À dos les sens

4 minutes de lecture

Sally ne supportait plus l'air renfrogné, les mimiques hautaines, les grognements et les haussements d'épaules de Léa, sa fille. Cette dernière, avachie sur le canapé, les pieds sur la table basse, les écouteurs enfoncés dans les oreilles, tapotait sur son smartphone, imperméable au manège de sa mère. La chorégraphie ménagère de Sally, consistant à tourner autour de son balai en secouant un torchon au-dessus de sa tête, tentait d'inciter Léa à lui donner un coup de main. Mais, depuis que la jeune fille avait soufflé sa douzaine de bougies, la douce et coopérative fillette s'était transformée en... boulet. Oui, ce fut bien le mot qui s'imposa dans l'esprit de Sally.

Plutôt que de continuer à s'agacer, elle abandonna espoirs et accessoires pour s'exiler un moment loin de l'indifférence squattant son appartement. Elle attrapa un sac poubelle, fit claquer la porte d'entrée, et descendit jusqu'aux caves de l'immeuble effectuer un tri trop longtemps reporté. Cela la calmerait peut-être... La maman déchue longea le couloir en parpaings apparents, glissa la clé dans la serrure, poussa la porte de contre-plaqué, et plissa le nez en réaction à une horrible odeur de renfermé. Sa main actionna l'interrupteur, une lumière blafarde éclaboussa les six mètres carrés la laissant dubitative devant l'ampleur du chantier.

De nombreux objets hétéroclites s'entassaient sur la grande étagère, babioles à recoller, bibelots à brocantes, souvenirs de vacances. Une montagne de cartons dangereusement empilés menaçait de s'écrouler dans le fond. Une tour de Pise de jouets désuets formait une œuvre d'art contemporaine dans le coin opposé. Un vieux pouf en peluche orange-poussière l'empêchait de pénétrer dans cette caverne d'Ali Cracra. Sally souffla sur sa frange pour y voir plus clair et se donner du courage. D'un coup de pied, elle dégagea le pouf puis secoua nerveusement le sac noir de cent litres au bout de son bras.

Par où commencer ? Sally pensa que tout ce qui se trouvait le plus profondément enfoui méritait d'être jeté en premier. First In – First Out, comme dans le frigo. Elle gagna le fond et se saisit d'un premier sac à l'effigie d'une marque de vêtement depuis longtemps disparue. Il contenait des bouts de tissus archi démodés et mités. Le tout atterrit sans hésitation dans la poubelle. Elle ouvrit ensuite le carton juste en dessous. Des papiers administratifs périmés apparurent. Sally transvasa par poignées ces archives inutiles qui rejoignirent les tissus.

Un bref instant, elle culpabilisa de mélanger ainsi ses déchets. Léa était très à cheval sur ces questions de tri. La jeune fille en même temps que pénible était devenue écolo, n'hésitant pas à reprocher à sa mère l'état dans lequelle sa génération récupérait la planète. Sally, plus compatissante que coupable, s'efforçait d'ordinaire de respecter ces mesures. Mais là, elle tira de ce manquement aux règles une certaine forme de vengeance, qu'elle analysa puérile mais qui la soulagea de son exaspération.

Le comportement actuel de Léa lui mettait les nerfs à vif. Après tous les sacrifices consentis pour l'élever seule, son ingratitude et son insolence s'avéraient une insupportable injustice. Léa l'aimait-elle, seulement ?.. Alors que dans son esprit trottait cette douloureuse question, les doigts de Sally rencontrèrent les spirales d'un cahier. Ses yeux se posèrent sur la couverture cartonnée et un énorme "TOP SECRET" lui fit l'effet d'une gifle.

Fronçant les sourcils, elle l'ouvrit au hasard et lut : "...ras le bol de ma mère ! Elle comprend rien !! Elle me fait chier !!!" Subitement, la lumière s'éteignit et Sally poussa un cri strident.

