C'est quoi pour toi l'amour ?

5 minutes de lecture

Un vent de légèreté flottait dans la suite Master de l'hôtel Moderne.

- Agnès Obel, tu connais ?

- Jamais entendu parler. Qui est-ce ?

- Une auteure-compositrice-interprète danoise. J'aimerais te faire écouter un des concerts que je préfère. C'était au Grand Rex, à Paris en 2014. (1)

- Ambiance live, bonne idée ! Qu'est-ce que tu aimes chez cette artiste ?

- Elle parvient à parler de thèmes tristes avec un calme relaxant.

- Genre ?

- L'incertitude du futur, la solitude...

- Si tout se termine dans un calme relaxant, je veux bien écouter.

- J'aime aussi les instruments qu'elle fait dialoguer : harpe, basse, guitare, orgue et surtout le violoncelle...

Quelques mesures suffirent à la musicienne pour convaincre Louis d'explorer la richesse de son univers musical.

Murmures et voix cristalline promenèrent ainsi leurs pensées intérieures.

De temps à autre, le téléphone de Louis émet des signaux sonores qu'il s'empresse d'analyser.

Aux commandes de son ordinateur, Emma s'emploie, de son côté, à vérifier les paramètres de leur expédition. Aussi pensa-t-elle préférable de prévenir l'esthéticienne à qui elle rédigea une note synthétique.

« Chère Madame,

J'ai réservé, sur votre agenda, une cabine pour deux, samedi entre 9 h et 11 h. Je n'ai pas su choisir le forfait de soins parmi l'offre du formulaire. Ni Louis ni moi-même n'avons encore bénéficié des soins d'une esthéticienne. Nos attentes sont probablement différentes de la plupart de vos clients, c'est pourquoi je me permets de vous écrire ce mot.

Nous souffrons tous deux d'un mal dont nos corps subissent l'empreinte.

Je dois vous dire aussi que mon compagnon est fâché avec les miroirs depuis toujours ; il est persuadé de paraitre dix ans de plus. Aussi ai-je pensé que vous seriez en mesure de réaliser un petit miracle !

Samedi, Louis retrouvera un ami d'enfance qu'il n'a pas revu depuis longtemps.

Vous comprenez sans doute l'enjeu : si vous parvenez à sublimer sa beauté, vous lui rendrez la confiance que la maladie lui extorque un peu plus chaque jour.

En ce qui me concerne, j'aimerais simplement me sentir belle dans la robe d'un couturier que mon frère m'a offerte.

J'ai foi en votre savoir-faire et votre talent.

Bien à vous. »

Satisfaite de sa démarche, Emma jeta un regard en direction de Louis.

Il pianotait sur son téléphone avec dextérité. Son air détendu et souriant indiquait le caractère plaisant des informations échangées avec son interlocuteur.

Emma tourna son attention vers la baie vitrée pour observer l'instant attractif où le jour cède sa place à la nuit.

Où sont Julien et Louisa ? Que font-ils à cet instant ? se demanda-t-elle alors que les lumières de la ville prenaient peu à peu possession de l'obscurité.

Presque aussitôt, une notification apparut en surbrillance à droite de son l'écran : un message de Louisa !

À son tour, Emma sourit. Elle ne s'étonnait plus du phénomène et avait fini par croire à la télépathie. Il n'était pas rare en effet qu'une pensée pour ses frères et sœurs amène simultanément une manifestation de leur part.

« Ma chère Emma,

Ton dernier message qui m'a fait réfléchir. J'ai aussi de bonnes nouvelles à t'annoncer. Guillaume et Alexandre m'écrivent que leur père gère les difficultés du quotidien avec calme. J'avais peur qu'il prétexte un problème pour me demander d'écourter mon séjour. J'avais peur d'un mouvement de colère, peur d'un accès de jalousie...

En t'écrivant ces mots, je m'aperçois une fois de plus combien la peur dirige ma vie. Face à elle, je ne sais agir qu'en me protégeant de ses effets. En cherchant à tout gérer pour anticiper le moindre problème, je me demande si je ne l'ai pas privé Michel de toute possibilité de se montrer capable envers les siens. Peut-être s'est-il senti atteint dans son estime de soi ? Tu vois, j'emploie tes mots... Crois-tu que cette faiblesse ait pu nous attirer l'un vers l'autre pour devenir ensuite un poison entre nous ?

