Un bol de Merlotte

6 minutes de lecture

 Il était presque midi quand Maya et les autres aperçurent la ville d’Eluse. Si Orles était fortifiée de remparts, la cité portuaire n’avait jamais dressé de telles défenses. Durant des siècles, les menaces envers la Ville étaient toujours venues de la mer. De hautes murailles n’auraient fait que freiner les sauvetages envoyés par l’Empire en cas de siège de la ville.

 Plus ils se rapprochaient et plus l’air marin venait titiller leurs narines. C’était une odeur agréable et totalement nouvelle pour Minos, Kelvin, et Maya. Au loin, ils pouvaient déjà voir la mer et les quelques bateaux qui voguaient paisiblement. À part Elisabeth, chacun observait le paysage avec une bouche à moitié ouverte. Même Pan et Pluton semblaient curieux, leurs museaux posés sur le bord du véhicule.

 Eluse comptait nombre de bâtiments. De loin, on y distinguait deux places proches de la mer et une dernière plus centrée. De nombreuses digues permettaient aux navires de s’arrêter et de décharger leurs cargaisons. De loin, Maya en compta plus d’une vingtaine. La ville était encaquée par deux plages de sable. Très vite, Minos pointa le ciel, où volaient des oiseaux de tailles diverses et parmi lesquels Maya reconnut les étranges vollatiles au bec troué.

 Quand Kelvin proposa de manger un morceau, Elisabeth objecta. Ils n’avaient presque plus de jambon fumé et ils n’allaient pas tarder à se terrer dans une auberge où ils pourraient commander de quoi se sustenter. Il valait mieux garder leurs provisions pour le voyage en mer qu’ils allaient entamer. Minos, qui croquait discrètement une pomme, prit un air innocent et cacha le fruit derrière son dos. En voyant l’advouquetin essayer d’attraper le trognon, Elisabeth maugréa quelques jurons, laissant entendre qu’elle n’aurait jamais d’enfants.

 Ils entrèrent en ville en passant par de courtes rues. Par prudence, Maya avait renfilé la tenue de pèlerin pour dissimuler son visage. Cependant, il apparut très vite que leur charrette attirait les regards. Les gens les observaient passer, intrigués, et certains chuchotaient sur leur passage. Si quelques-uns pointaient Pluton du doigt, d’autres donnaient la désagréable impression à Maya qu’elle était leur sujet de discussion. Elle déglutit et quitta son poste d’observation pour se cacher parmi le chargement.

 — Je crois qu’à bien y réfléchir, ton déguisement n’est peut-être pas une bonne idée, marmonna Elisabeth juste assez fort pour que ses amis l’entendent.

 — Pourquoi ça ? demanda Kelvin.

 — Il n’y a pas de cérémonie particulière avant un moment et Eluse n’est pas un lieu de pèlerinage. Du coup, voir un pèlerin, ça doit plutôt étonner les gens d’ici…

 — Alors, elle doit enlever son costume ? s’interrogea Minos. Et son visage ?

 — Si elle reste discrète, ça ne devrait pas poser de problème, supposa Elisabeth. Essayons au moins de ne pas attirer l’attention, elle restera cachée dans l’auberge.

 Maya ne se fit pas attendre et retira le vêtement. Elle avait encore sa tenue de travail en dessous. Elle resta tout de même cachée, en compagnie de Pluton que Minos venait de lui envoyer. 

 Ils s’engouffrèrent dans une rue et, si elle ne voyait pas ce qu’il se passait, Maya comprit qu’il y avait un problème en entendant un juron d'Elisabeth. Minos lui expliqua qu’un autre véhicule bloquait la route et avançait très lentement. 

 — Allez, le blobouille, on se dépêche ! s’écria Elisabeth.

 — Vous avez entendu la dame, abjectes quadrupèdes ? lança la voix d’un homme avant que ne retentisse un bruit sec suivi par ce qui ressemblait à des cris de douleurs.

 Quand Kelvin détourna le regard pour ne pas voir le spectacle, il vit qu’Elisabeth était devenue toute blême, les yeux écarquillés. Elle semblait complètement déconfite, au point qu’elle avait lâché les rênes de ses domrochs.

 — Elisabeth ? Ça va pas ?

