Adversaire de pierre

7 minutes de lecture

 La phrase fit écarquiller des yeux la marchande et la muette, alors que Minos fronçait des sourcils et que Kelvin baillait. Aussitôt, les femmes se retournèrent. Une Gargouille s’était rapprochée silencieusement, suivant le disciple d’assez loin que pour lui venir en aide en cas de pépin sans pour autant qu’on l’aperçoive de suite, profitant des faveurs de la nuit. L’être de pierre donna un brusque coup de bras dans le tromblon, qui vola en l’air avant d’atterrir plus loin. La créature était plus grande qu’eux et les toisait, menaçante. Kelvin et Minos poussèrent un cri de surprise en s’apercevant de sa présence tandis qu'Elisabeth faisait un pas en arrière, sur la défensive.

 Quand la Gargouille avança un bras pour se saisir de Maya, Kelvin intervint enfin en frappant ce dernier avec son lourd gourdin. L’attaque surprit l’Eydolon, qui se figea une seconde avant de tourner la tête vers le Terrible bandit. Sans crier gare, elle se jeta sur lui, qui tomba à la renverse dans un mélange de sable et de feuilles mortes. Sans le moindre cri, presque silencieuse, elle entreprit de le lacérer à coups de griffes. Kelvin était parvenu à garder son gourdin et s’en servit pour se protéger mais ne put échapper à tous les coups que la créature lui donnait. Heureusement pour lui, la Gargouille fut vivement repoussée sur le côté par une charge de Pan. Le puissant coup de crâne de l’advouquetin renversa la Gargouille dans le sable, et le bandit eut tout juste le temps de s’éloigner, les bras dégoulinant de sang. Mais elle se relevait déjà, à peine endommagée.

 Pendant ce temps, Edwin avait essayé de profiter de la distraction pour attraper Maya à son tour. Elle s’en était rendue compte juste à temps et l'avait esquivé avant de se réfugier près de l’Assyrienne, qui s’interposa. Seulement, Elisabeth n’était plus armée et le disciple se trouvait pile devant le tromblon perdu. Il se pencha donc pour le ramasser, avant de se figer en entendant des grognements. Il tourna la tête vers Pluton, qui se jeta sur lui, mordant brutalement ses épaules. Le disciple poussa un cri de douleur et vit Elisabeth se précipiter vers l’arme qu’il convoitait.

 — Lâche-le, Pluton ! s’écria Minos.

 Le disciple sentit les crocs se retirer, laissant une plaie et une douleur profonde. Edwin serrait la mâchoire, comme pour amoindrir la souffrance. Il n’essaya pas de se relever, bien conscient d’être à nouveau en position de faiblesse. Mais il n’était pas le seul à avoir pris cher. Le « Terrible bandit » des avis de recherche soufflait et frémissait, à l’écart. Maya se précipita vers lui pour inspecter les blessures, inquiète, alors que la gargouille faisait un pas en avant, prête à poursuivre sa mission.

 Elisabeth déglutit, le visage crispé. Si elle visait de nouveau le disciple, elle ne pouvait s’empêcher de jeter de rapides coups d’œil vers la gargouille. Son tromblon serait certainement inefficace contre cette créature de pierre, et elle ne voyait pas trop comment ils allaient faire pour se débarrasser d’elle. Minos, lui aussi, ne semblait pas très rassuré. Pan avait déjà eu du mal contre Koda, et Pluton risquait de s’y casser les dents. Au moins avançait-elle lentement. Maya avait pensé utiliser la floracanon, mais n’avait aucune certitude sur son efficacité. Elle avait beau tourner le problème dans tous les sens, ils semblaient pris au piège.

 Cependant, il y en avait un qui ne perdait pas courage. Pan poussait des bêlements menaçants envers la créature, prêt à charger de nouveau. Comme la Gargouille ne semblait pas intimidée pour autant, l’animal chargea puis feinta, esquivant de justesse un coup de griffes. L'être de pierre avait des gestes lents la plupart du temps, mais dès que Pan s’approchait, ils devenaient brusques. Encouragé par Minos, l’advouquetin réitéra ses feintes jusqu’à ce que, ayant compris à quoi il jouait, elle tente de l’attraper par le crâne au moment où il allait s’éloigner d’elle. Ce fut tout juste pour Pan, cette fois-ci. Il recula un peu plus pour jauger son adversaire.

 C’est alors que Pluton poussa un grognement sauvage, prêt à bondir. L'Eydolon tourna la tête, oubliant Pan, qui en profita donc pour charger. La diversion fut un succès et l’advouquetin asséna un second violent coup de crâne à la Gargouille, au niveau des cuisses. Très attentive, Maya entendit un profond craquement. Cependant, la Gargouille répliqua en un geste qui fit voltiger Pan à plusieurs mètres dans le sable. L’animal ne se releva pas et Minos voulut se précipiter vers lui mais recula en voyant la Gargouille reprendre sa marche lente vers eux.

 Abandonnant Kelvin après avoir essayé de lui faire comprendre qu’il devait maintenir un tissu contre sa plaie pour freiner l’hémorragie, Maya se précipita vers Elisabeth et Minos.

 — Il va falloir envisager la fuite dans les bois, s’écria la marchande. Cette créature marche lentement, on pourra peut-être la semer…

 — Mais Pan…, protesta faiblement Minos, au bord des larmes.

 C’est alors qu’ils sentirent Maya tirer sur leurs vêtements afin d’attirer leur attention. Elle pointait du doigt les deux domrochs, éveillés par ce chahut. L’Assyrienne et le berger échangèrent un regard, puis hochèrent la tête. Minos se précipita vers eux pour leur chuchoter quelque chose, et les deux bovins aux larges cornes se relevèrent.

