Le défi de Zeusa

6 minutes de lecture

 Il aida Minos à se relever, puis fit de même avec Maya, qui ne savait plus quoi penser. Elle ignorait si la présence de Kelvin avait de quoi la rassurer ou si le risque de catastrophe venait d’augmenter considérablement. Elle aurait souhaité les convaincre d’aller se coucher de régler cela le lendemain, mais ils étaient déjà en route. Elle soupira, puis les suivit, inquiète. Au moins, il n’y avait pas encore de Cultiste dans cette histoire d’animaux, c’était déjà ça…

 Zeusa et ses bêtes avaient de l’avance, et ils ne disposaient pas d’indice visuel pour pister leurs traces. Minos avait demandé à Pan de renifler l’odeur des animaux afin de les retrouver. Si l’odorat des advouquetins n’était pas très réputé, il les conduisit à l’intérieur de Lemebeth. Une fois en ville, l’ovin sembla perdu. Aussi tournèrent-ils en rond quelques instants avant d’apercevoir deux personnes sortir d’un bâtiment. Ils étaient vêtus de cape sombre et se dirigeaient tous deux d’un pas pressé dans la direction opposée. Minos se mit à les suivre en restant à bonne distance en compagnie de Pan. Maya et Kelvin échangèrent un regard circonspect puis l'imitèrent.

 Ils entendirent d’abord la rumeur des conversations avant de voir un petit attroupement rassemblé en demi-cercle pour voir quelque chose qu’ils cachaient. Ils agitaient le poing en l’air, poussaient des cris enthousiastes, parfois quelques jurons, des rires, et clamaient des encouragements. Plus ils se rapprochaient et plus Minos accélérait le pas. Le spectacle, dès qu'ils le virent, confirmèrent leurs craintes.

 Deux aurulves se faisaient face en crachant, le poil hérissé, tournant d’un même pas autour d’un cercle invisible. Les deux animaux portaient les traces de griffures et le sang tâchait leur pelage. Zeusa et le griloo étaient présents, eux aussi, de l’autre côté. Koda restait debout sur ses pattes arrières, celles de devant croisées comme un vigile surveillant le combat. Son maitre, lui, semblait plus intéressé par le contenu d’une bourse bien remplie que par l’affrontement à quelques pas de lui.

 Autour d’eux, les hommes continuaient de pousser des cris, comme pour obliger les animaux à en venir aux griffes. Chacun avait choisi son préféré qu’il encourageait avant de rabaisser l’autre par des insultes. Chaque mouvement brusque de l’un ou de l’autre était accompagné d’un tumulte enthousiaste qui retombait aussitôt la feinte passée. Cette ambiance sportive était loin de plaire à Minos. Le garçon se mordait les lèvres pour se retenir de crier à son tour, les petits poings serrés. Le regard de Kelvin passait du jeune dompteur au combat en se crispant toujours plus. Pour la première fois peut-être, la jeune fille le trouva menaçant, autant qu’il puisse l’être.

 Sans prévenir, le bandit écarta deux hommes devant lui avec une force insoupçonnée et il surgit au milieu des animaux qui, surpris, sursautèrent et montrèrent les crocs. Le tumulte cessa, et Minos et Maya profitèrent de l’occasion pour se rapprocher. Koda, le griloo, poussa un grognement plus interloqué que fâché et même Zeusa finit par cesser de contempler son butin.

 — C’est fini, lança Kelvin au public médusé. Rentrez chez vous, il n’y aura pas de combat ce soir !

 — Je peux savoir de quoi tu te mêles, espèce de dégénéré ? répliqua Zeusa en faisant un pas vers lui. Je fais ce que je veux de mes animaux !

 — Mais les paris, eux, sont interdits ! répliqua Kelvin en s’adressant plus au public, qui commençait déjà à se vider. En tout cas, ils sont trop règlementés pour que tu puisses faire ça légalement !

 — Je sens que tu vas regretter tes paroles, menaça le dompteur.

 — Ça m’étonnerait, je ne regrette jamais rien.

 En cet instant, Maya ne savait s’il s’agissait de courage ou de bêtise. Elle soupçonnait plutôt un mélange des deux mais, pour une raison qui lui échappait, elle ne pouvait s’empêcher d’admirer le bandit. Depuis qu’il l’avait sauvée à Orles, Kelvin était monté haut dans son estime. Minos aussi semblait à la fois admiratif et reconnaissant. À l’inverse, le nombre de spectateur avait baissé de plus de moitié.

