Pluton

5 minutes de lecture

 Riant aux éclats, Minos séchait ses larmes avec le sourire. Pan lui léchait affectueusement le visage et l’enfant le serrait contre lui. Puis il vit le loup, qui attendait, assis, à quelques pas. Elisabeth sursauta et, par réflexe, rattrapa son tromblon, méfiante. Si Harmonie et Shana étaient aussi incrédules, ce n’était pas le cas de Kelvin ou de Maya.

 Le jeune garçon se tut, puis se rapprocha de l'animal. Ce dernier se laissa caresser tandis que Minos le remerciait en lui chuchotant dans l’oreille. Puis il tourna la tête vers Elisabeth, l’air un peu suppliant.

 — Il peut venir avec nous, hein, dit ? demanda-t-il.

 — Quoi !?

 — Il sera sage ! assura Minos en attrapant la tête du loup entre ses deux mains pour l’obliger à faire un sourire, ce qui dans ce cas-ci exposait surtout ses dents. Puis t’as vu, il nous aidera si on croise des … enfin, tu sais !

 — Humfhjebonmaisjehan…, bredouilla Elisabeth.

 — Tout-à-fait, précisément, exactement! Bien sûr qu’il peut rester avec nous !

 Le loup fit un bref signe de tête, comme pour donner son accord. Il restait droit et fier tandis que Minos lui frottait le dos avec joie. Maya était heureuse de le voir ainsi après la journée qu’il avait passée à se faire du mouron. Mais quelqu’un n’avait pas encore dit son dernier mot.

 — Reviens ici ! exigea Zeusa à l’adresse du loup. Reviens, te dis-je !

 Les rires et les sourires s’effacèrent aussitôt. L’adversaire de Minos était toujours conscient et n’entendait pas l’adoption de son animal de la même oreille. Cependant, ce dernier avait à peine bougé la tête vers l’homme qui l’avait appelé, sans la moindre intention d’obtempérer. Minos, par contre, fronçait déjà les sourcils, mécontent.

 — J’ai gagné le duel ! On avait dit qu’on libérait les animaux si je gagnais !

 — On a qu’à dire que je mentais. À cause de tes amis, je n’ai plus une seule bête dans mes cages, et, par ta faute, Koda est blessé !

 — Sa faute ? répéta Elisabeth, outrée. Qui a lancé un duel stupide à un enfant, rappelez-moi ?

 — Vous, je ne vous ai pas sonnée ! cracha le dompteur, irascible. J’ai perdu énormément d’argent, avec cette raclure d’advouquetin !

 — C’est entièrement ta faute, ça, Zeusa, lança Luth, le conteur. Tu as essayé d’abuser des paris, et cette fois, ça s’est retourné contre toi.

 — Tu as joué, tu as perdu, ajouta Théorbe, en regardant Violoncelle, qui boudait.

 — Peu importe, ça fait deux semaines que je me trimballe ce loup, il va me suivre ! assura Zeusa en faisant quelques pas vers le petit berger et ses deux animaux.

 Cette fois-ci, le loup se dégagea de l’étreinte de Minos. Au lieu de rejoindre Zeusa, il se mit à grogner en montrant ses dents d’un air méchant. Son ancien dompteur se figea, livide. Puis, après avoir dégluti, il recula, lentement, foudroyant la bête et Minos du regard.

 — Calme, Pluton, calme ! lança tendrement Minos en glissant ses bras autour du cou de l’animal.

 — Pluton. Tu t’attaches trop aux animaux, minus. Un jour, tu le regretteras.

 — En attendant, je ne sais pas qui va regretter quoi, mais je me souviens t’avoir vu prendre ma sœur en otage, tout à l’heure, intervint Shana en s’avançant vers Zeusa.

 — Et alors ? L’avait qu’à pas trainer avec ce sale gos…

 Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase que Shana lui asséna une gifle magistrale, le faisant tomber à la renverse. Elle lui adressa un geste grossier et se détourna pour rejoindre Harmonie. À peine avait-elle le dos tourné qu’il s’était déjà relevé pour répliquer, sous le coup de la colère, mais Luth et Théorbe l’attrapèrent avant qu’il n’ait le temps de faire quoi que ce soit. Sous ses cris de protestation, ils l’emmenèrent vers les cages vides. Maya et Kelvin pouffèrent de rire alors qu’ils l’enfermaient dans une de ses propres cages, en compagnie de Koda qui y avait déjà été amené grâce aux efforts conjoints de pas moins de cinq troubadours. Ils fermèrent sa portière à clé et abandonnèrent le bâton par terre, hors de portée de son bras tendu puis le laissèrent là alors qu’il les insultait allègrement.