 — Je… J’avais pas vu…, déglutit-elle. J’avais pas vu…

 Intriguée, Maya se risqua à lever la tête du chargement. Elle comprit en apercevant que le véhicule devant eux n’était pas tiré par des domrochs mais par huit êtres humains vêtus de pagnes. Le conducteur avait un long fouet qu’il faisait claquer sur leurs dos pour qu'ils fournissent plus d’efforts. Maya déglutit avant de reprendre sa place, terrorisée à l’idée qu’elle aurait pu subir le même sort. Devant, Elisabeth commençait doucement à reprendre contenance et secouait la tête en marmonnant des choses inaudibles sous le regard inquiet de Kelvin.

 — C’est bon… c’est bon…, finit-elle par dire, secouée d’un frisson.

 — Tu es sûre que ça va ?

 — Oui, oui, j’ai juste… été surprise.

 Ils avancèrent et arrivèrent au niveau d’une places. La charrette devant eux se mit alors sur le côté pour leur permettre de les dépasser.

 — Désolé, ma petite dame, mais ces gaillards n’ont pas encore le muscle de vos bêtes ! lança le conducteur avec un ton amical.

 Elisabeth ne répondit pas, se forçant à 'lignorer. Alors qu’ils s’éloignaient, Maya vit l’homme descendre de son véhicule et détacher deux pauvres âmes avant de leur montrer son chargement. Ses esclaves accoururent à l’arrière pour obéir aux ordres de leur maitre.

 Il régnait sur la place St-Michel un véritable brouhaha, ainsi qu’un désagréable fumet de poisson. De nombreuses échoppes de pêcheur présentaient ce qu’ils avaient trouvé dans leurs filets. Minos observa avec curiosité les différents poissons et crustacés exposés, mais finit par se terrer comme Maya dans le chargement pour ne pas assister aux décapitations et autres découpes. Poussée par la curiosité, Maya finit par regarder tout autour d’elle à son tour.

 Malgré l'omniprésence des poissons on retrouvait aussi quelques producteurs locaux qui exposaient des fruits et légumes, ainsi que des artisans. Des femmes essayaient différentes parures à base de coquillages tandis qu’un homme préparait en direct des poteries qu’il ferait cuire plus tard. Un homme vantait l’étanchéité des vêtements qu’il exposait et les pêcheurs examinaient sa marchandise avec méfiance, nonobstant l’échoppe de bougies voisine, occupée par un homme aux longs cheveux blancs et dont le visage était caché par un étrange chapeau. Mais la véritable star du marché, c’était La Merlotte.

 Il s'agissait de la spécialité culinaire d’Eluse. Elle consistait en une soupe de coquillages agrémentée de Sablonneuses, des fleurs à pétales blancs poussant exclusivement dans le sable. Si la base de la recette était identique pour tout le monde, chaque cuisinier avait sa manière de gérer les proportions ou de choisir une espèce de coquillage plutôt qu’une autre, ce qui faisait de la Merlotte un plat fort variable. Comme ils n’avaient toujours pas mangé, Elisabeth leur acheta à chacun un bol. Le plat n’était pas mauvais, mais pas non plus particulièrement bon. Il était surtout extrêmement salé, et Maya faillit se casser une dent sur ce des morceaux de coquilles qu'elle avait pris pour des croûtons de pain.

 Ils trouvèrent dans une rue adjacente un long entrepôt pour y garer leur véhicule. Le responsable acceptait de nourrir les animaux mais il avait exigé que le loup parte. L’animal les suivit donc en sortant, marchant juste à côté de Minos. Elisabeth leur demanda de marcher à quelques dizaines de mètres devant eux, afin de ne pas attirer trop de regards sur Maya. L’enfant parut vexé, mais suivit les ordres.

 La technique semblait bien fonctionner. Si Pluton nourrissait les conversations, peu de monde accordait la moindre importance à quelques quidams qui marchaient derrière. Finalement, au bout d’une dizaine de minutes de marche, Elisabeth s’arrêta devant une auberge, le Bernard l’Hermite. Celle-ci n’était pas loin de la plage mais à l’écart des grandes places ou du Port. Elle envoya Kelvin rechercher Minos et, accompagnée de Maya, elle prit deux chambres pour loger la nuit, tout en précisant qu’ils risquaient de rester plus longtemps. Elle demanda aussi si les animaux étaient admis, sans plus de précision, et la gérante leur répondit que tant qu’il ne faisait pas ses besoins partout, ça irait. Ils attirèrent néanmoins son attention avec des questions sur la ville quand Minos et Pluton entrèrent pour qu’elle ne voie pas l’animal monter à l'étage.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Unpuis ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0