 — Pauvre fou. Tu vas finir en charpie…

 — Vas-y, Maya, c’est le moment pour la Floracanon ! lança soudain tout bas Kelvin en tournant à peine la tête vers la muette.

 Maya écarquilla des yeux. Elle se frappa la tête avec sa main droite, à la fois exaspérée et inquiète. Évidemment, elle n’avait pas la Floracanon sur elle, la plante était restée dans la charrett ! Pourquoi diable le bandit avait-il cru qu’elle l’aurait prise ? L’imbécile faisait face au griloo, et les deux aurulves semblaient tout aussi prêts à bondir si le saltimbanque le leur ordonnait.

 — Reculez ! s’écria soudain Minos.N’approchez pas !

 Il venait de surgir aux côtés de Kelvin avec Pan qui agitait la tête d’un air aussi menaçant qu’il le pouvait. Aussi surprenant que cela puisse être, les deux aurulves s’assirent calmement, comme si ses ordres avaient autant d’impact sur eux que ceux de Zeusa. Le griloo, cependant, continuait d’avancer et de grogner, mais un geste de son maitre l’interrompit. Celui-ci avait le regard méfiant. Kelvin se tourna vers Maya, qui haussa les épaules pour lui faire comprendre qu’elle n’avait pas sa plante salvatrice avec elle.

 — Encore toi, minus…

 — C’est Minos, répliqua l’enfant. Mr Loup m’a tout dit sur vous !

 — Le loup, le loup, tu y tiens tant que ça, à ta bestiole ?

 — Je tiens à tous les nanimaux ! Vous avez pas le droit de leur faire du mal !

 — Tsss… les animaux sont nous sont inférieurs, petit insolent. Nous avons tous les droits sur eux. Ce sont à la fois une source de nourriture et une source de d’argent. Je ne fais rien de mal en les exploitant, tout comme n’importe qui l’aurait fait d’un esclave.

 — T’es qu’un gros menteur ! répondit Minos, révolté.

 — Manifestement, je ne te ferai pas ouvrir les yeux, tu as l’air du genre borné. Mais puisque c’est ainsi… C’est bien pour le loup que tu es venu ?

 — Oui ! C’est mon ami !

 — Ton ami, répéta Zeusa en haussant les sourcils avec une expression hilare. Allons bon. Mais puisque tu y tiens tant, je te propose un marché qui devrait nous convenir à tous les deux.

 Il pointa son bâton, faisant virevolter la clé qui y pendait, vers le jeune garçon. Derrière, Koda s’était relevé, toisant tout le monde. Les deux aurulves s’étaient rapprochés de Zeusa et l’un d’eux vint s’asseoir sous le bâton.

 — Cet animal est mon champion, lança Zeusa en ricanant. Demain, nos deux champions s’affronteront dans un combat à mort, pour le plaisir du public.

 — C’est hors de question ! répliqua Minos, insurgé. Pan se battra pas, et votre aurulve non plus !

 — Si tu gagnes, je libérerai ton précieux loup. Et même les aurulves, si tu y tiens tant. Ainsi, c’est du gagnant-gagnant, moi j’organise les paris, et toi, tu as une chance de sauver ton précieux animal. Qu’en dis-tu ?

 Minos resta bouche-bée quelques secondes. Maya, en retrait, observait l’aurulve. Il avait plusieurs cicatrices, marques de l'expérience. Mais elle avait déjà vu Pan en action, elle savait que l’advouquetin n’était pas du genre à se laisser faire. Ses coups de tête étaient redoutables. Le combat était peut-être équitable, après tout, mais Minos n’avait certainement pas envie d’obliger son animal à se battre.

 — Et… on est obligé de tuer l’autre ? demanda Minos d’une voix timide.

 — Tant qu’il est finalement incapable de se battre, cela suffit, répondit Zeusa d’un air évasif. Mais tous les coups seront permis.

 — Et vous me promettez que… que vous libérerez les nanimaux ?

 — Promis sur mon honneur de dompteur, répliqua Zeusa avec une révérence polie.

 — Bien… alors heu… j’accepte ! s’écria Minos en bombant le torse.

 — Formidable, ricana Zeusa en se redressant. Ce sera un formidable spectacle ! Demain, nous nous retrouverons au coucher du soleil !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Unpuis ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0