Duel

6 minutes de lecture

 Maya était affligée. Elle s’était trompée sur toute la ligne, et le combat semblait perdu d’avance. Encore contre un félin, les coups de tête de Pan auraient dû être efficaces, mais contre ce monstre de poil et de muscles, ce n’était pas certain. Et comment même parvenir à le toucher sans se prendre un violent coup de griffes ? La jeune muette était complètement désemparée, et ne pouvait imaginer ce que ressentait Minos en cet instant.

 Cependant, le jeune dompteur, la surprise passée, sembla se ressaisir tandis que Pan lançait un bêlement dans sa direction. L’enfant déglutit, puis serra ses deux poings devant lui d’un air crispé.

 — Je sais que tu peux y arriver, Pan ! cria-t-il.

 — Il est foutu…, marmonna Elisabeth.

 Les deux animaux se faisaient face. Pan fixait le griloo en tapant du sabot, tandis que son adversaire, s’étant dressé sur ses pattes arrière, le toisait avec orgueil. Puis Zeusa proclama le début des hostilités et, aussitôt, Pan chargea vers Koda. Mais une fois qu’il fut trop proche, l’animal donna un coup de griffe dans le vide, interrompant l’attaque de Pan qui recula juste à temps. Il parvenait à courir en arrière pour ne pas quitter son adversaire des yeux. Puis l’advouquetin essaya de s’approcher à nouveau, feintant une charge et évitant un second coup de griffes malhabile.

 Alors que Pan bougeait assez vite et osait aller vers Koda, ce dernier restait sur place, debout. Minos et ses supporters en avaient le souffle coupé à chaque fois que l’ovin évitait un coup. Zeusa, de son côté, était presque hilare de voir Pan fuir les griffes mortelles de son champion. Maya observait le combat en se demandant comment diable Pan allait faire pour s’en sortir. Puis Elisabeth se rapprocha de Minos pour lui chuchoter à l’oreille. L'enfant hocha la tête avant de se risquer à donner un ordre.

 — Pan, tourne-lui autour ! s’écria-t-il.

 Aussitôt, l’advouquetin se mit contourner à plusieurs reprises autour du griloo. Et c’est alors qu’apparut la première faille de celui-ci. Le gros animal, s’il restait debout depuis le début, ne se déplaçait qu’avec peu de grâce et pas très vite. Koda avait clairement du mal à garder Pan à l’œil. Puis, alors que l'ovin faisait une nouvelle feinte, l’imposant animal donna un coup de griffe tout en pivotant. Il perdit ainsi l’équilibre pour retomber lourdement à quatre pattes et, soudain, se prendre un coup de tête dans le flan. Touché, l'animal lâcha un terrible grondement mécontent, vite étouffé par les cris enthousiastes des spectateurs.

 — Ça a marché ! jubila Kelvin.

 — Ce n’est pas encore gagné, mais ce n’est peut-être pas perdu, assura Elisabeth en revenant vers eux. Ce gros balourd n’est pas habile, Pan le dépasse largement à ce niveau. J’avais déjà vu ce genre de stratégie dans des combats de Gladiateurs, en Assyr.

 — Le coup de boule a peut-être retourné son estomac, mais Koda reste dangereux, fit remarquer Shana, enthousiaste malgré tout.

 — Évidemment, on aurait su, on lui aurait attaché une lance sur le crâne, soupira Elisabeth.

 Koda s’était péniblement relevé tandis que Pan se pavanait, appréciant manifestement les réactions du public, qui applaudissait, Minos en tête. De son côté, Zeusa avait le dos courbé et observait les animaux d’un air mauvais. Puis il se redressa et pointa son bâton vers son griloo.

 — Pas de quartier, Koda !

 Le massif animal grogna puis se mit à son tour à charger Pan, sur ses quatre pattes. L’advouquetin, surpris, dut trottiner en arrière pour éviter l’attaque que Koda réitéra aussitôt après avoir freiné, pivotant bien plus vite que lorsqu’il était debout. S’il s’était dressé sur ses pattes arrières pour l’intimider, il était bien plus à l’aise ainsi, et bien plus dangereux. Pan esquiva plusieurs assauts, mais l’adversaire n’était pas en reste. Si Pan n’avait pas été capable de courir en arrière pour garder le griloo à l’œil, il aurait certainement été surpris par ce dernier. Chaque fois qu’il le ratait de peu, Koda faisait une large marque au sol, dégageant des lopins des terres, comme des indice de la facilité avec laquelle il risquait de décapiter l’advouquetin s’il l’attrapait.