 — Pluton, alors ? demanda timidement Harmonie.

 — Oui, c’est chouette comme nom, non ? Qu’est-ce que tu en dis, ça te va, Pluton ?

 Comme tout à l’heure, Pluton approuva d’un mouvement, se laissant dorloter docilement. Maya regarda la cracheuse de feu et devina qu’elle avait envie, elle aussi, de caresser l’animal. Mais elle se rappela aussi le craquement de leur chute. La jeune fille se tenait le poignet depuis lors. Manifestement, Luth s’y intéressait aussi puisqu'il s’approcha d’Harmonie d’un air paternel et lui montra son bras. Elle acquiesça et il lui fit signe de la suivre. Curieuse, Maya les accompagna à sa charrette, où elle observa le conteur fabriquer une attelle et appliquer un cataplasme sur la plaie. Si elle connaissait déjà la recette de l’onguent, elle examina la fabrication de l’attelle, afin de pouvoir en reproduire une dans le futur, si nécessaire.

 Alors qu’ils revenaient vers les autres, ils tombèrent sur Elisabeth et Violoncelle, en pleine discussion. La marchande paraissait profiter de la situation. Manifestement, Violoncelle n’avait pas un Occyan pour le gain du pari. Et pour le coup, Elisabeth était en train de réfléchir à quelques gages humiliants pour combler l’absence de l’argent.

 Ils restèrent encore autour du feu avec les troubadours de longues heures. Ceux-ci avaient sorti les instruments et avaient improvisé une petite fête pour célébrer la victoire de Pan, Pluton et Minos. On dansait, chantait, riait aux éclats. Ils avaient aussi sorti des réserves et quelques villageois étaient revenus avec de la nourriture. Ce n’était pas tant que la raison les réjouissait particulièrement, mais il y en avait quelques-uns qui avaient remporté des paris juteux contre Zeusa, tandis que pour beaucoup, seule la fête importait. Sûrement aurait-elle eu lieu même si le petit berger avait perdu, mais alors, ni Maya ni ses amis n’y auraient participé.

 Le temps de cette soirée, Maya dansa avec Minos, Kelvin, Elisabeth, Harmonie, et quelques anonymes. Elle rit, silencieusement, à la vue de Violoncelle, forcée par Elisabeth à faire quelques jeux stupides, comme imiter des personnages célèbres ou venir soudain se dénuder au milieu de tout un groupe surpris. Elle s’extasia devant les prouesses des artistes qui montraient tout leur talent. Elle sursauta quand Pluton se mit à hurler vers la lune en pleine démonstration d’Harmonie, entrainée malgré sa blessure par sa grande sœur. Elle, Minos et Pan vinrent même jouer une farce à Kelvin, le poussant vers une Shana ivre et qui en profita pour l’embrasser, et rigolèrent en le voyant réagir après quelques secondes seulement, puis la fuir tout le reste de la soirée. Elle gouta aussi à quelques boissons, sous le regard amusé d’Elisabeth qui l’empêcha d’essayer des produits trop forts. En soit, le temps d’une soirée, elle en oublia presque sa situation. Pour la première fois depuis longtemps, elle ne se sentit plus traquée et pourchassée par le Culte, mais simplement vivante. Heureuse.

 Puis, comme il était tard, Elisabeth et Kelvin rappelèrent les jeunes à l’ordre. Ils saluèrent leurs amis et quittèrent les derniers fêtards, qui applaudirent une dernière fois Minos et ses deux animaux. Puis ils rentrèrent à Jilius où ils laissèrent les animaux dans la charrette. Minos donna des consignes à Pluton, et Elisabeth décida d’emporter avec elle le reste du jambon pour éviter les tentations. Enfin, ils purent se coucher après une longue journée, pleine de rebondissement.




(Le chapitre n'est pas fini, mais vous ne savez pas à quel point j'ai hâte de poster la partie qui va se dérouler à Eluse... :) ) 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Unpuis ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0