Une bonne affaire

4 minutes de lecture

Installé sur le sofa, Monsieur Lemaître feuillette attentivement le catalogue que Marie vient de lui confier. Sur chaque page de papier glacé est présenté un modèle sous toutes ses coutures. Des premières mains aux occasions, rien que du beau linge.

Marie, derrière la protection en plexiglas, surveille discrètement les réactions de son client. Elle tente de repérer la flamme qui ne manquera pas de s'allumer dans le regard de cet homme lorsqu'il aura trouvé chaussure à son pied. Les bouts de ses doigts gantés voltigent sur le clavier et ouvrent le dossier Lemaître. Ce n'est pas la première fois que ce monsieur utilise les services de l'agence. Sur l'écran s'affichent des renseignements : situation professionnelle confortable, veuf, adresse dans un beau quartier. Les critères de quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la clientèle.

Au raclement de gorge, Marie relève la tête et s'empresse :

« Tout va bien, Monsieur Lemaître ?

— Oui. Ce n'est rien. Ne vous inquiétez pas. Serait-il possible d'avoir un thé ?

— Bien sûr. »

Elle tapote l'écran tactile, deux minutes plus tard une trappe s'ouvre à proximité du sofa. La tasse fumante glisse lentement sur un tapis roulant et s'arrête à portée de main du client. Lemaître s'en empare, Marie en profite pour lui demander s'il a trouvé son bonheur.

« J'ai consulté chaque fiche. Je vais maintenant effectuer un second passage. Combien puis-je en sélectionner déjà ? »

Marie sait que la dernière fois ce Monsieur avait eu du mal à se décider. Le H, dans le dossier, ne signifiait pas « homme », mais « hésitant ». Mieux valait l'inciter à retenir le plus de modèles possible.

« Sur la cinquantaine présentée, fleuron dont nous disposons actuellement, si vous arrêtez votre choix sur cinq ou six, vous devriez avoir le temps de visionner tous leurs spots.

— Cinq ou six », répéta Lemaître en regardant sa montre, avant de réétudier les nombreuses pages qu'il venait de marquer grâce aux rubans fixés à la reliure.

Il savait, par expérience, que chaque vidéo durait trente minutes. Et qu'il devrait ensuite faire part de sa réponse, sous peine d'être contraint de revenir, et payer un supplément. De toute façon, son impatience à repartir avec sa nouvelle acquisition, se devinait à ses traits tirés. Sa réinscription à l'agence datait de quatre mois, et Marie l'avait averti que, face à la pénurie, les délais d'attente s'allongeaient considérablement. Si Lemaître n'achetait pas aujourd'hui, demain ces modèles-là lui passeraient sous le nez.

Au bout d'un quart d'heure de réflexion intense, l'homme disparut derrière la porte de la cabine de visionnage, et Marie programma les six courts-métrages.

Comme à chaque fois, elle se demanda combien de jolis mouchoirs il utiliserait. Les clients ne les jetaient jamais dans la corbeille, préférant les dissimuler dans les poches de leur costume. Mais Marie compterait ceux restants, elle en disposait toujours le même nombre avant chaque séance. Cela lui permettait d'établir des statistiques sur les fiches de son catalogue pour ajuster son offre. Bien que tous n'aient pas les mêmes attentes, l'agence visait l'excellence. Cela fonctionnait, puisqu'elle figurait tout en haut du palmarès sur les réseaux sociaux, alors même qu'elle ne proposait pas l'option satisfait ou remboursé. Il ne fallait pas exagérer, tout de même.

Tandis que Monsieur Lemaître subissait les tourments d'un choix cornélien, Marie parcourut les fiches sélectionnées. Arriverait-elle à deviner celle qui remporterait le cœur de ce sexagénaire ? Hésitant entre la noire à la ligne élancée et la petite ronde plus proche de son achat précédent, elle misa sur une envie de changement et opta pour l'occasion plutôt que la première main. À son âge, cet homme n'avait plus de temps à perdre avec un rodage qui pourrait s'avérer délicat.