Un rire retentit, la lumière revint dévoiler le visage hilare de Léa, très fière de sa bêtise et de la frayeur qu'elle venait d'infliger à sa mère.

« Qu'est-ce que tu fous là ? ricana-t-elle.

— Je range ! Imbécile ! répondit Sally, vexée, dissimulant maladroitement le cahier derrière son dos.

— Ah. Et qu'est-ce que tu planques ? T'as trouvé un trésor dans ce merdier ? Fais voir ! insista Léa curieuse.

— Non... Non... Ce n'est rien », bafouilla sa mère, la main dans le sac.

Intriguée, la jeune adolescente jeta un œil dans la poubelle, mais Sally la lui arracha des mains aussitôt.

« Mais enfin... Montre ! Allez ! exigea Léa.

— Non ! C'est rien, je te dis ! Tu es venue pour m'aider ?

— T'es sérieuse ? Est-ce que je peux aller dormir chez Lola ? minauda la gamine.

— Oui, vas-y, lâcha Sally, soulagée de se débarrasser de cette inquisitrice.

— Cool ! Bon, ben à demain alors. Je t'embrasse pas, hein, tu sens le moisi », précisa-t-elle en disparaissant dans le couloir gris.


Le haut du corps de Sally se détendit d'un coup. Soulagée que sa fille ne parcourût pas le journal intime de ses quatorze ans, qui venait de surgir du passé.


De retour dans l'appartement vide, Sally revisita sa propre adolescence. Le salon se remplit d'une alternance de rires et de larmes. Elle n'en revenait pas de sa tendance à idéaliser son histoire, ses souvenirs, et d'avoir oublié à quel point elle s'était construite en s'opposant à ses parents.


Ce soir-là, en éteignant la lampe de chevet, elle se promit de ne plus prendre autant à cœur les provocations de sa fille. Quelle chance d'avoir retrouvé cette relique ! De ne pas avoir jeté ce précieux témoignage, qui venait de retrouver sa place sous son matelas. Elle pourrait, à présent, y puiser des forces, le temps que défilent les années et que grandisse Léa.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Alessya Monk
M Team. Salt dit Le Salé Emma dite Frozen EM Alessya dite Burning AL Les Luvies. Neféloma Cirrus dite Nefy, Curaçao d'Amour pour les intimes (Nebula) Sylas Lutor dit Sysy (Sylar) Karlito Lände dit Petit Kiwi Team A. Samaël L. Saxon dit Lulu (Lucifer) May-Zea Keane dite Mayz (Mazikeen)
101
97
41
20
Cirya6
L’adolescence est un passage compliqué pour tout le monde. On peut y expérimenter l’amitié, l’amour, la découverte de soi et des autres, l’expérience, le passage inévitable à l’âge adulte.
Samuel Portgas et Damian Cortez ont tous deux 14 ans, lorsque leurs chemins se croisent pour la première fois. « Le mec à la salopette » et « El principe », l’un aux prise avec ce qu’il veut devenir, l’autre à quelques étapes de rejoindre le gang le plus influent de leur quartier, dirigé par nul autre que son père en personne.
Le problème étant qu’à 14 ans, on ne devrait pas avoir à gérer la violence, la perte, les armes, l’argent, l’honneur et le sexe. À 14 ans, on ne devrait pas connaître le poids d’une arme entre ses mains.

On ne devrait pas vivre en suspend, en sourdine, le viseur sur le front.
325
724
2237
850
Méline Darsck
Deux couples, deux femmes très différentes l'une de l'autre vont pourtant se rapprocher jusqu'à devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.
Mais l'histoire ne serait pas aussi pétillante sans un peu de cris, de larmes, de passions, d'infidélité, de baisers, d'attirance et de séparations.
Mais qui ? Pourquoi ?
Je vous laisse le découvrir au fil des pages.
1170
525
132
157

Vous aimez lire korinne ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0