Une chose est sûre, je n'aurais jamais pensé qu'une séparation puisse avoir un effet bénéfique.

Je me sens toujours aussi bien en compagnie d'Alexis. Je lui apporte mon aide pour répéter sa prochaine pièce. Nous y travaillons plusieurs heures par jour. Je connais maintenant les répliques par coeur et j'avoue que jouer la comédie me plaît beaucoup.

Alexis m'a dit à plusieurs reprises qu'il trouvait mes mimiques convaincantes. Il pense que je pourrais intégrer la troupe. Tu imagines ta sœur sur les planches interprétant du Feydeau ?

Je voulais discuter de tout cela avec Julien mais impossible de lui parler. Il passe son temps avec Gérard Mathieu. Il assiste même aux offices religieux. Lui ?! On dirait que cet homme le fascine. Ça m'inquiète. Tu as peut-être plus de nouvelles que moi ?

J'ai hâte de te serrer dans mes bras, ma sœur :-) »

« Ma chère Louisa,

Je pensais justement à vous deux ! Enfin, je veux dire à vous trois...

Pour ce qui est du théâtre, je n'ai aucun mal à t'imaginer sur les planches. Tu fais partie d'une troupe depuis très longtemps déjà et tu n'as jamais manqué d'idées pour nous distraire. Je me rappelle de tes imitations pour tourner en ridicule toutes les personnes qui cherchaient à nous intimider. Distraire est une seconde nature chez toi. Nul doute qu'en travaillant régulièrement, tu puisses révéler tes talents sur une scène.

Je n'ai pas de nouvelles de Julien mais ne te fais pas de souci pour lui. Il n'est pas du genre à renoncer à ses convictions. Je te rappelle qu'il discute avec Blaise Pascal sur le sujet depuis l'âge de dix ans. Lui aussi, il connait les répliques par cœur ! Julien a parfois des attitudes étranges mais ses aspirations sont justes et nous devons à présent le laisser appréhender les choses à sa façon.

Michel est donc capable de te surprendre... Ton mari est un homme sensible. Peut-être a-t-il perçu le caractère incontestable de ta décision ?

Je t'aime ma sœur :-))) »

« Hello Juju !

Que deviens-tu ?

Serais-tu libre samedi pour déjeuner avec ta grande soeur ?

Louis a réservé une table pour nous deux au restaurant de l'hôtel Chez Majorelle, l'endroit rêvé pour porter la robe de Max.

Je me réjouis à l'idée de te retrouver.

Je t'aime. »

Heureux du dénouement de cette journée, Louis se rapprocha d'Emma qui n'avait pas quitté sa position stratégique.

- Y a-t-il une petite place à côté de toi ?

- Oui, bien sûr ! dit-elle en refermant son ordinateur.

- J'aime lorsque ton sourire s'incruste, juste là, dit-il en effleurant sa joue. À quoi pense mon commandant de bord ?

Il passa ses bras autour de ses épaules pour la serrer contre lui.

- Il pense à son équipage...

- Des nouvelles de Julien ?

- Pas encore, je viens de lui laisser un message. Et François ?

- Il a confirmé pour samedi. Sa venue est maintenant officielle ! Nos retrouvailles sont inéluctables.

- Quelque chose t'inquiète ?

- Je ressens une grande joie, beaucoup d'impatience et une certaine appréhension.

Emma appuya sa tête contre la sienne. Il caressa ses cheveux pour prolonger ce contact rassurant.

Violoncelle et piano entamaient une douce incantation soutenue par un chant spatial aux intonations enfantines.

Silencieux, ils ne pensèrent plus à rien, à rien d'autre qu'à l'étreinte et à la force d'exister.

Dans l'ombre de leurs caresses stériles, à fleur de peau de leur corps souffrant, était née une infinie tendresse. Emma savourait la délicatesse de ces gestes qui, peu à peu, effaçaient les traces de solitude de sa mémoire sensorielle.

- Dis-moi, Louis, c'est quoi pour toi, l'amour ?

_____________________________

(1) https://www.youtube.com/watch?v=iaJVP67iU1Y

Annotations

Vous aimez lire Mina singh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0