-beurre.

S’ensuit un café.

Là, les discussions sont animées.

Ce soir, le Président doit parler.

Alors !

Que va-t-il bien pouvoir annoncer ?

Le temps passe, il n’est plus temps de travailler.

D’un bond, il se lève et retourne sur les lieux. Le temps de donner un ordre ou deux, et il rentre chez lui, affairé, comme un homme d’affaires qui n’a pas arrêté.

Les bruits des touristes s’amenuisent peu à peu. Le temps de monter en voiture, claquer la portière, et puis plus rien.

Sur son camion, il range le matériel de la journée. D’autres peuvent rester sur place, prêts pour demain. Il n’y a plus rien, à priori, à charger. Il attend le dernier, qui revient avec une dernière caisse. De la poche intérieure de sa veste dépasse une grande enveloppe.

- Tu vas perdre ton courrier…

L’homme rougit violemment, la remet en place correctement et monte sur le siège passager.

La musique se met en route, en même temps que le moteur. Le conducteur chantonne gaîment. Une heure et quarante minutes plus tard, il est déposé chez lui. Le temps de passer le sas, d’entrer chez lui et de claquer la porte. Dans sa tête, les pensées se bousculent, pas moyen d’obtenir le silence.

Alors il allume la télé, zappe et zappe encore. Les nouvelles sont toujours les mêmes. L’image rouge orangée envahie presque les murs de sa salle. À la télévision, les vitraux éclatent.

Alors il se lève pour prendre un verre et un somnifère.

De retour sur le canapé, il met une chaîne qui accepte de diffuser autre chose.

Et enfin, ses yeux se ferment, puis, plus rien.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

boukinista
Kim est le fils d'une riche famille il détient une entreprise familiale. Il vit sa vie sans soucie passant d ' amourette en amourette courte mais les chose sont sur le point de changer lorsqu'il rencontre zen
Zen n'a jamais eu de petit amie auparavant et au début Kim ne voit en elle qu'une simple amourette supplémentaire
Mais que se passera t'il 3 ans plus tard lorsque le destin décide de les réunir de nouveaux .
0
0
0
11
Défi
Phœnix

Le premier vœu auquel j'ai pensé est : que la personne que j'aime m'aime aussi. Mais c'est très égoïste, au final, et dans tous les films les génies ne peuvent pas faire ce genre de choses. Ça ne se fait pas de vouloir absolument qu'une personne t'aime alors qu'elle aime peut-être quelqu'un d'autre. Je le souhaiterai quand même si je le pouvais, même si j'en voit maintenant tout l'égoïsme. Et maintenant j'ai honte de moi. Mais au moins je suis honnête.
3
4
2
0
Défi
db
Grandeur et Décadence d'un séducteur.
« L’affaire Esteban » vient de défrayer la chronique, elle raconte sa déchéance jusqu'à son décès suspect.
29
32
92
37

Vous aimez lire Charlie Jdan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0