 Ce fut au tour de Kelvin de venir chuchoter quelque chose à Minos. Minos eut vraiment l’air très réticent à la proposition. Puis, comme le bandit s’éloignait avec les pouces dressés, Minos soupira et suivit les conseils du Terrible bandit.

 — Pan, dans la foule !

 L’advouquetin réagit aussitôt après avoir esquivé un nouvel assaut et, comme Minos le lui ordonnait, il fonça vers le public et se glissa entre les jambes de deux personnes. Ceux-ci poussèrent des cris surpris, puis des hurlements de terreur en voyant que ça n’allait pas arrêter Koda. Tout le monde se poussa dans un mélange de cris et de coups. Heureusement, l’animal ne blessa personne, et sembla soudain perdu devant le désordre qu’il avait provoqué. Profitant de sa confusion, Pan surgit soudain pour le frapper au niveau d’une patte avant.

 L’animal poussa un grondement aussi fort que le tonnerre et Zeusa, lui aussi, protesta à grands cris, avant que Kelvin ne lui crie que « tout était permis ». Passablement irrité, Zeusa s’avança pour rejoindre son griloo, qui tenait maintenant la patte touchée en l’air, pour ne pas s’appuyer dessus. C’est en voyant son expression remplie de colère que Maya comprit que, peut-être, Pan avait une chance de remporter le combat.

 Il n’y avait guère plus de zone de combat désormais. Pan s’était éloigné de Koda pour rejoindre Minos, qui l’accueillit les genoux au sol en riant de bonheur. Les spectateurs s’étaient rassemblés en plusieurs petits groupes et gardaient leurs distances avec l’animal de Zeusa.

 — Ce n’est pas encore terminé, lança le dompteur en fusillant Minos du regard.

 — Koda est blessé ! fit remarquer le jeune garçon. Ce serait dangereux pour lui de continuer !

 — C’est superficiel… Koda, fais lui ravaler sa petite fierté !

 Le griloo grogna et se dressa à moitié pour continuer de charger, posant par moment sa patte avant intacte au sol pour l’aider à se relever quand il tombait. Ce n’était pas cette blessure qui allait l’empêcher de continuer, mais, au moins, il était devenu moins rapide. Pan s’extirpa des bras de Minos pour attirer le prédateur plus loin et lui tourner autour. Mais il n’était pas aussi maladroit à trois pattes qu’il ne l’était sur deux, et parvenait à suivre les mouvements de Pan en restant menaçant.

 Maya était maintenant persuadée que Minos remporterait la victoire. Kelvin bombait déjà le torse en expliquant à Shana qu’il avait tout appris au jeune garçon, et Elisabeth était en train de faire quelques gestes grossiers en direction de Violoncelle, qui pendait la tête jusque par terre.

 Quand soudain, alors que tout le monde avait les yeux rivés sur Pan, qui essayait tant bien que mal de provoquer une erreur de Koda, Maya sentit une forte poigne se refermer sur son bras. Au même moment, Harmonie poussait un cri de surprise, et la muette distingua le visage de Zeusa leur adresser un sourire carnassier, alors qu’il les tirait avec lui vers le centre du combat.

 — Hey ! s’écria Minos. Vous avez pas le droit !

 Alerté, Pan tourna le visage quelques secondes vers le dompteur. Tout s’enchaina très vite, car à ce moment-là, Koda posa les deux pattes avant à terre et se mit soudain à le charger pour se jeter sur lui. Le public retint son souffle alors que Minos criait d’effroi, rappelant Pan à l’ordre. Il l’évita de justesse, et Koda poursuivit sa course un peu plus loin avant de s'arrêter. Là où s’était tenu Pan quelques secondes auparavant, on voyait nettement les traces de griffes qui l’auraient, à coup sûr, tué impitoyablement sur le coup.

 — Comme ton ami me l’a fait remarquer plus tôt, tous les coups sont permis ! répondit Zeusa en se rapprochant de Koda avec ses deux otages. Tu t’es peut-être crû plus malin que moi, mais maintenant, c’est moi qui mène la danse !

 Si Elisabeth, Kelvin et Shana étaient aussi outrés que Minos, les autres spectateurs, au contraire, redoublaient d’ardeur en encourageant les deux dompteurs. Prise au piège, Maya faisait son possible pour se dégager, essayant d’écraser les pieds de l’ignoble individu, mais ne recevant que des coups de coudes violents en réponse. Face à eux, Pan bêlait avec colère, alors que Minos, lui, semblait pris de panique.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Unpuis ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0