 La Gargouille s’était bien rapprochée d’eux. Elle pouvait à tout instant fondre sur Maya de la même manière qu’elle avait agi brusquement lorsque Pan l’attaquait. Elle fixait la jeune muette sans se douter de ce qu’il se tramait. Le disciple, malgré la douleur, soupirait de soulagement, persuadé que cet affrontement n’allait pas tarder à se terminer en leur faveur. C’est alors que, avec des mugissements agressifs, Dom et Roch chargèrent à leur tour la Gargouille, ignorant les couvertures qu’ils piétinèrent. Elisabeth et Maya durent se jeter sur le côté pour ne pas se faire écraser elles aussi, et les animaux ne passèrent pas loin de l’ancien pêcheur, qui crut tout de même avoir une crise cardiaque sur le coup. La gargouille, cependant, ne bougea pas et se prit de plein fouet la violente charge des animaux. À son tour, elle fut propulsée plus loin, tandis que Dom et Roch secouaient la tête, eux-mêmes blessés par le choc. Cependant, ce n’était rien par rapport aux sévices faits à la statue.

 La gargouille tenta bien de se relever, mais, dans ses gestes, elle perdit la jambe que Pan avait frappée, puis l’équilibre. En retombant au sol, son bras se fissura, sans pour autant se détacher. La Gargouille remuait faiblement quand, sous les ordres de Minos, Dom et Roch partirent pour la piétiner. Après leur passage, il ne restait au sol que des morceaux de statue cassée, détachés d’un buste à peine endommagé. La tête était bien tombée et on ne pouvait plus y voir l’éclat des yeux de l’Eydolon, qui avait quitté ce corps et ce monde pour de bon.

 Maya et Elisabeth sautèrent dans les bras de l’une de l’autre, à la fois heureuses et soulagées. Le danger était désormais écarté. Minos courut en direction de Pan, toujours inanimé. Pluton semblait veiller sur l’advouquetin comme sur un malade endormi et le jeune berger entreprit d’examiner son animal, alors que les deux domrochs se dirigeaient vers lui, peut-être pour réclamer une récompense. Kelvin rejoignit les deux femmes en maintenant négligemment le tissu sur sa plaie. Il avait toujours le visage crispé par la douleur, mais il paraissait plus inquiet pour Pan. Il étouffa une exclamation lorsque la muette appuya fort contre sa blessure car elle voyait du sang s’en échapper, puis recula de quelques pas, sur la défensive. Maya était prête à le sermonner et à lui préparer un meilleur bandage quand un râle à ses pieds lui rappela la présence du disciple.

 Edwin venait de constater la terrible défaite de la gargouille. Il avait du mal à croire que l’Eydolon ait été brisé. Au-delà de l’esprit qui y habitait, c’était aussi une perte inestimable pour l’Église d’Eluse. Si Sa Sainteté pouvait le voir en cet instant, elle le réprimanderait violemment. Lui qui croyait pouvoir capturer les fugitifs était désormais à la merci de ceux-ci.

 Maya l’observa quelques secondes en se tenant à bonne distance. Il avait la mine défaite et du sang chaud s’échappait de ses épaules. La muette savait qu’il avait besoin de soin. Cependant, il s'agissait d'un ennemi. Partagée, elle adressa un regard à Elisabeth, en montrant d’un geste de tête la blessure de l’homme à terre.

 — Mouais… Occupe-toi d’abord de l’autre imbécile, je vais voir ce qu’on peut faire de lui…

 Maya hocha la tête et entreprit de désinfecter et bander Kelvin plus sérieusement, tout en affrontant un adversaire coriace dans sa tâche, Kelvin lui-même. La muette se serait crue de nouveau à l’épisode des fourmis ogres, où le bandit s’était tant débattu pour ne pas être soigné. Pendant ce temps, Elisabeth forçait le disciple à se redresser et s’asseoir dans le sable pour lui poser des questions. Elle avait réussi à lui soutirer son nom, celui de Sa Sainteté, ainsi que des explications sur la manière dont il les avait retrouvés malgré la nuit tombée. Il venait de confirmer leur théorie des portraits de Numch quand Kelvin et Maya se rapprochèrent. Comme Elisabeth le tenait toujours sous la menace du tromblon, la muette entreprit de soigner la blessure laissée par Pluton, en commençant par la nettoyer du sable qui s’y était glissé. Edwin sursauta en la sentant trifouiller délicatement dans sa plaie, puis la regarda avec des yeux ronds, incrédule. Pourquoi donc la fugitive le soignait-elle ?

 — Et donc, personne d’autre ne viendra nous chercher ce soir ? insista Elisabeth.

 — Heu… Non…, soupira Edwin en revenant à la réalité. Je n’ai dit à personne où j’allais… Même si ma femme signale ma disparition, ce ne serait que du hasard…

 — Et pour ce qui est de ces … gargouilles ? Y en a encore beaucoup, elles peuvent pas sentir la mort des leurs, une connerie du genre ?

 — Ce sont des Tsukus, expliqua le disciple. C’est ainsi qu’on appelle les Eydolons qui intègrent des corps à l’origine inanimés. Un Tsuku meurt pour de bon lorsque son enveloppe est trop endommagée. Il ne peut pas revenir une troisième fois… Et aucun lien ne les lie entre eux, il s’agit d’esprit d’hommes ou de femmes d’Eluse qui ont vécu à des époques différentes…

 — Donc plus personne ne viendra ? questionna Kelvin.

 — Hélas … enfin, hélas pour moi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Unpuis ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0