Lorsqu'en sortant Lemaître annonça le numéro d'immatriculation retenu, Marie, ravie de valider son pronostic, n'eut pas à se forcer pour le féliciter.

« Très bon choix, Monsieur Lemaître. Cette femme vous apportera, j'en suis sûre, toutes satisfactions. Je savais qu'elle ne resterait pas longtemps sur le marché.

— Je l'espère. Avez-vous tous ses papiers ? Puis-je les voir ?

— Tout est en règle. Voilà : acte de naissance, attestation d'enregistrement en préfecture, et surtout les analyses médicales. Vous voyez, VIH, Covid21 et tests psychologiques : néant. De plus, elle a les trompes ligaturées, vous ne craignez rien de ce côté-là non plus.

— Parfait. Vous fournissez toujours une garantie ?

— Oui, de quinze jours. Après, ce sera à vous de veiller à ce qu'elle ne se déconfine pas.

— Évidemment, et croyez-moi, cette fois-ci, je ne me laisserai pas attendrir ! Aucune sortie ! La première m'a coûté assez cher. Sans cette histoire de vacances à la mer, elle ne serait pas morte !

— C'est compliqué. Ce virus foudroie les femmes, même jeunes...

— Oui. Enfin, il ne faut pas se plaindre ! Ça pourrait être pire, répondit très sérieusement Lemaître. Et pour la livraison ?

— Nous effectuerons le transport sécurisé jusqu'à votre domicile. À quelle heure cela vous conviendrait-il, demain ?

— Vers onze heures. Ça lui laissera le temps de préparer le repas de midi, avant de passer à la casserole », plaisanta-t-il.

Une fois le gros virement effectué et Lemaître parti, Marie appela l'heureuse élue :

« Tu peux préparer ton sac, ma chérie. Tu nous quittes. Tu seras dans un bel appartement. Terminé la vie en cage d'hôtel. Le fourgon passera te prendre à dix heures trente. Tu es contente ? »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Alessya Monk
M Team. Salt dit Le Salé Emma dite Frozen EM Alessya dite Burning AL Les Luvies. Neféloma Cirrus dite Nefy, Curaçao d'Amour pour les intimes (Nebula) Sylas Lutor dit Sysy (Sylar) Karlito Lände dit Petit Kiwi Team A. Samaël L. Saxon dit Lulu (Lucifer) May-Zea Keane dite Mayz (Mazikeen)
101
97
41
20
Cirya6
L’adolescence est un passage compliqué pour tout le monde. On peut y expérimenter l’amitié, l’amour, la découverte de soi et des autres, l’expérience, le passage inévitable à l’âge adulte.
Samuel Portgas et Damian Cortez ont tous deux 14 ans, lorsque leurs chemins se croisent pour la première fois. « Le mec à la salopette » et « El principe », l’un aux prise avec ce qu’il veut devenir, l’autre à quelques étapes de rejoindre le gang le plus influent de leur quartier, dirigé par nul autre que son père en personne.
Le problème étant qu’à 14 ans, on ne devrait pas avoir à gérer la violence, la perte, les armes, l’argent, l’honneur et le sexe. À 14 ans, on ne devrait pas connaître le poids d’une arme entre ses mains.

On ne devrait pas vivre en suspend, en sourdine, le viseur sur le front.
325
724
2237
850
Méline Darsck
Deux couples, deux femmes très différentes l'une de l'autre vont pourtant se rapprocher jusqu'à devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.
Mais l'histoire ne serait pas aussi pétillante sans un peu de cris, de larmes, de passions, d'infidélité, de baisers, d'attirance et de séparations.
Mais qui ? Pourquoi ?
Je vous laisse le découvrir au fil des pages.
1170
525
132
157

Vous aimez lire korinne ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0